L'homélie du dimanche (prochain)

  • Accueil
  • > Recherche : homélie croire

15 février 2014

Donne-moi la sagesse, assise près de toi

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Donne-moi la sagesse, assise auprès de toi

Homélie du 7° dimanche du temps ordinaire / Année A
16/02/2014

Connaissez-vous le jugement de Salomon ? (1R 3, 16-28)

Donne-moi la sagesse, assise près de toi dans Communauté spirituelle 3solomon

On présente au roi Salomon un nouveau-né dont deux femmes se disputent la maternité, car elles ont accouché en même temps et l’un des deux bébés est mort-né. À l’époque, on ne mettait pas un bracelet aussitôt après l’accouchement aux nourrissons, et il n’y avait pas de test génétique pour dépister la vraie mère ! Que faire en un cas pareil ? La loi ne permet pas de décider, les prophètes non plus. Salomon, dans sa grande sagesse, a recours à un stratagème. Puisque la loi demande l’égalité, il demande d’amener l’enfant, de le couper en deux et de donner une moitié à chacune des deux femmes qui revendiquent d’être sa mère. Évidemment, sa vraie mère préfère renoncer à son droit pour que l’enfant vive, alors que l’autre se satisfera de ce compromis légal. Ce qui permet à Salomon de rendre justice en manifestant qui est vraiment la mère de cet enfant.

Voilà comment le roi Salomon est entré dans l’histoire comme la figure de la sagesse par excellence.

Le Christ s’inscrit dans cette lignée, car « il y a en lui bien plus que Salomon » (Lc 11,31).

Qu’est-ce qui a permis en effet au Christ d’accomplir la Loi et les prophètes (selon l’évangile de ce dimanche Mt 5, 17-37) ? Et nous, qu’est-ce qui va nous permettre d’articuler le droit de la loi et la justice de prophètes dans notre société française ?

Si on laisse le droit et la justice en face à face, les contradictions deviennent vite inextricables (summum ius, summa injuria disaient nos anciens). Car ce qui est juste est bien souvent contraire aux lois actuelles, et le droit oblige les prophètes à ne pas rêver d’un monde irréel (cf. « on n’est pas dans le monde des Bisounours ! »).

Le Christ est venu « accomplir et non pas abolir » (Mt 5,17).

La Loi et les prophètes ne suffisent pas pour accomplir la Loi et les prophètes, pour lever les contradictions entre éthique de responsabilité et éthique de conviction. Il faut un troisième terme, qui permettra d’aller de l’un à l’autre. Appelez cela dialectique hégélienne ou structure trinitaire, peu importe : l’essentiel est de retrouver la sagesse comme le troisième terme, le chemin d’humanisation du droit autrement trop dur, le chemin d’incarnation du sens prophétique autrement trop virtuel.

Quelle est donc cette sagesse ?

Les Grecs l’ont recherché pendant des siècles, et leur amour de la sagesse (philo-sophia) a forgé des fondements philosophiques puissants à la civilisation occidentale. Les juifs lui ont consacré plusieurs livres de la Bible (les Kettoubim = autres Écrits, dont notamment notre livre de Ben Sirac de ce dimanche), l’ont formalisée à travers le Talmud, cette Torah orale sans laquelle la Loi – la Torah écrite – est invivable.

Les chrétiens ont bénéficié de ce double héritage : ils ont baptisé la philosophie grecque et accompli la sagesse juive en Christ, suivant en cela la voie indiquée par Paul dans la deuxième lecture : « Dieu, par l’Esprit, a révélé cette sagesse. Car l’Esprit voit le fond de toutes choses » (1Co 2,10).

C’est donc une vision spirituelle du monde qui nous permettra d’articuler la Loi et les prophètes. Sans l’Esprit, la lettre de la loi tue. Les intégrismes religieux de tous bords continuent hélas à en faire la démonstration : si les textes religieux sont pris au pied de la lettre, dans une lecture fondamentaliste qui exclut toute interprétation spirituelle, alors le Coran comme la Bible conduiront à des guerres sans fin, à des dominations injustes, à des régimes inhumains.

Sans l’Esprit, la justice des prophètes n’est qu’une incantation, une parole en l’air. Car l’Esprit est celui qui unit la parole et la chair : la sagesse spirituelle est l’art du discernement qui situe l’appel prophétique ici et maintenant, qui l’incarne selon ce qui est possible effectivement actuellement.

Voilà donc les trois piliers de l’art de vivre biblique : la loi, les prophètes, la sagesse.

clip_image010 richesse dans Communauté spirituellePas seulement l’un ou l’autre, ni même les deux. Il faut les trois pour vivre ensemble. Or parmi les trois, il semble bien que ce soit la sagesse qui soit devenue la grande inconnue pour nos contemporains. La faute peut-être à l’enseignement de la philosophie : peu d’élèves de Terminale ressortent du lycée avec une soif de chercher la sagesse? La faute également à la perte du sens proprement spirituel de l’existence : lorsque l’Europe vit de plus en plus comme si Dieu n’existait pas, la vie se réduit alors à un horizon matériel très limité. S’il n’y a que nos années sur terre comme seul horizon d’action, la poursuite de l’intérêt immédiat prend le dessus. Le droit se durcit en défense des égoïsmes, les appels des prophètes deviennent violemment révolutionnaires.

La sagesse est d’introduire une vision venue d’ailleurs dans notre réalité, pour la transformer à l’image de ce qu’elle est appelée à devenir. « Ce que personne n’avait vu de ses yeux ni entendu de ses oreilles, ce que le c?ur de l’homme n’avait pas imaginé, ce qui avait été préparé pour ceux qui aiment Dieu » (1Co 2,6-10).

Concrètement, le Christ se révèle maître de sagesse en interprétant la loi juive de manière radicalement nouvelle en Mt 5.

« Tu ne tueras pas » ne se limite pas au meurtre physique, mais s’étend à la violence verbale ou mentale de l’insulte, de la malédiction, de la colère.

