L'homélie du dimanche (prochain)

14 août 2010

Marie en son Assomption : une femme qui assume !

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Marie en son Assomption : une femme qui assume !

 

Homélie pour la fête de l’Assomption de Marie / Année C

15/08/2010.

 

·      Assomption ?

Laissez résonner en vous ce mot étrange.

On y entend quelque chose comme « assumer », mais aussi « ascenseur », « somptueux »?

La plupart des Français confondent d’ailleurs l’Ascension et l’Assomption. Non sans raison, car il n’arrive jamais à Marie que ce qui arrive d’abord à son Fils : être emporté dans la gloire auprès de Dieu « corps et âme ». C’est bien le même mouvement qui a provoqué l’« ascension » du Christ et l’ « assomption » de Marie : le désir de Dieu de faire partager ce qu’Il est lui-même à ceux qui justement sont ses « proches ».

 

 

Tous les feux d’artifices, les bals populaires, les festivals et concours pyrotechniques qui fleurissent sur les plages et les côtes de nos rivages cet été pour le 15 Août s?enracinent sans le savoir dans cette fête (autrefois nationale) : célébrer l’une des nôtres déjà dans l’intimité de Dieu, de tout son être. Les fusées multicolores et autres feux de Bengale ne brûlent plus pour célébrer l’Assomption.  

 

Reste cependant comme un parfum d’espérance commune à travers ces réjouissances nationales : nous sommes faits pour la beauté, pour « monter » vers le ciel, à l’instar des bouquets de pétards scintillants qui arrachent toujours des « oh » et des « ah » aux enfants comme aux foules massées autour des bases de lancement. Comme si regarder un feu d’artifice nous rappelait confusément notre propre vocation à « monter » nous aussi vers plus haut, vers plus beau, vers « le ciel »?

De cela, Marie en son Assomption est le témoin.

De cette aspiration, Marie élevée dans la gloire est le garant.

Comme, dans un feu d’artifice, il y a des fusées qui sont chargées d’éclater le plus haut possible en parapluies de gerbes phosphorescentes, Marie en son Assomption est chargée de nous transmettre cette immense espérance : nous sommes faits pour vivre au plus haut de nous-mêmes, en Dieu?

Et nous attendons le bouquet final, où toutes les couleurs seront enfin réunies, dans une pétarade assourdissante?

 

·      Avec cette image de la montée vers le haut, l’Assomption évoque également l’action d’assumer ce que l’on est. En français, lorsque quelqu’un dit : « j’assume », cela veut dire qu’il ira jusqu’au bout de sa décision. Dans le langage de Dieu, l’Assomption veut dire qu’Il assume l’humanité de Marie, sa condition de créature, pour la porter à son incandescence. « J’assume l’?uvre de mes mains – semble dire Dieu - et je vais jusqu’au bout de la logique en vertu de laquelle j’ai demandé à Marie de porter Jésus comme son enfant. »

Du coup, il est en même temps donné à Marie d’assumer elle aussi toute son humanité, sa finitude (car elle une créature – comme nous – alors que le Christ est « engendré non pas créé » comme nous le disons à chaque Credo).

Méditer sur la figure de Marie, une femme « qui assume », peut changer notre vision de l’Assomption !

 

·      Et c’est vrai qu’elle assume, cette jeune fille de Nazareth !

 

- Dès l’âge de 16-18 ans, elle assume une grossesse imprévue, surprenante. Bien que cette grossesse-là soit unique dans l’histoire humaine, l’étonnement et l’embarras de Marie devant cette naissance à venir ressemblent à ce que tant de jeunes filles ont dû assumer suite à une grossesse « non désirée ».

Assomption (Montage plat)Nombre de mères se reconnaîtront dans les questions de la vierge de Nazareth : comment cela se fera-t-il ? Que vais-je devenir avec cet enfant en moi ?

Ne dit-on pas fort justement que les hommes « n’assument pas » lorsqu’ils laissent tomber leur compagne lorsqu’elle est enceinte ? Ou que la société n’assume pas ses responsabilités en préférant parfois encourager l’IVG au lieu d’accompagner jusqu’au bout et après ?

On le voit : assumer une grossesse imprévue, c’est un chemin d’humanité encore aujourd’hui si difficile que Marie demeure une référence, une grande soeur même, dans la manière dont elle a pu affronter cette situation, en maintenant sa confiance en Dieu. Joseph est celui qui l’a aidé à surmonter ce statut si honteux de « fille-mère » : il a assumé un enfant qui n’était pas de lui, il lui a donné son nom, sa famille, son héritage…

Nombre de pères se reconnaîtront en Joseph, quand ils doivent eux aussi assumer les enfants d’un autre, avec amour et respect.

 

- Puis son fils s’est mis à partir sur les chemins de Palestine, à l’âge de trente ans environ, c’est-à-dire à l’âge où ses amis de Nazareth étaient déjà mariés, rangés? Marie là encore a dû assumer ce nouveau statut pour son fils : prophète itinérant, guérisseur renommé, mystique exalté? Était-ce là ce qu’elle avait rêvé pour lui ? N’a-t-elle pas dû combattre intérieurement pour ne pas faire pression, pour laisser son fils aller, pour accepter de ne plus le comprendre ? On trouve la trace de ce combat intérieur – où Marie apprend à assumer sa maternité divine- dans quelques passages : l’épisode de Jésus au Temple de Jérusalem à 12 ans (« Marie conservait toutes ces choses en son coeur » Lc 2,51), son désir de le ramener à la maison avant que tout cela ne dégénère (« ta mère et tes frères sont là, dehors, qui te cherchent » Lc 8,20), son énorme silence lors de la Passion de son Fils, où aucun des 4 évangélistes ne lui fait prononcer une parole?

Nombre de mères se reconnaîtront dans cet accompagnement, joyeux et douloureux, que tout parent doit assumer lors de la croissance de son enfant : se réjouir de ses succès, se laisser interroger par ses échecs, mais toujours être là, même dans l’incompréhension totale de ses paroles ou de ses actes?

