L'homelie du dimanche

28 juillet 2019

Êtes-vous croissant ou décroissant ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 12 h 30 min

Êtes-vous croissant ou décroissant ?

Homélie pour le 18° Dimanche du temps ordinaire / Année C
04/08/2019

Cf. également :

Vanité des vanités…
La double appartenance
Gardez-vous bien de toute âpreté au gain !
La sobriété heureuse en mode Jésus

Êtes-vous croissant ou décroissant ? dans Communauté spirituelleRien à voir avec le petit déjeuner ! C’est l’Évangile du jour (Lc 12, 13-21) qui semble rejoindre nos questions très actuelles sur l’urgence écologique. Jésus parle de l’accumulation des richesses (des récoltes en l’occurrence) dans des greniers toujours plus nombreux et plus vastes, alors que la vie éternelle ne s’achète pas : « Tu es fou : cette nuit même, on va te redemander ta vie. Et ce que tu auras accumulé, qui l’aura ? ».

L’opinion publique contemporaine suit les médias et les scientifiques du climat qui nous alertent : attention, à quoi sert d’accumuler des richesses, de faire croître sans cesse le PIB [1], si c’est en pillant les ressources (limitées) de la Terre et en la rendant irrespirable ? La version sécularisée de l’histoire des greniers de Jésus en quelque sorte…

C’est d’autant plus troublant que dans les évangiles, Jésus semble à d’autres moments tout à fait partisan de la multiplication des richesses grâce au travail humain. La parabole des talents par exemple, avant d’évoquer les talents spirituels, reconnaît bel et bien la logique de l’investissement et du rendement croissant au cœur de notre économie, « jusqu’à cent pour un » comme il le dit dans l’autre parabole du semeur ! D’ailleurs, dès le premier chapitre de la Bible, l’impératif divin de la Genèse ne laisse planer aucun doute : « croissez et multipliez-vous » (Gn 1,28).

De manière étonnante, ces deux courants de pensée vis-à-vis de la création de richesses ont engendré toute une gamme de positions en débat aujourd’hui.

Il y a ceux qui pensent que la croissance peut être quasi-illimitée, grâce à la science et le progrès technique. La majorité des économistes classiques et néoclassiques misent tout sur cette croissance, seule capable de créer des emplois, de nourrir bientôt 12 milliards d’habitants, de continuer la courbe de progrès et l’amélioration du niveau de vie, de l’espérance de vie pour tous. Bien sûr les ressources naturelles sont limitées, mais l’intelligence humaine a inventé le charbon après le bois, puis la vapeur, l’électricité, l’énergie nucléaire, et chaque rareté des biens disponibles entraîne un nouveau cycle basé sur d’autres progrès techniques. Devant les critiques écologistes, les politiques tempèrent cet enthousiasme tout droit issu du mythe du progrès en parlant de développement certes mais soutenable, durable. De plus, la croissance continue à accroître le fossé des inégalités de façon dangereuse, préparant la voie à toutes les révoltes [2].

Il s’agit de garder une pente ascendante : ni trop pour ne pas épuiser la terre, ni trop peu pour ne pas compromettre notre niveau de vie et l’emploi.