« Tu ne commettras pas d’adultère » va plus loin que la seule tromperie physique, car il y a tant de façons d’être infidèle à son conjoint (même le travail ou le football peuvent y contribuer…).

Impossible de se croire à l’abri parce que on respecte la lettre de la loi : l’esprit de la loi nous demande d’aller beaucoup plus loin. Impossible également de mépriser la loi au nom d’un amour prophétique : « pas un iota de la loi ne disparaîtra », avertit Jésus, et cela concerne donc l’interdit du meurtre ou de l’adultère qui reste fondateur.

Aspirer à la sagesse pour articuler la loi et les prophètes est donc la prière la plus importante de celui qui veut être responsable de son action.

C’est la prière du roi Salomon : « Donne-moi la sagesse assise près de toi » (Sg 9,4).  Il aurait pu demander la richesse ou la puissance, la gloire ou la santé, il a préféré demander la sagesse pour savoir comment gouverner son peuple. Et le célèbre épisode du jugement de Salomon où un enfant a failli être coupé en deux manifeste que cette sagesse accomplit la loi en lui évitant de devenir mécanique, automatique, impersonnelle. En même temps, cette sagesse oblige le sens prophétique à trouver les moyens de défendre les plus faibles, non pas de manière violente, mais avec habileté et intelligence.

Aspirez à la sagesse !

Celle de Salomon, de Ben Sirac, de Jésus, de Paul, qui accomplit sans abolir celle des Grecs, des philosophes des Lumières, des meilleurs de nos penseurs actuels.

Pour gouverner votre famille, votre métier, vos réseaux amicaux et associatifs, la loi et les prophètes ne suffisent pas : sans la sagesse qui vient de l’Esprit de Dieu, vous serez vite ballottés d’un extrême à un autre.

« Car l’Esprit voit le fond de toutes choses… ».

1ère lecture : « Tu peux observer les commandements » (Si 15, 15-20)

Lecture du livre de Ben Sirac le Sage

Si tu le veux, tu peux observer les commandements, il dépend de ton choix de rester fidèle.
Le Seigneur a mis devant toi l’eau et le feu : étends la main vers ce que tu préfères.
La vie et la mort sont proposées aux hommes, l’une ou l’autre leur est donnée selon leur choix.
Car la sagesse du Seigneur est grande, il est tout-puissant et il voit tout.
Ses regards sont tournés vers ceux qui le craignent, il connaît toutes les actions des hommes.
Il n’a commandé à personne d’être impie, il n’a permis à personne de pécher.

Psaume : 118, 1-2, 4-5, 17-18, 33-34

R/ Heureux qui règle ses pas sur la parole de Dieu.

Heureux les hommes intègres dans leurs voies
qui marchent suivant la loi du Seigneur !
Heureux ceux qui gardent ses exigences,
ils le cherchent de tout coeur ! 

Toi, tu promulgues des préceptes 
à observer entièrement. 
Puissent mes voies s’affermir 
à observer tes commandements ! 

Sois bon pour ton serviteur, et je vivrai,
j’observerai ta parole.
Ouvre mes yeux,
que je contemple les merveilles de ta loi.

Enseigne-moi, Seigneur, le chemin de tes ordres ;
à les garder, j’aurai ma récompense.
Montre-moi comment garder ta loi,
que je l’observe de tout c?ur.

2ème lecture : La sagesse de Dieu est ingorée du monde (1 Co 2, 6-10)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères,
c’est bien une sagesse que nous proclamons devant ceux qui sont adultes dans la foi, mais ce n’est pas la sagesse de ce monde, la sagesse de ceux qui dominent le monde et qui déjà se détruisent. 
Au contraire, nous proclamons la sagesse du mystère de Dieu, sagesse tenue cachée, prévue par lui dès avant les siècles, pour nous donner la gloire. Aucun de ceux qui dominent ce monde ne l’a connue, car, s’ils l’avaient connue, ils n’auraient jamais crucifié le Seigneur de gloire. Mais ce que nous proclamons, c’est, comme dit l’Écriture : ce que personne n’avait vu de ses yeux ni entendu de ses oreilles, ce que le c?ur de l’homme n’avait pas imaginé, ce qui avait été préparé pour ceux qui aiment Dieu. Et c’est à nous que Dieu, par l’Esprit, a révélé cette sagesse. Car l’Esprit voit le fond de toutes choses, et même les profondeurs de Dieu.

Evangile : Sermon sur la montagne. Surpasser la justice des scribes et des pharisiens (Mt 5, 17-37)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. La loi du Seigneur est joie pour le c?ur, lumière pour les yeux. Alléluia. (cf. Ps 18, 9)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait :
« Ne pensez pas que je suis venu abolir la Loi ou les Prophètes : je ne suis pas venu abolir, mais accomplir. Amen, je vous le dis : Avant que le ciel et la terre disparaissent, pas une lettre, pas un seul petit trait ne disparaîtra de la Loi jusqu’à ce que tout se réalise. Donc, celui qui rejettera un seul de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire ainsi, sera déclaré le plus petit dans le Royaume des cieux. Mais celui qui les observera et les enseignera sera déclaré grand dans le Royaume des cieux.