 

- Après la résurrection de son fils, Marie n’a pas fini son « pèlerinage de foi », selon la belle expression de Jean-Paul II pour désigner le parcours de cette femme qui, d’étape en étape, n’en finissait pas de découvrir ce qu’elle devait assumer pour devenir ce qu’elle était : la mère du Messie.

En effet, ce n’est pas elle que Jésus relevé d?entre les morts choisit pour se manifester aux disciples, mais Marie-Madeleine.

Ce n’est pas elle que son Fils vivant pour toujours envoie annoncer cette extraordinaire nouvelle à tous les peuples, mais ses disciples, eux qui n’avaient guère « assumé » pendant la Passion (car fuir, renier, trahir celui qu’on disait aimer, c’est l’exact contraire de la manière dont Marie a assumé la déréliction de son enfant !).

À la Pentecôte, le projecteur est mis sur l’assemblée des disciples, à tel point que Marie semble disparaître derrière le halo naissant des prédicateurs inspirés que deviennent les Onze.

Nombre de mères se reconnaîtront dans cet effacement blessant auquel le parcours de leur enfant semble les cantonner. Nombre de femmes savent d’instinct que persévérer dans la confiance finit pourtant par être fécond, plus que l’abandon, plus que l’aigreur ou l’indifférence forcée.

 

Car il n’y a nulle jalousie en Marie.

Marie en son Assomption : une femme qui assume ! dans Communauté spirituelle assomption_poussinNulle revendication d’une place qu’elle estimerait lui revenir de droit.

Nulle révolte devant l’apparente ingratitude de son Fils, pour qui elle semble ne plus exister.

Dans sa confiance en lui, elle sait qu’elle ne sera pas confondue, et que sa relation unique avec lui trouvera sa plénitude dans un achèvement unique.

L’Assomption est cet achèvement unique – annonçant le nôtre – où Dieu ratifie la ténacité de Marie, et lui donne raison contre toutes les apparences humaines.

Nombre de mères se reconnaîtront dans cette opiniâtreté où leur amour, défiant les apparences, leur donne de tenir bon, d’assumer les pires épreuves, les pires humiliations s’il s’agit de se battre pour la chair de leur chair. Nombre de femmes savent au plus intime d’elles-mêmes que cela vaut la peine de ne pas baisser les bras pour défendre la vie qui a jailli de leur corps, sans rien revendiquer pour elles.

 

·      Finalement, le langage populaire n’a pas tort, en associant l’Assomption, l’Ascension, et le fait « d’assumer » dans la vie !

Marie est le signe vivant que nous pouvons aspirer à « plus haut », à ne pas rester collés à raz de terre, car nous sommes à l’image du Dieu « très haut », et c’est pourquoi l’être humain est « somptueux ».

Marie aujourd’hui glorifiée dans tout son être promet la même plénitude à toutes les femmes qui mènent un combat semblable au sien : assumer une maternité, la mort d’un compagnon qui était un véritable soutien (Joseph), la longue éducation d’un enfant surprenant, ses choix bizarres ou sa fin humiliante?

 

·      Que les hommes se rassurent : non seulement ils ne sont pas exclus de cette promesse, mais ils peuvent devenir eux aussi la mère du Christ, selon la belle déclaration de Jésus (qui a dû peiner Marie sur le moment, mais qu’elle a comprise plus tard, beaucoup plus tard !) :

« « Qui est ma mère ? Et mes frères ? »  Et, promenant son regard sur ceux qui étaient assis en rond autour de lui, il dit: « Voici ma mère et mes frères. Quiconque fait la volonté de Dieu, celui-là est pour moi un frère,  une soeur, une mère. » » (Mc 3,33).

 

 

1ère lecture : La Femme de l’Apocalypse, image de l’Église comme Marie (Ap 11, 19a ; 12, 1-6a.10ab)

Le Temple qui est dans le ciel s’ouvrit, et l’arche de l’Alliance du Seigneur apparut dans son Temple.

Un signe grandiose apparut dans le ciel : une Femme, ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds,e t sur la tête une couronne de douze étoiles.
Elle était enceinte et elle criait, torturée par les douleurs de l’enfantement.
Un autre signe apparut dans le ciel : un énorme dragon, rouge feu, avec sept têtes et dix cornes,et sur chaque tête un diadème.
Sa queue balayait le tiers des étoiles du ciel, et les précipita sur la terre. Le Dragon se tenait devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer l’enfant dès sa naissance.
Or, la Femme mit au monde un fils, un enfant mâle, celui qui sera le berger de toutes les nations, les menant avec un sceptre de fer. L’enfant fut enlevé auprès de Dieu et de son Trône,
et la Femme s’enfuit au désert, où Dieu lui a préparé une place.

Alors j’entendis dans le ciel une voix puissante, qui proclamait : « Voici maintenant le salut,la puissance et la royauté de notre Dieu, et le pouvoir de son Christ ! »

 

Psaume : 45, 11-12a, 12b-13, 14-15a, 15b-16

R/ Heureuse es-tu, Vierge Marie, dans la gloire de ton Fils.

Écoute, ma fille, regarde et tends l’oreille ;
oublie ton peuple et la maison de ton père :
le roi sera séduit par ta beauté.

Il est ton Seigneur : prosterne-toi devant lui.
Alors, les plus riches du peuple,
chargés de présents, quêteront ton sourire.

Fille de roi, elle est là, dans sa gloire,
vêtue d’étoffes d’or ;
on la conduit, toute parée, vers le roi.

Des jeunes filles, ses compagnes, lui font cortège ;
on les conduit parmi les chants de fête :
elles entrent au palais du roi.

2ème lecture : Le Christ nous entraîne tous dans la vie éternelle ( 1 Co 15, 20-27a)

Frères, le Christ est ressuscité d’entre les morts, pour être parmi les morts le premier ressuscité. Car, la mort étant venue par un homme, c’est par un homme aussi que vient la résurrection. En effet, c’est en Adam que meurent tous les hommes ; c’est dans le Christ que tous revivront, mais chacun à son rang : en premier, le Christ ; et ensuite, ceux qui seront au Christ lorsqu’il reviendra. Alors, tout sera achevé, quand le Christ remettra son pouvoir royal à Dieu le Père, après avoir détruit toutes les puissances du mal. C’est lui en effet qui doit régner jusqu’au jour où il aura mis sous ses pieds tous ses ennemis. Et le dernier ennemi qu’il détruira, c’est la mort, car il a tout mis sous ses pieds.