croissance economique

Inoxydable oxymore le developpement durable ?Face à eux, la contestation des décroissants est radicale : l’humanité court au suicide si elle continue à vouloir remplir toujours plus de greniers en pillant la terre et en épuisant ses ressources. Alors que pendant des millénaires, la croissance n’existait quasiment pas [3]. Il faut donc donner un coup d’arrêt – et pas seulement un coup de frein – à cet appétit destructeur. Apprendre à vivre avec moins de biens matériels, apprendre à ne pas chercher à posséder toujours plus, à se contenter de ce qu’on a : voilà quelques pistes de la sobriété heureuse et de ces courants promouvant la décroissance. Ce qui n’est pas sans rappeler l’invitation à la pauvreté volontaire de Jésus (lui-même n’a pas de pierre où reposer la tête), qui a révolutionné l’Europe avec François d’Assise et sa fraternité basée sur la non-possession, avec les monastères bénédictins menant une vie simple sans chercher d’autres richesses que celles permettant à la communauté de continuer à prier et travailler (du moins au début, car la tentation de l’avoir corrompra même les meilleurs hélas !). D’ailleurs, beaucoup d’abbayes sont aujourd’hui encore dotées d’un versant de production industrielle (bière, fromage, informatique, voire même conseil en management !) qui a les traits d’un véritable business, mais dont l’objectif n’est pas de croître et de s’étendre sans cesse. Regroupés sous le label ‘Monastik’, ces activités brassent de l’argent, dégagent des bénéfices, mais seulement à raison des besoins – simples – des communautés, pour qu’elles soient libres de poursuivre leur but ultime : la louange et l’accueil, non le profit. Le profit retrouve ainsi sa place : bon serviteur, mauvais maître.

DecroiLune croissance dans Communauté spirituelle

Voilà de quoi mettre les deux courants de pensée précités en dialogue : tout dépend de l’attitude spirituelle qui est la vôtre. Si la convoitise et l’appétit de jouissance président à votre travail, vous deviendrez vos propres fossoyeurs. Si à l’inverse vous refusez la vocation humaine à régner sur le monde, vous risquez de nous faire régresser à des niveaux de vie misérables et insupportables.

Le Christ appelle à la fois la multiplication des richesses pour tous et à l’esprit de pauvreté qui rend libre de toute attache, de possession ou de convoitise. Il manie l’image de la moisson abondante, mais lui ne possède rien ni personne. Il sait bien que l’envie d’accumuler sans cesse est un piège mortel, et il appelle à ce que chacun ait de quoi vivre dignement de son travail.

le chat et l'humilitéLe sage Qohélet de notre première lecture appelait déjà il y a 3000 ans à se débarrasser de l’illusion de la réussite matérielle :

« Un homme s’est donné de la peine ; il est avisé, il s’y connaissait, il a réussi. Et voilà qu’il doit laisser son bien à quelqu’un qui ne s’est donné aucune peine. Cela aussi n’est que vanité, c’est un grand mal ! En effet, que reste-t-il à l’homme de toute la peine et de tous les calculs pour lesquels il se fatigue sous le soleil ? Tous ses jours sont autant de souffrances, ses occupations sont autant de tourments : même la nuit, son cœur n’a pas de repos. Cela aussi n’est que vanité » (Qo 2, 21-23).

Après Pâques, les Églises locales seront partagées entre ces deux grands courants. L’Église de Jérusalem misera plutôt sur ce qu’on pourrait appeler avec anachronisme un ‘communisme intégral’ : « La multitude de ceux qui avaient adhéré à la foi avait un seul coeur et une seule âme ; et personne ne se disait propriétaire de ce qu’il possédait, mais on mettait tout en commun » (Ac 4,32). L’Église d’Antioche invitera plutôt chacun à partager son surplus de richesses qu’à abandonner ses biens. Paul sera fier de travailler de ses mains pour n’être à la charge de personne (le premier prêtre ouvrier dirait certains !). Et il encourage clairement à faire de même : « celui qui ne veut pas travailler, qu’il ne mange pas non plus » (2Th 3, 6-13). Constatant que l’Église de Jérusalem s’est mise dans une situation catastrophique en vendant les biens de chacun, Paul va organiser une grande collecte tout autour du bassin méditerranéen (cf. 2Co 8-9) pour venir en aide à ces utopistes de la première heure qui avait renoncé à produire des richesses à cause du supposé retour imminent du Christ en gloire.

