L'homélie du dimanche (prochain)

9 mai 2021

Ascension : apprivoiser la disparition

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 12 h 30 min

Ascension : apprivoiser la disparition

 Homélie pour la fête de l’Ascension / Année B
13/05/2021

Cf. également :

Ascension : les pleins pouvoirs
Désormais notre chair se trouve au ciel !
Jésus : l’homme qui monte
Ascension : « Quid hoc ad aeternitatem ? »
Ascension : la joyeuse absence
Ascension : l’ascenseur christique
Une Ascension un peu taquine : le temps de l’autonomie
Les vases communicants de l’Ascension

Dire adieu au temps de la Covid

Ascension : apprivoiser la disparition dans Communauté spirituelle 41-m-BqU93L._SX339_BO1,204,203,200_Sur les 100 000 morts qu’a provoqué la Covid jusqu’à maintenant en France, combien d’enterrements ont pu se dérouler ‘normalement’, en présence des proches et des amis ? Très peu… La plupart était limités à 30 personnes maximum, et même moins. Beaucoup n’ont pas pu voir le corps de leur défunt, ni l’accompagner en lui tenant la main en lit de réanimation. À tel point qu’il est question d’instituer une journée de commémoration des victimes de la Covid, pour rétablir un peu de leur dignité perdue dans ces disparitions sans au-revoir, sans corps visible, sans célébration ni cérémonie.

Lorsque quelqu’un de notre entourage disparaît, nous avons besoin de poser des gestes, de prononcer quelques paroles, d’utiliser quelques symboles (fleurs, musique, gestes, tombeau…) pour surmonter l’épreuve de l’absence.

La disparition soudaine de Jésus aux yeux des disciples a peut-être été un choc de cette nature : on le voyait – ressuscité - marcher, manger et parler avec nous, et puis plus rien. Il a brusquement cessé de se manifester. Il a disparu à leurs yeux. Cette disparition sans laisser de traces a duré symboliquement 10 jours, de l’Ascension à Pentecôte, car avec la venue de l’Esprit cette disparition revêtira une tout autre signification.

Chaque année, environ 60 000 personnes en France disparaissent sans laisser de traces. Impressionnant ! Le fichier des personnes recherchées (FPR) recensait en 2019 environ 580 000 personnes répondant à des situations très diverses : évadés, étrangers avec obligation de quitter le territoire, mais aussi mineurs en fugue ou encore personnes vulnérables introuvables etc. On en retrouve 55 000 par an (fugues, suicides, accidents) mais il reste cependant 5000 disparus par an, évanouis dans la nature. Le plus célèbre d’entre eux est sans doute Xavier Dupont de Ligonnès, dont l’affaire défraie la chronique depuis 2011. Il est soupçonné d’avoir massacré sa famille à Nantes, puis de s’être évanoui dans la nature, dans une fuite savamment préparée et organisée. Dupont de Ligonnès est en quelque sorte l’anti-Ascension par excellence : vivant, il donne la mort et disparaît pour fuir la justice humaine. Tué, le Ressuscité donne la vie et disparaît pour accomplir la justice de Dieu. L’un  disparaît sans laisser de traces pour être oublié. L’autre disparaît physiquement pour rester présent autrement, à travers des traces que l’Esprit de Pentecôte nous fera déchiffrer.

Élevé au ciel, Jésus disparaît à leurs yeux, ce qui rendit paradoxalement les apôtres joyeux et remplis d’ardeur missionnaire. C’est donc que nous pouvons apprivoiser les disparitions qui sont les nôtres comme autant d’invitations à continuer joyeusement notre route. Il nous faut pour cela accepter de disparaître, et accepter les disparitions d’autrui.

