L'homelie du dimanche

16 avril 2020

Le coup de gueule du philosophe André Comte-Sponville

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 19 h 29 min

Le coup de gueule du philosophe André Comte-Sponville sur l’après-confinement

par France Inter publié le 14 avril 2020 à 17h10

Le célèbre philosophe, auteur du « Petit traité des grandes vertus » (Seuil), André Comte-Sponville a publié une vingtaine d’ouvrages et a partagé dans « Grand Bien Vous Fasse » son sentiment quelque peu alarmiste quant à la société de l’après-confinement.

« La mort fait partie de la vie »

Le regard du philosophe André Comte-Sponville sur l'après-confinementAndré Comte-Sponville : « Il faut d’abord se rappeler que l’énorme majorité d’entre nous ne mourra pas du coronavirus. J’ai été très frappé par cette espèce d’affolement collectif qui a saisi les médias d’abord, mais aussi la population, comme si tout d’un coup, on découvrait que nous sommes mortels. Ce n’est pas vraiment un scoop. Nous étions mortels avant le coronavirus, nous le serons après. 

Montaigne, dans Les Essais, écrivait : 

Tu ne meurs pas de ce que tu es malade, tu meurs de ce que tu es vivant.

Autrement dit, la mort fait partie de la vie, et si nous pensions plus souvent que nous sommes mortels, nous aimerions davantage encore la vie parce que, justement, nous estimerions que la vie est fragile, brève, limitée dans le temps et qu’elle est d’autant plus précieuse. C’est pourquoi l’épidémie doit, au contraire, nous pousser à aimer encore davantage la vie. 

Et puis, André Comte-Sponville note que l’énorme majorité d’entre nous mourra d’autres choses que du coronavirus. Il faut quand même rappeler que le taux de mortalité, les experts en discutent toujours, mais c’est un ou deux pour cent. Sans doute moins quand on aura recensé tous les cas de personnes contaminées qui n’ont pas de symptômes« 

« Est-ce la fin du monde ? »

André Comte-Sponville : « C’est la question qu’un journaliste m’a récemment posée. Vous imaginez ? Un taux de létalité de 1 ou 2 %, sans doute moins, et les gens parlent de fin du monde. Mais c’est quand même hallucinant.

Rappelons que ce n’est pas non plus la première pandémie que nous connaissons.

On peut évoquer la peste, au XIVe siècle, qui a tué la moitié de la population européenne. Mais on a rappelé récemment dans les médias, à juste titre, que la grippe de Hong Kong dans les années 1960 a fait un million de morts. La grippe asiatique, dans les années 1950, a tué plus d’un million de personnes. Autant dire beaucoup plus qu’aujourd’hui dans le monde. On en est à 120 000 morts. En France, les 14 000 morts est une réalité très triste, toute mort est évidemment triste mais rappelons qu’il meurt 600 000 personnes par an en France. Rappelons que le cancer tue 150 000 personnes en France. 

En quoi les 14 000 morts du Covid-19 sont-ils plus graves que les 150 000 morts du cancer ? Pourquoi devrais-je porter le deuil exclusivement des morts du coronavirus, dont la moyenne d’âge est de 81 ans ? Rappelons quand même que 95 % des morts du Covid-19 ont plus de 60 ans. 

Je me fais beaucoup plus de souci pour l’avenir de mes enfants que pour ma santé de septuagénaire.

« Attention à ne pas faire de la santé la valeur suprême de notre existence »

Petit traité des grandes vertusAndré Comte-Sponville : « Il fallait évidemment empêcher que nos services de réanimation soient totalement débordés. Mais attention de ne pas faire de la médecine ou de la santé, les valeurs suprêmes, les réponses à toutes les questions. Aujourd’hui, sur les écrans de télévision, on voit à peu près vingt médecins pour un économiste. 

C’est une crise sanitaire, ça n’est pas la fin du monde. 

Ce n’est pas une raison pour oublier toutes les autres dimensions de l’existence humaine.

  • La théorie du « pan-médicalisme » 

André Comte-Sponville : « C’est une société, une civilisation qui demande tout à la médecine. En effet, la tendance existe depuis déjà longtemps à faire de la santé la valeur suprême et non plus de la liberté, de la justice, de l’amour qui sont pour moi les vraies valeurs suprêmes. 

L’exemple que je donne souvent c’est une boutade de Voltaire qui date du XVIIIe siècle, Voltaire écrivait joliment : 

J’ai décidé d’être heureux parce que c’est bon pour la santé.