 écologiePar la suite, l’Église catholique à continuer à prôner l’esprit de pauvreté (franciscains, dominicains, ordres mendiants) et à critiquer les riches dans la lignée de saint Jacques (premier ‘évêque’ de Jérusalem) : « Vous les riches, pleurez à grand bruit sur les malheurs qui vous attendent ! Votre richesse est pourrie, vos vêtements rongés des vers ; votre or et votre argent rouillent et leur rouille servira contre vous de témoignage, elle dévorera vos chairs comme un feu. Vous vous êtes constitué des réserves à la fin des temps ! Voyez le salaire des ouvriers qui ont fait la récolte dans vos champs : retenu par vous, il crie et les clameurs des moissonneurs sont parvenues aux oreilles du Seigneur Sabaoth. Vous avez eu sur terre une vie de confort et de luxe, vous vous êtes repus au jour du carnage. Vous avez condamné, vous avez assassiné le juste : il ne vous résiste pas » (Jc 5, 1-6). L’aversion des pays du sud de l’Europe pour l’argent sale, la corruption, les milliardaires etc. vient de leurs racines catholiques. Dans les années 60-80, Frère Roger de Taizé prolongeait cette ligne en appelant à une « dynamique du provisoire » inversant la logique de l’accumulation : « une des pures joies d’Évangile est d’avancer encore et toujours vers une simplicité du cœur qui entraîne à une simplicité de vie ».

L'éthique protestante et l'esprit du capitalismeLes Églises protestantes du nord ont plutôt suivi l’autre courant biblique, reconnaissant dans la croissance des richesses un signe de la bénédiction divine. C’est la fameuse thèse de Max Weber sur « l’éthique protestante et l’esprit du capitalisme » (1904-1905) : les héritiers de Calvin considèrent comme un devoir et une bénédiction de faire fructifier la terre grâce à l’activité humaine, de s’enrichir et d’augmenter le volume des affaires, sous condition de frugalité du mode de vie et de partage avec les pauvres. La philanthropie légendaire des milliardaires américains vient de là, ainsi que le rapport décomplexé à l’argent aux USA et ailleurs. On a vu ainsi récemment 18 milliardaires américains demander à être taxés sur leur fortune ! « Nous écrivons à tous les candidats à la présidence, qu’ils soient républicains ou démocrates, pour apporter notre appui à une taxe modérée sur les fortunes de un dixième des 1% des Américains les plus riches, sur nous » [4]. Ils sentent bien que l’accroissement des inégalités de patrimoine peut engendrer une situation socialement explosive et révolutionnaire. Warren Buffet vient par exemple de donner 3,6 milliards à des œuvres, amenant ainsi le montant total de ses dons à 34,5  milliards [5] !

À l’extrémité de l’arc-en-ciel des positions sur la croissance, les survivalistes prédisent le proche effondrement (collapse en anglais) final de la civilisation occidentale, victime de ces contradictions énergétiques, sociales, écologiques. Ces collapsologues construisent des abris « pour l’après », apprenant à cultiver pour vivre en autosuffisance, se regroupant en cercles de convaincus pour s’encourager à préparer la survie de leur famille après le cataclysme imminent. Cela fait irrésistiblement penser à l’annonce de la fin du monde (Armageddon) par les Témoins de Jéhovah, d’abord prédite pour 1918, puis 1942, 1975, puis prudemment « avant 1994 »… La sécularisation des grands thèmes religieux n’en finit pas de produire des résurgences sociales étonnantes !

Croissance illimitée, développement durable, développement soutenable, décroissance douce ou radicale, survivalistes : la bataille idéologique s’est déplacée de la lutte des classes au conflit des croissances. Et tout dépendra de ce que chacun veut finalement choisir pour son mode de vie. L’Évangile de ce dimanche va clairement dans le sens du deuxième courant : à quoi sert à l’homme de posséder tant de richesses si c’est pour le payer de sa vie ? « Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu ». Jésus dit ailleurs : « là où est en trésor, là aussi est ton cœur » (Mt 6,21). Et les psaumes le répétaient : « si tu amasses des richesses, n’y met pas ton cœur » (Ps 61,11). Si le plus important pour toi est de gravir les échelons professionnels, d’acheter une résidence secondaire après la maison principale, de multiplier les placements pour être à l’abri de tout, alors tu seras absorbé par cette obsession d’avoir plus, toujours plus, et tu oublieras d’être avec.