 

Evangile : « Heureuse celle qui a cru ! » (Lc 1, 39-56)

En ces jours-là, Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée.
Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth.
Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie de l’Esprit Saint,
et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni.
Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?
Car, lorsque j’ai entendu tes paroles de salutation, l’enfant a tressailli d’allégresse au-dedans de moi.
Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »
Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur,
« Mon âme exalte le Seigneur,
mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur.
Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom !
Son amour s’étend d’âge en âgesur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.
Il comble de bien les affamés, renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa race à jamais. »
Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.
Patrick BRAUD 

Mots-clés : , ,

7 août 2010

Agents de service

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Agents de service

 

Homélie du 19° Dimanche du temps ordinaire / Année C

08/08/2010

 

Agents de service dans Communauté spirituelle 129fwebTrois béatitudes en quelques lignes : l’événement est suffisamment rare pour ne pas laisser passer cette particularité de notre passage d’Évangile.

On est habitué aux quatre « heureux » des béatitudes de Luc (Lc 6), et plus encore au huit béatitudes  qu’on trouve chez Mathieu (Mt 5).

On oublie ces trois autres déclarations de bonheur que Jésus fait ici.

Or ces trois promesses – « qui feront des heureux » – sont toutes en lien avec le service, actif et vigilant :

- « heureux les serviteurs que le maître trouvera en train de veiller »

- « s’il revient à minuit et qu’il les trouve ainsi, heureux sont-ils ! »

- « heureux serviteur que son maître, en arrivant, trouvera à son travail ».

 

L’insistance est si forte qu’on se dit qu’il y a là une clé pour aujourd’hui encore.

Se mettre au service, rester vigilants et actifs en ce service, c’est une source de bonheur pour demain (« lorsque le maître viendra »).

Pour demain : car, contrairement à ce qu’on croit trop facilement (parce qu’on voudrait utiliser la foi pour être heureux, c’est-à-dire se servir de la foi au lieu de la servir?), Jésus ne promet pas ici de bonheur immédiat. Il l’annonce pour le moment du retour du maître, c’est-à-dire de son retour à lui. D’ici là, il faut tenir, veiller sans voir venir, continuer à servir alors qu’apparemment on est tout seul et que le Christ semble bien loin…

 

Allusion sans doute aux premières générations des chrétiens, confrontés à la persécution, qui devaient tenir bon, rester fidèles, sans autre espérance que celle de rencontrer le Christ dans la même Pâque que lui (le martyre).

 

Allusion aujourd’hui à la condition ordinaire des chrétiens : servir.

Servir la croissance du monde à travers leur vie professionnelle.

Servir la croissance de la vie à travers leur famille.

Servir la beauté de la création grâce à la culture, les arts etc…

En ce sens, l’Église est fondamentalement diaconale, parce que être disciple du Christ, c’est durer dans le service, la plupart du temps sans rien voir de l’utilité réelle de ce service (« mon maître tarde à venir »).

Si l’Église ordonne quelques uns diacres, cela c’est justement pour rappeler à tous que la diaconie (= le service) est la condition ordinaire de la responsabilité chrétienne.

Rappelez-vous la béatitude (semblable aux trois nôtres) du lavement des pieds dans l’Évangile de Jean : « heureux serez-vous, si du moins vous le mettez en pratique » (Jn 13,17). Cette promesse liée au lavement des pieds rejoint la promesse liée au service – vigilant et actif – de ce dimanche.

 

Voilà pourquoi on a besoin des diacres : pour rappeler à tout chrétien qu’il est appelé au service, service de Dieu et service du frère, indissociablement unis.

Parce que la vocation de l’Église est d’être diaconale, servante de l’humanité, il faut qu’elle ordonne quelques-uns pour le rappeler à tous.

De même qu’elle ordonne quelques uns prêtres pour rappeler à tous qu’ils ont à vivre leur sacerdoce baptismal, c’est-à-dire à offrir leur vie au Père par le Christ dans l’Esprit.
Vous le savez, c’est le Concile Vatican II qui a ouvert la voie de la restauration du diaconat permanent, si florissant dans les premiers siècles. C’est « en vue du service » que le Concile l’a fait (Lumen Gentium 29, 63). La lettre aux catholiques de France précisait en 1996 : 
« Il est exclu de célébrer en vérité le mystère de la foi en s’en tenant à l’action cultuelle. Car le Dieu sauveur s’est lui-même identifié aux pauvres et aux petits? Le ministère des diacres nous rappelle tout particulièrement ce lien fondamental entre service de Dieu et service des hommes ».

Les diacres permanents nous rappellent cette dimension essentielle de l’Église, pour que le sacrement de l’autel et celui du frère ne soient jamais séparés l’un de l’autre…

 

Où en suis-je de cette attitude fondamentale de service ?

Surtout si j’ai reçu beaucoup (car alors « on me réclamera davantage ») : comment rester actif et éveillé dans la mise à disposition pour autrui de mes talents, de mes charismes ?

 

En entreprise, servir ses collaborateurs est la marque des grandes figures patronales. Loin d’écraser leurs équipes, les grands capitaines d’industrie libèrent l’énergie de leurs associés, leur donnent les moyens de grandir, font confiance, délèguent, catalysent leur enthousiasme…

Le service passe alors par le partage du pouvoir, du vouloir, de l’avoir : servir une aventure professionnelle commune demande cette vigilance active dont parle Jésus. Toujours sur le qui-vive pour promouvoir un collaborateur, un projet, une opportunité ; pour susciter une vision commune où chacun va donner le meilleur de lui-même ; pour partager les informations nécessaires ; pour partager jusqu’aux résultats financiers?