 

Accepter de disparaître

Disparaitre absence dans Communauté spirituelleUn très bon ami, 65 ans : hospitalisation 15 jours, longue convalescence, grande faiblesse généralisée. Lui qui est maire de sa commune et même président de l’agglomération et conseiller régional, il a été obligé de suspendre tous ses mandats et responsabilités politiques depuis sa maladie. Expérience physique douloureuse, qui fait toucher de près les limites de son corps. Expérience humaine révélatrice, puisqu’on ne peut plus se définir par l’action lorsqu’on est faible au point de se traîner du lit au fauteuil et du fauteuil au lit. Expérience spirituelle également, car se cogner à notre finitude nous avertit qu’un jour le monde se passera de nous sans trop de difficultés… Prendre conscience soudainement que dans 10 ou 20 ans, l’univers continuera imperturbablement sans nous peut donner le vertige.

Un tel breakdown peut cependant être salutaire, comme le furent les longs mois de convalescence d’Ignace de Loyola pour le détourner des plaisirs mondains de la noblesse de son époque. Quelle illusion de croire que c’est l’action qui nous maintient en vie ! Quelle folie de croire qu’on peut laisser des traces de notre passage ! Quel aveuglement de faire comme si nous n’allions jamais disparaître, individuellement ou même collectivement !

Suivre Jésus dans son Ascension, n’est-ce pas commencer par accepter de disparaître un jour aux yeux de nos proches ? Loin de nous angoisser, cette perspective peut au contraire donner sens à ce que nous entreprenons, et surtout à la manière dont nous le faisons : sans nous attacher à nos œuvres, sans exiger des autres une immortalité qu’ils ne peuvent nous donner, en relativisant toutes les grandeurs humaines qui en réalité ne sont qu’éphémères. Accepter de disparaître, c’est s’attacher sans s’attacher, goûter sans posséder, préparer la relève, garder humblement à l’esprit que la mesure d’ici-bas n’a rien à voir avec celle d’après. Jésus, sachant qu’il ne serait pas toujours avec eux, a éduqué ses disciples à l’autonomie, et envoyé l’Esprit pour cela. Celui qui renâcle à disparaître s’arc-boute sur sa réputation, ses richesses, sa famille, son métier, jusqu’à épuisement, jusqu’à peser lourdement sur les autres…

Consentir avec le Christ à être soustrait au regard de ses proches, c’est être enlevé, être élevé, s’asseoir à la droite de Dieu…

 

Accepter la disparition d’autrui

800px-Remebrance_poppy_ww2_section_of_Aust_war_memorial AscensionLa mort de nos proches nous est bien souvent plus proche que notre propre mort !
À l’inverse du Moyen Âge où préparer sa mort était la grande affaire de la vie (« priez pour nous à l’heure de notre mort »), guérir de la mort d’autrui semble être la grande affaire de ce siècle. On pourrait penser que c’est de l’altruisme. Hélas c’est plutôt survivre à la mort de l’autre qui intéresse, et non que l’autre survive à sa propre mort ! Alors on déploie tout l’arsenal de l’accompagnement psychologique : faire son deuil, les étapes traversées pour cela, les groupes de paroles dédiés etc. Et l’on déploie l’arsenal des techniques de bien-être pour s’en sortir : relaxation, méditation, sophrologie, pratiques de développement personnel les plus exotiques etc. Tout cela n’empêche pas d’ailleurs la consommation d’anxiolytiques, de somnifères et d’antidépresseurs d’atteindre des sommets qui devraient nous inquiéter.

Or, accepter que l’autre disparaisse est grande sagesse, et grande paix.

En effet, si vraiment on l’aime, c’est son sort à lui qui importe avant tout. Si je suis croyant, j’espère avec le Christ de l’Ascension que celui que j’aimais est désormais enlevé au ciel, assis à la droite de Dieu : en quoi cela serait-il triste pour lui ? Comment ne pas m’en réjouir pour lui et avec lui, à l’image des apôtres tout joyeux de l’absence du Ressuscité ?

