L'homelie du dimanche

8 août 2021

Assomption : entraîne-moi !

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 12 h 30 min

Assomption : entraîne-moi !

Homélie pour l’Assomption de la Vierge Marie / Année B
15/08/2021

Cf. également :

Marie et le drapeau européen
Le Magnificat de l’Assomption : exalter / exulter
Quelle place a Marie dans votre vie ?
Assomption : Ne vous faites pas voler votre espérance
L’Assomption : Marie, bien en chair
Assomption : les sentinelles de l’invisible
L’Assomption de Marie, étoile de la mer
L’Assomption de Marie : une femme entre en Résistance
Marie, parfaite image de l’Église à venir
Marie en son Assomption : une femme qui assume !

Parler de la fin, c’est parler du commencement

8 juillet 2021 : Edgar Morin a 100 ans ! Il est interviewé sur France Info :
- Vous avez une vie riche, qui a mal commencé. Votre mère a essayé d’avorter. Vous êtes né avec le cordon ombilical autour du cou. Vous avez vécu le traumatisme de la mort de votre maman quand vous aviez 10 ans seulement. C’est dans tous ces événements traumatiques que vous avez puisé la force de vivre aussi longtemps ?
- Peut-être que c’est la résistance que ça m’a donnée, quand j’étais un fœtus et qu’on a voulu m’avorter.

Son siècle avait donc mal commencé, avec la tentative d’avortement désespérée de sa mère, qui heureusement a raté. Mais combien d’Edgar Morin ne sont pas nés ? Actuellement, il y a en France environ 200 000 avortements pour 700 000 naissances : plus d’un enfant sur 4 ne naît pas ! Si Edgar Morin devait être conçu aujourd’hui, il aurait beaucoup moins de chances de devenir le philosophe, le penseur que tout le monde célèbre désormais…

L’IVG est revenue discrètement dans le débat public en France, lorsque le Parlement a voulu allonger le délai de 12 à 14 semaines. Pourquoi ? Parce qu’à l’étranger (Belgique, Suisse…) on peut trouver à se faire avorter jusqu’à 14 semaines, et donc il faudrait accorder le même délai en France. On voit que ce raisonnement est sans limites. D’ailleurs, le Président de la République Emmanuel Macron est intervenu directement – chose rare – dans le débat en expliquant pourquoi il n’est « pas favorable » à cet allongement du délai de l’IVG (dans un entretien accordé au magazine féminin Elle) :
« Chaque année entre 4000 et 5000 femmes vont à l’étranger pour pouvoir le faire, mais c’est avant tout le signe d’un échec de notre prise en charge », assure-t-il. « Je mesure le traumatisme que c’est pour une femme d’avorter ». Et il va même plus loin. À la journaliste lui rappelant qu’il peut le mesurer, certes, mais uniquement jusqu’à une certaine limite il lance : « Cela ne m’empêche pas de le mesurer avec beaucoup plus de respect que des gens qui pensent que ce n’est rien d’avorter à 16 semaines. Tous les gynécologues le disent, c’est plus traumatisant dans ces délais-là ».

L’argument ici n’est pas centré sur l’enfant (embryon, fœtus) à naître, mais sur le traumatisme qu’impliquerait un avortement tardif pour les mères. Le ministre de la Santé Olivier Véran est intervenu également dans le même sens, en prenant comme argument quant à lui le traumatisme des gynécologues devant pratiquer l’opération à 14 semaines (broyage, démembrement, aspiration, extraction…), ce qui risquerait de les « démotiver », ce qui rendrait de plus en plus difficile la possibilité de trouver des praticiens acceptant de telles interventions choquantes. 

