L'homelie du dimanche

21 février 2021

Compagnons d’éblouissement

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 12 h 30 min

Compagnons d’éblouissement

Homélie pour le 2° Dimanche de Carême / Année B
28/02/2021

Cf. également :

Abraham, comme un caillou dans l’eau
Transfiguration : le phare dans la nuit
Transfiguration : la métamorphose anti-kafkaïenne
Leikh leikha : Va vers toi !
Le sacrifice interdit
Dressons trois tentes…
La vraie beauté d’un être humain
Visage exposé, à l’écart, en hauteur
Figurez-vous la figure des figures
Bénir en tout temps en tout lieu

L'extase musicale dans la danse d'un derviche tourneur soufiLa Transfiguration du Christ au sommet du Mont Thabor (Mc 9, 2-10) nous aide à déchiffrer nos propres expériences de transfiguration. Tous ces moments indicibles où notre cœur s’est dilaté à l’infini, où le temps était tout autre, où le ravissement nous transportait ailleurs…
Ces éclaboussures de lumière jalonnent notre parcours sur terre. Qui n’a jamais connu une extase devant la beauté d’un être, d’un paysage, d’une musique, d’une œuvre d’art, d’une contemplation intérieure, d’une découverte intellectuelle intense ? Nos transfigurations  trouvent dans celle du Christ un archétype, c’est-à-dire à la fois un modèle, une source, une structure.

Arrêtons-nous aujourd’hui sur une des caractéristiques de la Transfiguration de Jésus, pour qu’elle inspire les nôtres. Jésus ne monte pas seul au Thabor : il emmène avec lui trois de ses douze disciples. Pourquoi s’encombrer de compagnons alors que ce qu’il va vivre est si intime ? Et pourquoi Pierre, Jacques et Jean, et pas les autres ?
Tentons de répondre en suggérant trois raisons qui nous pousseront nous aussi à nous entourer de tels compagnons d’éblouissement.

 

Pour partager et multiplier l’éblouissement

Compagnons d’éblouissement dans Communauté spirituelle PreobrazhenieUne expérience spirituelle solitaire certes a de la valeur. Jésus prenait soin de s’isoler régulièrement du groupe de ses disciples ; il allait à l’écart pour prier, seul. Ces moments-là nous sont absolument nécessaires pour dire « je », pour être nous-mêmes sans dépendre toujours des autres. Les ermites (une centaine en France encore actuellement) nous le rappellent à travers les siècles. Mais là, Jésus veut partager cette expérience lumineuse de la Transfiguration avec quelques-uns de ses amis, qu’il choisit pour cela. C’est donc que d’une part ce partage fait partie de l’expérience elle-même, et que d’autre part il nous faut bien choisir avec qui la partager.

Déjà, symboliquement, Marc prend soin de noter que Moïse et Elie s’entretiennent avec Jésus pendant sa Transfiguration : ce dialogue et la révélation de l’identité lumineuse de Jésus sont indissociables. C’est en accomplissant la Loi de Moïse et les prophètes comme Elie que Jésus revêt sa face de lumière. Chez lui, identité et mission vont de pair. C’est parce qu’il est cohérent – « aligné », diraient les théoriciens du management – que son être irradie de puissance et de beauté, telle la lumière cohérente d’un laser contrairement à la lumière diffuse ordinaire s’éparpillant en quelques mètres. Cohérence entre ses actes et ses paroles, entre la première et la nouvelle Alliance, entre ce qu’il est et ce qu’il fait : dans l’entretien qu’il met en scène avec Moïse et Elie, l’évangéliste Marc nous invite à pratiquer ce même type de cohérence avec la Loi et les prophètes, ceux d’hier et ceux d’aujourd’hui.

En s’associant des compagnons de Transfiguration, Jésus nous invite également à ne pas garder pour nous les éblouissements qui jalonnent notre histoire personnelle. Ces moments nous deviendront vraiment lumineux – c’est-à-dire capables d’éclairer notre route et de réchauffer notre cœur – si nous savons les partager avec de vrais amis, choisis avec soin, protégés par leur capacité à garder le secret sur les confidences ainsi partagées. C’est que le fait de confier ainsi à d’autres nos éblouissements nous permet de les multiplier ! C’est comme un bon repas : tout seul, il est déjà excellent ; avec de bons amis, il acquiert une saveur incomparable !