Leon HarmelUtopique ? Tant d’acteurs économiques – employés, ouvriers, cadres, actionnaires – ont été et sont toujours témoins que cette « utopie » du service est bien vivante et très féconde en entreprise ! Celui qui conçoit sa responsabilité comme un service, qu’il soit syndicaliste, opérateur sur une machine, hôtesse de caisse, cadre commercial ou grand patron, celui-là sait ce que Jésus veut dire : « heureux serviteur que son maître, en arrivant, trouvera à son travail ». Et le maître dont parle Jésus, c’est le maître des uns comme des autres, quelque soit leur position hiérarchique.

Chacun peut et doit répondre devant un « patron » plus grand que ceux qui l’entourent, et qui est commun à tous.

Or, lui répondre par le service – vigilant et actif – est le fondement du bonheur à venir…

 

Où en suis-je de cette attitude fondamentale de service ?…

 

Léon Harmel, figure du patronat chrétien « social »

 

1ère lecture : Dieu vient la nuit sauver son peuple (Sg 18, 6-9)

La nuit de la délivrance pascale avait été connue d’avance par nos Pères ; assurés des promesses auxquelles ils avaient cru, ils étaient dans la joie. Et ton peuple accueillit à la fois le salut des justes et la ruine de leurs ennemis. En même temps que tu frappais nos adversaires, tu nous appelais pour nous donner ta gloire. Dans le secret de leurs maisons, les fidèles descendants des justes offraient un sacrifice, et ils consacrèrent d’un commun accord cette loi divine : que les saints partageraient aussi bien le meilleur que le pire ; et déjà ils entonnaient les chants de louange des Pères.

Psaume : Ps 32, 1.12, 18-19, 20.22

R/ Bienheureux le peuple de Dieu !

 

Criez de joie pour le Seigneur, hommes justes !
Hommes droits, à vous la louange  !
Heureux le peuple dont le Seigneur est le Dieu,
heureuse la nation qu’il s’est choisie pour domaine  !

Dieu veille sur ceux qui le craignent,
qui mettent leur espoir en son amour,
pour les délivrer de la mort,
les garder en vie aux jours de famine.

Nous attendons notre vie du Seigneur :
il est pour nous un appui, un bouclier.
Que ton amour, Seigneur, soit sur nous
comme notre espoir est en toi !

2ème lecture : La foi d’Abraham, modèle de la nôtre (brève : 1-2.8-12) (He 11, 1-2.8-19)

Frères,
la foi est le moyen de posséder déjà ce qu’on espère, et de connaître des réalités qu’on ne voit pas.
Et quand l’Écriture rend témoignage aux anciens, c’est à cause de leur foi.
Grâce à la foi, Abraham obéit à l’appel de Dieu : il partit vers un pays qui devait lui être donné comme héritage. Et il partit sans savoir où il allait.
Grâce à la foi, il vint séjourner comme étranger dans la Terre promise ; c’est dans un campement qu’il vivait, ainsi qu’Isaac et Jacob, héritiers de la même promesse que lui,
car il attendait la cité qui aurait de vraies fondations, celle dont Dieu lui-même est le bâtisseur et l’architecte.
Grâce à la foi, Sara, elle aussi, malgré son âge, fut rendue capable d’avoir une descendance parce qu’elle avait pensé que Dieu serait fidèle à sa promesse.
C’est pourquoi, d’un seul homme, déjà marqué par la mort, ont pu naître des hommes aussi nombreux que les étoiles dans le ciel et les grains de sable au bord de la mer, que personne ne peut compter.
C’est dans la foi qu’ils sont tous morts sans avoir connu la réalisation des promesses ; mais ils l’avaient vue et saluée de loin, affirmant que, sur la terre, ils étaient des étrangers et des voyageurs.
Or, parler ainsi, c’est montrer clairement qu’on est à la recherche d’une patrie.
S’ils avaient pensé à celle qu’ils avaient quittée, ils auraient eu la possibilité d’y revenir.
En fait, ils aspiraient à une patrie meilleure, celle des cieux. Et Dieu n’a pas refusé d’être invoqué comme leur Dieu, puisqu’il leur a préparé une cité céleste.
Grâce à la foi, quand il fut soumis à l’épreuve, Abraham offrit Isaac en sacrifice. Et il offrait le fils unique, alors qu’il avait reçu les promesses
et entendu cette parole :C’est d’Isaac que naîtraune descendance qui portera ton nom.
Il pensait en effet que Dieu peut aller jusqu’à ressusciter les morts : c’est pourquoi son fils lui fut rendu ; et c’était prophétique.

 

Evangile : Se tenir prêts pour le retour du Seigneur (brève : 35-40) (Lc 12, 32-48)

Jésus disait à ses disciples : « Sois sans crainte, petit troupeau, car votre Père a trouvé bon de vous donner le Royaume.
Vendez ce que vous avez et donnez-le en aumône. Faites-vous une bourse qui ne s’use pas, un trésor inépuisable dans les cieux, là où le voleur n’approche pas, où la mite ne ronge pas.
Car là où est votre trésor, là aussi sera votre coeur.
Restez en tenue de service, et gardez vos lampes allumées.
Soyez comme des gens qui attendent leur maître à son retour des noces, pour lui ouvrir dès qu’il arrivera et frappera à la porte.
Heureux les serviteurs que le maître, à son arrivée, trouvera en train de veiller. Amen, je vous le dis : il prendra la tenue de service, les fera passer à table et les servira chacun à son tour.
S’il revient vers minuit ou plus tard encore et qu’il les trouve ainsi, heureux sont-ils !
Vous le savez bien : si le maître de maison connaissait l’heure où le voleur doit venir, il ne laisserait pas percer le mur de sa maison.
Vous aussi, tenez-vous prêts : c’est à l’heure où vous n’y penserez pas que le Fils de l’homme viendra. »
Pierre dit alors : « Seigneur, cette parabole s’adresse-t-elle à nous, ou à tout le monde ? »
Le Seigneur répond : « Quel est donc l’intendant fidèle et sensé à qui le maître confiera la charge de ses domestiques pour leur donner, en temps voulu, leur part de blé ?
Heureux serviteur, que son maître, en arrivant, trouvera à son travail.
Vraiment, je vous le déclare : il lui confiera la charge de tous ses biens.
Mais si le même serviteur se dit : ‘Mon maître tarde à venir’, et s’il se met à frapper serviteurs et servantes, à manger, à boire et à s’enivrer,
son maître viendra le jour où il ne l’attend pas et à l’heure qu’il n’a pas prévue ; il se séparera de lui et le mettra parmi les infidèles.
Le serviteur qui, connaissant la volonté de son maître, n’a pourtant rien préparé, ni accompli cette volonté, recevra un grand nombre de coups.
Mais celui qui ne la connaissait pas, et qui a mérité des coups pour sa conduite, n’en recevra qu’un petit nombre. A qui l’on a beaucoup donné, on demandera beaucoup ; à qui l’on a beaucoup confié, on réclamera davantage.
»
Patrick Braud

Mots-clés : , , ,

31 juillet 2010

Gardez-vous bien de toute âpreté au gain !