Ces deux prises de position font malgré tout l’impasse totale sur la vie à naître : pourquoi un fœtus avorté à moins de 12 semaines est-il un déchet hospitalier à incinérer, et un être humain potentiel à respecter après ce délai ? Que se passe-t-il pour changer ainsi le statut de l’embryon entre la 12e et la 13e semaine ? Et pourquoi pas 14 ? ou 16 ? ou sans limites ? Il n’y a aucune rupture de continuité dans le développement de l’enfant dans le ventre de sa mère, qui le ferait passer en 24h du statut de chose potentiellement destructible à celui de vie humaine à respecter et préserver ! Tuer la vie humaine dans l’œuf ne pose plus de problèmes de conscience… Une loi en France va obliger la filière ovine à tuer les poussins mâles dans l’œuf au lieu de les broyer à la naissance (car ils ne produisent pas d’œufs). Heureux progrès moral, mais qui ravale l’embryon humain au statut d’un poussin mâle à éliminer dans l’œuf…

Naissances et IVG

Ratio IVG Naissances

Pourquoi évoquer ce douloureux problème de l’IVG en France ? Parce que l’Évangile de l’Assomption nous rend témoin de la rencontre de deux femmes enceintes, dont les enfants in utero bondissent d’allégresse à cette visitation (Lc 1, 39-56) :
« Quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi » ».

 

L’inhabitation réciproque, de la grossesse à l’Assomption

Assomption : entraîne-moi ! dans Communauté spirituelleBizarre que la liturgie ait choisi ce passage pour l’Assomption ! En fait, comme il n’y a rien dans les Évangiles sur la fin de Marie, on est revenu au début de sa maternité, car la fin est souvent dans le commencement. La logique du raisonnement qui a permis d’établir la fête de l’Assomption dès le VII° siècle à Rome était simple : Marie a accueilli en elle le Verbe de Dieu pour sa naissance à la vie terrestre, le Verbe de Dieu a donc accueilli Marie en lui pour sa naissance à la vie céleste. Le pivot de cette argumentation croisée est l’intimité qui a uni les 2 corps pendant 9 mois : la chair de Marie est transformée au contact de celle de son fils ; le lien mystérieux qui les a unis pendant la grossesse trouve un écho, un accomplissement dans le lien tout aussi mystérieux qui les unit à travers la résurrection du Christ.

Dans sa constitution apostolique fixant le dogme de l’Assomption (1950), le pape Pie XII cite longuement saint Jean Damascène (+ 749) comme témoin de cette tradition voyant dans le lien mère-fils beaucoup plus qu’une contingence nécessaire :
« Elle qui avait gardé sa virginité intacte dans l’enfantement, il fallait qu’elle garde son corps, même après la mort, exempt de toute corruption. Elle qui avait porté le Créateur dans son sein comme son enfant, il fallait qu’elle aille faire son séjour dans la lumière divine. Cette épouse que le Père s’était unie, il fallait qu’elle habite la chambre nuptiale.
Elle qui avait contemplé son Fils cloué à la croix et qui avait reçu dans son cœur le glaive de douleur qui lui avait été épargné dans l’enfantement, il fallait qu’elle le contemple trônant avec le Père. Il fallait que la Mère de Dieu possède ce qui appartenait à son Fils, et qu’elle soit honorée par toutes les créatures comme la Mère de Dieu et sa servante ».

Et saint Bernard célébrait Marie dont la voix a fait tressaillir Jean-Baptiste d’allégresse :
« C’est elle, en effet, qui par sa salutation fit tressaillir de joie un enfant encore enfermé dans le sein de sa mère. L’âme d’un enfant qui n’était pas encore né a fondu de bonheur à la voix de Marie ».

 

Entraîne-moi !

Quelles conséquences a pour nous l’Assomption de Marie ? Avec sa bonhommie habituelle, le pape François le dit très simplement :
« Jésus est ressuscité avec son corps qu’il avait pris de Marie ; et il est monté au Père avec son humanité transfigurée. Avec le corps, un corps comme le nôtre, mais transfiguré. L’assomption de Marie, créature humaine, nous donne la confirmation de ce que sera notre glorieuse destinée ».

Saint Bernard le développait en s’appuyant sur une magnifique citation du Cantique des cantiques :
« Notre Reine nous a précédés, et elle a reçu un accueil si merveilleux que nous pouvons en toute confiance, nous ses humbles serviteurs, suivre les pas de notre Souveraine en criant avec l’Épouse du Cantique : Entraîne-nous à ta suite, nous courrons à l’odeur de tes parfums (Ct 1,3). Voyageurs sur la terre, nous avons chargé notre avocate de nous devancer pour plaider utilement, en sa qualité de mère du Juge et de mère de miséricorde, la cause de notre salut » (Homélie pour l’Assomption, 1150).