Eh bien, le jour où le bonheur n’est plus qu’un moyen au service de cette fin suprême que serait la santé, on assiste à un renversement complet par rapport à au moins vingt-cinq siècles de civilisation où l’on considérait, à l’inverse, que la santé n’était qu’un moyen, alors certes particulièrement précieux, mais un moyen pour atteindre ce but suprême qu’est le bonheur. 

Attention de ne pas faire de la santé la valeur suprême. Attention de ne pas demander à la médecine de résoudre tous nos problèmes. On a raison, bien sûr, de saluer le formidable travail de nos soignants dans les hôpitaux. Mais ce n’est pas une raison pour demander à la médecine de tenir lieu de politique et de morale, de spiritualité, de civilisation. 

Attention de ne pas faire de la santé l’essentiel. Un de mes amis me disait au moment du sida : « Ne pas attraper le sida, ce n’est pas un but suffisant dans l’existence« . Il avait raison. Eh bien, aujourd’hui, je serais tenté de dire : « Ne pas attraper le Covid-19 n’est pas un but suffisant dans l’existence« .

Comment essayer de contrebalancer les inégalités après le confinement ? 

André Comte-Sponville : « Comme hier, en se battant pour la justice, autrement dit en faisant de la politique. 

Personne ne sait si l’épidémie ne va pas revenir tous les ans auquel cas je doute qu’on ferme toutes nos entreprises pendant trois mois chaque année. 

Arrêtons de rêver que tout va être différent, comme si ça allait être une nouvelle humanité.

Depuis 200 000 ans, les humains sont partagés entre égoïsme et altruisme. Pourquoi voulez-vous que les épidémies changent l’humanité ? Croyez-vous qu’après la pandémie, le problème du chômage ne se posera plus ? Que l’argent va devenir tout d’un coup disponible indéfiniment ? Cent milliards d’euros, disait le Ministre des Finances mais il le dit lui-même, « c’est plus de dettes pour soigner plus de gens, pour sauver plus de vie ». Très bien. Mais les vies qu’on sauve, ce sont essentiellement des vies de gens qui ont plus de 65 ans. Nos dettes, ce sont nos enfants qui vont les payer. 

Le Président, pour lequel j’ai beaucoup de respect, disait « la priorité des priorités est de protéger les plus faibles ». Il avait raison, comme propos circonstanciel pendant une épidémie. Les plus faibles, en l’occurrence, ce sont les plus vieux, les septuagénaires, les octogénaires. 

Ma priorité des priorités, ce sont les enfants et les jeunes en général.

Et je me demande ce que c’est que cette société qui est en train de faire de ses vieux la priorité des priorités. Bien sûr que la dépendance est un problème majeur, mais nos écoles, nos banlieues, le chômage des jeunes, sont des problèmes, à mon avis encore plus grave que le coronavirus, de même que le réchauffement climatique, la planète que nous allons laisser à nos enfants. 

Le réchauffement climatique fera beaucoup plus de morts que n’en fera l’épidémie du Covid-19.

Ça n’est pas pour condamner le confinement, que je respecte tout à fait rigoureusement. Mais c’est pour dire qu’il n’y a pas que le Covid-19 et qu’il y a dans la vie et dans le monde beaucoup plus grave que le Covid-19″.

 

Mots-clés : ,

15 avril 2020

Le bienfait collatéral de la crise

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 8 h 00 min

Le bienfait collatéral de la crise

 

Bien sûr il y a la souffrance des malades, des ventilés qui cherchent leur souffle sur leur lit de réanimation, des familles en deuil qui ne peuvent dire adieu…
Mais il y a également les familles qui sont réunies avec de grands enfants étudiants, les innombrables dévouements ordinaires pour soigner, nourrir, nettoyer, sécuriser etc.
Cette crise – comme toutes les crises – charrie son lot de malheurs et de découvertes, de blessures et de renaissances.

Je voudrais vous citer longuement une romancière, Christiane Singer, qui nous livre quelques éléments fort précieux pour considérer autrement cette période, dans un essai qui s’intitule justement “ du bon usage des crises ”, publié il y a déjà 24 ans.

 

Du bon usage des crises.