Et si je ne suis pas croyant, alors celui que j’ai aimé retourne au néant, et c’est bien ainsi, car le néant est justement ce qui supprime toute peine puisqu’il n’y a plus de sujet pour éprouver quoi que ce soit. Impossible d’être triste pour lui, car il n’existe plus. Je peux être triste pour moi-même, mais ce n’est que la trace (relativement égoïste) de l’intérêt que je trouvais à cette relation…

Lorsque la disparition est un à-Dieu, alors elle est fondamentalement pleine de promesses. Depuis l’Ascension, ceux qui nous sont enlevés, disparus à nos yeux, sont désormais assis à la droite de Dieu en Christ. Nous ne savons pas très bien ce que signifie cette image des psaumes, mais nous devinons qu’il est question d’une plénitude qui nous attend au-delà du terme de nos années sur terre.

 

Être présent autrement

119299804_o Covid

Le Christ de l’Ascension renvoie ses disciples en Galilée et leur demande d’attendre la venue de l’Esprit. L’absence réelle de Jésus en personne ouvre alors sur une autre présence :

– présence sacramentelle : le sacrement de l’autel uni au sacrement du frère nous rendent présent le Christ. À travers l’eucharistie et la diaconie, la rencontre du Ressuscité se fait, autrement, réellement.

– présence par la Parole : la table de la Parole est indissociable de celle de l’eucharistie, et c’est le Christ en personne qui parle quand on lit les Écritures, quand on les médite, les commente, les actualise, les met en pratique.

– présence par la vie spirituelle : l’Esprit de Pentecôte nous est donné pour habiter en Christ, et lui en nous. Cet Esprit ouvre notre intelligence à sa Parole, ouvre notre corps à la réception des sacrements, ouvre notre cœur à l’amour du Christ en l’autre et de l’autre en Christ.

Disparaître le jour de l’Ascension est pour le Christ une autre manière de se rendre présent. Envisager notre mort, ou celle de nos proches, comme une Ascension peut changer bien des choses dans nos choix et nos engagements dès maintenant…

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE
« Tandis que les Apôtres le regardaient, il s’éleva » (Ac 1, 1-11)

Lecture du livre des Actes des Apôtres

Cher Théophile, dans mon premier livre j’ai parlé de tout ce que Jésus a fait et enseigné depuis le moment où il commença, jusqu’au jour où il fut enlevé au ciel, après avoir, par l’Esprit Saint, donné ses instructions aux Apôtres qu’il avait choisis. C’est à eux qu’il s’est présenté vivant après sa Passion ; il leur en a donné bien des preuves, puisque, pendant quarante jours, il leur est apparu et leur a parlé du royaume de Dieu.
Au cours d’un repas qu’il prenait avec eux, il leur donna l’ordre de ne pas quitter Jérusalem, mais d’y attendre que s’accomplisse la promesse du Père. Il déclara : « Cette promesse, vous l’avez entendue de ma bouche : alors que Jean a baptisé avec l’eau, vous, c’est dans l’Esprit Saint que vous serez baptisés d’ici peu de jours. » Ainsi réunis, les Apôtres l’interrogeaient : « Seigneur, est-ce maintenant le temps où tu vas rétablir le royaume pour Israël ? » Jésus leur répondit : « Il ne vous appartient pas de connaître les temps et les moments que le Père a fixés de sa propre autorité. Mais vous allez recevoir une force quand le Saint-Esprit viendra sur vous ; vous serez alors mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. »
Après ces paroles, tandis que les Apôtres le regardaient, il s’éleva, et une nuée vint le soustraire à leurs yeux. Et comme ils fixaient encore le ciel où Jésus s’en allait, voici que, devant eux, se tenaient deux hommes en vêtements blancs, qui leur dirent : « Galiléens, pourquoi restez-vous là à regarder vers le ciel ? Ce Jésus qui a été enlevé au ciel d’auprès de vous, viendra de la même manière que vous l’avez vu s’en aller vers le ciel. »

 

PSAUME
(46 (47), 2-3, 6-7,8-9)
R/ Dieu s’élève parmi les ovations, le Seigneur, aux éclats du cor. ou : Alléluia ! (46, 6)

Tous les peuples, battez des mains,
acclamez Dieu par vos cris de joie !
Car le Seigneur est le Très-Haut, le redoutable,
le grand roi sur toute la terre.

