L'homélie du dimanche (prochain)

10 septembre 2011

La dette est stable : vive la dette !

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

La dette est stable : vive la dette !

 

Homélie du 24° Dimanche ordinaire Année A  11/09/2011 

 

La question de la dette est au coeur de la parabole de Mt 18,21-35.

10 000 talents et une remise de dette d’un côté, 100 talents et une exigence de remboursement intégral de l’autre.

Encore une parabole économique ! Qui a dit que l’Évangile ne s’occupait que de vie intérieure? ?

 

La question de la dette est en même temps au coeur de l’actualité sociale partout en Europe, aux USA et dans le monde entier. On nous annonce récession, austérité, du sang et des larmes à cause de l’endettement phénoménal des pays riches.

 

Passons en revue quelques emplois du mot « dette » dans la vie économique et sociale, en nous demandant quelle lumière l’Évangile peut y projeter.

 

La dette odieuse

En 1883, le Mexique avait refusé de rembourser une dette contractée auparavant par l’empereur Maximilien. Un régime injuste et illégitime ne pouvait lier le sort de son peuple pour des décennies. L’argument fit jurisprudence dans le droit international. Les États-Unis ont ainsi refusé que Cuba paye les dettes contractées par le régime colonial espagnol. Ils ont obtenu gain de cause via le Traité de Paris en 1898. C’est Alexander Nahum Sack, ancien ministre du Tsar Nicolas II, émigré en France après la révolution de 1917, professeur de droit à Paris, qui a formulé en 1927 ce concept juridique de « dette odieuse » :

« Si un pouvoir despotique contracte une dette non pas selon les besoins et les intérêts de l’État, mais pour fortifier son régime despotique, pour réprimer la population qui le combat, cette dette est odieuse pour la population de l’État entier. Cette dette n’est pas obligatoire pour la nation : c’est une dette de régime, dette personnelle du pouvoir qui l’a contractée ; par conséquent, elle tombe avec la chute de ce pouvoir. »

 

La dette est stable : vive la dette ! dans Communauté spirituelleLes disciples du Christ feront écho sans peine à cette demande de ne pas faire peser sur les épaules des enfants les dettes que les pères ont injustement contractées. Tant de régimes dictatoriaux – en Afrique comme ailleurs – ont « plombé » l’avenir de leur peuple : il est de notre devoir de militer pour l’annulation de ces dettes odieuses, d’autant que souvent elles ont été conclues en connaissance de cause par les créanciers (un peu comme les banquiers ont fermé les yeux lors du surendettement des familles pauvres jusqu’en 2008)?

Le financement des retraites des générations âgées ne releverait-il pas également de cette pratique ‘odieuse’ ?

 

Sur le plan spirituel, la « dette odieuse » est celle que l’humanité a contractée à travers Adam symboliquement.

C’est la structure même de notre condition de créatures, où nous découvrons notre complicité avec le mal, et la dette que cela engendre à l’égard de Dieu. C’est cette « dette odieuse » que le Christ a clouée sur le bois de la croix, selon le mot de Paul : « Il a effacé, au détriment des ordonnances légales, la cédule de notre dette, qui nous était contraire; il l’a supprimée en la clouant à la croix. » (Col 2,14)

Croire que nous ne vivons plus sous le régime de l’expiation pour des fautes passées est au coeur du christianisme : la grâce offerte annule les dettes odieuses.

 

 

La dette effaçable

Tous les 50 ans, la Bible prévoit de remettre en quelque sorte les compteurs à zéro entre créanciers et débiteurs.

« Vous déclarerez sainte cette cinquantième année et proclamerez l’affranchissement de tous les habitants du pays. Ce sera pour vous un jubilé: chacun de vous rentrera dans son patrimoine, chacun de vous retournera dans son clan » (Lv 25,10).

L’institution du Jubilé est l’expression d’une volonté politique pour lutter contre l’accumulation des inégalités et des handicaps sociaux, qui autrement ne feraient qu’augmenter de génération en génération. En annulant les dettes, en libérant les esclaves, en bridant l’héritage, Dieu invite l’homme à lui ressembler jusque dans ses relations sociales.

 

Dans certains documents civils grecs, le mot  »aphésis » signifie une  »remise des taxes ». Et la traduction grecque de la Bible, appelée Septante, use de ce mot pour désigner, lors de l’année sabbatique, la relâche de l’homme accablé de dettes (Deutéronome 15,1) mais aussi la relâche accordée à la terre pour qu’elle se repose (Exode 23,11) ou encore la libération des esclaves (Jérémie 34,17).


Le chap. 25 du Lévitique parle de l’année du Jubilé. Dans la Septante, le mot  »aphèsis » y traduit exactement le mot hébreu  »derôr »,  »libération » :  »Vous déclarerez sainte la cinquantième année et vous proclamerez dans le pays la libération pour tous les habitants » (v.10) Mais – et cela est capital – il traduit aussi le mot  »yobel »,  »jubilé ». Là où le texte hébreu dit  »ce sera pour vous un jubilé », la traduction grecque comprend :  »ce sera pour vous un signal de liberté » (v.10 et 11). On le voit d’emblée : comprendre le sens du Jubilé, c’est mettre en valeur ses implications économiques et sociales.

Cf. http://www.bible-service.net/site/334.html

 

La remise de dettes à chaque Jubilé ne semble guère été observée jusqu’à présent. En tout cas, la remise jubilaire des dettes reste écrite dans la Tora comme l’expression de la sainteté de Dieu.

 

Nombres d’économistes se sont inspirés de cette loi du jubilé pour demander l’annulation de la dette des pays du tiers-monde. On se souvient par exemple du sommet du G8 en 2005, où les 8 pays créanciers se sont entendus sur un effacement de dette pour 18 pays pauvres très endettés, pour un montant de 40 milliards de dollars. C’est donc qu’il est possible de poursuivre sur cette voie de libération des plus pauvres d’une dette insupportable (sous condition de lutte contre la corruption et de respect des plans d’ajustement structurel qui visent à favoriser les investissements privés).