Le bienfait collatéral de la crise dans Communauté spirituelle 51dhQ9p6ueL._SX300_BO1,204,203,200_Ne soyons pas mesquins, et disons du bon usage des [déluges], crises, catastrophes, drames, naufrages divers. J’ai gagné la certitude, en cours de route, que les catastrophes sont là pour nous éviter le pire. Et le pire, comment pourrais-je exprimer ce qu’est le pire ? Le pire, c’est bel et bien d’avoir traversé la vie sans naufrages, d’être resté à la surface des choses, d’avoir dansé au bal des ombres, d’avoir pataugé dans ce marécage des on-dit, des apparences, de n’avoir jamais été précipité dans une autre dimension. Les crises, dans la société où nous vivons, sont vraiment ce qu’on a encore trouvé de mieux, à défaut de maître [spirituel], quand on n’en a pas à portée de la main, pour entrer dans l’autre dimension.

Dans notre société, toute l’ambition, toute la concentration est de nous détourner, de détourner notre attention de tout ce qui est important. Un système de fils barbelés, d’interdits pour ne pas avoir accès à notre profondeur.

C’est une immense conspiration, la plus gigantesque conspiration d’une civilisation contre l’âme, contre l’esprit. Dans une société où tout est barré, où les chemins ne sont pas indiqués pour entrer dans la profondeur, il n’y a que la crise pour pouvoir briser ces murs autour de nous. La crise qui sert en quelque sorte de bélier pour enfoncer les portes de ces forteresses où nous nous tenons murés, avec tout l’arsenal de notre personnalité, tout ce que nous croyons être.

Récemment sur une autoroute périphérique de Berlin où il y a de terribles embouteillages, un tagueur de génie avait inscrit sur un pont la formule suivante [...] : “Détrompe-toi, tu n’es pas dans un embouteillage, l’embouteillage, c’est toi !”

Nous sommes tous spécialisés dans l’esquive, dans le détournement, dans le “divertissement” tel que le voyait Pascal. [...] J’ai rencontré, voilà quatre jours, en faisant une conférence à Vienne, une femme ; et c’est une belle histoire qu’elle m’a racontée qui exprime cela à la perfection. Elle me disait, à la perte de son unique enfant, avoir été pendant des mois et des mois ravagée de larmes et de désespoir, et un jour, elle s’est placée devant un miroir, et elle a dit :  “Voilà le visage ravagé d’une femme qui a perdu son enfant unique”, et à cet instant, dans cette fissure, cette seconde de non-identification, où un être sort d’un millimètre de son désastre et le regarde, s’est engouffré la grâce. Dans cet instant, dans une espèce de joie indescriptible, elle a su : “Mais nous ne sommes pas séparés”, et avec cette certitude, le déferlement d’une joie indescriptible qu’exprimait encore son visage. C’était une femme rayonnante de cette plénitude et de cette présence qu’engendre la traversée du désastre”.

« Comment se joue la crise ? On pourrait utiliser ce mot de retournement, de renversement. Qu’est-ce qui se passe dans la crise ? Il se passe à peu près ceci qu’une voix s’adresse à vous, et vous dit : « Tu as construit une vie, oui bravo, eh bien détruis-la ; tu as construit une personnalité, formidable, bravo, détruis-la ; tu t’es battu, tu as été courageux, un courage extraordinaire, mais l’heure de la reddition est venue, à genoux ! ». Ou encore, comme pour Abraham : « Tu as mis un fils au monde, bravo, rends-le moi ! ». Tous ces moments de l’intolérable, de l’inacceptable, qui dans l’ordre des choses vécues, dans l’ordre de l’immédiat sont le scandale absolu ! Rends-moi ce que je t’ai donné ! Pour moi la plus extraordinaire histoire qui les symbolise toutes est celle de Job. J’adore cette histoire de Job, j’y reviens toujours. Job a été vraiment le serviteur de Dieu, l’homme de tous les succès. Une vie accomplie, entourée de richesse, de troupeaux de bœufs, ses femmes, ses fils, ses serviteurs, une richesse que Dieu bénie. Ce même homme, Job maudit, Job sur son tas d’immondices qui gratte ses ulcères, Job qui ne lâche pas prise, qui dit : « Je m’adresserai à Toi mon Dieu, jusqu’à ce que Tu m’expliques la raison qui me ferait accepter l’inacceptable, j’attends de Toi une réponse qui me convainque ». Et cette interrogation qui le pousse pendant des jours et des semaines et des mois, à ne pas lâcher prise et cette phrase qui est pour moi une des phrases les plus poignantes : « Pourquoi ne peux-Tu pas donner raison à l’homme contre Toi-même ? ».