Dieu s’élève parmi les ovations,
le Seigneur, aux éclats du cor.
Sonnez pour notre Dieu, sonnez,
sonnez pour notre roi, sonnez !

Car Dieu est le roi de la terre,
que vos musiques l’annoncent !
Il règne, Dieu, sur les païens,
Dieu est assis sur son trône sacré.

 

DEUXIÈME LECTURE
« Parvenir à la stature du Christ dans sa plénitude » (Ep 4, 1-13)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Éphésiens

Frères, moi qui suis en prison à cause du Seigneur, je vous exhorte donc à vous conduire d’une manière digne de votre vocation : ayez beaucoup d’humilité, de douceur et de patience, supportez-vous les uns les autres avec amour ; ayez soin de garder l’unité dans l’Esprit par le lien de la paix. Comme votre vocation vous a tous appelés à une seule espérance, de même il y a un seul Corps et un seul Esprit. Il y a un seul Seigneur, une seule foi, un seul baptême, un seul Dieu et Père de tous, au-dessus de tous, par tous, et en tous. À chacun d’entre nous, la grâce a été donnée selon la mesure du don fait par le Christ. C’est pourquoi l’Écriture dit : Il est monté sur la hauteur, il a capturé des captifs,il a fait des dons aux hommes. Que veut dire : Il est monté ? – Cela veut dire qu’il était d’abord descendu dans les régions inférieures de la terre. Et celui qui était descendu est le même qui est monté au-dessus de tous les cieux pour remplir l’univers. Et les dons qu’il a faits, ce sont les Apôtres, et aussi les prophètes, les évangélisateurs, les pasteurs et ceux qui enseignent. De cette manière, les fidèles sont organisés pour que les tâches du ministère soient accomplies et que se construise le corps du Christ, jusqu’à ce que nous parvenions tous ensemble à l’unité dans la foi et la pleine connaissance du Fils de Dieu, à l’état de l’Homme parfait, à la stature du Christ dans sa plénitude.

 

ÉVANGILE
« Jésus fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu » (Mc 16, 15-20)
Alléluia. Alléluia.Allez ! De toutes les nations faites des disciples, dit le Seigneur. Moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. Alléluia. (Mt 28, 19a.20b)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, Jésus ressuscité se manifesta aux onze Apôtres et leur dit : « Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné. Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : en mon nom, ils expulseront les démons ; ils parleront en langues nouvelles ; ils prendront des serpents dans leurs mains et, s’ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s’en trouveront bien. »
Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu. Quant à eux, ils s’en allèrent proclamer partout l’Évangile. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient.
Patrick Braud

Mots-clés : , , ,

2 mai 2021

Êtes-vous entourés d’amis ou des serviteurs ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 12 h 30 min

Êtes-vous entourés d’amis ou de serviteurs ?

Homélie du 6° Dimanche de Pâques / Année B
09/05/2021

Cf. également :

L’Esprit nous précède
Le communautarisme fait sa cuisine
Pentecôte : conjuguer glossolalie et xénolalie

Jésus combien de followers ?

Êtes-vous entourés d’amis ou des serviteurs ? dans Communauté spirituelle 716pBoS3XlL._AC_SL1500_Autrefois, il fallait avoir son nom dans le Who’s who pour espérer appartenir à l’élite sociale. Aujourd’hui, le poids de votre influence se compte en milliers de followers sur Twitter, d’amis sur Facebook, Instagram ou Snapchat, et tous les autres réseaux sociaux vous demandent de parrainer des amis parmi vos contacts pour enrichir le réseau, c’est-à-dire leurs propriétaires… Être un influenceur comme on dit désigne celui qui a des millions d’amis virtuels qui le suivent sur les réseaux sociaux; et cela rapporte plus de gloire et d’argent qu’un titre de noblesse autrefois !


Dans l’Évangile de ce dimanche (Jn 15, 9-17) Jésus s’en tient sobrement au mot ami, sans trop se soucier du nombre : « Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis ».
Même au sein de l’Église, on parle d’évêques, de prêtres, diacres, ministres, catéchistes, curés etc. mais on se dit rarement amis de Jésus, et donc amis entre nous (c’est bien connu, l’amitié est transitive !). On se donne des « mon Père », « Monseigneur », « Monsieur l’abbé », « ma sœur », mais rarement du : « cher ami, chère amie »… L’amitié authentique aurait-elle disparu de nos rapports sociaux et ecclésiaux ?

L’évangile de ce jour nous avertit : si nous ne sommes pas des amis (du Christ, les uns des autres), nous resterons au rang de serviteurs, avec tout ce que cela implique : l’ignorance, l’infidélité.
Voyons comment.

 

Le serviteur et l’ami chez saint Jean

Les 9 usages du mot serviteur (δοῦλος = doulos) chez Jn

 Agapè dans Communauté spirituelleLes serviteurs du centurion lui apportent la bonne nouvelle au sujet de son enfant (Jn 4, 51) ; Pierre tranche l’oreille du malheureux Malcus, serviteur du grand prêtre (Jn 18, 10); les serviteurs du palais se chauffent auprès du braséro et l’un d’eux reconnaît Pierre (Jn 18, 18.26). Jésus rappelle que le serviteur ne demeure pas pour toujours dans la maison ; le fils, lui, y demeure pour toujours (Jn 8, 35). Un serviteur n’est pas plus grand que son maître (Jn 13,16 ; 15.20), dont il ignore presque tout (Jn 15,15). D’ailleurs, chacun de nous peut se tromper de maître et se mettre au service du péché jusqu’à en devenir esclave (doulos) (Jn 8, 34). 

« Je ne vous appelle plus serviteurs »

En français, le mot serviteur traduit à la fois le mot grec doulos (domestique, esclave), et le mot diakonos (qui a donné diacre). Dans Jean, Jésus indique clairement la grandeur de l’attitude du serviteur-diacre lorsqu’il l’incarne lui-même dans le lavement des pieds, et lorsqu’il promet à ceux qui font de même d’être avec lui quoi qu’il arrive, honorés par son père (Jn 12,26).

Ce n’est pas cette attitude diaconale que vise Jean dans son chapitre 15, car il y emploie le mot doulos et non diakonos. Le serviteur de ce chapitre 15 est plutôt ce qu’on appellerait aujourd’hui un domestique, une ‘bonne’ (cf. les nombreuses ‘chambres de bonne’ sous les toits des immeubles cossus du XVI° arrondissement de Paris !), une femme de ménage, un jardinier, voire un chauffeur ou une garde de nuit etc. Tous ces métiers dits ‘petits’, dont la crise sanitaire a pourtant souligné le caractère essentiel. Jésus ne disqualifie pas ce terme doulos ; il indique seulement qu’une relation plus forte, plus intime est donnée à ceux qui le suivent : l’amitié.

41j3MLrDJJL._SY291_BO1,204,203,200_QL40_ML2_ amitiéJean emploie alors le terme philous (ami). J’ai un grand frère Philippe que nous aimions appeler affectueusement Philou ou Phiphi, et c’est bien là la même racine grecque : aimer. Le mot philosophie (amour de la sagesse) nous dit en français que philous a un rapport avec l’amour. De fait, aimer d’amitié est l’une des grandes dimensions de l’amour humain, trop souvent occultée par les deux autres : l’amour-érotisme (Éros) et l’amour-charité (Agapè). Quel dommage que le français n’ait qu’un seul mot pour ces trois dimensions de l’amour ! Le pape Benoît XVI s’est longuement expliqué sur la différence entre ces trois amours :

« À l’amour entre homme et femme, qui ne naît pas de la pensée ou de la volonté mais qui, pour ainsi dire, s’impose à l’être humain, la Grèce antique avait donné le nom d’eros. Disons déjà par avance que l’Ancien Testament grec utilise deux fois seulement le mot eros, tandis que le Nouveau Testament ne l’utilise jamais : des trois mots grecs relatifs à l’amour – eros, philia (amour d’amitié) et agapè – les écrits néotestamentaires privilégient le dernier, qui dans la langue grecque était plutôt marginal. En ce qui concerne l’amour d’amitié (philia), il est repris et approfondi dans l’Évangile de Jean pour exprimer le rapport entre Jésus et ses disciples. La mise de côté du mot eros, ainsi que la nouvelle vision de l’amour qui s’exprime à travers le mot agapè, dénotent sans aucun doute quelque chose d’essentiel dans la nouveauté du christianisme concernant précisément la compréhension de l’amour.
(Benoît XVI, Deus est caritas n°3, 25/12/2005)

La mise à l’écart de l’Éros dans le nouveau Testament ne relève pas d’un mépris de la chair (contrairement à ce que disait Nietzsche ou les critiques libertins), mais plutôt d’une assomption de la chair dans la communion entre deux êtres : Éros assumé par Agapè en quelque sorte. Il n’en est que plus intéressant de constater dans le Nouveau Testament la promotion du terme philia (amitié) à côté de deux autres. Les six usages du mot philous chez Jean dans l’Évangile de Jean constituent à ce titre une révélation sur l’amour, toujours actuelle.

 

Les 6 usages du mot ami (φίλους = philous) chez Jean

- C’est d’abord Jean-Baptiste qui se déclare ami de l’époux, ce qui est une source de joie gratuite et désintéressée. Voir l’ami (le Christ) uni à son épouse (l’Église) est pour Jean-Baptiste le sommet de l’amitié :« celui à qui l’épouse appartient, c’est l’époux ; quant à l’ami de l’époux, il se tient là, il entend la voix de l’époux, et il en est tout joyeux. Telle est ma joie : elle est parfaite »(Jn 3, 29).
L’ami est donc celui qui est capable de se réjouir du bonheur de l’autre, de sa communion avec une autre personne, sans en ressentir jalousie ni amertume, bien au contraire. Cette dépossession dans l’amour-amitié est rare, car la plupart du temps notre recherche d’amitié est très intéressée : dès que le soi-disant ami ne me valorise plus, ou n’a plus besoin de moi, ou s’attache à quelqu’un d’autre, la tentation est grande de l’effacer de ma liste de contacts, de mes followers, de mes amis Facebook etc. !

- Le deuxième usage du mot en Jean est pour désigner l’affection que Jésus avait pour Lazare, jusqu’à le faire pleurer devant son tombeau : « Lazare, notre ami, s’est endormi ; mais je vais aller le tirer de ce sommeil » (Jn 11, 11). L’ami se mobilise pour relever son ami d’entre les morts, pour le réveiller de son sommeil lorsqu’il s’endort sur lui-même, pour le sortir d’un mauvais pas, lui venir en aide simplement, sans autre raison que l’amitié. « Parce que c’était lui, parce que c’était moi », dira Montaigne de son ami La Boétie.

19819888 amour- Mais de façon réaliste, l’évangéliste signale que l’amitié peut également unir deux êtres dans le mal. Ainsi vouloir être ami de l’empereur est pour Pilate un piège auquel il n’échappera pas :« Dès lors, Pilate cherchait à le relâcher ; mais des Juifs se mirent à crier : “Si tu le relâches, tu n’es pas un ami de l’empereur. Quiconque se fait roi s’oppose à l’empereur” » (Jn 19, 12).
De même que le sens de la famille est perverti dans la Mafia, de même le sens de l’amitié peut être perverti lorsqu’elle est mise au service de l’injustice, de l’oppression, du mensonge. Il faut savoir choisir ses amis, répète la sagesse populaire depuis des siècles…

 

Les trois autres usages du mot philous chez Jean sont dans notre chapitre 15 de ce dimanche :

avoir un ami, c’est être prêt à donner sa vie pour lui : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime (ses amis) » (Jn 15, 13).
Le serviteur change de maître lorsque celui-ci meurt. Au pire, c’est le mercenaire qui se vend au plus offrant. Au meilleur, c’est le domestique zélé qui assiste navré au départ de son maître sans pouvoir rien faire. L’ami, lui, est prêt à tout pour sauver son ami, même à donner sa vie s’il le faut. C’est bien dans les difficultés qu’on voit les vrais amis, dit-on à raison. Les faux s’enfuient en prétextant de belles excuses, en détournant la tête pour ne plus voir le problème. Si un jour quelqu’un a pris des risques pour vous sauver d’une situation critique, vous savez alors qu’il est votre ami. Risque financier (prêter ou donner de l’argent), risque social (continuer à vous fréquenter alors que les autres se détournent), risque vital (exposer sa vie pour sauver la vôtre) : l’amour-amitié culmine dans le don de soi, sans calcul, sans retour. Jésus au plus haut point a pratiqué cet amour-là. Jusqu’à vouloir rétablir en amitié ceux qui ne le méritent pas. Paul s’en était d’ailleurs étonné : « Accepter de mourir pour un homme juste, c’est déjà difficile ; peut-être quelqu’un s’exposerait-il à mourir pour un homme de bien. Or, la preuve que Dieu nous aime, c’est que le Christ est mort pour nous, alors que nous étions encore pécheurs » (Rm 5, 7 8).

- être ami du Christ suppose de mettre en pratique ses commandements : « Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande » (Jn 15, 14).
L’image de la clé de voûte des derniers dimanches nous remet en mémoire ce que garder ses commandements signifie : faire du double commandement de l’amour la clé de voûte de tous nos engagements ; vérifier la cohérence de ce que nous disons et faisons avec cette règle de vie qui structure et ordonne toutes les autres.

- Pas de secret entre amis ! « Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître »  (Jn 15, 15).
C’est peut-être la plus grande différence entre le domestique (doulos) et l’ami (philous). Le serviteur ignore ce que fait son maître, alors que l’ami connaît l’ami intimement (Jn 15,15).
Hierarchie-pyramidale
Ce n’est guère dans l’ordre des choses. Les managers en entreprise ont peur de partager leurs informations, leur savoir, car ils pensent que cela va mettre leurs subordonnés à égalité avec eux et diminuer leur autorité. D’habitude, les maîtres préservent le secret de ce qu’ils savent, ils cachent ce dont ils sont informés pour garder leur pouvoir. À peine le murmurent-ils, et encore partiellement, à leurs N-1. Là est la clé et la recette du pouvoir dans les organisations pyramidales encore si nombreuses : le chef sait, et nous ne savons pas.
Nous ne savons pas ce qu’il sait, et cela peut faire peur, quand on est sous la coupe d’un régime autoritaire. Ou bien alors, cela nous fascine : lui, il sait, et nous, nous sommes dans l’ignorance, comment pourrions-nous alors prétendre avoir voix au chapitre ? La psychanalyse le dit bien : nous sommes terrassés, éblouis ou inquiets, devant celui qui est le « sujet-supposé-savoir ». Et par commodité, par tranquillité, comment ne pas nous ranger à ce qu’il va décider, car, lui, il sait et nous, nous ne savons pas ?… Oui, par commodité, car c’est bien pratique de lui remettre ainsi la clef et la responsabilité de nos choix, de nos décisions. Il sait, eh bien, qu’il choisisse pour nous ! Les médecins sont souvent dans cette situation, les magistrats aussi, les curés plus qu’il n’y paraît… sans parler des politiques (mais eux, c’est un pli professionnel !).

Le Christ fait de nous ses amis en nous partageant la connaissance qu’il a de son Père, et en nous la partageant totalement, sans réserve. À notre tour de partager à nos amis le maximum de ce que nous pouvons : nos découvertes, notre culture, nos savoir-faire, nos interrogations, nos blessures et nos joies… Si nous gardons secrètes certaines choses, alors ne nous étonnons pas si l’intimité avec eux n’est pas aussi riche que nous le souhaiterions. Et demandons-nous alors pourquoi nous les tenons ainsi à l’écart : par peur d’être jugé ? par une volonté inconsciente de dominer ? pour ne pas être vulnérable ?…

On a les amis qu’on mérite, paraît-il. Ou plutôt : nos amis le sont à la mesure de ce que nous leur partageons. Le Christ est en cela l’ami de référence : « tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître ».