Fêter l’Assomption, c’est donc courir à la suite de Marie vers le Christ, en s’écriant : entraîne-moi ! La première des créatures à avoir accepté sa vocation humaine en plénitude est pour nous le gage que notre espérance n’est pas vaine. Nous reconnaissons en elle la femme couronnée d’étoiles de notre première lecture de l’Apocalypse (Ap 11,19; 12, 1-6.10) qui nous ouvre le chemin : « c’est par ici ! Soyez assurés que votre vie sera totalement changée, transformée, transfigurée si vous êtes unis à mon fils comme j’ai pu l’être moi-même ».

Dès maintenant et pour toujours, communier au Christ transfigure notre présence au monde, celui de maintenant et celui d’après la mort. Ce que nous appelons chair est notre forme de présence à l’univers qui nous entoure. La chair est notre mode de relation aux autres, au monde. À la fois frontière (le « moi-peau » de Didier Anzieu) et communication (les 5 sens), séparation et communion avec autrui, notre chair actuelle nous donne une identité personnelle inaliénable, tout en nous reliant aux autres et au monde. Si la conception terrestre nous a doté de cette chair pour ce monde-ci, nul doute que la naissance au travers de la mort saura nous doter d’une autre chair, adaptée à l’autre monde, pour y être soi et en communion (ce que Paul appelle le « corps glorieux »).
Du coup, on comprend mieux que la chair de Marie, qui a donné au Verbe de Dieu sa forme humaine, ait reçu de sa résurrection une chair nouvelle pleinement adaptée à la communion avec lui dans l’autre monde.

Marie est vraiment la première en chemin, comme nous le chantons avec des paroles fort justes :
- La première en chemin, Marie, tu nous entraînes à risquer notre oui aux imprévus de Dieu
- La première en chemin, en hâte tu t’élances, Prophète de celui qui a pris corps en toi
- La parole a surgi, tu es sa résonnance et tu franchis des monts pour en porter la voix
- La première en chemin, avec l’Église en marche, dès les commencements tu appelles l’Esprit…

Entraîne-moi ! C’est notre prière de ce jour, c’est la prière d’autrefois qui nous faisait gémir en latin dans le Salve Regina : « ad te clamamus, ad te suspiramus : nous crions vers toi, vers toi nous soupirons ».

 

D’une manière connue de lui seul

Comment cela se fait-il en Marie ? Comment cela se fera-t-il en nous ?
La Docte Ignorance Nicolas de Cues
Souvenez-vous : la fin est souvent dans le commencement. La question de Marie à l’annonce de sa conception est déjà celle-là : « comment cela va-t-il se faire ? (puisque je suis vierge) » (Lc 1,34). La réponse faite au début est également cette qui sert pour la fin : « l’Esprit Saint te prendra sous son ombre… » Autrement dit : la manière qu’a Dieu de transformer nos corps nous échappe. Cela se fait à notre insu, sans que nous puissions ni le connaître, ni le maîtriser. Et c’est très bien ainsi. Rester dans cette docte ignorance du comment de l’Assomption de nos corps nous donne d’y entrer dès maintenant.
« Un autre écrivain très ancien avait affirmé : « Puisqu’elle est la Mère très glorieuse du Christ, notre divin Sauveur, lui qui donne la vie et l’immortalité, elle est vivifiée par lui, elle partage pour l’éternité l’incorruptibilité de son corps. Il l’a fait sortir du tombeau et l’a élevée auprès de lui, d’une manière connue de lui seul«  » (Pie XII).

Accepter de ne pas savoir permet de le vivre.

L’essentiel est de croire qu’en Dieu il y a de l’espace pour l’homme, et en l’homme il y a de l’espace pour Dieu. Marie scelle cette promesse par tout son être.