Pourquoi ne pas en étudier les modalités pour les dettes des pays riches ?

 

 

La dette vertueuse

Le capitalisme repose sur le crédit (credo), c’est-à-dire sur la confiance (croire en l’autre). La monnaie fiduciaire (fides = foi, confiance) est le symbole de cette relation de confiance qui unit créanciers et débiteurs. Sans confiance pas d’échanges, pas d’économies modernes. En ce sens, un niveau de dette raisonnable est compatible avec la notion de risque pour faire fructifier les talents reçus.

 

Après la crise de 1929, on a mis en pratique les théories de John Maynard Keynes sur  dette dans Communauté spirituellel’offre et la demande. Si la crise est une crise de surproduction et de sous-consommation, alors il suffit d’injecter de l’argent public (quitte à ce que l’État s’endette pour cela) pour relancer la consommation et la croissance, faisant ainsi reculer le chômage et l’inflation. Hitler l’avait bien compris avec ses grands travaux d’infrastructures et ses dépenses publiques pour le réarmement de l’Allemagne. Le plan Marshal ensuite après-guerre a mis ces idées en pratique, et engendré l’hyperconsommation des années 50-80. Ces « Trente glorieuses » ont consacré la théorie keynésienne de la dette vertueuse : ce n’est pas grave d’emprunter, même massivement, car cela se retrouvera dans la croissance. C’est le fameux mythe du multiplicateur keynésien : endettez-vous de 100 ? pour relancer l’économie par des dépenses publiques, et vous en trouverez 120 ou 150 dans la richesse produite.

 

Un député ose avouer avec courage que, justement parce que cela a semblé fonctionner après-guerre, tous les responsables politiques ont cru que la dette publique serait vertueuse à la longue :

« Soyons justes ! Keynes est un géant de la pensée économique. Nous lui devons, par exemple, le FMI de Mme Lagarde. Mais il est mort en 1946 et 2011 est bien la date de sa deuxième mort, celle d’un Keynes affirmant que « le déficit de État n’était pas si grave s’il servait à soutenir la demande et la consommation ».

Keynes insiste particulièrement sur l’investissement, faisant de État un acteur économique à part qui pouvait, lui et lui seul, dépenser plus qu’il ne gagnait??.Et le plus formidable, c’est qu’au début, entre-les deux guerres, cela marche !!!!!


Les États-unis se lancent dans une politique de grands travaux, les salaires y sont maintenus à un niveau correct, le déficit reste faible dans cette période historique et il est vite compensé par les recettes fiscales générées par la relance du New Deal?..et pour être honnête, de l’économie de guerre des États-unis entre 1941 et 1945.

Depuis cette époque, nous avons tous Keynes pour alibi lorsque nous sommes interrogés souvent de manière agressive avec cette question lancinante : « Mais qu’avez-vous fait de la France ? Et de ses finances publiques ? » Le dernier budget en équilibre de la France a été présenté ?.en 1980 par Raymond Barre. Depuis, nous avons tous, droite et gauche, voté des budgets en déséquilibre (80 milliards de déficit pour environ 300 milliards de budget en 2011) et accepté l’augmentation de la dette publique jusqu’à son montant actuel de 1640 milliards d’euros. Comment avons-nous pu accepter cela ?

Comment avons-nous  été aveuglés à ce point ? Keynes a joué le rôle du grand anesthésiste. Mais, nous avons été complices et lâches. Il m’arrive d’en avoir honte. »

 

http://jeandionis.com/blog.asp?id=18265 : « La deuxième mort de sir John Maynard Keynes »

 

On s’aperçoit aujourd’hui que dépenser beaucoup plus que ce que l’on gagne est toujours catastrophique, pour les États comme pour les particuliers !

 jubilé 

Par contre, il existe bel et bien une « dette vertueuse » en régime chrétien.

« Ne gardez entre vous aucune dette, sinon celle de l’amour mutuel » (Rm 13,8) : Saint-Paul ne veut pas d’une économie basée sur l’emprunt dans la communauté chrétienne. Mais il sait que la circulation du don est liée à la reconnaissance de la dette d’amour, envers Dieu d’abord et tous ensuite.

Je suis aimé avant que d’aimer.

Je reçois la vie avant de la donner.

Cette antériorité de l’amour reçu crée une dette vertueuse qui oblige à la faire circuler entre tous. Chacun, ne pouvant rembourser cette dette-là, accorde à l’autre un crédit qu’il renonce par avance à récupérer.

La parabole du bon samaritain qui soigne le blessé à l’auberge et disparaît pour ne pas être remboursé de sa dette en est la figure évangélique la plus aboutie.

 

Si la dette est stable, alors vive la dette qui circule et crée l’échange !

 

 

La dette souveraine

C’est la dette d’un État souverain.

Celle de la France suit la courbe ci-dessous. On voit que les intérêts de la dette coûtent désormais plus chers que la dette elle-même !

 

Dette_evolution_avec_et_sans_interets_G Keynes

L’explosion des dettes américaines et européennes est en effet en train d’engendrer une crise plus grave que celle des subprimes en 2008. À l’époque, c’étaient les pauvres qui s’endettaient trop – sous la pression des banques – pour acheter leur maison aux USA. Aujourd’hui, ce sont les États riches qui risquent de devenir insolvables…

 

Les partisans d’une certaine sobriété ne manqueront pas d’en tirer avantage, en s’appuyant sur les appels évangéliques à une certaine simplicité de vie. La frugalité était une vertu du capitalisme naissant. On ferait bien d’y revenir !