Je vous le dis en effet : Si votre justice ne surpasse pas celle des scribes et des pharisiens, vous n’entrerez pas dans le Royaume des cieux. Vous avez appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne commettras pas de meurtre, et si quelqu’un commet un meurtre, il en répondra au tribunal. Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui se met en colère contre son frère en répondra au tribunal. Si quelqu’un insulte son frère, il en répondra au grand conseil. Si quelqu’un maudit son frère, il sera passible de la géhenne de feu. Donc, lorsque tu vas présenter ton offrande sur l’autel, si, là, tu te souviens que ton frère a quelque chose contre toi, laisse ton offrande là, devant l’autel, va d’abord te réconcilier avec ton frère, et ensuite viens présenter ton offrande.  Accorde-toi vite avec ton adversaire pendant que tu es en chemin avec lui, pour éviter que ton adversaire ne te livre au juge, le juge au garde, et qu’on ne te jette en prison. Amen, je te le dis : tu n’en sortiras pas avant d’avoir payé jusqu’au dernier souVous avez appris qu’il a été dit : Tu ne commettras pas d’adultère. Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui regarde une femme et la désire a déjà commis l’adultère avec elle dans son c?ur. Si ton ?il droit entraîne ta chute, arrache-le et jette-le loin de toi : car c’est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne soit pas jeté dans la géhenne. Et si ta main droite entraîne ta chute, coupe-la et jette-la loin de toi : car c’est ton intérêt de perdre un de tes membres, et que ton corps tout entier ne s’en aille pas dans la géhenne.

Il a été dit encore : Si quelqu’un renvoie sa femme, qu’il lui donne un acte de répudiation. Eh bien moi, je vous dis : Tout homme qui renvoie sa femme, sauf en cas d’union illégitime, la pousse à l’adultère ; et si quelqu’un épouse une femme renvoyée, il est adultère. 

Vous avez encore appris qu’il a été dit aux anciens : Tu ne feras pas de faux serments, mais tu t’acquitteras de tes serments envers le Seigneur. Eh bien moi, je vous dis de ne faire aucun serment, ni par le ciel, car c’est le trône de Dieu, ni par la terre, car elle est son marchepied, ni par Jérusalem, car elle est la Cité du grand Roi. Et tu ne jureras pas non plus sur ta tête, parce que tu ne peux pas rendre un seul de tes cheveux blanc ou noir. Quand vous dites ‘oui’, que ce soit un ‘oui’, quand vous dites ‘non’, que ce soit un ‘non’. Tout ce qui est en plus vient du Mauvais. »
Patrick Braud

Mots-clés : , , ,

8 février 2014

On n’est pas dans le monde des Bisounours !

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

On n’est pas dans le monde des Bisounours !

Homélie du 5° dimanche du temps ordinaire/ Année A
09/02/2014

Cette remarque, vous l’entendrez très souvent en entreprise si vous essayez de vous référer explicitement ou non à l’éthique judéo-chrétienne. Si vous dites avec notre première lecture d’Isaïe (Is 58, 7-10) : « partage avec celui qui a faim », on vous rétorquera qu’à terme cela fera deux affamés au lieu d’un seul. Si vous appelez à faire disparaître du monde du travail « le joug, le geste de menace, la parole malfaisante » on vous traitera de doux idéaliste, ou de dangereux utopiste. Car décidément, le monde du travail n’est pas celui des Bisounours, répètent à l’envi les soi-disant réalistes.

bisounoursLes Bisounours, vous connaissez ! C’est d’abord cette collection d’ours en peluche pour les enfants, leur construisant un univers sucré et gentil tout plein. Une famille d’adorables oursons qui vivent tout là-haut, au pays des arc-en-ciel et des nuages douillets, dans un royaume merveilleux : le Jardin des Bisous.

Une série télévisée a donné vie aux héros Bisounours, dont les noms sont tout un programme : Grosbisou (Tenderheart Bear), Groschéri (Love-A-Lot Bear), Groscopain (Friend Bear), Grosdodo (Bedtime Bear), Grosfarceur ou Gailourson (Cheer Bear), Grosgâteau (Birthday Bear), Grosjojo (Funshine Bear), Grostaquin (Wish Bear), Grosveinard (Good Luck Bear) etc.

Pourtant, même dans ce monde des Bisounours, le mal existe. Les personnages nommés Sans Coeur, le professeur Coeur de Pierre, Tante Igèle, la Bestiole en sont la preuve. Et l’enfant sait bien que son environnement n’est pas aussi paisible que celui des Bisounours. Mais justement, ils sont là pour l’aider à ne pas réduire le monde à sa violence apparente, à faire exister la possibilité d’autres règles où les relations ne s’alignent pas sur la compétition, l’agressivité, l’intérêt égoïste.

Regardez l’action sociale des prophètes comme Isaïe, Amos ou Jean-Baptiste. Relisez les exigences des psaumes sur la défense de la veuve, l’orphelin et de l’étranger. Repartez de l’appel de la Genèse : « croissez et multipliez-vous » (Gn 1,28) et vous constaterez que les Bisounours bibliques sont sans doute les vrais réalistes.

S’ils appellent au partage, c’est parce qu’ils savent que la création de richesses est le premier devoir reçu du Dieu créateur.

S’ils appellent à la justice, c’est parce qu’ils savent qu’elle existe lorsqu’elle est voulue pour elle-même, pas pour légitimer les intérêts des puissants.

S’ils appellent à la défense des plus faibles, c’est parce qu’ils ont expérimenté dans l’histoire d’Israël que le sort fait aux plus petits conditionne la réussite de tout le peuple.

L’histoire de l’Église a donné aux baptisés de prolonger cette sagesse économique et politique. Cette sagesse se cristallise dans ce que l’on appelle la doctrine sociale de l’Église. Cette doctrine-là ne rêve pas d’un monde de Bisounours : elle prend l’économie telle qu’elle est – pleine d’aspirations contradictoires – pour l’orienter vers sa vocation ultime : une économie de communion, une manière d’être dans l’échange mutuel, dans des liens d’interdépendance qui respectent la dignité de toute personne humaine, et d’abord des plus pauvres.

On n'est pas dans le monde des Bisounours ! dans Communauté spirituelle 5bb29c4c-c96e-11de-85df-0f9542c4fd70L’événement incroyable de la chute du mur de Berlin en 1989 a couronné l’effort de Jean-Paul II, et de l’Église catholique avec lui, pour lutter contre le mal sans employer ses armes. Rien d’irréaliste à appeler au pardon et au partage face à la violence communiste de l’époque. C’est au contraire parce que à l’Est des catholiques (et des protestants) ont tenu bon dans les principes de l’éthique biblique (le droit, la justice, la miséricorde, le respect de tout homme) qu’ils ont pu avec le syndicat Solidarnosc et les manifestations est-allemandes renverser un pouvoir inique qui durait depuis 70 ans.