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

« Gardez-vous bien de toute âpreté au gain ! »

 

Homélie du 18° Dimanche du temps ordinaire / Année C

01/08/2010

 

 

« Gardez-vous bien de toute âpreté au gain ! »

Voilà une phrase qui n’a rien perdu de son actualité !

Gardez-vous bien de toute âpreté au gain ! dans Communauté spirituelle meilleurs-traders-16898Si certains banquiers et leurs traders avaient écouté cette phrase simple du prophète de Nazareth, il n’aurait sûrement pas mis en place des produits financiers si complexes (les subprimes) parce que si « âpres au gain ».

Si les fonds de pension américains avaient entendu l’avertissement de Jésus, ils n’auraient pas exigé des rendements à deux chiffres pour leurs actions…

Si les agents immobiliers avaient pris au sérieux la parabole de Jésus sur l’âpreté au gain, ils n’aurait pas construit autant de ?greniers’, ils n’auraient pas fait rêver les familles pauvres américaines d’avoir chacune leur maison en propre, avec si peu d’argent…

Les gens savants parlent de l’hybris grecque = l’excès, la démesure, qui a poussé les spéculateurs: excès de cupidité, excès de sophistication, excès de dématérialisation etc… Cette hybris a bel et bien été l’une des causes majeures de la crise financière de 2008.

 

Bref, les phrases à consonances nettement économiques sont si rares dans l’Évangile qu’on devrait les en écouter d’autant plus !

 

« Gardez-vous bien de toute âpreté au gain ! ».

Jésus fait écho au fameux : « tu ne convoiteras pas » du Décalogue. Ce n’est pas le gain qui est dangereux, c’est l’âpreté au gain, c’est la convoitise.

Les disciples du Christ devraient pouvoir s’investir dans les rouages de l’économie de leur temps, sans pour autant tomber dans le piège de la course effrénée à l’accumulation des biens matériels ou des profits.

 

41TRD9GCW7L._SL500_AA300_ Aron dans Communauté spirituelleC’est la thèse célèbre de Max Weber, sociologue allemand du début du 20e siècle. Selon lui, il y a une « affinité élective » entre l’éthique protestante et l’esprit du capitalisme. Des puritains protestants, prenant à la lettre cet avertissement de Jésus sur l’âpreté au gain, se sont contentés d’une vie frugale et simple, alors qu’ils travaillaient énormément pour vérifier leur élection par Dieu à travers la réussite de leurs affaires (la richesse et le succès sont des bénédictions divines dans l’Ancien Testament).

Travailler sans compter, vivre frugalement sans tout dépenser dans le bling-bling, mais en le réinvestissant dans l’outil de travail : voilà le secret du capitalisme américain, selon Max Weber.

Raymond Aron commente : « l’éthique protestante enjoint aux croyants de se méfier des biens de ce monde et d’adopter un comportement ascétique. Or travailler rationnellement en vue du profit et ne pas dépenser le profit, est par excellence une conduite nécessaire au développement du capitalisme, car elle est synonyme de continuels réinvestissements du profit non  consommé » (Les étapes de la pensée sociologique, Gallimard, 1967)

 

Même si cette thèse peut être débattue, elle a le mérite de démontrer qu’il y a vraiment un lien entre ce que l’on croit et l’activité économique mise en oeuvre.

Il y a réellement une « affinité élective » entre la foi chrétienne et certains comportements économiques.

De la même manière, l’essor de la finance islamique par exemple montre qu’il y a un lien entre l’islam et un autre rapport aux prêts à intérêts.

Les croyants auraient donc tout intérêt (c’est le cas de le dire !) à explorer les dimensions proprement économiques de leurs choix. Ils apporteraient ainsi au monde  une originalité, une spécificité, une fécondité uniques.

Sinon, la sombre prophétie de Max Weber à la fin de son livre (l’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, 1905) risque fort de se réaliser :

Aujourd’hui, l’esprit de l’ascétisme religieux s’est échappé de la cage – définitivement? qui saurait le dire… Quoi qu’il en soit, le capitalisme vainqueur n’a plus besoin de ce soutien depuis qu’il repose sur une base mécanique. Il n’est pas jusqu’à l’humeur de la philosophie des Lumières, la riante héritière de cet esprit, qui ne semble définitivement s’altérer; et l’idée d’accomplir son « devoir » à travers une besogne hante désormais notre vie, tel le spectre de croyances religieuses disparues. Lorsque l’ « accomplissement » [du devoir] professionnel ne peut être directement rattaché aux valeurs spirituelles et culturelles les plus élevées – ou bien, inversement, lorsqu’il ne peut plus être ressenti comme une simple contrainte économique – l’individu renonce, en général, à le justifier. Aux États-Unis, sur les lieux mêmes de son paroxysme, la poursuite de la richesse, dépouillée de son sens éthico-religieux, a tendance aujourd’hui à s’associer aux passions purement agonistiques, ce qui lui confère le plus souvent le caractère d’un sport.