Dettes publique des Etats, en % du PIB

Fichier:Public debt percent gdp world map.PNG 

 

Remets-nous nos dettes

Pourquoi la traduction française du Notre Père a-t-elle remplacé le mot dettes par offenses ? Ce n’est pas fidèle au texte (le latin l’était : sicut et nos dimittimus debitoribus nostris). Quel dommage ! Car la prière que nous a enseignée le Christ parle bien de remise de dettes, sur un modèle économique, et pas de pardon ou de fautes ni d’offenses au sens moral du terme. Ce qu’enseignait le Christ est dans la droite ligne du Jubilé (Lévitique 25) : pratiquer régulièrement l’effacement des dettes mutuelles, pour éviter que ne s’accumulent la haine, la rancoeur et les vengeances sans fin (cf. la 1° lecture : Si 27, 30 ; 28, 1-7).

 

« Ne gardez entre vous aucune dette, sinon celle de l’amour mutuel ».

Si cette dette-là est stable, c’est bon signe !

 

 

 

 

1ère lecture : Comment un homme pécheur ne pardonnerait-il pas ? (Si 27, 30 ; 28, 1-7 )

 

Lecture du livre de Ben Sira le Sage

Rancune et colère, voilà des choses abominablesoù le pécheur s’obstine.
L’homme qui se venge éprouvera la vengeance du Seigneur ; celui-ci tiendra un compte rigoureux de ses péchés.

Pardonne à ton prochain le tort qu’il t’a fait ; alors, à ta prière, tes péchés seront remis.

Si un homme nourrit de la colère contre un autre homme, comment peut-il demander à Dieu la guérison ?

S’il n’a pas de pitié pour un homme, son semblable, comment peut-il supplier pour ses propres fautes ?

Lui qui est un pauvre mortel, il garde rancune ; qui donc lui pardonnera ses péchés ?

Pense à ton sort final et renonce à toute haine, pense à ton déclin et à ta mort, et demeure fidèle aux commandements.

Pense aux commandements et ne garde pas de rancune envers le prochain, pense à l’Alliance du Très-Haut et oublie l’erreur de ton prochain.

 

Psaume : Ps 102, 1-2, 3-4, 9-10, 11-12

R/ Le Seigneur est tendresse et pitié.

Bénis le Seigneur, ô mon âme,
bénis son nom très saint, tout mon être !
Bénis le Seigneur, ô mon âme,
n’oublie aucun de ses bienfaits ! 

Car il pardonne toutes tes offenses
et te guérit de toute maladie ; 
il réclame ta vie à la tombe
et te couronne d’amour et de tendresse.

Il n’est pas pour toujours en procès,
ne maintient pas sans fin ses reproches ; 
il n’agit pas envers nous selon nos fautes,
ne nous rend pas selon nos offenses. 

Comme le ciel domine la terre,
fort est son amour pour qui le craint ; 
aussi loin qu’est l’orient de l’occident,
il met loin de nous nos péchés.

 

2ème lecture : Nous vivons et nous mourons pour le Seigneur (Rm 14, 7-9)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

En effet, aucun d’entre nous ne vit pour soi-même,
et aucun ne meurt pour soi-même :

si nous vivons, nous vivons pour le Seigneur ; si nous mourons, nous mourons pour le Seigneur. Dans notre vie comme dans notre mort, nous appartenons au Seigneur.

Car, si le Christ a connu la mort, puis la vie, c’est pour devenir le Seigneur et des morts et des vivants.

 

Evangile : Instruction pour la vie de l’Église. Pardonner sans mesure. (Mt 18, 21-35)

 

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Le Seigneur nous a laissé un commandement nouveau : « Aimez-vous les uns les autres, comme je vous ai aimés. » Alléluia. (cf. Jn 13, 34)

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Pierre s’approcha de Jésus pour lui demander : « Seigneur, quand mon frère commettra des fautes contre moi, combien de fois dois-je lui pardonner ? Jusqu’à sept fois ? »

Jésus lui répondit : « Je ne te dis pas jusqu’à sept fois, mais jusqu’à soixante-dix fois sept fois.


En effet, le Royaume des cieux est comparable à un roi qui voulut régler ses comptes avec ses serviteurs.

Il commençait, quand on lui amena quelqu’un qui lui devait dix mille talents (c’est-à-dire soixante millions de pièces d’argent).

Comme cet homme n’avait pas de quoi rembourser, le maître ordonna de le vendre, avec sa femme, ses enfants et tous ses biens, en remboursement de sa dette.

Alors, tombant à ses pieds, le serviteur demeurait prosterné et disait : Prends patience envers moi, et je te rembourserai tout.’

Saisi de pitié, le maître de ce serviteur le laissa partir et lui remit sa dette.

Mais, en sortant, le serviteur trouva un de ses compagnons qui lui devait cent pièces d’argent. Il se jeta sur lui pour l’étrangler, en disant : ‘Rembourse ta dette !’

Alors, tombant à ses pieds, son compagnon le suppliait : ‘Prends patience envers moi, et je te rembourserai.’

Mais l’autre refusa et le fit jeter en prison jusqu’à ce qu’il ait remboursé.

Ses compagnons, en voyant cela, furent profondément attristés et allèrent tout raconter à leur maître.

Alors celui-ci le fit appeler et lui dit : ‘Serviteur mauvais ! je t’avais remis toute cette dette parce que tu m’avais supplié.

e devais-tu pas, à ton tour, avoir pitié de ton compagnon, comme moi-même j’avais eu pitié de toi ?’

Dans sa colère, son maître le livra aux bourreaux jusqu’à ce qu’il ait tout remboursé.
C’est ainsi que mon Père du ciel vous traitera, si chacun de vous ne pardonne pas à son frère de tout son coeur. »
Patrick BRAUD 

Mots-clés : , , ,

27 août 2011

Le jeu du qui-perd-gagne

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Le jeu du qui-perd-gagne

 

Homélie du 22° Dimanche ordinaire / Année A

 

« Qui veut garder sa vie la perdra, qui la donne avec moi la trouvera ».