Reste libre vis-à-vis de ce que tu possèdes, sinon ce sont tes biens qui te posséderont.

Qu'est-ce qu'un chef ?Le général Pierre de Villiers raconte que, quand il était chef d’état-major des armées, il se gardait toujours son mardi matin libre de toute réunions afin de préparer le Conseil de défense avec le président de la République le mercredi matin. Et quand on lui objectait : ‘comment pouvez-vous libérer une demi-journée par semaine sur l’agenda d’un responsable de votre niveau ? C’est impossible’. Il répondait : ‘c’est moi qui suis maître de mon agenda et non l’inverse. Il est là pour me servir, pas pour me commander’. Comme quoi la non-possession par les biens s’étend aux biens immatériels comme le temps. Mitterrand confiait d’ailleurs ne pas prendre de réunions le soir pendant son deuxième mandat de président. Il avait besoin de cette plage disait-il pour lire, se ressourcer, relire la journée écoulée, prendre de la hauteur, ne pas subir…

Alors, quels sont les greniers où nous entassons un tas de richesses inutiles ? Sur quoi se fixe notre obsession d’accumuler sans raison ? Pourquoi refuser de méditer sur la vanité de cette course à la possession : « Tu es fou : cette nuit même, on va te redemander ta vie. Et ce que tu auras accumulé, qui l’aura ? ».

Frugalité, sobriété heureuse, esprit de pauvreté, simplicité volontaire : à quelle conversion cela nous appellerait-il concrètement ?

 

 


[1]. L’indicateur du PIB pourrait être abandonné pour laisser place à de nouveaux outils de mesure du progrès réel de l’humanité, qui tiendraient compte de l’adéquation du développement économique et matériel avec la capacité biologique de la terre et du bien-être social. De nouvelles approches voient le jour : PID (Produit Intérieur Doux), IBH (Indice de Bonheur Humain), IDH (Indice de Développement Humain).

[2]. La croissance économique se calcule de manière globale sans prendre en compte le niveau d’équité de répartition des richesses entre individus. L’idée qu’elle serait un vecteur de réduction des inégalités n’est désormais plus recevable. Bien au contraire, 20% des habitants de la planète s’accaparent 80% des ressources ; les riches sont de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus nombreux. Selon les Nations Unies, les 225 personnes les plus riches ont une fortune supérieure à ce que gagnent chaque année les trois milliards d’individus les plus pauvres (soit près de la moitié de l’humanité !). Les inégalités au sein d’un même pays ne cessent de croître également. En Europe centrale et de l’Est, malgré un fort taux de croissance ces dernières années, la proportion d’habitants vivant avec moins de un dollar par jour est passée de 0,5% en 1990 à 3,5% en 2005.

[3]. Est-ce qu’on a toujours connu la croissance ?
Anne-Laure Delatte : « Il y a des historiens de l’économie qui nous montrent que depuis la nuit des temps jusqu’à la révolution industrielle on a une croissance quasiment nulle. C’est-à-dire que la population augmentait mais le gâteau n’augmentait pas, voire augmentait un peu moins que la population ou à peu près au même niveau. Par exemple en France, on a les chiffres entre 1200 et 1800, la croissance du PIB par tête est de 30% en 600 ans, ce qu’on est capable de faire aujourd’hui en 15 ans environ. » Source : https://www.franceculture.fr/economie/la-croissance-est-elle-necessaire

 

Lectures de la messe

Première lecture
« Que reste-t-il à l’homme de toute sa peine ? » (Qo 1, 2 ; 2, 21-23)

Lecture du livre de Qohèleth

Vanité des vanités, disait Qohèleth. Vanité des vanités, tout est vanité !
Un homme s’est donné de la peine ; il est avisé, il s’y connaissait, il a réussi. Et voilà qu’il doit laisser son bien à quelqu’un qui ne s’est donné aucune peine. Cela aussi n’est que vanité, c’est un grand mal !
En effet, que reste-t-il à l’homme de toute la peine et de tous les calculs pour lesquels il se fatigue sous le soleil ? Tous ses jours sont autant de souffrances, ses occupations sont autant de tourments : même la nuit, son cœur n’a pas de repos. Cela aussi n’est que vanité.