 

Voilà peut-être le « sel de la terre » dont parle Jésus dans l’évangile de ce Dimanche (Mt 5,13-16) : oser imaginer un monde différent, un monde réconcilié quand on ne vous parle que de rivalités ; travailler à donner une place aux exclus du système ; pardonner alors que c’est impossible ; croire que l’homme est fondamentalement à l’image de Dieu avant d’être pécheur et de manière plus décisive.

Cela a des conséquences dans les relations professionnelles.

Un auteur célèbre, Mac Gregor, a formalisé la vision de l’homme qu’ont les entrepreneurs en deux théories.

La première ? qu’il appelle la théorie X – la plus répandue, affirme que l’homme est mauvais, paresseux, et recherche son intérêt. Il faut donc instaurer une culture du contrôle (du badgage aux autorisations et reportings en tout genre), la carotte (rémunération individuelle) et le bâton (la sanction lors de l’évaluation individuelle) pour le motiver.

Sujet272NotesImage13 Bisounours dans Communauté spirituelle

La plupart des « chefs » pratiquent ce type de management, où l’on ne fait pas confiance a priori, où l’on pense d’abord aux tire-au-flanc, où on encadre pour éviter les débordements (c’est justement le rôle du « cadre »). Ce sont eux qui vous assènent un cinglant : « on est pas dans le monde des Bisounours ! » pour vous clouer le bec et vous empêcher de bercer les masses de dangereuses illusions.

Mac Gregor se fait le champion de la théorie alternative ? qu’il appelle la théorie Y – qui affirme que l’homme n’est pas fondamentalement mauvais, qu’il aspire au contraire au bien, à la coopération, au service des autres. Un management Y traduira cela par une confiance a priori envers les salariés, par la mise en place de l’autocontrôle (par chacun, par l’équipe) au lieu du contrôle hiérarchique, par la libération de la créativité de chacun et de sa capacité à innover. Comme disait Kennedy : « entourez les hommes de barrières et vous aurez des moutons ». La confiance a priori n’a rien de Bisounours. L’appel à servir au lieu de dominer rejoint le plus profond du coeur de chacun (cf. la notion de servant leader). Les entreprises qui ont mis en pratique cette vision de l’homme sont tout aussi efficaces – et même davantage ! – que les entreprises de la théorie X.

41JhAD2834L._ management

 

Isaac Getz, professeur à l’ESCP, a mené une enquête célèbre auprès de ses entreprises dites « libérées », parce qu’elle font sauter les entraves à l’autonomie, la responsabilité, l’innovation des collaborateurs. Son livre : « Liberté & compagnie » a rendu visible un mouvement qui se propage tout doucement en France.

 

Comme quoi les chrétiens n’ont pas à rougir de leurs prophètes et de leurs exigences sociales !

Entraînez-vous donc à paraphraser Isaïe pour garder courage dans la transformation de votre environnement professionnel :

 « Si tu fais disparaître de ton entreprise la domination, le geste de menace, la parole malfaisante, si tu fais attention aux plus petits parmi les collaborateurs, ton témoignage portera du fruit, ton obscurité sera comme la lumière de midi… »

1ère lecture : Celui qui donne aux malheureux est une lumière(Is 58, 7-10)

Lecture du livre d’Isaïe

Partager ton pain avec celui qui a faim, recueille chez toi le malheureux sans abri, couvre celui que tu verras sans vêtement, ne te dérobe pas à ton semblable. Alors ta lumière jaillira comme l’aurore, et tes forces reviendront rapidement. Ta justice marchera devant toi, et la gloire du Seigneur t’accompagnera. Alors, si tu appelles, le Seigneur répondra ; si tu cries, il dira : « Me voici. » Si tu fais disparaître de ton pays le joug, le geste de menace, la parole malfaisante, si tu donnes de bon c?ur à celui qui a faim, et si tu combles les désirs du malheureux, ta lumière se lèvera dans les ténèbres et ton obscurité sera comme la lumière de midi.

Psaume : Ps 111, 1a.4, 5a.6, 7-8a, 9

R/ Dans la nuit de ce monde, brille la lumière du juste.

Heureux qui craint le Seigneur !
Lumière des coeurs droits, il s’est levé dans les ténèbres,
homme de justice, de tendresse et de pitié.

L’homme de bien a pitié, il partage ;
cet homme jamais ne tombera ;
toujours on fera mémoire du juste.

Il ne craint pas l’annonce d’un malheur :
le c?ur ferme, il s’appuie sur le Seigneur.
Son c?ur est confiant, il ne craint pas.

À pleines mains, il donne au pauvre ;
à jamais se maintiendra sa justice,
sa puissance grandira, et sa gloire !

2ème lecture : En guise de sagesse, Paul annonce un Messie crucifié (1 Co 2, 1-5)
Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, quand je suis venu chez vous, je ne suis pas venu vous annoncer le mystère de Dieu avec le prestige du langage humain ou de la sagesse. Parmi vous, je n’ai rien voulu connaître d’autre que Jésus Christ, ce Messie crucifié. Et c’est dans la faiblesse, craintif et tout tremblant, que je suis arrivé chez vous. Mon langage, ma proclamation de l’Évangile, n’avaient rien à voir avec le langage d’une sagesse qui veut convaincre ; mais c’est l’Esprit et sa puissance qui se manifestaient, pour que votre foi ne repose pas sur la sagesse des hommes, mais sur la puissance de Dieu.

Evangile : Sermon sur la montagne. Le sel de la terre et la lumière du monde (Mt 5, 13-16)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Lumière du monde, Jésus Christ, celui qui marche à ta suite aura la lumière de la vie. Alléluia. (cf. Jn 8, 12)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait :
« Vous êtes le sel de la terre. Si le sel se dénature, comment redeviendra-t-il du sel ? Il n’est plus bon à rien : on le jette dehors et les gens le piétinent.