Un bénéfice collatéral de ce partage est qu’il suscitera souvent un partage similaire en retour : si vous confiez à de vrais compagnons vos éblouissements intérieurs, ils vous feront ce cadeau de leurs propres sources de lumière…

Voilà pourquoi la voix se fait entendre, ici au Thabor pour la Transfiguration comme au Jourdain pour le baptême : « celui-ci est mon fils bien-aimé ; écoutez-le ». Car la Transfiguration est pour les disciples tout autant que pour Jésus. Autrement dit : en Jésus, l’être-soi et l’être-pour sont liés et font système.

Pas d’existence sans pro-existence, et réciproquement ! Le caractère dialogal de notre vraie beauté d’être humain est ainsi dévoilé dans sa radicalité la plus lumineuse…

 

Pour que je n’oublie pas

Nous le savons d’expérience : ces flashs lumineux ne durent pas longtemps. Après une retraite dans un monastère, après un moment de communion intense, après une extase mystique, artistique, amoureuse, intellectuelle, il nous faut redescendre de ces hauteurs et affronter à nouveau la grisaille de nos combats ordinaires. Pour Jésus, c’est pire encore : il redescend du Thabor pour affronter sa Passion. Dans les accusations lancées contre lui, où trouvera-t-il la force de ne pas douter de son identité filiale ? Immergé dans le mépris et la dérision de son procès, comment fera-t-il pour tenir bon malgré tout ? Couronné d’épines, qui va lui dire qu’il est bien le Messie annoncé par les Écritures ? Crucifié comme un esclave, comment va-t-il repousser l’ultime tentation de croire que tout a échoué ?

artfichier_777966_5160800_201509300603467 disciples dans Communauté spirituelle

Eh bien, arrimé à sa lumière intérieure du mont Thabor mieux qu’un navire à son ancre de fond, Jésus pourra subir toutes les défigurations de sa Passion sans perdre de vue l’horizon réel de son intimité avec Dieu. Ayant à l’oreille la voix du Thabor, Jésus pourra endosser la laideur du condamné supplicié et son infamie sans rien perdre de sa dignité d’enfant de Dieu. Ces quelques instants d’éblouissement sur la montagne l’aideront à garder le cap dans les ténèbres du Vendredi Saint.

Mettons donc en mémoire nos éblouissements pour nous sauver du doute sur nous-mêmes ! Si cela nous arrivait quand même, nous aurions alors pour nous réassurer dans l’existence nos compagnons à qui nous les avons confiés. Puisque nous les avons faits témoins, ils deviendront nos alliés. Alliés pour ne pas oublier la lumière intérieure qui nous habite. Ils diront aux autres de plonger leur regard au-delà des apparences : derrière le prisonnier, il y a le fils bien-aimé ; derrière le supplicié ensanglanté, il y a le corps inondé de beauté ; derrière le crucifié repose le Sauveur du monde…

Ainsi de nous : nos compagnons d’éblouissement attesteront de notre dignité lorsqu’elle disparaîtra aux yeux des autres. Précieux alliés que ces amis de confiance entre les mains de qui nous avons remis les traces de nos illuminations les plus intenses !

 

Pour qu’ils n’oublient pas

Pourtant, ces compagnons eux-mêmes seront soumis au doute. Dans son Évangile, Marc note que Pierre, Jacques et Jean sont également les seuls disciples associés à la résurrection de la fille d’un chef de synagogue nommé Jaïre, comme pour leur confirmer le pouvoir de Jésus sur la mort. Ce sont à nouveau les seuls trois disciples que Jésus prend dans le jardin des oliviers à Gethsémani pour prier avec lui. Là, défiguré par l’angoisse devant la Passion qui approche au point d’en suer du sang et de l’eau, il voudrait que ces trois compagnons du Thabor l’aident à traverser l’horreur de la croix qui approche. Mais ils dormaient… Du coup, Pierre le reniera, Jacques s’enfuira, Jean sera muet au pied du gibet. S’ils avaient réveillé en eux le souvenir du Thabor, ils ne se laisseraient pas appesantir par le sommeil, ils n’auraient pas peur de prendre parti pour celui qu’on accuse, ils ne fuiraient pas leur déposition en faveur de Jésus.

la-trahison-de-pierre Thabor

Nous partageons nos éblouissements à nos compagnons de route les plus chers afin qu’ils ne désespèrent pas de nous lorsque nous leur montrerons un visage plus sombre, abîmé ou sali, que ce soit par la vieillesse, la maladie, le péché ou la mort. Derrière les crachats et les outrages dégradant Jésus en loque humaine, Pierre, Jacques et Jean auraient pu voir s’imprimer en filigrane la gloire du Transfiguré. C’est ce que ferons nos témoins désormais, si du moins nous savons leur confier cette mission.

 

Pour les multiplier, pour que je ne les oublie pas, pour qu’ils ne les oublient pas : voilà au moins trois raisons de partager à des compagnons choisis nos éblouissements les plus intenses.

Qui allez-vous choisir ? Pour leur confier quelle transfiguration ?

 

 

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE
Le sacrifice de notre père Abraham (Gn 22, 1-2.9-13.15-18)

Lecture du livre de la Genèse

En ces jours-là, Dieu mit Abraham à l’épreuve. Il lui dit : « Abraham ! » Celui-ci répondit : « Me voici ! » Dieu dit : « Prends ton fils, ton unique, celui que tu aimes, Isaac, va au pays de Moriah, et là tu l’offriras en holocauste sur la montagne que je t’indiquerai. » Ils arrivèrent à l’endroit que Dieu avait indiqué. Abraham y bâtit l’autel et disposa le bois ; puis il lia son fils Isaac et le mit sur l’autel, par-dessus le bois. Abraham étendit la main et saisit le couteau pour immoler son fils. Mais l’ange du Seigneur l’appela du haut du ciel et dit : « Abraham ! Abraham ! » Il répondit : « Me voici ! » L’ange lui dit : « Ne porte pas la main sur le garçon ! Ne lui fais aucun mal ! Je sais maintenant que tu crains Dieu : tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique. » Abraham leva les yeux et vit un bélier retenu par les cornes dans un buisson. Il alla prendre le bélier et l’offrit en holocauste à la place de son fils.
Du ciel, l’ange du Seigneur appela une seconde fois Abraham. Il déclara : « Je le jure par moi-même, oracle du Seigneur : parce que tu as fait cela, parce que tu ne m’as pas refusé ton fils, ton unique, je te comblerai de bénédictions, je rendrai ta descendance aussi nombreuse que les étoiles du ciel et que le sable au bord de la mer, et ta descendance occupera les places fortes de ses ennemis. Puisque tu as écouté ma voix, toutes les nations de la terre s’adresseront l’une à l’autre la bénédiction par le nom de ta descendance. »

 

PSAUME
(115 (116b), 10.15, 16ac-17, 18-19)

R/ Je marcherai en présence du Seigneur sur la terre des vivants. (114, 9)

Je crois, et je parlerai,
moi qui ai beaucoup souffert.
Il en coûte au Seigneur
de voir mourir les siens !

Ne suis-je pas, Seigneur, ton serviteur,
moi, dont tu brisas les chaînes ?
Je t’offrirai le sacrifice d’action de grâce,
j’invoquerai le nom du Seigneur.

Je tiendrai mes promesses au Seigneur,
oui, devant tout son peuple,
à l’entrée de la maison du Seigneur,
au milieu de Jérusalem !

 

DEUXIÈME LECTURE
« Dieu n’a pas épargné son propre Fils » (Rm 8, 31b-34)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Romains

Frères, si Dieu est pour nous, qui sera contre nous ? Il n’a pas épargné son propre Fils, mais il l’a livré pour nous tous : comment pourrait-il, avec lui, ne pas nous donner tout ? Qui accusera ceux que Dieu a choisis ? Dieu est celui qui rend juste : alors, qui pourra condamner ? Le Christ Jésus est mort ; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, il intercède pour nous.

 

ÉVANGILE
« Celui-ci est mon Fils bien-aimé » (Mc 9, 2-10)
Gloire au Christ,Parole éternelle du Dieu vivant.Gloire à toi, Seigneur.De la nuée lumineuse, la voix du Père a retenti : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, écoutez-le ! » Gloire au Christ,Parole éternelle du Dieu vivant.Gloire à toi, Seigneur. (cf. Mt 17, 5)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

En ce temps-là, Jésus prit avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmena, eux seuls, à l’écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux. Ses vêtements devinrent resplendissants, d’une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille. Élie leur apparut avec Moïse, et tous deux s’entretenaient avec Jésus. Pierre alors prend la parole et dit à Jésus : « Rabbi, il est bon que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » De fait, Pierre ne savait que dire, tant leur frayeur était grande. Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! » Soudain, regardant tout autour, ils ne virent plus que Jésus seul avec eux.
Ils descendirent de la montagne, et Jésus leur ordonna de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. Et ils restèrent fermement attachés à cette parole, tout en se demandant entre eux ce que voulait dire : « ressusciter d’entre les morts ».
Patrick BRAUD

Mots-clés : , ,

Les commentaires sont desactivés.