Étonnante, cette loi évangélique du qui-perd-gagne.

Paradoxale, cette stratégie qui mise sur le perdant apparent? Et pourtant?

 

Qui perd gagne !

·       Il y a quelque temps, j’étais invité au repas d’un baptême. Entre le foie gras et le Loupiac, nous découvrons avec mon voisin de table que nous avons été coopérants dans le même pays d’Afrique.

 Le jeu du qui-perd-gagne dans Communauté spirituelle Senegal_arbre_a_palabre_7f499279832345b5b540368220d3fb90

D’où d’interminables souvenirs en commun, et des bouffées africaines qui nous remontaient en pleine figure : les relations humaines si humaines là-bas, les tournées en brousse, le temps vécu si différemment etc. Arrivés au St. Émilion accompagnant la volaille principale, mon voisin regarde soudain la table, son assiette pleine, et se confie à mi-voix : « maintenant, j’ai presque honte de ce que je fais. Je parcours la France entière pour grappiller des marges commerciales (il est VRP), démarcher des clients, séduire pour plus de résultats? Quand les rencontres africaines me reviennent à la mémoire, je me demande si j’ai fait les bons choix? Il y a des moments où l’existence sonne creux, lorsqu’on s’aperçoit qu’on court après du vent? »

Ce VRP nostalgique redécouvrait en fait l’étrange loi formulée par un obscur rabbi juif en Palestine : les vraies richesses sont celles qui nous sont redonnées au-delà de la perte. Comme le dira St Bernard : « au ciel, nous ne possèderons que ce nous aurons donné ». Encore faut-il apprendre à ne pas posséder. Encore faut-il se laisser initier à ce qu’est la « perte » au sens de l’Évangile.

 

* Savoir perdre, par amour (et non seulement parce que c’est une coutume, comme le fameux fair play britannique).

Par amour, ne pas retenir, mais offrir même ce qui paraît essentiel.

La veuve de Sarepta offre son peu d’huile et de vin. Un fils lui sera donné, au-delà de ses espérances.

Abraham accepta de ne pas posséder le fils de la Promesse. Il en reçut une descendance innombrable.

Jésus ira jusqu’au bout du don de soi, par amour, jusqu’à accepter de mourir. Il en recevra une vie éternelle.

 

* Savoir perdre, par amour?

Qui croirait que cela intéresse encore ?

Et pourtant?

 

* Savoir perdre, par amour?

Laissons le poète Pierre-Olivier FINELTIN trouver les mots pour dire combien ces pertes sont fécondes :

 

Qui perd gagne


Les pertes sont habituelles

Dit l’insouciant étourdi.

 

Les pertes sont dans la norme

Dit l’efficace militaire.

 

La perte est grande

Dit le prêtre au bord de la fosse.

 

Les pertes sont exceptionnelles

Dit le déficitaire banquier.

 

La perte est une racine de victoire

Dit le politicien battu.

 

Et – dit le poète -

Que les pertes font du bonheur,

Quand celles des eaux précèdent la naissance !

 

Que les pertes font du bonheur

Quand l’égaré est retrouvé !

Quand la boucle d’oreille retrouve sa paire !

 

Et dit – le poète -

Que les pertes font du bonheur,

Quand la perte déguise un don !

Quand l’oubli fait renaître 

Quand le démuni rapporte l’objet perdu !

 

On perd courage

On perd du temps

On perd-dure on perd-siffle

Mais on ne perd jamais d’expérience.

 

Pas de gain sans perte?

 

·       Une autre histoire très connue dit cela sous forme de conte :

« J’étais allé, mendiant de porte en porte, sur le chemin du village lorsque ton chariot d’or apparut au loin pareil à un rêve splendide et j’admirais quel était ce Roi de tous les rois !
Mes espoirs s’exaltèrent et je pensais : c’en est fini des mauvais jours, et déjà je me tenais prêt dans l’attente d’aumônes spontanées et de richesses éparpillées partout dans la poussière.
Le chariot s’arrêta là où je me tenais. Ton regard tomba sur moi et tu descendis avec un sourire. Je sentis que la chance de ma vie était enfin venue. Soudain, alors, tu tendis ta main droite et dis : « Qu’as-tu à me donner ? »

Ah ! quel jeu royal était-ce là de tendre la main au mendiant pour mendier ! J’étais confus et demeurai perplexe ; enfin, de ma besace, je tirai lentement un tout petit grain de blé et te le donnai.
Mais combien fut grande ma surprise lorsque, à la fin du jour, vidant à terre mon sac, je trouvai un tout petit grain d’or parmi le tas de pauvres grains. Je pleurai amèrement alors et pensai : « Que n’ai-je eu le coeur de te donner mon tout ! »


Rabindranath Tagore

L’offrande Lyrique Ed. Gallimard (trad. André Gide)

 

·       Et vous, quel grain de blé vous est-il possible de perdre ?…

 

 

1ère lecture : Le prophète doit souffrir pour son Dieu (Jr 20, 7-9)

Lecture du livre de Jérémie

Seigneur, tu as voulu me séduire, et je me suis laissé séduire ; tu m’as fait subir ta puissance, et tu l’as emporté. A longueur de journée je suis en butte à la raillerie, tout le monde se moque de moi.
Chaque fois que j’ai à dire la parole, je dois crier, je dois proclamer : « Violence et pillage ! » À longueur de journée, la parole du Seigneur attire sur moi l’injure et la moquerie.
Je me disais : « Je ne penserai plus à lui, je ne parlerai plus en son nom. » Mais il y avait en moi comme un feu dévorant, au plus profond de mon être. Je m’épuisais à le maîtriser, sans y réussir.

 

Psaume : Ps 62, 2, 3-4, 5-6, 8-9

R/ Mon âme a soif de toi, Seigneur, mon Dieu

Dieu, tu es mon Dieu, je te cherche dès l’aube :
mon âme a soif de toi ;
après toi languit ma chair,
terre aride, altérée, sans eau. 

Je t’ai contemplé au sanctuaire,
j’ai vu ta force et ta gloire. 
Ton amour vaut mieux que la vie :
tu seras la louange de mes lèvres ! 

Toute ma vie je vais te bénir,
lever les mains en invoquant ton nom. 
Comme par un festin je serai rassasié ;
la joie sur les lèvres, je dirai ta louange. 

Oui, tu es venu à mon secours :
je crie de joie à l’ombre de tes ailes. 
Mon âme s’attache à toi,
ta main droite me soutient.

2ème lecture : Le culte spirituel (Rm 12, 1-2)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Je vous exhorte, mes frères, par la tendresse de Dieu, à lui offrir votre personne et votre vie en sacrifice saint, capable de plaire à Dieu : c’est là pour vous l’adoration véritable.
Ne prenez pas pour modèle le monde présent, mais transformez-vous en renouvelant votre façon de penser pour savoir reconnaître quelle est la volonté de Dieu : ce qui est bon, ce qui est capable de lui plaire, ce qui est parfait.

Evangile : Le disciple du Christ doit souffrir avec son Maître (Mt 16, 21-27)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Que le Père de notre Seigneur Jésus Christ illumine nos c?urs : qu’il nous fasse voir quelle espérance nous ouvre son apple. Alléluia. (cf. Ep 1, 17-18)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Pierre avait dit à Jésus : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant. »
A partir de ce moment, Jésus le Christ commença à montrer à ses disciples qu’il lui fallait partir pour Jérusalem, souffrir beaucoup de la part des anciens, des chefs des prêtres et des scribes, être tué, et le troisième jour ressusciter.
Pierre, le prenant à part, se mit à lui faire de vifs reproches : « Dieu t’en garde, Seigneur ! cela ne t’arrivera pas. »
Mais lui, se retournant, dit à Pierre : « Passe derrière moi, Satan, tu es un obstacle sur ma route ; tes pensées ne sont pas celles de Dieu, mais celles des hommes. »
Alors Jésus dit à ses disciples : « Si quelqu’un veut marcher derrière moi, qu’il renonce à lui-même, qu’il prenne sa croix et qu’il me suive.
Car celui qui veut sauver sa vie la perdra, mais qui perd sa vie à cause de moi la gardera.Quel avantage en effet un homme aura-t-il à gagner le monde entier, s’il le paye de sa vie ? Et quelle somme pourra-t-il verser en échange de sa vie ?
Car le Fils de l’homme va venir avec ses anges dans la gloire de son Père ; alors il rendra à chacun selon sa conduite. »

Patrick Braud

Mots-clés : , , ,

20 août 2011

Les insignes du politique

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Les insignes du politique

 

Homélie du 21° Dimanche ordinaire / Année A

21/08/2011

 

Les militaires arborent quasi naturellement des rangées de médailles sur leur uniforme. Les politiques semblent plus sobres. Pourtant, à bien y regarder, ils recherchent eux aussi les distinctions qui feront d’eux des êtres à part.

La première lecture de ce 21° dimanche ordinaire peut nourrir une réflexion sur les insignes du politique : ceux que Dieu récuse, ceux que Dieu aime trouver chez les responsables en charge de la conduite de l’État.

 

Le syndrome du sépulcre surélevé, ou l’obsession de la gloire post-mortem

Pour comprendre pourquoi Dieu chasse le gouverneur Shebna de son poste, il faut Les insignes du politique dans Communauté spirituelle pt35524reprendre l’intégralité du texte d’Isaïe 22,19-23 (bizarrement tronqué par le choix liturgique). C’est parce que Shebna s’est construit un « sépulcre surélevé » que Dieu l’expulse de sa place de gouverneur. Se construire un tel sépulcre est en effet le signe d’une obsession hélas très courante chez les politiques : vouloir laisser une trace dans l’histoire. Shebna veut qu’après sa mort (sépulcre), on soit obligé de lever les yeux pour penser à lui (surélevé), et qu’en levant les yeux ont soit obligé de penser à lui… D’ailleurs, l’étymologie de son nom – Shebna vient d’une racine dont le sens est : croître - indique qu’il veut se grandir à tout prix. Alors que Eliakim à l’inverse signifie : celui que Dieu établit, qui donc ne se grandit pas lui-même.

 

Le sépulcre surélevé de Shebna illustre bien le syndrome de cette obsession politique dévastatrice : construire sa statue post-mortem, laisser une trace impérissable dans l’histoire. Des premiers empires de l’Extrême-Orient aux guerres napoléoniennes, jusqu’à la pyramide du Louvre ou la Très Grande Bibliothèque, les souverains ont si souvent été hantés par cette recherche de l’immortalité à travers leur gloire post-mortem.

 

Se construire un sépulcre surélevé est typiquement le genre de comportement politique que Dieu exècre.

Jésus n’a pas été tendre avec ces pratiques orgueilleuses où les puissants essaient d’utiliser les sépulcres pour immortaliser leur gloire :

« Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui ressemblez à des sépulcres blanchis: au-dehors ils ont belle apparence, mais au-dedans ils sont pleins d’ossements de morts et de toute pourriture; vous de même, au-dehors vous offrez aux yeux des hommes l’apparence de justes, mais au-dedans vous êtes pleins d’hypocrisie et d’iniquité.

Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui bâtissez les sépulcres des prophètes et décorez les tombeaux des justes, tout en disant: Si nous avions vécu du temps de nos pères, nous ne nous serions pas joints à eux pour verser le sang des prophètes. Ainsi, vous en témoignez contre vous-mêmes, vous êtes les fils de ceux qui ont assassiné les prophètes! Eh bien! vous  comblez la mesure de vos pères! » (Mt 23,27-32)

D’ailleurs, Jésus n’a pas acheté ni hérité d’un tombeau pour lui-même. Joseph d’Arimathie est obligé de lui en trouver un, que la tradition place en contrebas à Jérusalem, et non surélevé (Jn 19,41 cf. Isaïe 53,9 : « On lui a donné un sépulcre avec les impies, et sa tombe est avec le riche, bien qu’il n’ait pas commis de violence et qu’il n’y ait pas eu de tromperie dans sa bouche. »)

 

Avec ce sépulcre surélevé, Shebna met en scène sa propre gloire, où il se grandit au-delà de la mort, en s’élevant lui-même.

Jésus à l’inverse traversera la mise en scène de sa propre honte ; il ne comptera pas sur lui-même pour l’au-delà de la mort, mais sur son Père qui l’élèvera plus haut que le sépulcre de Shebna !

 

Les responsables politiques que Dieu aime sont donc ceux qui ne sont pas obsédés par leur trace dans l’histoire. Ceux qui ne vont pas chercher à se grandir par leur action, mais rechercheront la gloire de ce qui est plus grand qu’eux et non la leur.

 

Les insignes du politique aimé de Dieu

 

Le texte d’Isaïe, après avoir stigmatisé le « sépulcre surélevé », parcourt les signes auxquels on reconnaît un véritable serviteur de la chose publique.

 

La tunique, ou la passion de l’unité

Être enveloppé de sa tunique est un symbole du lien permanent qui unit le chef à la source  clé dans Communauté spirituellede son pouvoir. Ainsi entouré de la référence continue à celui qui fonde son pouvoir, le politique aura la passion de servir l’unité de son peuple. Car la tunique de Eliakim fait irrésistiblement penser à la tunique de Jésus, que les soldats n’osent pas déchirer au pied de la croix (Jn 19,23). Le grand prêtre avait déchiré ses vêtements pour condamner Jésus (Mc 14,63). La tunique du Christ, elle, est resté d’une seule pièce, symbole de l’unité du genre humain que Jésus est venu réaliser dans sa passion (Jn 11,52 : Jésus est venu « rassembler dans l’unité des enfants de Dieu dispersés »).

 

Servir l’unité, l’unité de son peuple, l’unité du genre humain, est donc une des plus belles tâches du pouvoir politique que Dieu aime. La tunique de Eliakim, la tunique du crucifié en sont les insignes aux yeux de tous.

 

L’écharpe, où l’école du service

« Je le ceindrai de ton écharpe » : Dieu refait pour le politique un geste liturgique qui ephod cloucaractérise le grand prêtre. C’est ainsi qu’on attachait l’écharpe autour du cou du grand prêtre, pour qu’il porte l’éphod, ce bijou de 12 pierres précieuses symboles des 12 tribus d’Israël (Ex 28,8.27-28 ; 29,5 ; 39,5.20-21 ; Lv 8,7). Ceindre le politique d’une écharpe rappelle à tous, visuellement, qu’il est au service du peuple, et pas de ses intérêts. Shebna a été seulement un maître. Jésus sera maître et serviteur à la fois (Jn 13, 13-15). Les véritables pierres précieuses sont les communes, les visages des administrés. L’écharpe tricolore des maires aujourd’hui encore le rappelle, et signifie à tous qu’ils sont là au nom du peuple et pour le peuple. Ils sont liés par ce service comme l’éphod est lié au grand prêtre par l’écharpe.

 

  

 

Les clés, où le pouvoir de la décision

« Je mettrai sur son épaule la clé de la maison de David : s’il ouvre, personne ne  écharpefermera ; s’il ferme, personne n’ouvrira ». C’est une vraie délégation de pouvoir. Le responsable politique a réellement un « pouvoir des clés ». Il doit trancher, dire oui ou non, et sa décision doit être suivie d’effets.

Réintroduire le pouvoir de décision du politique dans la vie sociale reste un vaste programme : ne pas laisser les pouvoirs financiers décider tout seuls ; trancher sur des orientations décisives (de la peine de mort à la réforme fiscale…) ; faire des choix suivis d’effets : c’est toujours la grandeur de la responsabilité politique. Le pouvoir des clés remis par Jésus à Pierre dans l’évangile de ce dimanche est un archétype de ce que les politiques doivent assumer dans la vie du pays.

 

 

 

 

 

 

 

Le clou, où le poids de la charge

« Je l’enfoncerai comme un clou en un lieu solide » (Is 22,23).

Étrange, cette image du clou solidement planté dans le mur ! La traduction liturgique privilégie l’image d’un piquet enfoncé dans le sol, ce qui n’est pas tout à fait fidèle au texte. On voit bien que le clou est là pour qu’on y accroche une charge qui pèse lourd. S’il est solidement fixé, on pourra y suspendre du lourd. Sinon, il cédera à la première surcharge.

Belle image en fait de la solidité que Dieu veut conférer au politique : il saura supporter des charges lourdes (cf. l’emploi du temps de nos politiques, et leur responsabilité souvent écrasante), prendre des coups, résister à des tensions diverses…

On pense là encore aux clous qui ont fixé Jésus sur la croix. En se laissant clouer sur le bois, Jésus devient paradoxalement la figure de celui qui va jusqu’au bout de sa charge. Le politique tenté de fléchir sous le poids de sa mission pourra regarder vers le crucifié : solidement fixé à sa croix, attaché jusqu’au bout à faire la volonté de son Père, Jésus peut nourrir la fidélité et la ténacité de ceux sur qui la charge politique va faire peser un poids humainement démesuré.

 

Le sépulcre surélevé, la tunique, l’écharpe, les clés et le clou : que cette panoplie d’insignes inspire à nos politiques une passion du pouvoir telle que Dieu l’aime ! Et puissions-nous les soutenir sur ce chemin?

 

 

 

 

1ère lecture : Je te confierai les clefs de la maison de David(Is 22, 19-23)

 

Lecture du livre d’Isaïe

 Ainsi parle le Seigneur Yahvé Sabaot:

   Va trouver cet intendant,

   Shebna, le maître du palais:  16  »Que possèdes-tu ici, de qui te réclames-tu

   pour t’y tailler un sépulcre? »

   Il se taille un sépulcre surélevé,

   il se creuse une chambre dans le roc.  17 Voici que Yahvé va te rejeter, homme!

   t’empoigner avec poigne.  18 Il te roulera comme une boule,

   une balle vers un vaste espace.

   C’est là que tu mourras, avec tes chars splendides,

   déshonneur de la maison de ton maître.  19 Je vais te chasser de ton poste,

   je vais t’arracher de ta place.  20 Et le même jour, j’appellerai mon serviteur

   Elyaqim fils d’Hilqiyyahu.  21 Je le revêtirai de ta tunique,

   je le ceindrai de ton écharpe,

   je lui remettrai tes pouvoirs,

   il sera un père pour l’habitant de Jérusalem

   et pour la maison de Juda.  22 Je mettrai la clé de la maison de David sur son épaule,

   s’il ouvre, personne ne fermera,

   s’il ferme, personne n’ouvrira.  23 Et je l’enfoncerai comme un clou en un lieu solide;

   il deviendra un trône de gloire

   pour la maison de son père.  24 On y suspendra toute la gloire de la maison paternelle, les descendants et les rejetons, et tous les objets de petite taille, depuis les coupes jusqu’aux jarres.  25 Ce jour-là, oracle de Yahvé Sabaot, il cédera, le clou enfoncé dans un lieu solide, il s’arrachera et tombera; alors se détachera la charge qui pesait sur lui. Car Yahvé a parlé.

 

Psaume : Ps 137, 1-2a, 2bc-3, 6a.8

 

R/ Toi, le Dieu fidèle, poursuis ton oeuvre d’amour

De tout mon coeur, Seigneur, je te rends grâce :
tu as entendu les paroles de ma bouche.
Je te chante en présence des anges,
vers ton temple sacré, je me prosterne. 

Je rends grâce à ton nom pour ton amour et ta vérité,
car tu élèves, au-dessus de tout, ton nom et ta parole.
Le jour où tu répondis à mon appel,
tu fis grandir en mon âme la force. 

Si haut que soit le Seigneur, il voit le plus humble.
Le Seigneur fait tout pour moi.
Seigneur, éternel est ton amour :
n’arrête pas l’oeuvre de tes mains.

 

2ème lecture : Profondeur insondable du mystère du salut (Rm 11, 33-36)

 

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Quelle profondeur dans la richesse, la sagesse et la science de Dieu !
Ses décisions sont insondables, ses chemins sont impénétrables !
Qui a connu la pensée du Seigneur ? Qui a été son conseiller ?
Qui lui a donné en premier, et mériterait de recevoir en retour ?
Car tout est de lui, et par lui, et pour lui.
À lui la gloire pour l’éternité ! Amen.

 

Evangile : « Je te donnerai les clefs du Royaume des cieux »(Mt 16, 13-20)

 

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Sur la foi de Pierre le Seigneur a bâti son Église, et les puissances du mal n’auront sur elle aucun pouvoir.Alléluia. (cf. Mt 16, 18)

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jésus était venu dans la région de Césarée-de-Philippe, et il demandait à ses disciples : « Le Fils de l’homme, qui est-il, d’après ce que disent les hommes ? »
Ils répondirent : « Pour les uns, il est Jean Baptiste ; pour d’autres, Élie ; pour d’autres encore, Jérémie ou l’un des prophètes. »
Jésus leur dit : « Et vous, que dites-vous ? Pour vous, qui suis-je ? »
Prenant la parole, Simon-Pierre déclara : « Tu es le Messie, le Fils du Dieu vivant ! »
Prenant la parole à son tour, Jésus lui déclara : « Heureux es-tu, Simon fils de Yonas : ce n’est pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais mon Père qui est aux cieux.
Et moi, je te le déclare : Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église ; et la puissance de la Mort ne l’emportera pas sur elle.
Je te donnerai les clefs du Royaume des cieux : tout ce que tu auras lié sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu auras délié sur la terre sera délié dans les cieux. »
Alors, il ordonna aux disciples de ne dire à personne qu’il était le Messie.
Patrick Braud 

Mots-clés : , , , , , ,

14 août 2011

Marie, parfaite image de l’Église à venir

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Parfaite image de l’Église à venir

Homélie de l’Assomption / 15 Août 2011

L’Église en fête célèbre la première créature à être déjà pleinement divinisée : Marie, humble jeune femme juive, « élevée dans la gloire du ciel » (préface de l’Assomption).

Tant mieux pour Marie. Mais quelle incidence sur notre propre aventure humaine ?
En célébrant Marie, associée à la résurrection de son fils, nous célébrons en fait notre propre avenir.

L’Assomption : une pro-vision efficace.

Une vieille règle théologique médiévale peut nous aider à déchiffrer le sens des fêtes mariales. Il n’arrive à Marie personnellement que ce qui est promis à l’Église collectivement. Et ce qu’est l’Église radicalement (une, sainte, catholique, apostolique) Marie l’est déjà personnellement, en plénitude.

« C’est à juste titre que, dans les Écritures divinement inspirées, ce qui est dit en  général de cette vierge mère qu’est l’Église s’applique en particulier à la Vierge Marie ; et ce qui est dit en particulier de la vierge mère qu’est Marie se comprend en général de l’Église vierge mère. Lorsqu’un texte parle de l’une ou de l’autre, il peut être appliqué presque sans distinction à l’une et à l’autre. »  [1]

La préface de l’Assomption oriente notre regard vers Marie, en avant, comme l’effet symétrique d’un coup d’oeil dans le rétroviseur : « parfaite image de l’Église à venir, aurore de l‘Église triomphante, elle guide et soutient l’espérance de ton peuple encore en chemin ».