Vous êtes la lumière du monde. Une ville située sur une montagne ne peut être cachée. Et l’on n’allume pas une lampe pour la mettre sous le boisseau ; on la met sur le lampadaire, et elle brille pour tous ceux qui sont dans la maison. De même, que votre lumière brille devant les hommes : alors en voyant ce que vous faites de bien, ils rendront gloire à votre Père qui est aux cieux. »
Patrick Braud

Mots-clés : ,

18 janvier 2014

Révéler le mystère de l’autre

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Révéler le mystère de l’autre

Homélie du 2° dimanche du temps ordinaire / année A
19/01/2014

 

Discerner la véritable identité de l’autre

Jean-Baptiste n’est pas seulement une figure d’humilité (« il faut qu’il grandisse et que je diminue »). Il a également la capacité de discerner la véritable identité de l’autre.

« Voici l’agneau de Dieu » : là où la foule ne distingue rien d’autre qu’un pénitent parmi des centaines, Jean-Baptiste reconnaît celui qui va jouer un rôle unique dans le salut du peuple. Là où ses amis, ses disciples, sa famille même ne voient en Jésus qu’un guérisseur extraordinaire, Jean-Baptiste discerne en son cousin le fils de Dieu lui-même, c’est-à-dire quelqu’un qui a avec Dieu une intimité à nulle autre pareille.

 Ce don de discerner la véritable personnalité de l’autre, Jean-Baptiste le met au service de la vérité, quoi qu’il en coûte. À Hérode, il ose reprocher en public : « tu n’as pas le droit d’épouser la femme de ton frère ». Là encore, quand ses sujets ne disent d’Hérode que ce qu’il est convenu de dire des puissants qui règnent, Jean-Baptiste ose proclamer haut et fort qu’il est vraiment « ce renard d’Hérode »  derrière sa façade royale. Aux pharisiens qui s’approchent de lui par pur souci rituel, Jean-Baptiste n’a pas peur d’adresser un retentissant : « engeance de vipères » qui a dû faire trembler ses partisans au désert.

Voilà une mission qui est encore celle des baptisés aujourd’hui : révéler à l’autre qui il est vraiment, révéler aux autres ce qu’il peut leur apporter, en bien comme en mal.

Prenez vos collaborateurs dans votre équipe au travail : la plupart du temps ils ont chacun leur réputation, on les a classés, étiquetés, voire programmés comme étant « à potentiel » ou au contraire « non évolutifs ».

Quelqu’un comme Jean-Baptiste saura poser sur eux un autre regard. « Voici un homme qui peut apporter autre chose » ; « voici une femme qui mérite d’être appelée ailleurs ». Ou bien : « voici un puissant qui manipule pour se maintenir », « voici des pratiques qui ne sont pas dignes de nos valeurs ».

Évidemment celui qui aura le courage de parler ainsi prendra des risques. On ne lui coupera peut-être pas la tête comme à Jean-Baptiste, mais il devra endurer quelques moqueries ou scepticismes lorsqu’il voudra valoriser des talents cachés. Et il subira rétorsions et menaces lorsqu’il dénoncera de fausses apparences professionnelles.

Mais la vocation prophétique liée au baptême va jusque-là : à la manière de Jean-Baptiste, manifester à tous le meilleur de l’autre que l’autre lui-même ignore ; rendre publiques les contradictions que les puissants cherchent à cacher.

Il n’y a pas qu’au monde du travail que cette mission style Jean-Baptiste s’applique. Entre voisins, entre paroissiens, entre étudiants ou lycéens, et même entre mari et femme nous avons besoin que des Jean-Baptiste élèvent la voix pour manifester la véritable dignité de ceux que personne ne remarque.

 

Commencer par reconnaître ne pas connaître

De manière paradoxale, la source de la connaissance de Jean-Baptiste est… la confession Révéler le mystère de l'autre dans Communauté spirituelle bernardino%20luini-%20vierge%20a%20l-enfant%20avec%20saintde non savoir. « Et moi, je ne le connaissais pas… ». En prononçant ces mots au sujet d’un cousin dont il est supposé être familier, Jean-Baptiste reconnaît que notre connaissance immédiate de l’autre ne suffit pas pour savoir qui il est vraiment. Ni les liens familiaux, ni les appartenances religieuses, ni les renseignements accumulés sur quelqu’un ne sont suffisants pour croire le connaître.

Jean-Baptiste laisse l’Esprit de Dieu lui révéler qui est Jésus. De même, nous devons abandonner les idées préétablies que nous avons sur quelqu’un pour commencer à découvrir son identité profonde.

« Je ne le connais pas » est la première étape qui conduit à la vraie connaissance de l’autre. Et ceci tout au long d’une vie.

Dire de son conjoint ou de son enfant : « je ne le connais pas » permet d’aller à sa découverte chaque jour, de se laisser surprendre par lui, de ne pas l’enfermer dans ce qu’il a déjà fait dans le passé (en positif comme en négatif). Bref : reconnaître mon ignorance du mystère de l’autre permet de l’accueillir tel qu’il est, sans préjugés ni a priori. Cela demande d’ailleurs de cultiver la vertu de l’oubli. Oublier ce qui viendrait figer mon jugement ; oublier les actes commis qui m’empêcheraient de croire au renouveau possible ; oublier ce qu’on m’a dit de l’autre et qui servirait de filtre à ma redécouverte de ce qu’il est.

« Voici l’agneau de Dieu » : cette désignation prophétique a impressionné les contemporains de Jean-Baptiste. Car il s’effaçait alors devant celui qu’il manifestait au monde. Et surtout il savait qui était vraiment ce Jésus de Nazareth, immergé dans la foule du Jourdain, pèlerin anonyme et inconnu de tous.