Psaume
(Ps 89 (90), 3-4, 5-6, 12-13, 14.17abc)

R/ D’âge en âge, Seigneur, tu as été notre refuge. (Ps 89, 1)

Tu fais retourner l’homme à la poussière ; tu as dit : « Retournez, fils d’Adam ! »
À tes yeux, mille ans sont comme hier, c’est un jour qui s’en va, une heure dans la nuit.

Tu les as balayés : ce n’est qu’un songe ; dès le matin, c’est une herbe changeante :
elle fleurit le matin, elle change ; le soir, elle est fanée, desséchée.

Apprends-nous la vraie mesure de nos jours : que nos cœurs pénètrent la sagesse.
Reviens, Seigneur, pourquoi tarder ? Ravise-toi par égard pour tes serviteurs.

Rassasie-nous de ton amour au matin, que nous passions nos jours dans la joie et les chants.
Que vienne sur nous la douceur du Seigneur notre Dieu ! Consolide pour nous l’ouvrage de nos mains.

Deuxième lecture
« Recherchez les réalités d’en haut ; c’est là qu’est le Christ » (Col 3, 1-5.9-11)

Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Colossiens

Frères, si donc vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d’en haut : c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu. Pensez aux réalités d’en haut, non à celles de la terre.
En effet, vous êtes passés par la mort, et votre vie reste cachée avec le Christ en Dieu. Quand paraîtra le Christ, votre vie, alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui dans la gloire. Faites donc mourir en vous ce qui n’appartient qu’à la terre : débauche, impureté, passion, désir mauvais, et cette soif de posséder, qui est une idolâtrie. Plus de mensonge entre vous : vous vous êtes débarrassés de l’homme ancien qui était en vous et de ses façons d’agir, et vous vous êtes revêtus de l’homme nouveau qui, pour se conformer à l’image de son Créateur, se renouvelle sans cesse en vue de la pleine connaissance. Ainsi, il n’y a plus le païen et le Juif, le circoncis et l’incirconcis, il n’y a plus le barbare ou le primitif, l’esclave et l’homme libre ; mais il y a le Christ : il est tout, et en tous.

Évangile
« Ce que tu auras accumulé, qui l’aura ? » (Lc 12, 13-21)
Alléluia. Alléluia.
Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux ! Alléluia. (Mt 5, 3)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, du milieu de la foule, quelqu’un demanda à Jésus : « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. » Jésus lui répondit : « Homme, qui donc m’a établi pour être votre juge ou l’arbitre de vos partages ? » Puis, s’adressant à tous : « Gardez-vous bien de toute avidité, car la vie de quelqu’un, même dans l’abondance, ne dépend pas de ce qu’il possède. » Et il leur dit cette parabole : « Il y avait un homme riche, dont le domaine avait bien rapporté. Il se demandait : ‘Que vais-je faire ? Car je n’ai pas de place pour mettre ma récolte.’ Puis il se dit : ‘Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j’en construirai de plus grands et j’y mettrai tout mon blé et tous mes biens. Alors je me dirai à moi-même : Te voilà donc avec de nombreux biens à ta disposition, pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l’existence.’ Mais Dieu lui dit : ‘Tu es fou : cette nuit même, on va te redemander ta vie. Et ce que tu auras accumulé, qui l’aura ?’ Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , ,

Les commentaires sont desactivés.

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept