L'homélie du dimanche (prochain)

14 août 2011

Marie, parfaite image de l’Église à venir

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Parfaite image de l’Église à venir

Homélie de l’Assomption / 15 Août 2011

L’Église en fête célèbre la première créature à être déjà pleinement divinisée : Marie, humble jeune femme juive, « élevée dans la gloire du ciel » (préface de l’Assomption).

Tant mieux pour Marie. Mais quelle incidence sur notre propre aventure humaine ?
En célébrant Marie, associée à la résurrection de son fils, nous célébrons en fait notre propre avenir.

L’Assomption : une pro-vision efficace.

Une vieille règle théologique médiévale peut nous aider à déchiffrer le sens des fêtes mariales. Il n’arrive à Marie personnellement que ce qui est promis à l’Église collectivement. Et ce qu’est l’Église radicalement (une, sainte, catholique, apostolique) Marie l’est déjà personnellement, en plénitude.

« C’est à juste titre que, dans les Écritures divinement inspirées, ce qui est dit en  général de cette vierge mère qu’est l’Église s’applique en particulier à la Vierge Marie ; et ce qui est dit en particulier de la vierge mère qu’est Marie se comprend en général de l’Église vierge mère. Lorsqu’un texte parle de l’une ou de l’autre, il peut être appliqué presque sans distinction à l’une et à l’autre. »  [1]

La préface de l’Assomption oriente notre regard vers Marie, en avant, comme l’effet symétrique d’un coup d’oeil dans le rétroviseur : « parfaite image de l’Église à venir, aurore de l‘Église triomphante, elle guide et soutient l’espérance de ton peuple encore en chemin ».

C’est en quelque sorte une pro-vision d’espérance, une vision anticipée de ce qui nous attend.

En Marie, l’une des nôtres est déjà personnellement parvenue au terme de ce qui attend chacun d’entre nous et ensemble.

Impossible dans la foi chrétienne d’avoir le regard dans le rétroviseur ! Nulle nostalgie d’un paradis perdu, d’un âge d’or mythique, nul regret d’une période soi-disant idéale n’anime cette provision d’espérance. On peut fixer du regard Marie dans son Assomption en répétant les paroles de Paul : « je poursuis ma course pour tâcher de saisir, ayant été saisi moi-même par le Christ Jésus.  Non, frères, je ne me flatte point d’avoir déjà saisi; je dis seulement ceci: oubliant le chemin parcouru, je vais droit de l’avant, tendu de tout mon être,  et je cours vers le but, en vue du prix que Dieu nous appelle à recevoir là-haut, dans le Christ Jésus. » (Ph 3,13-14)

Cette pro-vision est efficace, auto-réalisatrice diraient les linguistes : au moment où l’Église fixe son regard sur l’une d’entre elles déjà élevée dans la gloire, elle en est profondément transformée dans cette contemplation même.

Ce que nous regardons nous influence en retour : c’est vrai de nos écrans, de nos architectures, de nos livres, combien plus encore de nos regards intérieurs !

Lever les yeux vers Marie associée à la gloire du Christ, c’est faire provision d’espérance, et « l’espérance ne déçoit pas » (Rm 5,5).
Entre Marie et l’Église, le lien est si fort que la vocation de l’une éclaire le mystère de l’autre, et réciproquement.

Parfaite image de l’Église à venir : puisse l’Assomption de Marie soutenir notre marche, notre pèlerinage dans la foi.
Que nul événement ne nous détourne de cette pro-vision d’espérance.

 


[1]. Isaac de l’Étoile, 1100-1178, abbé du monastère de l’Etoile (à Archigny dans la Vienne), fondateur de l’abbaye Notre Dame des Châteliers sur l’ile de Ré, Homélie LI, « Sources chrétiennes n° 339, pp. 203-205

 

 

1ère lecture : La Femme de l’Apocalypse, image de l’Église comme Marie (Ap 11, 19a ; 12, 1-6a.10ab)

Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

Le Temple qui est dans le ciel s’ouvrit, et l’arche de l’Alliance du Seigneur apparut dans son Temple.
Un signe grandiose apparut dans le ciel : une Femme, ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds,e t sur la tête une couronne de douze étoiles.
Elle était enceinte et elle criait, torturée par les douleurs de l’enfantement.
Un autre signe apparut dans le ciel : un énorme dragon, rouge feu, avec sept têtes et dix cornes,et sur chaque tête un diadème.
Sa queue balayait le tiers des étoiles du ciel, et les précipita sur la terre. Le Dragon se tenait devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer l’enfant dès sa naissance.
Or, la Femme mit au monde un fils, un enfant mâle, celui qui sera le berger de toutes les nations, les menant avec un sceptre de fer. L’enfant fut enlevé auprès de Dieu et de son Trône,
et la Femme s’enfuit au désert, où Dieu lui a préparé une place.
Alors j’entendis dans le ciel une voix puissante, qui proclamait : « Voici maintenant le salut,la puissance et la royauté de notre Dieu, et le pouvoir de son Christ ! »

Psaume : Ps 45, 11-12a, 12b-13, 14-15a, 15b-16

R/ Heureuse es-tu, Vierge Marie, dans la gloire de ton Fils.

Écoute, ma fille, regarde et tends l’oreille ;
oublie ton peuple et la maison de ton père :
le roi sera séduit par ta beauté.

Il est ton Seigneur : prosterne-toi devant lui.
Alors, les plus riches du peuple,
chargés de présents, quêteront ton sourire.

Fille de roi, elle est là, dans sa gloire,
vêtue d’étoffes d’or ;
on la conduit, toute parée, vers le roi.

Des jeunes filles, ses compagnes, lui font cortège ;
on les conduit parmi les chants de fête :
elles entrent au palais du roi.

2ème lecture : Le Christ nous entraîne tous dans la vie éternelle ( 1 Co 15, 20-27a)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, le Christ est ressuscité d’entre les morts, pour être parmi les morts le premier ressuscité. Car, la mort étant venue par un homme, c’est par un homme aussi que vient la résurrection. En effet, c’est en Adam que meurent tous les hommes ; c’est dans le Christ que tous revivront, mais chacun à son rang : en premier, le Christ ; et ensuite, ceux qui seront au Christ lorsqu’il reviendra. Alors, tout sera achevé, quand le Christ remettra son pouvoir royal à Dieu le Père, après avoir détruit toutes les puissances du mal. C’est lui en effet qui doit régner jusqu’au jour où il aura mis sous ses pieds tous ses ennemis. Et le dernier ennemi qu’il détruira, c’est la mort, car il a tout mis sous ses pieds.

Evangile : « Heureuse celle qui a cru ! » (Lc 1, 39-56)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Aujourd’hui s’est ouverte la porte du paradis : Marie est entrée dans la gloire de Dieu ; exultez dans le ciel, tous les anges ! Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ces jours-là, Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée.
Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth.
Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie de l’Esprit Saint,
et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni.
Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?
Car, lorsque j’ai entendu tes paroles de salutation, l’enfant a tressailli d’allégresse au-dedans de moi.
Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »
Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur,
« Mon âme exalte le Seigneur,
mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur.
Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom !
Son amour s’étend d’âge en âgesur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.
Il comble de bien les affamés, renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa race à jamais. »
Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.
Patrick Braud

Mots-clés : , , ,

13 août 2011

Maison de prière pour tous les peuples

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Maison de prière pour tous les peuples

Homélie du 20° Dimanche ordinaire / Année A   / 14/08/2011

Quelle place donner aux étrangers dans la vie sociale, culturelle, religieuse d’un pays ?

Faut-il leur accorder le droit de vote ? À quelles élections ? Quelle place peuvent-ils prendre dans les associations, dans les Églises ? Faut-il une politique d’intégration, d’assimilation, ou bien un multiculturalisme intelligent ?

Ces questions sont de toujours à toujours, et nos politiques ne sont ni les premiers ni les derniers à instrumentaliser ou au contraire à fuir ces réels enjeux du vivre ensemble.

Isaïe : l’ouverture à l’universel.

Maison de prière pour tous les peuples dans Communauté spirituelle 16950555

Isaïe transmet une prise de position courageuse, sans doute à contre-courant de l’opinion majoritaire des coreligionnaires juifs de son époque. « Je ferai bon accueil aux étrangers qui se sont attachés au service de mon Nom. Je les rendrai heureux dans ma maison de prière. » (Is 56).

Bien sûr la condition exprimée semble restrictive (« s’attacher au service du Nom » = se détacher du polythéisme et devenir un craignant-Dieu). Mais pour l’époque c’est déjà révolutionnaire d’universaliser ainsi le salut et le bonheur offerts dans le temple de Jérusalem. La conclusion est encore plus stupéfiante : « ma maison s’appellera : maison de prière pour tous les peuples. »

Salomon ira dans ce sens en demandant à Dieu d’exaucer les prières des étrangers qui viendront prier ici (1R 8)…

Que quelques tribus d’ex-nomades, d’ex-esclaves aient prétendu détenir la vérité sur le seul vrai Dieu est déjà un tournant unique de l’histoire humaine. Qu’ils aient élargi leur position religieuse jusqu’à en conclure logiquement que ce dieu – puisqu’il est unique – est aussi le dieu des païens, des étrangers, de l’univers tout entier, est un autre tournant tout aussi important.

Les prophètes ne font pas de Jérusalem une capitale ethnocentrée. Elle est « maison de prière pour tous les peuples ». Le Vatican, en demandant un statut international pour la ville de Jérusalem, serait paradoxalement plus juif que les politiques juifs, dans la ligne prophétique Isaïe !

Paul : le souci des locaux.

Paul réfléchit lui aussi à ce mystère d’Israël au milieu des nations (Rm 11).

Le scandale de conf-car-paris-2009-saint-paul Doctrine sociale dans Communauté spirituellela croix du Christ a opéré un chassé-croisé surprenant. Ceux qui étaient loin (les étrangers) sont désormais devenus proches, et les enfants de famille (les juifs) semble être devenus des ennemis irréductibles, alors que Jésus est l’un d’entre eux, ainsi que Paul et tous les premiers chrétiens.

L’apôtre des païens n’oubliera jamais la vocation singulière du peuple de l’Alliance. Tout en parcourant la Méditerranée, jusqu’à faire arriver le premier évangile en Europe, Paul n’aura de cesse de rappeler que les fils de famille ne doivent pas être délaissés ni méprisés sous prétexte d’ouverture aux païens.

 

Si nous avions gardé cette tension féconde, nous n’aurions jamais regardés les juifs comme les nouveaux étrangers du christianisme. Nous aurions empêché les pogroms, les conversions forcées, peut-être même la Shoah…

Jésus : l’étranger est surprise.

Jésus est juif jusqu’au bout des ongles. Alors qu’il fait un peu de camping touristique, ou du  étrangermoins alors qu’il prend du repos le long de la côte libanaise (Tyr et Sidon), il semble camper dans un complexe de supériorité si courant chez les rabbins juifs. « Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues d’Israël ». Autrement dit : les étrangers, ce n’est pas mon problème. Isaïe a dû se retourner dans sa tombe ! Heureusement, la ténacité de cette libanaise qui lui réclame des miettes va ébranler l’autosuffisance juive qui n’a pas épargné même Jésus : « les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leur maître ». Là, Jésus stupéfait est obligé de reconnaître que cette femme a raison : les étrangers sont bien invités au festin, et pas que pour des miettes ! C’est sans doute un déclic dans la conscience de Jésus. À partir de la rencontre de cette étrangère, il défendra jusqu’au bout l’universalité de sa mission. Il annoncera de salut pour tous. L’écriteau INRI, rédigé en latin, grec et araméen témoignera de son désir de « rassembler dans l’unité des enfants de Dieu dispersés » (Jn 11,52), étrangers et juifs enfin réunis.

 

·      Peut-on conclure quelque chose de ce bref parcours sur la place des étrangers dans la vie d’Israël et de l’Église ?

 IsaïePas un programme politique détaillé. 

Pas un catalogue de mesures répressives ou libérales.

Plutôt un état d’esprit, qui aura des conséquences énormes à la longue.

Avec Isaïe nous continuons de proclamer que tous les étrangers ont leur place dans la maison de prière qu’est l’Église, pour tous les peuples.

Avec Paul, nous rappelons en même temps il ne faut pas oublier les fils de la maison, ceux qui accueillent, et qui ont besoin de ne pas devenir symétriquement les étrangers des autres.

Avec Jésus, nous voulons nous laisser surprendre dans la rencontre de l’étranger, qui a tant de choses à nous apprendre sur Dieu.

Ce n’est qu’un socle sur lequel bâtir une vraie politique d’accueil des étrangers. Il faudrait d’ailleurs relire tous les textes bibliques accordant aux étrangers un statut d’égalité avec les juifs dans le Royaume d’Israël (ex: « la loi sera la même pour le citoyen et pour l’étranger en résidence parmi vous » Ex 12,49 etc.)

Mais ce socle pourrait déjà changer bien des choses dans nos têtes, dans nos coeurs, dans notre porte-monnaie.

 

L’immigration à la lumière de la doctrine sociale – 1ère partie from Semaines Sociales de France on Vimeo.

 

1ère lecture : Dieu accueille les étrangers qui viennent le prier (Is 56, 1.6-7)
Lecture du livre d’Isaïe

Parole du Seigneur :
Observez le droit, pratiquez la justice. Car mon salut est approche, il vient, et ma justice va se révéler. 
Les étrangers qui se sont attachés au service du Seigneur pour l’amour de son nom et sont devenus ses serviteurs, tous ceux qui observent le sabbat sans le profaner et s’attachent fermement à mon Alliance, je les conduirai à ma montagne sainte. Je les rendrai heureux dans ma maison de prière, je ferai bon accueil, sur mon autel, à leurs holocaustes et à leurs sacrifices, car ma maison s’appellera « Maison de prière pour tous les peuples ».

Psaume : Ps 66, 2b-3, 5abd, 7b-8

R/ Dieu, que les peuples t’acclament ! Qu’ils t’acclament, tous ensemble !

Que ton visage s’illumine pour nous ;
et ton chemin sera connu sur la terre,
ton salut, parmi toutes les nations.

Que les nations chantent leur joie,
car tu gouvernes le monde avec justice ;
sur la terre, tu conduis les nations. 

Dieu, notre Dieu, nous bénit. 
Que Dieu nous bénisse,
et que la terre tout entière l’adore !

2ème lecture : Le rôle des Juifs dans la nouvelle Alliance (Rm 11, 13-15.29-32)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères,
je vous le dis à vous, qui étiez païens : dans la mesure même où je suis apôtre des païens, ce serait la gloire de mon ministère de rendre un jour jaloux mes frères de race, et d’en sauver quelques-uns. Si en effet le monde a été réconcilié avec Dieu quand ils ont été mis à l’écart, qu’arrivera-t-il quand ils seront réintégrés ? Ce sera la vie pour ceux qui étaient morts ! 
Les dons de Dieu et son appel sont irrévocables. Jadis, en effet, vous avez désobéi à Dieu, et maintenant, à cause de la désobéissance des fils d’Israël, vous avez obtenu miséricorde ; de même eux aussi, maintenant ils ont désobéi à cause de la miséricorde que vous avez obtenue, mais c’est pour que maintenant, eux aussi, ils obtiennent miséricorde. Dieu, en effet, a enfermé tous les hommes dans la désobéissance pour faire miséricorde à tous les hommes.

Evangile : Jésus exauce la prière d’une étrangère (Mt 15, 21-28)
Acclamation : Alléluia. Alléluia. Le Seigneur redresse les accablés, le Seigneur protège l’étranger. Heureux qui met en lui son espoir ! Alléluia. (Ps 145, 5.8-9)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
Jésus s’était retiré vers la région de Tyr et de Sidon. Voici qu’une Cananéenne, venue de ces territoires, criait : « Aie pitié de moi, Seigneur, fils de David ! Ma fille est tourmentée par un démon. » Mais il ne lui répondit rien. Les disciples s’approchèrent pour lui demander : « Donne-lui satisfaction, car elle nous poursuit de ses cris ! » Jésus répondit : « Je n’ai été envoyé qu’aux brebis perdues d’Israël. » Mais elle vint se prosterner devant lui : « Seigneur, viens à mon secours ! » Il répondit : « Il n’est pas bien de prendre le pain des enfants pour le donner aux petits chiens. - C’est vrai, Seigneur, reprit-elle ; mais justement, les petits chiens mangent les miettes qui tombent de la table de leurs maîtres. » Jésus répondit : « Femme, ta foi est grande, que tout se fasse pour toi comme tu le veux ! » Et, à l’heure même, sa fille fut guérie.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , , ,

6 août 2011

Le pur amour : pour qui êtes-vous prêts à aller en enfer ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Le pur amour : pour qui êtes-vous prêts à aller en enfer ?

Homélie du 19° dimanche du temps ordinaire / Année A / 7/08/2011

 

·      Paul et son désir d’anathème

« Pour les juifs, je souhaiterais même être maudit (anathème), séparé du Christ » (Rm 9,1-5).

Incroyable déclaration de Paul sur laquelle nous passons trop facilement, comme si elle était naturelle et évidente. Or c’est tout l’inverse. Non seulement Paul tord le cou ici à toute forme d’antisémitisme, puisqu’il affirme que les juifs ont pour eux (encore aujourd’hui : c’est un présent!) « l’adoption, la gloire, les alliances, la loi, les patriarches, le culte, les promesses de Dieu » et même la naissance du Christ, mais en plus, Paul amorce un thème qui a défrayé la chronique de la vie spirituelle pendant des siècles : le pur amour.

C’est-à-dire un amour des juifs qui préfère sa propre condamnation en échange de leur salut.

Paul accepte l’hypothèse extrême d’être « maudit, séparé du Christ », si cela permet à ses frères juifs d’être sauvés.

Et vous, pour qui seriez-vous ainsi prêts à aller en enfer ?

Pas seulement de façon temporaire, le temps d’aller chercher ceux qui étaient perdus (à l’image par exemple des prêtres ouvriers dans le célèbre roman de Gilbert Cesbron : « les saints vont en enfer »), mais l’enfer permanent de la malédiction et de la séparation ?

C’est d’ailleurs le risque suprême qu’a pris le Christ sur la croix, devenant un maudit, un séparé de Dieu, un blasphémateur rayé du peuple de l’Alliance.

Cette déclaration de Paul vient contester la motivation naturelle de la plupart des croyants.

Avouons-le : la majorité d’entre nous veulent bien croire, à condition que cela leur rapporte quelque chose.

Ma prière en échange d’une guérison ; un pèlerinage pour obtenir un succès, un rachat.

Une messe pour aller mieux, une bougie pour une demande particulière… : notre foi est-elle réellement désintéressée ?

Même ceux qui méprisent les avantages matériels classiques (santé, succès, bonheur) espèrent au moins l’avantage suprême : être au ciel avec le Christ, obtenir la vie éternelle. Les martyrs chrétiens sont mûs par cette espérance d’une récompense éternelle, au moins après la mort.

Paul fait voler en éclats cet intéressement : il préfère être damné si cela peut sauver ses frères juifs !

Les auteurs spirituels ont appelé cela : le pur amour. L’amour qui va jusqu’à accepter son propre anéantissement à jamais pour que l’autre vive.

 

·      Mme Guyon et Fénelon contre Bossuet

Cela a suscité d’énormes controverses dans l’histoire (du temps où on se passionnait pour les questions spirituelles). La plus célèbre est celle qui opposa Mme Guyon et Fénelon à Bossuet fin XVII° début XVIII° siècle.

L’expérience mystique de Mme Guyon reposait sur la gratuité absolue de l’amour, qui ne recherche rien pour soi dans le mouvement vers l’autre. Jusqu’à accepter de se perdre réellement. Jusqu’à ne pas désirer être sauvé (ni damné), car cela ruinerait la gratuité de la relation.

Fénelon (archevêque de Cambrai) a accompagné Mme Guyon, et a développé les arguments théologiques à l’appui de son expérience spirituelle.

« Le pur amour n’est que dans la seule volonté ; ainsi ce n’est point un amour de sentiment, car l’ima­gination n’y a aucune part ; c’est un amour qui aime sans sentir, comme la pure foi croit sans voir. Il ne faut pas craindre que cet amour soit imaginaire, car rien ne l’est moins que la volonté détachée de toute imagination. Plus les opérations sont purement intel­lectuelles et spirituelles, plus elles ont, non seulement la réalité, mais encore la perfection que Dieu demande : l’opération en est donc plus parfaite ; en même temps la foi s’y exerce, et l’humilité s’y conserve. [XII Sur la prière (à Mme de Maintenon) 610, 44]

Il n’y a point de pénitence plus amère que cet état de pure foi sans soutien sensible ; d’où je conclus que c’est la pénitence la plus effective, la plus crucifiante, et la plus exempte de toute illusion. Étrange tenta­tion ! On cherche impatiemment la consolation sen­sible par la crainte de n’être pas assez pénitent ! Hé ! que ne prend-on pour pénitence le renoncement à la consolation qu’on est si tenté de chercher ? Enfin il faut se ressouvenir de Jésus-Christ, que son Père abandonna sur la croix; Dieu retira tout sentiment et toute réflexion pour se cacher à Jésus-Christ; ce fut le dernier coup de la main de Dieu qui frappait l’homme de douleur ; voilà ce qui consomma le sacrifice. Il ne faut jamais tant s’abandonner à Dieu que quand il nous abandonne. [XII Sur la prière 612, 47]

Le pur amour : pour qui êtes-vous prêts à aller en enfer ? dans Communauté spirituelle 9782266167277FS

Il n’y a point de milieu : il faut rapporter tout à Dieu ou à nous-mêmes. Si nous rapportons tout à nous-mêmes, nous n’avons point d’autre dieu que ce moi dont j’ai tant parlé ; si au contraire nous rappor­tons tout à Dieu, nous sommes dans l’ordre ; et alors, ne nous regardant plus que comme les autres créa­tures, sans intérêt propre et par la seule vue d’ac­complir la volonté de Dieu, nous entrons dans ce renoncement à nous-mêmes que vous souhaitez de bien comprendre. [XIII Sur le renoncement à soi-même (à Mme de Maintenon) 615, 63]

 

Bossuet (« l’aigle de Meaux ») s’est violemment opposé à cette thèse, en rappelant que l’espérance de participer à la nature divine était au coeur du christianisme.

L’Église officielle, par peur du quiétisme, a tranché en faveur de Bossuet, mais n’a pu éteindre la quête du pur amour qui anime les mystiques de toutes les époques.

 

·      Et la question nous reste posée : pour qui sommes prêts à aller en enfer ?

Sommes-nous si intéressés dans notre foi que la demande pour nous-même y occupe toujours la première place ?

 

Croire pour rien, sans rien rechercher pour soi.

Aimer jusqu’à préférer la vie de l’autre, fût-elle au prix de la mienne.

À quelle conversion nous appelle cette mystique du pur amour chère à Paul, Mme Guyon et Fénelon ?

 

 

1ère lecture : Le Seigneur se manifeste à Élie (1R 19, 9a.11-13a)

Lecture du premier livre des Rois

Lorsque le prophète Élie fut arrivé à l’Horeb, la montagne de Dieu, il entra dans une caverne et y passa la nuit.
La parole du Seigneur lui fut adressée : « Sors dans la montagne et tiens-toi devant le Seigneur, car il va passer. »
A l’approche du Seigneur, il y eut un ouragan, si fort et si violent qu’il fendait les montagnes et brisait les rochers, mais le Seigneur n’était pas dans l’ouragan ; et après l’ouragan, il y eut un tremblement de terre, mais le Seigneur n’était pas dans le tremblement de terre ; et après ce tremblement de terre, un feu, mais le Seigneur n’était pas dans ce feu ; et après ce feu, le murmure d’une brise légère.
Aussitôt qu’il l’entendit, Élie se couvrit le visage avec son manteau, il sortit et se tint à l’entrée de la caverne.

Psaume : Ps 84, 9ab-10, 11-12, 13-14

R/ Fais-nous voir, Seigneur, ton amour, et donne-nous ton salut

J’écoute : Que dira le Seigneur Dieu ?
Ce qu’il dit, c’est la paix pour son peuple.
Son salut est proche de ceux qui le craignent,
et la gloire habitera notre terre.

Amour et vérité se rencontrent,
justice et paix s’embrassent ;
la vérité germera de la terre
et du ciel se penchera la justice. 

Le Seigneur donnera ses bienfaits,
et notre terre donnera son fruit.
La justice marchera devant lui,
et ses pas traceront le chemin.

2ème lecture : L’attachement de Paul aux privilèges d’Israël (Rm 9, 1-5)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères,
j’affirme ceci dans le Christ, car c’est la vérité, je ne mens pas, et ma conscience m’en rend témoignage dans l’Esprit Saint.
J’ai dans le coeur une grande tristesse, une douleur incessante.
Pour les Juifs, mes frères de race, je souhaiterais même être maudit, séparé du Christ : ils sont en effet les fils d’Israël, ayant pour eux l’adoption, la gloire, les alliances, la Loi, le culte, les promesses de Dieu ; ils ont les patriarches, et c’est de leur race que le Christ est né, lui qui est au-dessus de tout, Dieu béni éternellement. Amen.

Evangile : Jésus se manifeste aux Apôtres ; il fait marcher Pierre sur la mer (Mt 14, 22-33)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Dieu seul est mon rocher, mon salut : d’en haut, il tend la main pour me saisir, il me retire du gouffre des eaux. Alléluia. (cf. Ps 61, 3 ; 17, 17)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Aussitôt après avour nourri la foule dans le désert, Jésus obligea ses disciples à monter dans la barque et à le précéder sur l’autre rive, pendant qu’il renverrait les foules.
Quand il les eut renvoyées, il se rendit dans la montagne, à l’écart, pour prier. Le soir venu, il était là, seul.
La barque était déjà à une bonne distance de la terre, elle était battue par les vagues, car le vent était contraire.

Vers la fin de la nuit, Jésus vint vers eux en marchant sur la mer.
En le voyant marcher sur la mer, les disciples furent bouleversés. Ils disaient : « C’est un fantôme », et la peur leur fit pousser des cris.
Mais aussitôt Jésus leur parla : « Confiance ! c’est moi ; n’ayez pas peur ! »
Pierre prit alors la parole : « Seigneur, si c’est bien toi, ordonne-moi de venir vers toi sur l’eau. »
Jésus lui dit : « Viens ! » Pierre descendit de la barque et marcha sur les eaux pour aller vers Jésus.
Mais, voyant qu’il y avait du vent, il eut peur ; et, comme il commençait à enfoncer, il cria : « Seigneur, sauve-moi ! »
Aussitôt Jésus étendit la main, le saisit et lui dit : « Homme de peu de foi, pourquoi as-tu douté ? »
Et quand ils furent montés dans la barque, le vent tomba.
Alors ceux qui étaient dans la barque se prosternèrent devant lui, et ils lui dirent : « Vraiment, tu es le Fils de Dieu ! »
Patrick Braud

Mots-clés : , , , , ,

30 juillet 2011

La 12° ânesse

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

La 12° ânesse

Homélie du 18° dimanche ordinaire Année A / 31/07/2011

·      Un drôle de commerce

« Achetez du lait et du vin sans argent » : la formule d’Isaïe 55 est paradoxale. Comment La 12° ânesse dans Communauté spirituelle caddiepeut-on « consommer sans rien payer » ? Essayez un peu lorsque vous ferez vos courses au supermarché du coin… Dans le meilleur des cas on vous fera crédit, mais sûrement pas gratuitement.

Si on ne paye pas lorsqu’il s’agit des courses divines, pourquoi faut-il quand même acheter ? Serait-ce la trace que la gratuité en Dieu n’abolit pas l’échange, l’achat ? Le commerce n’est donc pas supprimé par la grâce. L’échange est au coeur de l’identité trinitaire, il est donc logique qu’il soit également au coeur des relations entre Dieu et l’homme. D’ailleurs, ne parle-t-on pas de l’eucharistie – visée en filigrane dans notre évangile de la multiplication des pains – comme d’un « admirable commerce » (admirabile commercium) entre Dieu et les hommes ?

 

Cela rejoint l’éloge du négociant en perles fines de dimanche dernier : le négoce suppose une action (neg-otium = la négation de l’oisiveté, qui est comme chacun le sait est la mère de tous les vices). En cela il est à l’image de Dieu, qui est « toujours à l’oeuvre » (Jean), toujours en action pour l’autre.

Le commerce lui aussi est à l’image de Dieu, toujours en relation d’échange, de réception et de don. Mais le commerce en Dieu est radicalement structuré par la gratuité, ce que nous avons un mal fou à croire ou à imaginer ! Isaïe invite à consommer sans argent, c’est-à-dire à entrer dans un jeu de relations où le don circule sans que jamais personne puisse se dire quitte de sa dette vis-à-vis de l’autre ; mais c’est une dette d’amour. D’ailleurs c’est le vin messianique et le lait de la Terre promise (là où coulent « le lait et le miel ») qui sont ainsi offerts dans l’Alliance éternelle qu’est l’eucharistie annoncée par le prophète.

 

·      Une économie du don

Il y a donc dans toute la Bible l’annonce d’une économie du don, où l’offre gratuite ne 9782130554998 dans Communauté spirituellesupprime pas l’échange, mais au contraire le généralise.

Des économistes se sont saisis de ce thème, à partir notamment de la réflexion d’un anthropologue, Marcel Mauss, dont le livre majeur « Essai sur le don » a marqué un renouveau de la pensée sociale. Des chrétiens essaient de conjuguer ces deux approches ? l’échange et la gratuité – pour développer une autre conception de l’économie. Les Foccolaris par exemple travaillent beaucoup sur l’économie de communion, qui s’inspire d’une vision de l’homme où le don et la gratuité sont structurants.

 

Les textes de ce dimanche sont donc moins utopiques qu’il n’y paraît au premier abord.

Il y a bien des conséquences économiques et sociales à l’annonce d’Isaïe d’un commerce sans argent, ou à la distribution évangélique de nourriture qui se multiplie par le fait de même qu’elle est partagée (les nostalgiques du multiplicateur keynésien reliant ce texte avec étonnement).

 

La 12° ânesse

Un compte rabbinique illustre cette efficacité radicale de la gratuité dans les échanges.

Un vieil homme du pays d’Israël avait un troupeau d’ânesses. Et il avait trois fils. Il décide de léguer la moitié du troupeau à son fils aîné, le quart au second et le sixième au troisième. Et ce qui restera, décida-t-il, ce sera la part de Dieu.
Et il mourut.

 

Les trois frères se réunirent pour faire les comptes.
Le père avait laissé onze ânesses.
Pour le fils aîné, la moitié du troupeau.
Onze ânesses divisées par deux, cela fait 5,5. C’est ennuyeux.
Pour le second, le quart du troupeau, cela faisait onze divisé par quatre, cela fait 2,75 ânesses. C’est regrettable.
Pour le troisième, le sixième du troupeau, cela fait 1,833 ânesses. Un vrai massacre.
Quant à la part à Dieu, cela faisait un peu moins d’une ânesse.
Le troupeau des onze ânesses commençait à trembler pour sa survie.
Quant aux trois fils, ils menaçaient de s’entretuer.
Mais le plus sage des trois frères décida d’aller consulter le rabbin local.
Le rabbin lui dit : « Calmez-vous, j’ai une idée. J’ai dans mon cabanon une ânesse qui ne sert pas à grand chose. Je vous la donne, c’est la part de la grâce de Dieu. Si elle ne vous sert à rien, vous pourrez toujours me la rendre. »
Le frère amena cette gracieuse ânesse à la maison. Avec les onze autres, cela faisait un troupeau de douze ânesses. On fit le partage.
Pour l’aîné, la moitié du troupeau, cela fait six ânesses bien entières et bien vivantes.
Pour le second, le quart du troupeau, cela fait trois ânesses complètes.
Pour le troisième, le sixième du troupeau, cela fait deux ânesses, avec huit pattes et deux queues.
Au total, les trois frères s’étaient partagé six plus trois plus deux ânesses, cela fait onze ânesses.
Eh oui ! il en restait une, la gracieuse ânesse du rabbin.
Bizarre, bizarre !
L’un des frères la ramena au rabbin en disant :
« pfff ! elle ne sert à rien, votre gracieuse ânesse, je vous la rends. »

En nous prêtant son ânesse (figure christique ? !), Dieu rétablit la possibilité d’un partage juste entre les héritiers d’une même famille humaine. Le but est bien la communion : rester unis entre fils et filles, alors que tant de frères et soeurs se déchirent au moment de l’héritage.

·      Communion eucharistique et communion économique sont donc inséparables. Comment communier au vin et au lait messianiques de l’eucharistie offerts gratuitement sans transformer en même temps nos relations, nos échanges, notre commerce, pour qu’ils deviennent eux aussi créateurs de richesses humaines, grâce au don et la gratuité ?

Utopique ? Pas si sûr. L’économie du don n’a pas fini de nous surprendre.

La finalité de communion entre les êtres est une idée encore très neuve en économie en général, et dans la grande distribution en particulier.

L’efficacité économique de la gratuité est un thème encore révolutionnaire par rapport à l’orthodoxie économique officielle.

Les 5 pains et les 2 poissons commencent à peine à produire leur formidable effet de multiplication de nourriture et de richesses?

 

 

1ère lecture : Dieu nourrit son peuple (Is 55, 1-3)

Lecture du livre d’Isaïe

Vous tous qui avez soif, venez, voici de l’eau ! Même si vous n’avez pas d’argent, venez acheter et consommer, venez acheter du vin et du lait sans argent et sans rien payer.
Pourquoi dépenser votre argent pour ce qui ne nourrit pas, vous fatiguer pour ce qui ne rassasie pas ? Écoutez-moi donc : mangez de bonnes choses, régalez-vous de viandes savoureuses !
Prêtez l’oreille ! Venez à moi ! Écoutez, et vous vivrez. Je ferai avec vous une Alliance éternelle, qui confirmera ma bienveillance envers David.

 

Psaume : Ps 144, 8-9, 15-16, 17-18

R/ Tu ouvres la main : nous voici rassasiés

Le Seigneur est tendresse et pitié,
lent à la colère et plein d’amour ;
la bonté du Seigneur est pour tous,
sa tendresse, pour toutes ses oeuvres.

Les yeux sur toi, tous, ils espèrent :
tu leur donnes la nourriture au temps voulu ;
tu ouvres ta main :
tu rassasies avec bonté tout ce qui vit.

Le Seigneur est juste en toutes ses voies,
fidèle en tout ce qu’il fait.
Il est proche de ceux qui l’invoquent,
de tous ceux qui l’invoquent en vérité.

2ème lecture : Rien ne peut nous séparer de l’amour du Christ (Rm 8, 35.37-39)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères,
qui pourra nous séparer de l’amour du Christ ? la détresse ? l’angoisse ? la persécution ? la faim ? le dénuement ? le danger ? le supplice ?
Non, car en tout cela nous sommes les grands vainqueurs grâce à celui qui nous a aimés.
J’en ai la certitude : ni la mort ni la vie, ni les esprits ni les puissances, ni le présent ni l’avenir, ni les astres, ni les cieux, ni les abîmes, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est en Jésus Christ notre Seigneur.

Evangile : Jésus nourrit la foule (Mt 14, 13-21)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Le Seigneur a nourri son peuple au désert, il l’a rassasié du pain du ciel. Alléluia. (cf. Ps 77, 24)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jésus partit en barque pour un endroit désert, à l’écart. Les foules l’apprirent et, quittant leurs villes, elles suivirent à pied.
En débarquant, il vit une grande foule de gens ; il fut saisi de pitié envers eux et guérit les infirmes.
Le soir venu, les disciples s’approchèrent et lui dirent : « L’endroit est désert et il se fait tard. Renvoie donc la foule : qu’ils aillent dans les villages s’acheter à manger ! »
Mais Jésus leur dit : « Ils n’ont pas besoin de s’en aller. Donnez-leur vous-mêmes à manger. »
Alors ils lui disent : « Nous n’avons là que cinq pains et deux poissons. »
Jésus dit : « Apportez-les moi ici. »
Puis, ordonnant à la foule de s’asseoir sur l’herbe, il prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction ; il rompit les pains, il les donna aux disciples, et les disciples les donnèrent à la foule.
Tous mangèrent à leur faim et, des morceaux qui restaient, on ramassa douze paniers pleins.
Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille, sans compter les femmes et les enfants.
Patrick Braud

1...186187188189190...211