Nous aussi, sachons discerner au milieu des foules d’aujourd’hui ceux qui peuvent apporter quelque chose au monde, ceux qu’il faudrait suivre.

Apprenons de l’Esprit de Dieu la clairvoyance qui permet de deviner en l’autre ses talents cachés, son identité vraie…

 

1ère lecture : Le serviteur de Dieu est la lumière des nations(Is 49, 3.5-6)

Lecture du livre d’Isaïe

Parole du Serviteur de Dieu. Le Seigneur m’a dit : « Tu es mon serviteur, Israël, en toi je me glorifierai. »
Maintenant le Seigneur parle, lui qui m’a formé dès le sein de ma mère pour que je sois son serviteur, que je lui ramène Jacob et que je lui rassemble Israël. Oui, j’ai du prix aux yeux du Seigneur, c’est mon Dieu qui est ma force.
Il parle ainsi : « C’est trop peu que tu sois mon serviteur pour relever les tribus de Jacob et ramener les rescapés d’Israël : je vais faire de toi la lumière des nations, pour que mon salut parvienne jusqu’aux extrémités de la terre. »

Psaume : Ps 39, 2abc.4ab, 7-8a, 8b-9, 10cd.11cd

R/ Me voici, Seigneur, je viens faire ta volonté.

D’un grand espoir, j’espérai le Seigneur :
il s’est penché vers moi.
Dans ma bouche il a mis un chant nouveau,
une louange à notre Dieu.

Tu ne voulais ni offrande ni sacrifice,
tu as ouvert mes oreilles ;
tu ne demandais ni holocauste ni victime,
alors j’ai dit : « Voici, je viens. »

Dans le livre, est écrit pour moi
ce que tu veux que je fasse.
Mon Dieu, voilà ce que j’aime :
ta loi me tient aux entrailles.

Vois, je ne retiens pas mes lèvres,
Seigneur, tu le sais.
j’ai dit ton amour et ta vérité
à la grande assemblée.

2ème lecture : Paul salue l’Église de Dieu qui est à Corinthe (1 Co 1, 1-3)

Commencement de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Moi, Paul, appelé par la volonté de Dieu pour être Apôtre du Christ Jésus, avec Sosthène notre frère, je m’adresse à vous qui êtes, à Corinthe, l’Église de Dieu, vous qui avez été sanctifiés dans le Christ Jésus, vous les fidèles qui êtes, par appel de Dieu, le peuple saint, avec tous ceux qui, en tout lieu, invoquent le nom de notre Seigneur Jésus Christ, leur Seigneur et le nôtre.

Que la grâce et la paix soient avec vous, de la part de Dieu notre Père et de Jésus Christ le Seigneur.

Evangile : « Voici l’Agneau de Dieu qui enlève le péché du monde » (Jn 1, 29-34)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Le Verbe s’est fait chair, il a demeuré parmi nous. Par lui, deviendront fils de Dieu tous ceux qui le reçoivent.Alléluia. (cf. Jn 1, 14.12)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Comme Jean Baptiste voyait Jésus venir vers lui, il dit : « Voici l’Agneau de Dieu, qui enlève le péché du monde ; c’est de lui que j’ai dit : Derrière moi vient un homme qui a sa place devant moi, car avant moi il était. Je ne le connaissais pas ; mais, si je suis venu baptiser dans l’eau, c’est pour qu’il soit manifesté au peuple d’Israël. »
Alors Jean rendit ce témoignage : « J’ai vu l’Esprit descendre du ciel comme une colombe et demeurer sur lui. Je ne le connaissais pas, mais celui qui m’a envoyé baptiser dans l’eau m’a dit : ‘L’homme sur qui tu verras l’Esprit descendre et demeurer, c’est celui-là qui baptise dans l’Esprit Saint.’ Oui, j’ai vu, et je rends ce témoignage : c’est lui le Fils de Dieu. »
Patrick Braud

Mots-clés : , , , , , , ,

4 janvier 2014

Épiphanie : qu’est-ce que l’universel ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Épiphanie : qu’est-ce que l’universel ?

 

Homélie pour la fête de l’Épiphanie / Année A
05/01/14

« Les païens sont associés au même héritage que les juifs » : Paul résume en une phrase la révolution qui s’allume à l’Épiphanie et explose à la Pentecôte.

Tous les peuples sont appelés à devenir enfants de Dieu comme l’est Israël depuis l’Alliance avec Abraham.
Toutes les cultures peuvent porter la révélation d’un Dieu transcendant et immanent tout à la fois.
Chacun, quel que soit son origine, est appelé à être divinisé, à devenir Dieu lui-même, par le Christ dans l’Esprit.

Épiphanie : qu'est-ce que l'universel ? dans Communauté spirituelle world%20map_0 

Cet universalisme chrétien fortement signifié dans la fête de l’Épiphanie à travers les trois mages de trois continents différents s’est épanoui en une Église catholique (= universelle) qui préside à l’unité du monde chrétien depuis des siècles.

Mais qu’est-ce que l’universel aujourd’hui ? Comment être « épiphanique », c’est-à-dire manifester que tous les peuples sont associés à la même promesse ?

Parcourons une petite et trop rapide histoire de l’universel, pour pouvoir nous interroger au passage sur la manière de réinvestir cette note de l’Église (universelle) dans le contexte contemporain.

 

UNE PETITE HISTOIRE DE L’UNIVERSEL

1. Le particularisme juif

product-891 commerce dans Communauté spirituelleParadoxalement, on peut commencer cette histoire avec le particularisme juif. Alors que les peuples étaient éclatés en empires et divinités diverses coexistant plus ou moins bien, voilà qu’un peuple minuscule, ne pouvant revendiquer aucune domination globale, ose croire en un seul Dieu unique, le même et le seul pour tous ! On a peine à mesurer aujourd’hui la prétention révolutionnaire de cette revendication monothéiste. Le Dieu d’Israël est le Dieu de toutes les nations. Par contre, cet universel divin  se traduit par une farouche différence juive : la circoncision, les interdits alimentaires de la cashrout juive, le mariage entre juifs, les 613 commandements réglant la vie quotidienne… tout est fait pour empêcher l’identité juive de se dissoudre dans le concert des nations. Pourtant la traduction grecque de la Torah (la Septante) montre que ce particularisme pouvait fort bien migrer dans d’autres cultures et dans d’autres langues.

 

Ce modèle d’universalisme, fondée sur le droit à la différence qui garantit une identité spécifique, pourrait bien à nouveau inspirer l’Église. Proclamer que Dieu appartient à tous, tout en laissant chaque peuple, et chacun dans le peuple, conclure une alliance particulière avec ce Dieu commun…

2. L’universel politique : le syncrétisme romain

Auguste_empereur EpiphaniePrenant le relais des cités grecques (réservées aux seuls citoyens, donc excluant les femmes et les esclaves), l’empire romain pendant cinq siècles environ a imposé un autre modèle d’universalisme : par addition. Loin de proclamer un Dieu unique (un empereur unique suffit pour maintenir l’unité), les romains ont la plupart du temps respecté chaque culture des peuples soumis militairement. La pax romana a permis aux cultures barbares de s’enrichir par échange, diffusion, mélange (héritage de la metis grecque), juxtaposition.

C’est le lien politique qui fait l’unité, qui symbolise l’universel. Les liens religieux, raciaux, culturels sont des carreaux d’une immense mosaïque ne reniant rien des diversités conquises, mais les intégrant au puzzle de l’empire en faisant coexister toutes les tendances.

La mondialisation actuelle pourrait bien prendre ce visage d’un gigantesque syncrétisme généralisé. Mais quel lien politique sera assez fort pour intégrer tous les communautarismes actuels dans un espace commun ?

 

3. L’universel religieux : la chrétienté, l’umma

pt59273 modernitéL’empire romain s’écroulant au IVe siècle sous la poussée des barbares, l’Église catholique (latine) prend le relais en Occident. Les Églises orthodoxes feront de même en Orient. Elle développe avec génie  ? notamment grâce à la figure de l’évêque de Rome transformé en pape de toutes les Églises locales  ? un universalisme basé sur le lien religieux. Elle reste pentecostale, c’est-à-dire parlant toutes les langues de la terre, même si le latin (la langue du peuple) tend à devenir l’unique. L’oubli du rôle de l’Esprit Saint dans l’histoire et les cultures des peuples finira par lui faire confondre monothéisme et monoculture. Cet universel a souffert de n’être pas assez trinitaire. Pourtant, du IVe siècle au XVIe siècle il a forgé une conscience commune en Europe ; il a fait émerger la notion de sujet à partir des  débats sur la personne du Christ ; il a symbolisé l’unité des peuples et la réalité pour tous des grands concepts de la tradition chrétienne.

Son concurrent islamique  ? l’umma  ?  n’a jamais fait qu’imiter (la dimension trinitaire en moins) la volonté catholique d’unifier le monde en le convertissant à une seule foi.

Malgré les splendeurs de la civilisation médiévale, ce modèle a éclaté, irréversiblement, sous les coups de boutoir de l’économie marchande, puis de la Raison des Lumières. Reste que le lien religieux pourrait redevenir un puissant ferment d’unité, à condition que le dialogue interreligieux soit source de paix et de concorde entre les peuples, ce qui n’est pas une mince affaire?

 

4. L’universel marchand : le doux commerce

Marchands_de_vin_XVe universelÀ partir du Xe siècle environ, les marchands  ? et avec eux les banquiers  ? sont devenus plus importants que les clercs. Ils ont fait émerger une autre vision du monde, où ce qui unit les hommes n’est plus la piété ni la messe, mais les écus sonnants et trébuchants. Peu importe la religion ou le pays, l’universel marchand s’impose à tous ; les foires commerciales essaiment dans toute l’Europe ; la soif de la richesse fait traverser les mers. Le seul vrai lien reliant les peuples peut alors reposer sur l’échange marchand. Montesquieu consacrera cette intuition et ces pratiques dans sa célèbre thèse du doux commerce : « partout où il y a des moeurs douces, il y a du commerce, et partout où il y a du commerce, il y a des moeurs douces » (de l’Esprit des Lois XX,1). Les marchands peuvent donc s’émanciper du lien politique comme du lien religieux. Ils préfigurent la société civile, qui ne veut d’autre universel que l’économique, renvoyant les religions à des particularités dangereuses pour les affaires, devant donc être limitées à la sphère privée.

François d’Assise avait bien compris cette nouvelle vision du monde apporté par les marchands. Il l’avait baptisée dans l’universel franciscain, fait de simplicité, d’égalité, de mobilité, valeurs nouvelles apportées par les marchands.

Ne faudrait-il pas à nouveau baptiser les valeurs marchandes de la mondialisation actuelle ?

 

5. L’universel moderne : les 3 M

La modernité s’est construite sur cette double émergence du sujet et de l’échange marchand. Elle a promu une Raison censée éclairer l’humanité sur les phénomènes que les religions maintenaient obscures et réservées au sacré. C’est la période des Lumières du XVIIIe siècle. La raison moderne, supposée triompher dans la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 (dans la lignée de celle de 1789), s’impose comme le seul universel, parce que la raison est la même pour tous. Cette suprématie universelle de la raison s’épanouit dans les trois universaux modernes transcendants toute différence, les fameux 3 M : Mathématique / Monnaie / Musique.

Quoi de plus universel en effet que le langage mathématique, financier ou musical ?

Et pourquoi pas en effet réinvestir ces universaux avec des scientifiques, des entrepreneurs, des artistes inspirés par la foi chrétienne ?