Alors, constatons avec saint Bernard que Marie en Assomption tressaille d’allégresse en son fils, par une juste inversion de la relation d’amour qui unissait la mère à son fils :
« Pleinement heureuse, mille fois heureuse est Marie, soit qu’elle reçoive le Sauveur, soit qu’il la reçoive ».
Et chantons à nouveau avec la bien-aimée Cantique des cantiques :
« Délice, l’odeur de tes parfums ; ton nom, un parfum qui s’épanche : ainsi t’aiment les jeunes filles ! Entraîne-moi : à ta suite, courons ! Le roi m’a fait entrer en ses demeures.
- En toi, notre fête et notre joie ! Nous redirons tes amours, meilleures que le vin : il est juste de t’aimer ! » (Ct 1, 3 4)

 

MESSE DU JOUR

PREMIÈRE LECTURE
« Une Femme, ayant le soleil pour manteau et la lune sous les pieds » (Ap 11, 19a ; 12, 1-6a.10ab)

Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

Le sanctuaire de Dieu, qui est dans le ciel, s’ouvrit, et l’arche de son Alliance apparut dans le Sanctuaire.
Un grand signe apparut dans le ciel : une Femme, ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles. Elle est enceinte, elle crie, dans les douleurs et la torture d’un enfantement. Un autre signe apparut dans le ciel : un grand dragon, rouge feu, avec sept têtes et dix cornes, et, sur chacune des sept têtes, un diadème. Sa queue, entraînant le tiers des étoiles du ciel, les précipita sur la terre. Le Dragon vint se poster devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer l’enfant dès sa naissance. Or, elle mit au monde un fils, un enfant mâle, celui qui sera le berger de toutes les nations, les conduisant avec un sceptre de fer. L’enfant fut enlevé jusqu’auprès de Dieu et de son Trône, et la Femme s’enfuit au désert, où Dieu lui a préparé une place. Alors j’entendis dans le ciel une voix forte, qui proclamait : « Maintenant voici le salut, la puissance et le règne de notre Dieu, voici le pouvoir de son Christ ! »

PSAUME
(Ps 44, (45), 11-12a, 12b-13, 14-15a, 15b-16)
R/ Debout, à la droite du Seigneur,se tient la reine, toute parée d’or.(cf. Ps 44, 10b)

Écoute, ma fille, regarde et tends l’oreille ;
oublie ton peuple et la maison de ton père :
le roi sera séduit par ta beauté.

Il est ton Seigneur : prosterne-toi devant lui.
Alors, les plus riches du peuple,
chargés de présents, quêteront ton sourire.

Fille de roi, elle est là, dans sa gloire,
vêtue d’étoffes d’or ;
on la conduit, toute parée, vers le roi.

Des jeunes filles, ses compagnes, lui font cortège ;
on les conduit parmi les chants de fête :
elles entrent au palais du roi.

DEUXIÈME LECTURE
« En premier, le Christ ; ensuite, ceux qui lui appartiennent » (1 Co 15, 20-27a)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, le Christ est ressuscité d’entre les morts, lui, premier ressuscité parmi ceux qui se sont endormis. Car, la mort étant venue par un homme, c’est par un homme aussi que vient la résurrection des morts. En effet, de même que tous les hommes meurent en Adam, de même c’est dans le Christ que tous recevront la vie, mais chacun à son rang : en premier, le Christ, et ensuite, lors du retour du Christ, ceux qui lui appartiennent. Alors, tout sera achevé, quand le Christ remettra le pouvoir royal à Dieu son Père, après avoir anéanti, parmi les êtres célestes, toute Principauté, toute Souveraineté et Puissance. Car c’est lui qui doit régner jusqu’au jour où Dieu aura mis sous ses pieds tous ses ennemis. Et le dernier ennemi qui sera anéanti, c’est la mort, caril a tout mis sous ses pieds.

ÉVANGILE
« Le Puissant fit pour moi des merveilles : il élève les humbles » (Lc 1, 39-56)
Alléluia. Alléluia.Aujourd’hui s’est ouverte la porte du paradis : Marie est entrée dans la gloire de Dieu ; exultez dans le ciel, tous les anges ! Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ces jours-là, Marie se mit en route et se rendit avec empressement vers la région montagneuse, dans une ville de Judée. Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth. Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie d’Esprit Saint, et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni. D’où m’est-il donné que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ? Car, lorsque tes paroles de salutation sont parvenues à mes oreilles, l’enfant a tressailli d’allégresse en moi. Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. » Marie dit alors : « Mon âme exalte le Seigneur, exulte mon esprit en Dieu, mon Sauveur ! Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse. Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom ! Sa miséricorde s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent. Déployant la force de son bras, il disperse les superbes. Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles. Il comble de biens les affamés, renvoie les riches les mains vides. Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour, de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et sa descendance à jamais. » Marie resta avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , ,

Les commentaires sont desactivés.