Puissions-nous marcher dans ses pas, et nous serons entourés d’amis véritables, plus que de relations superficielles ou de flatteurs serviles…

 


 

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE
 « Même sur les nations païennes, le don de l’Esprit Saint avait été répandu » (Ac 10, 25-26.34-35.44-48)

Lecture du livre des Actes des Apôtres

Comme Pierre arrivait à Césarée chez Corneille, centurion de l’armée romaine, celui-ci vint à sa rencontre, et, tombant à ses pieds, il se prosterna. Mais Pierre le releva en disant : « Lève-toi. Je ne suis qu’un homme, moi aussi. » Alors Pierre prit la parole et dit : « En vérité, je le comprends, Dieu est impartial : il accueille, quelle que soit la nation, celui qui le craint et dont les œuvres sont justes. » Pierre parlait encore quand l’Esprit Saint descendit sur tous ceux qui écoutaient la Parole. Les croyants qui accompagnaient Pierre, et qui étaient juifs d’origine, furent stupéfaits de voir que, même sur les nations, le don de l’Esprit Saint avait été répandu. En effet, on les entendait parler en langues et chanter la grandeur de Dieu. Pierre dit alors : « Quelqu’un peut-il refuser l’eau du baptême à ces gens qui ont reçu l’Esprit Saint tout comme nous ? » Et il donna l’ordre de les baptiser au nom de Jésus Christ. Alors ils lui demandèrent de rester quelques jours avec eux.

 

PSAUME
(Ps 97 (98), 1, 2-3ab, 3cd-4)
R/ Le Seigneur a fait connaître sa victoire et révélé sa justice aux nations. ou : Alléluia ! (Ps 97, 2)

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
car il a fait des merveilles ;
par son bras très saint, par sa main puissante,
il s’est assuré la victoire.

Le Seigneur a fait connaître sa victoire
et révélé sa justice aux nations ;
il s’est rappelé sa fidélité, son amour,
en faveur de la maison d’Israël.

La terre tout entière a vu
la victoire de notre Dieu.
Acclamez le Seigneur, terre entière,
sonnez, chantez, jouez !

DEUXIÈME LECTURE
« Dieu est amour » (1 Jn 4, 7-10)

Lecture de la première lettre de saint Jean

Bien-aimés, aimons-nous les uns les autres, puisque l’amour vient de Dieu. Celui qui aime est né de Dieu et connaît Dieu. Celui qui n’aime pas n’a pas connu Dieu, car Dieu est amour.
Voici comment l’amour de Dieu s’est manifesté parmi nous : Dieu a envoyé son Fils unique dans le monde pour que nous vivions par lui. Voici en quoi consiste l’amour : ce n’est pas nous qui avons aimé Dieu, mais c’est lui qui nous a aimés, et il a envoyé son Fils en sacrifice de pardon pour nos péchés.

 

ÉVANGILE
« Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime » (Jn 15, 9-17)
Alléluia. Alléluia.Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, dit le Seigneur ; mon Père l’aimera, et nous viendrons vers lui. Alléluia. (Jn 14, 23)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples : « Comme le Père m’a aimé, moi aussi je vous ai aimés. Demeurez dans mon amour. Si vous gardez mes commandements, vous demeurerez dans mon amour, comme moi, j’ai gardé les commandements de mon Père, et je demeure dans son amour. Je vous ai dit cela pour que ma joie soit en vous, et que votre joie soit parfaite. Mon commandement, le voici : Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande. Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur ne sait pas ce que fait son maître ; je vous appelle mes amis, car tout ce que j’ai entendu de mon Père, je vous l’ai fait connaître. Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et établis afin que vous alliez, que vous portiez du fruit, et que votre fruit demeure. Alors, tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous le donnera. Voici ce que je vous commande : c’est de vous aimer les uns les autres. »
Patrick Braud

Mots-clés : , , , , ,
12