Aussi longtemps que Job demande à Dieu de paraître devant lui, et de lui expliquer l’inexplicable, de lui dire la raison de toute cette horreur, de tout ce désespoir, de tout ce désastre d’une existence : « Viens ! Viens, je n’ai plus que la peau sur les os lui dit-il, viens, parle-moi ». Dieu ne vient pas, Dieu ne parle pas. Arrivent tous les amis, tous les copains, les thérapeutes, qui lui expliquent : « Écoute, je suis persuadé que tu as fait une erreur, écoute, réfléchis, souviens-toi ! » Mais Job ne les écoute pas.  »

Christiane SINGER, Du bon usage des crises, éditions Albin Michel, 1996

 

Dans les six derniers mois de sa vie, en 2006, Christiane Singer affronte le cancer qui devait l’emporter et tient un journal publié sous le titre : Derniers fragments d’un long voyage, dans lequel elle écrit ceci :

« Les Vivants n’ont pas d’âge. Seuls les morts-vivants comptent les années et s’interrogent fébrilement sur les dates de naissance des voisins. Quant à ceux qui voient dans la maladie un échec ou une catastrophe, ils n’ont pas encore commencé à vivre. Car la vie commence au lieu où se délitent les catégories. C’est un immense espace de liberté. (…) On peut aussi monter en maladie vers un chemin d’initiation, à l’affût des fractures qu’elle opère dans tous les murs qui nous entourent, des brèches qu’elle ouvre vers l’infini. Elle devient alors l’une des plus hautes aventures de la vie. Si tant est que quelqu’un veuille me la disputer, je ne céderais pas ma place pour un empire ».

 

 

Nota Bene :

Il faut garder à l’esprit l’échelle du nombre de morts par grande cause dans le monde.
Où l’on voit que les autres épidémies beaucoup plus meurtrières n’émeuvent pas grand monde en comparaison du coronavirus; pourquoi ?….

global_deaths

Mots-clés : , ,

12 avril 2020

Thomas, Didyme, abîme…

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 12 h 30 min

Thomas, Didyme, abîme…

Homélie du 2° Dimanche de Pâques / Année A
19/04/2020

Cf. également :

Lier Pâques et paix
Deux utopies communautaires chrétiennes
Le Passe-murailles de Pâques
Que serions-nous sans nos blessures ?
Croire sans voir
Au confluent de trois logiques ecclésiales : la communauté, l’assemblée, le service public
Riches en miséricorde ?
La pierre angulaire : bâtir avec les exclus, les rebuts de la société
Pâques : il vit, et il crut

« Tu es bien comme St Thomas, toi : tu ne crois que ce que tu vois ! »
Notre évangile d’aujourd’hui est ainsi passé dans la sagesse populaire grâce à ce brave Thomas qui incarne nos doutes, notre difficulté à croire sans voir.
Pourtant ce personnage est beaucoup plus intéressant que cette seule figure du doute.
Je vous propose d’en explorer quelques facettes, pour éclairer notre propre chemin de foi d’aujourd’hui.

 

1) D’abord c’est l’un des Douze, choisis par Jésus pour être auprès de lui.

Thomas, Didyme, abîme... dans Communauté spirituelle saint-thomas-vignetteDans la liste des Douze que dressent les évangélistes, Thomas est cité en 7ème position (Mt 10, 3) ou en 8ème position (Mc 3, 18 ; Lc 6, 15). Comme s’il était entre le 7ème et le 8ème.
D’ailleurs notre épisode en St Jean se situe le soir du premier jour de la semaine juive, c’est-à-dire le 8ème jour : c’est là, le Dimanche soir, que Thomas va accéder à la foi.

Pour nous également, l’enjeu est bien de passer symboliquement du 7ème au 8ème jour, du Samedi Saint au Dimanche de Pâques, du tombeau silencieux au tombeau vide.

 

 

 

 

2) Le nom hébreu de Thomas signifie : « Jumeau », en grec Didyme (charmant prénom qui pourrait revenir à la mode !).