 

6. L’universel postmoderne

En réaction à cette hégémonie finalement très coloniale et occidentale, la post-modernité proclame depuis l’après-guerre la mort du sujet, ou son rétrécissement à un petit moi revendiquant ses particularités plus que sa commune humanité. Les écologies voudraient déloger l’homme de l’universel. Le pluralisme démocratique consacre la différence sans transcendance. Même l’économie ou la politique renonce aux grands modèles pour expérimenter une multitude d’alternatives fragmentées, découpant des micro-univers sans lien véritable. La prétention musulmane ou catholique de refaire l’unité du monde ?à l’ancienne’ n’est dans ce contexte qu’un intégrisme à contre-courant de l’histoire. Alors que l’Épiphanie et les trois mages manifestent justement qu’il n’y a pas besoin de renoncer à son caractère européen, africain ou asiatique pour que l’enfant juif devienne « lumière des nations » !

 

On le voit : cette trop rapide histoire de l’universel peut inspirer aux chrétiens un renouveau de présence au monde.

Les six modèles n’ont pas disparu et se superposent, tels des strates géologiques, dans notre inconscient collectif. Chaque modèle dit quelque chose de l’universel de la foi chrétienne. Aucun ne l’épuise.

Même minoritaires en France et en Europe, les catholiques peuvent porter un ferment d’universel (épiphanique), à condition d’interpréter avec justesse les cultures environnantes, à condition de croire au travail de l’Esprit de Dieu chez les autres.

Car « l’Esprit associe les païens à la même promesse que les juifs dans le Christ Jésus » (Mt 16 3,2-6).

 

 

1ère lecture : Les nations païennes marchent vers la lumière de Jérusalem (Is 60, 1-6)
Lecture du livre d’Isaïe

Debout, Jérusalem ! Resplendis : elle est venue, ta lumière, et la gloire du Seigneur s’est levée sur toi.
Regarde : l’obscurité recouvre la terre, les ténèbres couvrent les peuples ; mais sur toi se lève le Seigneur, et sa gloire brille sur toi.
Les nations marcheront vers ta lumière, et les rois, vers la clarté de ton aurore.
Lève les yeux, regarde autour de toi : tous, ils se rassemblent, ils arrivent ; tes fils reviennent de loin, et tes filles sont portées sur les bras.
Alors tu verras, tu seras radieuse, ton c?ur frémira et se dilatera. Les trésors d’au-delà des mers afflueront vers toi avec les richesses des nations.
Des foules de chameaux t’envahiront, des dromadaires de Madiane et d’Épha. Tous les gens de Saba viendront, apportant l’or et l’encens et proclamant les louanges du Seigneur.

Psaume : Ps 71, 1-2, 7-8, 10-11, 12-13

R/ Parmi toutes les nations, Seigneur, on connaîtra ton salut

Dieu, donne au roi tes pouvoirs,
à ce fils de roi ta justice.
Qu’il gouverne ton peuple avec justice,
qu’il fasse droit aux malheureux !

En ces jours-là, fleurira la justice, 
grande paix jusqu’à la fin des lunes !
Qu’il domine de la mer à la mer, 
et du Fleuve jusqu’au bout de la terre !

Les rois de Tarsis et des Iles apporteront des présents,
les rois de Saba et de Seba feront leur offrande.
Tous les rois se prosterneront devant lui, 
tous les pays le serviront.

Il délivrera le pauvre qui appelle 
et le malheureux sans recours.
Il aura souci du faible et du pauvre, 
du pauvre dont il sauve la vie.

2ème lecture : L’appel au salut est universel (Ep 3, 2-3a.5-6)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens

Frères,
vous avez appris en quoi consiste la grâce que Dieu m’a donnée pour vous :
par révélation, il m’a fait connaître le mystère du Christ.
Ce mystère, il ne l’avait pas fait connaître aux hommes des générations passées, comme il l’a révélé maintenant par l’Esprit à ses saints Apôtres et à ses prophètes.
Ce mystère, c’est que les païens sont associés au même héritage, au même corps, au partage de la même promesse, dans le Christ Jésus, par l’annonce de l’Évangile.

Evangile : Les mages païens viennent se prosterner devant Jésus (Mt 2, 1-12)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Nous avons vu se lever son étoile, et nous sommes venus adorer le Seigneur. Alléluia. (cf. Mt 2, 2)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jésus était né à Bethléem en Judée, au temps du roi Hérode le Grand. Or, voici que des mages venus d’Orient arrivèrent à Jérusalem et demandèrent : « Où est le roi des Juifs qui vient de naître ? Nous avons vu se lever son étoile et nous sommes venus nous prosterner devant lui. »
En apprenant cela, le roi Hérode fut pris d’inquiétude, et tout Jérusalem avec lui. Il réunit tous les chefs des prêtres et tous les scribes d’Israël, pour leur demander en quel lieu devait naître le Messie. Ils lui répondirent :
« À Bethléem en Judée, car voici ce qui est écrit par le prophète :
Et toi, Bethléem en Judée, tu n’es certes pas le dernier parmi les chefs-lieux de Judée ; car de toi sortira un chef, qui sera le berger d’Israël mon peuple. »
Alors Hérode convoqua les mages en secret pour leur faire préciser à quelle date l’étoile était apparue ; puis il les envoya à Bethléem, en leur disant : « Allez vous renseigner avec précision sur l’enfant. Et quand vous l’aurez trouvé, avertissez-moi pour que j’aille, moi aussi, me prosterner devant lui. » Sur ces paroles du roi, ils partirent. 

Et voilà que l’étoile qu’ils avaient vue se lever les précédait ; elle vint s’arrêter au-dessus du lieu où se trouvait l’enfant. Quand ils virent l’étoile, ils éprouvèrent une très grande joie. En entrant dans la maison, ils virent l’enfant avec Marie sa mère ; et, tombant à genoux, ils se prosternèrent devant lui. Ils ouvrirent leurs coffrets, et lui offrirent leurs présents : de l’or, de l’encens et de la myrrhe. 

Mais ensuite, avertis en songe de ne pas retourner chez Hérode, ils regagnèrent leur pays par un autre chemin.
Patrick Braud

Mots-clés : , , ,
1...5657585960...76