Nul ne sait encore qui, à l’avenir, habitera la cage, ni si, à la fin de ce processus gigantes­que, apparaîtront des prophètes entièrement nouveaux, ou bien une puissante renaissance des pensers et des idéaux anciens, ou encore – au cas où rien de cela n’arriverait - une pétrifica­tion mécanique, agrémentée d’une sorte de vanité convulsive. En tout cas, pour les « derniers hommes » de ce développement de la civilisation, ces mots pourraient se tourner en vérité – « Spécialistes sans vision et voluptueux sans c?ur – ce néant s’imagine avoir gravi un degré de l’humanité jamais atteint jusque-là. »

S’il n’y a plus de racines spirituelles à l’activité professionnelle, si une vision plus large ne sous-tend pas l’enrichissement économique, tout ceci peut se retourner contre l’humain? 

Prenez Habitat et Humanisme : fondée par un prêtre (Bernard Devert), cette association veut justement éviter l’âpreté au gain dans le domaine immobilier.

Grâce à une épargne solidaire, à l’implication de professionnels de l’immobilier bien loin de ceux des subprimes, grâce à de nombreux bénévoles, Habitat et Humanisme gère maintenant environ 1800 logements en propre, et près de 3000 en location, pour arriver à loger et accompagner 1500 nouvelles familles chaque année, 12000 familles  depuis sa création en 1985.

 

Le refus de « l’âpreté au gain » peut donc devenir une source d’inspiration pour l’action en faveur du logement.

Et dans tant d’autres domaines ! Le micro-crédit (cf. l’initiative du diocèse de Dijon : www.fondation-rita.org , le partenariat pour le développement, l’éducation…

 

 capitalisme

 

La raison profonde de cette sagesse, qui évite la « vanité des vanités » qu’est la course insensée au seul profit, se trouve dans l’acceptation de la mort. « Tu es fou : cette nuit même, on va te redemander ta vie ». Que feras-tu de tes greniers ? « La vie d’un homme, fût-il dans l’abondance, dépend pas de ses richesses ».

 

Un ami a vécu cela, mot pour mot.

Il était riche, par héritage. Une nuit, il s’est couché et ne s’est jamais réveillé. Mort dans son sommeil, il avait pourtant écouté la parabole du Christ : les seuls greniers où il entassait ses richesses étaient sa femme et ses enfants, avec ses nombreux amis. Il vivait simplement, mettant son argent à disposition de causes utiles, sans ostentation. Aucune âpreté au gain : au-delà de la mort, il a sûrement découvert l’étendue de son vrai patrimoine, c’est-à-dire ses liens, ses engagements, ses amours, ses combats?

 

Puissions-nous refuser pour nous-mêmes toute âpreté au gain !

Puissions-nous réfléchir sur les transformations économiques et professionnelles  que cette « résistance » peut susciter et féconder…

 

 

 

1ère lecture : Vanité des richesses (Qo 1, 2; 2, 21-23)

Vanité des vanités, disait l’Ecclésiaste. Vanité des vanités, tout est vanité !
Un homme s’est donné de la peine ; il était avisé, il s’y connaissait, il a réussi. Et voilà qu’il doit laisser son bien à quelqu’un qui ne s’est donné aucune peine. Cela aussi est vanité, c’est un scandale.
En effet, que reste-t-il à l’homme de toute la peine et de tous les calculs pour lesquels il se fatigue sous le soleil ?
Tous les jours sont autant de souffrances, ses occupations sont autant de tourments : même la nuit, son coeur n’a pas de repos. Cela encore est vanité.

Psaume : Ps 89, 3-4, 5-6, 12-13, 14.17abc

R/ D’âge en âge, Seigneur, tu as été notre refuge

 

Tu fais retourner l’homme à la poussière ;
tu as dit : « Retournez, fils d’Adam ! »
A tes yeux, mille ans sont comme hier,
c’est un jour qui s’en va, une heure dans la nuit.

Tu les as balayés : ce n’est qu’un songe ;
dès le matin, c’est une herbe changeante : 
elle fleurit le matin, elle change ;
le soir, elle est fanée, desséchée.

Apprends-nous la vraie mesure de nos jours :
que nos coeurs pénètrent la sagesse. 
Reviens, Seigneur, pourquoi tarder ?
Ravise-toi par égard pour tes serviteurs. 

Rassasie-nous de ton amour au matin,
que nous passions nos jours dans la joie et les chants.
Que vienne sur nous la douceur du Seigneur notre Dieu.
Consolide pour nous l’ouvrage de nos mains.

2ème lecture : Avec le Christ, de l’homme ancien à l’homme nouveau (Col 3, 1-5.9-11)

Frères, vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d’en haut : c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu.
Tendez vers les réalités d’en haut, et non pas vers celles de la terre.
En effet, vous êtes morts avec le Christ, et votre vie reste cachée avec lui en Dieu.
Quand paraîtra le Christ, votre vie, alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui en pleine gloire.
Faites donc mourir en vous ce qui appartient encore à la terre : débauche, impureté, passions, désirs mauvais, et cet appétit de jouissance qui est un culte rendu aux idoles.
Plus de mensonge entre vous ; débarrassez-vous des agissements de l’homme ancien qui est en vous,
et revêtez l’homme nouveau, celui que le Créateur refait toujours neuf à son image pour le conduire à la vraie connaissance.
Alors, il n’y a plus de Grec et de Juif, d’Israélite et de païen, il n’y a pas de barbare, de sauvage, d’esclave, d’homme libre, il n’y a que le Christ : en tous, il est tout.

Evangile : Parabole de l’homme qui amasse pour lui-même (Lc 12, 13-21)

Du milieu de la foule, un homme demanda à Jésus : « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. »
Jésus lui répondit : « Qui m’a établi pour être votre juge ou pour faire vos partages ? »
Puis, s’adressant à la foule : « Gardez-vous bien de toute âpreté au gain ; car la vie d’un homme, fût-il dans l’abondance, ne dépend pas de ses richesses. »
Et il leur dit cette parabole : « Il y avait un homme riche, dont les terres avaient beaucoup rapporté.
Il se demandait : ‘Que vais-je faire ? Je ne sais pas où mettre ma récolte.’
Puis il se dit : ‘Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j’en construirai de plus grands et j’y entasserai tout mon blé et tout ce que je possède.
Alors je me dirai à moi-même : Te voilà avec des réserves en abondance pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l’existence.’
Mais Dieu lui dit : ‘Tu es fou : cette nuit même, on te redemande ta vie. Et ce que tu auras mis de côté, qui l’aura ?’
Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,

24 juillet 2010

Les 10 paroles du Notre Père

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Les 10 paroles du Notre Père

 

Homélie du 17° Dimanche du temps ordinaire / Année C

25/07/2010

 

Le Notre Père fait évidemment partie du trésor de la foi chrétienne. Il est avec le Credo l’une des perles que l’on transmet aux catéchumènes, pour qu’ils l’assimilent, l’apprennent « par le coeur », et le restitue ensuite devant l’assemblée (traditio / redditio).