22827856-jumeaux-m%C3%A2les-adultes-%C3%A0-l-identique-en-studio abîme dans Communauté spirituelleCertains ont même cru que ce serait un frère jumeau à Jésus ! Jean prend bien soin de préciser que ce n’est qu’un surnom. Mais ce surnom prend tout son sens lorsqu’on se souvient que Thomas a désiré partager le même destin que Jésus. « Allons nous aussi, et nous mourrons avec lui ! » avait-il dit aux autres disciples (Jn 11, 16) lorsque Jésus partit voir son ami Lazare au tombeau. Sans le savoir Thomas exprimait ainsi son désir d’être associé à la Pâque du Christ. Et il le sera réellement. On dit qu’après avoir évangélisé la côte sud-ouest de l’Inde (les îles Malabar notamment), il y est mort martyr. « Le disciple sera pareil à son Maître » avait prévenu Jésus (Lc 6, 40), comme un jumeau est pareil à son frère.

Thomas le jumeau nous invite nous aussi à vivre la Pâque du Christ, chacun à sa manière devenant le jumeau du Fils unique !

 

 

 

3) Le nom de Thomas pourrait également signifier « abîme ».

1221thomas2 DidymeC’est un autre St Thomas (d’Aquin) qui rappelle cette autre étymologie : « Thomas mérite à la fois le nom d’abîme et de Didyme, car plus ses doutes se prolongèrent, plus aussi furent profondes et sa foi dans les effets de la Passion du Seigneur et la connaissance qu’il eut de sa divinité ; ce qu’il prouva en s’écriant : ‘Mon Seigneur et mon Dieu’ ! » (St Thomas d’Aquin, catena aurea 3935 Ch X vv 1-4).

L’abîme de la profession de foi de Didyme devient ainsi l’appel à une plus grande profondeur de notre foi.
Une foi superficielle ou rituelle n’est pas la foi de St Thomas : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »
Ce cri d’adoration jaillit des profondeurs de son être, pas d’une formule apprise poliment.

Et nous ?…

 

 

4) Si le nom de Thomas-Didyme évoque un double, une paire, c’est peut-être encore parce qu’il s’y est pris à 2 fois pour croire au Ressuscité !

 résurrectionLa 1ère fois, c’était sur le témoignage des autres ; mais il était absent ce 1er dimanche (tiens donc ! être absent de l’assemblée du dimanche peut nous priver de la manifestation du Ressuscité…).
La 2ème fois, il est présent dans l’église (l’assemblée dominicale), et là il croit.
Un peu comme Marie Madeleine devant le tombeau vide : il faut qu’elle se retourne par 2 fois (Jn 20, 11-16) pour finalement reconnaître Jésus.
Un peu comme l’aveugle avec qui Jésus s’y est pris à 2 fois avant de le guérir complètement (Mc 8, 22-36).
Bien souvent, ce n’est pas en une seule fois que nous pouvons nous convertir vers le Ressuscité et croire en lui. Il faut des étapes, des doutes, des périodes d’éloignement, d’hésitation, de rapprochement… Il faut relire sa vie, encore et encore…

Thomas Didyme nous dit la patience du Ressuscité pour se faire reconnaître de nous : patience ! Rencontre après rencontre, évènement après évènement, célébration après célébration, l’élan succédant au doute nous ouvre peu à peu les yeux…

 

5) Enfin Thomas touche ce corps crucifié et glorieux à la fois.

MTa ThpmasIl touche la main de son doigt, il enfonce sa main dans le côté transpercé par la lance.
Thomas est donc celui qui physiquement touche les plaies glorieuses du corps transfiguré.
Et c’est cela qui fait de lui un homme de foi.
Aujourd’hui encore nous pouvons comme Thomas toucher le Corps du Christ dans ses blessures. À travers les pauvres de ce temps qui constituent son Église.
À travers la miséricorde qui est offerte à tous comme une huile versée sur les blessures.
À travers le témoignage de tant de saints ordinaires qui rayonnent d’une joie profonde, d’une beauté paradoxale dans les blessures mêmes qu’ils soignent, qu’ils habitent.

Thomas est donc l’apôtre du toucher.
Que peut-on toucher du corps du Christ à travers la vie de notre Église, de nos équipes, de notre paroisse ? S’il n’y a rien à expérimenter concrètement ensemble, s’il n’y a rien à « toucher » au sens de St Thomas, ne vous étonnez pas que la foi au Christ ressuscité n’intéresse guère les occasionnels… ! Voilà pourquoi les repas, les voyages, les échanges, les amitiés paroissiales etc… sont si importants : ce sont les mains et le côté du Christ pour les Thomas d’aujourd’hui !
Souvenez-vous de la phrase écrite sur les murs du mouroir de Mère Térésa à Calcutta, dans cette Inde évangélisée par St Thomas : « Ici, vous touchez le corps du Christ ».