C’est en quelque sorte une pro-vision d’espérance, une vision anticipée de ce qui nous attend.

En Marie, l’une des nôtres est déjà personnellement parvenue au terme de ce qui attend chacun d’entre nous et ensemble.

Impossible dans la foi chrétienne d’avoir le regard dans le rétroviseur ! Nulle nostalgie d’un paradis perdu, d’un âge d’or mythique, nul regret d’une période soi-disant idéale n’anime cette provision d’espérance. On peut fixer du regard Marie dans son Assomption en répétant les paroles de Paul : « je poursuis ma course pour tâcher de saisir, ayant été saisi moi-même par le Christ Jésus.  Non, frères, je ne me flatte point d’avoir déjà saisi; je dis seulement ceci: oubliant le chemin parcouru, je vais droit de l’avant, tendu de tout mon être,  et je cours vers le but, en vue du prix que Dieu nous appelle à recevoir là-haut, dans le Christ Jésus. » (Ph 3,13-14)

Cette pro-vision est efficace, auto-réalisatrice diraient les linguistes : au moment où l’Église fixe son regard sur l’une d’entre elles déjà élevée dans la gloire, elle en est profondément transformée dans cette contemplation même.

Ce que nous regardons nous influence en retour : c’est vrai de nos écrans, de nos architectures, de nos livres, combien plus encore de nos regards intérieurs !

Lever les yeux vers Marie associée à la gloire du Christ, c’est faire provision d’espérance, et « l’espérance ne déçoit pas » (Rm 5,5).
Entre Marie et l’Église, le lien est si fort que la vocation de l’une éclaire le mystère de l’autre, et réciproquement.

Parfaite image de l’Église à venir : puisse l’Assomption de Marie soutenir notre marche, notre pèlerinage dans la foi.
Que nul événement ne nous détourne de cette pro-vision d’espérance.

 


[1]. Isaac de l’Étoile, 1100-1178, abbé du monastère de l’Etoile (à Archigny dans la Vienne), fondateur de l’abbaye Notre Dame des Châteliers sur l’ile de Ré, Homélie LI, « Sources chrétiennes n° 339, pp. 203-205

 

 

1ère lecture : La Femme de l’Apocalypse, image de l’Église comme Marie (Ap 11, 19a ; 12, 1-6a.10ab)

Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

Le Temple qui est dans le ciel s’ouvrit, et l’arche de l’Alliance du Seigneur apparut dans son Temple.
Un signe grandiose apparut dans le ciel : une Femme, ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds,e t sur la tête une couronne de douze étoiles.
Elle était enceinte et elle criait, torturée par les douleurs de l’enfantement.
Un autre signe apparut dans le ciel : un énorme dragon, rouge feu, avec sept têtes et dix cornes,et sur chaque tête un diadème.
Sa queue balayait le tiers des étoiles du ciel, et les précipita sur la terre. Le Dragon se tenait devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer l’enfant dès sa naissance.
Or, la Femme mit au monde un fils, un enfant mâle, celui qui sera le berger de toutes les nations, les menant avec un sceptre de fer. L’enfant fut enlevé auprès de Dieu et de son Trône,
et la Femme s’enfuit au désert, où Dieu lui a préparé une place.
Alors j’entendis dans le ciel une voix puissante, qui proclamait : « Voici maintenant le salut,la puissance et la royauté de notre Dieu, et le pouvoir de son Christ ! »

Psaume : Ps 45, 11-12a, 12b-13, 14-15a, 15b-16

R/ Heureuse es-tu, Vierge Marie, dans la gloire de ton Fils.

Écoute, ma fille, regarde et tends l’oreille ;
oublie ton peuple et la maison de ton père :
le roi sera séduit par ta beauté.

Il est ton Seigneur : prosterne-toi devant lui.
Alors, les plus riches du peuple,
chargés de présents, quêteront ton sourire.

Fille de roi, elle est là, dans sa gloire,
vêtue d’étoffes d’or ;
on la conduit, toute parée, vers le roi.

Des jeunes filles, ses compagnes, lui font cortège ;
on les conduit parmi les chants de fête :
elles entrent au palais du roi.

2ème lecture : Le Christ nous entraîne tous dans la vie éternelle ( 1 Co 15, 20-27a)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, le Christ est ressuscité d’entre les morts, pour être parmi les morts le premier ressuscité. Car, la mort étant venue par un homme, c’est par un homme aussi que vient la résurrection. En effet, c’est en Adam que meurent tous les hommes ; c’est dans le Christ que tous revivront, mais chacun à son rang : en premier, le Christ ; et ensuite, ceux qui seront au Christ lorsqu’il reviendra. Alors, tout sera achevé, quand le Christ remettra son pouvoir royal à Dieu le Père, après avoir détruit toutes les puissances du mal. C’est lui en effet qui doit régner jusqu’au jour où il aura mis sous ses pieds tous ses ennemis. Et le dernier ennemi qu’il détruira, c’est la mort, car il a tout mis sous ses pieds.

Evangile : « Heureuse celle qui a cru ! » (Lc 1, 39-56)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Aujourd’hui s’est ouverte la porte du paradis : Marie est entrée dans la gloire de Dieu ; exultez dans le ciel, tous les anges ! Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ces jours-là, Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée.
Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth.
Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie de l’Esprit Saint,
et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni.
Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?
Car, lorsque j’ai entendu tes paroles de salutation, l’enfant a tressailli d’allégresse au-dedans de moi.
Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »
Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur,
« Mon âme exalte le Seigneur,
mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur.
Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom !
Son amour s’étend d’âge en âgesur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.
Il comble de bien les affamés, renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa race à jamais. »
Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.
Patrick Braud

Mots-clés : , , ,
1...198199200201202...224