Arrêtons-nous sur la structure de cette prière journalière, dans sa version liturgique (où Mt et Lc se combinent).

En fait, les mots du Notre Père sont juifs, et son énonciation est chrétienne.

 

Une prière juive

Chaque mot du Notre Père vient de l’Ancien Testament. Jésus ne les a pas inventés. Il les a agencés d’une manière originale et unique. Mais un juif (ou même un musulman) n’aurait aucune difficulté je crois pas à appeler Dieu « père », à prier pour que son règne vienne, pour que le pardon soit accordé…

 

Mieux encore, la structure de cette prière est profondément juive.

On peut en effet distinguer 10 paroles, comme le décalogue transmis par Moïse au peuple hébreu (dans ce sens, on peut dire que la prière devient plus importante que la loi en régime chrétien).

Les 10 paroles du Notre Père dans Communauté spirituelleCes 10 paroles se constituent de :

·      trois louanges : notre / père / qui es aux cieux

·      trois demandes qui concernent Dieu lui-même :

- que ton Nom soit sanctifié

- que ton règne vienne

- que ta volonté soit faite…

Trois est le chiffre divin du Dieu trois fois saint, dès l’Ancien Testament.

·      Viennent ensuite quatre demandes concernant l’homme (quatre est le chiffre symbolique de l’humain : les quatre points cardinaux, les quatre coins de la Terre  dans la représentation de l’époque…) :

- le pain quotidien

- le pardon

- la résistance à la tentation

- la délivrance du mal.

 

Après ces 10 paroles du Notre Père, on conclut volontiers par une doxologie qui est tirée des écrits de Paul : « car c’est à toi qu’appartiennent… », ce qui là encore rejoint la tradition juive, où la prière va de la louange à la louange, en passant par l’intercession.

 

 

 amidah dans Communauté spirituelleSi la structure du Notre Père est juive, ses mots le sont tout autant.

- Père : dès l’Ancien Testament, Dieu se révèle « père des pauvres », du peuple, père du roi, du prophète… Sa paternité est une autre manière de dire l’Alliance qui l’unit à Israël, voire à toute l’humanité.

- notre : la relation à Dieu n’est pas individuelle, mais communautaire. L’Église ne dit pas : « mon père », et c’est très important, parce que cela veut dire que la relation à l’Église fait partie de la relation à Dieu. Appeler Dieu « père », c’est nous reconnaître égaux en tant qu’enfants de ce père qui est nôtre.

- qui es aux cieux : c’est la révélation de la transcendance de Dieu (depuis le buisson ardent et le Tétragramme YHWH). Dieu est Notre Père tout en étant un autre père, un Dieu tout autre.

 

Puis viennent les trois demandes concernant le Nom, la volonté et le règne de Dieu.

Étrange prière, pleine d’humour juif en quelque sorte, puisque l’homme fragile et limité vole au secours du Tout-Autre en priant pour lui ! Comme si Dieu avait bien besoin d’être aidé par ce vermisseau… Mais nous nous décentrons de nos besoins propres en priant d’abord pour Dieu : pour que son Nom soit sanctifié, son règne vienne, sa volonté soit faite.

Les trois louangent indiquaient la gratuité de la prière ; ces trois demandes soulignent le désintéressement de toute demande, qui est d’abord pour Dieu avant d’être pour soi-même.

 

Puis viennent les demandes pour l’homme : le pain / le pardon / la tentation / la délivrance.

Intercession très concrète (on commence par le pain) qui ne cherche pas à accumuler (le pain de chaque jour seulement, comme la manne), mais à se rendre disponible à Dieu.

 

Pour avoir une étude plus détaillée de chacune de ces trois louanges et de ces 7  demandes, relisez le Catéchisme de l’Église Catholique (nos 2759-2865) qui en fait un excellent commentaire (patristique notamment).

 

Une énonciation chrétienne.

Les mots et la structure du Notre Père sont juifs, mais son énonciation est chrétienne.

La distinction entre énoncé / énonciation est classique : vous pouvez bien connaître  les paroles d’une chanson de Michael Jackson, mais vous ne pouvez guère les  chanter comme lui…

Le fait que le Notre Père jaillisse du coeur de la prière du Jésus (« un jour, quelque part, Jésus était en prière… » Lc 11,1) la colore d’une manière unique.

Meister_von_St._Severin_001 DécalogueQuand Jésus dit « Père », Abba, il le fait d’une manière unique, à laquelle il veut nous associer.

Quand il enseigne : « que ta volonté soit faite », c’est parce que lui-même va prier  ainsi à Gethsémani.

Quand il demande « le pain quotidien », c’est parce que lui-même se nourrit jour après jour de toute parole qui sort de la bouche de Dieu, etc…

 

Alors, prier le Notre Père, c’est se glisser dans la relation d’intimité que Jésus entretient avec son Père, en tant que Fils unique, et frère aîné une multitude…

 

D’ailleurs, l’énonciation de ces mots est trinitaire, c’est-à-dire que l’Esprit lui-même vient prier en nos ces mots pour qu’ils deviennent ceux du Christ. « Unis dans un même Esprit, nous pouvons dire avec confiance la prière que nous avons reçue du Sauveur »?

80169 demandeCette énonciation trinitaire du Notre Père est si forte qu’elle a remplacé la prière juive dite « des 18 bénédictions » (la « Amidah ») que tout juif récite aujourd’hui encore, trois fois par jour. Nous prions le Notre Père, debout, trois fois par jour (Laudes, messe, Vêpres).