Thomas, Didyme, jumeau, abîme, patience, toucher…St Thomas : inspire-nous un chemin de foi qui nous conduise au même cri jailli du plus profond de nous-mêmes : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »

 

 

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE

« Tous les croyants vivaient ensemble, et ils avaient tout en commun » (Ac 2, 42-47)

Lecture du livre des Actes des Apôtres

Les frères étaient assidus à l’enseignement des Apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières. La crainte de Dieu était dans tous les cœurs à la vue des nombreux prodiges et signes accomplis par les Apôtres.Tous les croyants vivaient ensemble, et ils avaient tout en commun ; ils vendaient leurs biens et leurs possessions, et ils en partageaient le produit entre tous en fonction des besoins de chacun.
Chaque jour, d’un même cœur, ils fréquentaient assidûment le Temple, ils rompaient le pain dans les maisons, ils prenaient leurs repas avec allégresse et simplicité de cœur ; ils louaient Dieu et avaient la faveur du peuple tout entier. Chaque jour, le Seigneur leur adjoignait ceux qui allaient être sauvés.

 

PSAUME

(Ps 117 (118), 2-4, 13-15b, 22-24)
R/ Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !Éternel est son amour !ou : Alléluia ! (Ps 117, 1)

Oui, que le dise Israël :
Éternel est son amour !
Que le dise la maison d’Aaron :
Éternel est son amour !

Qu’ils le disent, ceux qui craignent le Seigneur :
Éternel est son amour !

On m’a poussé, bousculé pour m’abattre ;
mais le Seigneur m’a défendu.

Ma force et mon chant, c’est le Seigneur ;
il est pour moi le salut.
Clameurs de joie et de victoire
sous les tentes des justes.

La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs
est devenue la pierre d’angle ;
c’est là l’œuvre du Seigneur,
la merveille devant nos yeux.

Voici le jour que fit le Seigneur,
qu’il soit pour nous jour de fête et de joie !

 

DEUXIÈME LECTURE

« Il nous a fait renaître pour une vivante espérance grâce à la résurrection de Jésus Christ d’entre les morts » (1 P 1, 3-9)

Lecture de la première lettre de saint Pierre apôtre

 Béni soit Dieu, le Père de notre Seigneur Jésus Christ : dans sa grande miséricorde, il nous a fait renaître pour une vivante espérance grâce à la résurrection de Jésus Christ d’entre les morts, pour un héritage qui ne connaîtra ni corruption, ni souillure, ni flétrissure. Cet héritage vous est réservé dans les cieux, à vous que la puissance de Dieu garde par la foi, pour un salut prêt à se révéler dans les derniers temps. Aussi vous exultez de joie, même s’il faut que vous soyez affligés, pour un peu de temps encore, par toutes sortes d’épreuves ; elles vérifieront la valeur de votre foi qui a bien plus de prix que l’or – cet or voué à disparaître et pourtant vérifié par le feu –, afin que votre foi reçoive louange, gloire et honneur quand se révélera Jésus Christ. Lui, vous l’aimez sans l’avoir vu ; en lui, sans le voir encore, vous mettez votre foi, vous exultez d’une joie inexprimable et remplie de gloire, car vous allez obtenir le salut des âmes qui est l’aboutissement de votre foi.

 

ÉVANGILE

« Huit jours plus tard, Jésus vient » (Jn 20, 19-31)
Alléluia. Alléluia.Thomas, parce que tu m’as vu, tu crois, dit le Seigneur. Heureux ceux qui croient sans avoir vu ! Alléluia. (Jn 20, 29)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

C’était après la mort de Jésus. Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. »
Or, l’un des Douze, Thomas, appelé Didyme (c’est-à-dire Jumeau), n’était pas avec eux quand Jésus était venu. Les autres disciples lui disaient : « Nous avons vu le Seigneur ! » Mais il leur déclara : « Si je ne vois pas dans ses mains la marque des clous, si je ne mets pas mon doigt dans la marque des clous, si je ne mets pas la main dans son côté, non, je ne croirai pas ! »
Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! » Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. » Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! » Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. »
Il y a encore beaucoup d’autres signes que Jésus a faits en présence des disciples et qui ne sont pas écrits dans ce livre. Mais ceux-là ont été écrits pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour qu’en croyant, vous ayez la vie en son nom.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , ,

Délation, délation…

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 9 h 34 min

Confinement pascal

 

« Il n’était pas possible que la mort le retienne… » (Ac 2,24)

Mots-clés : ,
1...34567...164