 

Cette semaine, arrêtons-nous sur une de ces 10 paroles du Notre Père.

Choisissons-en une, une seule, afin qu’elle tourne et retourne en nos coeurs pendant sept jours, et fassent jaillir de notre vie une louange / une demande unie à celle du Christ? 

1ère lecture : Abraham intercède pour la ville condamnée (Gn 18, 20-32)

Les trois visiteurs d’Abraham allaient partir pour Sodome. Le Seigneur lui dit : « Comme elle est grande, la clameur qui monte de Sodome et de Gomorrhe ! Et leur faute, comme elle est lourde !
Je veux descendre pour voir si leur conduite correspond à la clameur venue jusqu’à moi. Si c’est faux, je le reconnaîtrai. »
Les deux hommes se dirigèrent vers Sodome, tandis qu’Abraham demeurait devant le Seigneur.
Il s’avança et dit : « Vas-tu vraiment faire périr le juste avec le pécheur ?
Peut-être y a-t-il cinquante justes dans la ville. Vas-tu vraiment les faire périr ? Est-ce que tu ne pardonneras pas à cause des cinquante justes qui sont dans la ville ?
Quelle horreur, si tu faisais une chose pareille ! Faire mourir le juste avec le pécheur, traiter le juste de la même manière que le pécheur, quelle horreur ! Celui qui juge toute la terre va-t-il rendre une sentence contraire à la justice ?»
Le Seigneur répondit: « Si je trouve cinquante justes dans Sodome, à cause d’eux je pardonnerai à toute la ville. »
Abraham reprit : « Oserai-je parler encore à mon Seigneur, moi qui suis poussière et cendre ?
Peut-être, sur les cinquante justes, en manquera-t-il cinq : pour ces cinq-là, vas-tu détruire toute la ville ? » Il répondit : « Non, je ne la détruirai pas, si j’en trouve quarante-cinq. »
Abraham insista : « Peut-être en trouvera-t-on seulement quarante ? » Le Seigneur répondit : « Pour quarante, je ne le ferai pas.»
Abraham dit : « Que mon Seigneur ne se mette pas en colère, si j’ose parler encore : peut-être y en aura-t-il seulement trente ? » Il répondit : « Si j’en trouve trente, je ne le ferai pas. »
Abraham dit alors : « Oserai-je parler encore à mon Seigneur ? Peut-être en trouvera-t-on seulement vingt ? » Il répondit : « Pour vingt, je ne détruirai pas. »
Il dit : « Que mon Seigneur ne se mette pas en colère : je ne parlerai plus qu’une fois. Peut-être en trouvera-t-on seulement dix ? » Et le Seigneur répondit : « Pour dix, je ne détruirai pas la ville de Sodome. »

 

Psaume : Ps 137, 1-2a, 2bc-3, 6-7ab, 7c-8

R/ Tu écoutes, Seigneur, quand je crie vers toi

De tout mon coeur, Seigneur, je te rends grâce :
tu as entendu les paroles de ma bouche.
Je te chante en présence des anges,
vers ton temple sacré, je me prosterne.

Je rends grâce à ton nom pour ton amour et ta vérité,
car tu élèves, au-dessus de tout, ton nom et ta parole.
Le jour où tu répondis à mon appel,
tu fis grandir en mon âme la force. 

Si haut que soit le Seigneur, il voit le plus humble ;
de loin, il reconnaît l’orgueilleux. 
Si je marche au milieu des angoisses, tu me fais vivre,
ta main s’abat sur mes ennemis en colère.

Ta droite me rend vainqueur. 
Le Seigneur fait tout pour moi !
Seigneur, éternel est ton amour :
n’arrête pas l’oeuvre de tes mains.

2ème lecture : La croix du Christ, source de notre vie (Col 2, 12-14)

Frère,
par le baptême, vous avez été mis au tombeau avec lui, avec lui vous avez été ressuscités, parce que vous avez cru en la force de Dieu qui a ressuscité le Christ d’entre les morts.
Vous étiez des morts, parce que vous aviez péché et que vous n’aviez pas reçu de circoncision. Mais Dieu vous a donné la vie avec le Christ : il nous a pardonné tous nos péchés.
Il a supprimé le billet de la dette qui nous accablait depuis que les commandements pesaient sur nous : il l’a annulé en le clouant à la croix du Christ.

 

Evangile : Enseignements de Jésus sur la prière (Lc 11, 1-13)

Un jour, quelque part, Jésus était en prière. Quand il eut terminé, un de ses disciples lui demanda : « Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean Baptiste l’a appris à ses disciples. »
Il leur répondit : « Quand vous priez, dites : ‘Père,que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne.
Donne-nous le pain dont nous avons besoin pour chaque jour.
Pardonne-nous nos péchés,c ar nous-mêmes nous pardonnonsà tous ceux qui ont des torts envers nous. Et ne nous soumets pas à la tentation.’ »
Jésus leur dit encore : « Supposons que l’un de vous ait un ami et aille le trouver en pleine nuit pour lui demander : ‘Mon ami, prête-moi trois pains :
un de mes amis arrive de voyage, et je n’ai rien à lui offrir.’
Et si, de l’intérieur, l’autre lui répond : ‘Ne viens pas me tourmenter ! Maintenant, la porte est fermée ; mes enfants et moi, nous sommes couchés. Je ne puis pas me lever pour te donner du pain’,
moi, je vous l’affirme : même s’il ne se lève pas pour les donner par amitié, il se lèvera à cause du sans-gêne de cet ami, et il lui donnera tout ce qu’il lui faut.
Eh bien, moi, je vous dis : Demandez, vous obtiendrez ; cherchez, vous trouverez ; frappez, la porte vous sera ouverte.
Celui qui demande reçoit ; celui qui cherche trouve ; et pour celui qui frappe, la porte s’ouvre.
Quel père parmi vous donnerait un serpent à son fils qui lui demande un poisson ?
ou un scorpion, quand il demande un oeuf ?
Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père céleste donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! »
Patrick Braud

 

Mots-clés : , , , , ,
1...191192193194195...203