L'homelie du dimanche

24 février 2019

La paille et la poutre

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 12 h 00 min

La paille et la poutre

Homélie pour le 8° dimanche du temps ordinaire / Année C
03/03/2019

Au royaume des aveugles

En Afrique Noire, le long des pistes d’un rouge latérite, on voit souvent des silhouettes marcher de concert. Entre les deux : un long bâton ou bambou, comme un témoin anormal d’une course de relais improbable. Devant, un jeune garçon très sérieux avance sans rien dire. Derrière, quelqu’un se guide d’une main au balancement du bâton qu’il serre fermement car il est aveugle, et il profère d’abondantes bénédictions à l’approche de tous ceux qui pourraient déposer quelques pièces dans la sébile qu’il fait sonner de l’autre main en secouant la monnaie ostensiblement. Jésus a sûrement remarqué ces aveugles qui se font conduire lorsqu’il rappelle à tous :
« Un aveugle peut-il guider un autre aveugle ? Ne vont-ils pas tomber tous les deux dans un trou ? »
 [1]

La paille et la poutre dans Communauté spirituelle

Choisir ceux dont on va suivre les pas est tout un art. Dans la tradition juive, choisir un maître d’étude de la Torah à la yeshiva est tout aussi important que de choisir son mari ou sa femme ! Dans la tradition monastique chrétienne, choisir de devenir le disciple de saint Benoît, saint Augustin, saint Basile ou saint Bruno est le choix de toute une vie. La relation maître-disciple était tellement structurante au temps de Jésus que les adultes se définissaient toujours en mentionnant leur rabbin de référence, comme Paul revendiquait d’être l’élève de Gamaliel (Ac 22,3).

 

Quels maîtres choisir ?

 aveugle dans Communauté spirituelleNous avons trop oublié cette école d’initiation – par l’enseignement et par l’exemple – d’un guide nous faisant accéder au meilleur de nous-mêmes. Alors le risque est grand de se choisir des petits maîtres d’occasion, le temps d’une brève séduction.

Faute de maîtres spirituels authentiques, ou faute d’envie de les suivre, beaucoup s’attachent désormais à tel Youtuber, à tel rappeur, à telle page Facebook, ou deviennent followers sur Twitter de telle ou telle figure le temps d’un buzz médiatique.

Faute de maîtres politiques inspirant le respect et l’admiration, d’autres se tournent vers la violence pour s’affirmer.

Pourtant, les sportifs et les musiciens par exemple savent bien qu’ils ne parviendront pas au sommet de leur art sans un champion à admirer, un coach à pratiquer, un artiste référent, bref une école marquée par la personnalité de quelques-uns

Si nous choisissons des aveugles pour nous guider, que ce soit en politique, sport, littérature, musique ou religion, alors ne nous étonnons pas de devenir médiocres à leur image. Il s’agit en somme de bien choisir son chien d’aveugle pour ne plus être.

 

Voir clair

Paille2 maîtreMais qu’est-ce que voir clair, à l’inverse d’un guide aveugle ? L’enjeu de la parabole de la paille et de la poutre est bien de choisir quelqu’un qui voit clair pour nous guider. Pour ce faire, Jésus force le trait comme toujours dans ses paraboles. Une paille dans l’œil ? Bigre ! Un grain de poussière est déjà énorme. Il suffit à nous faire pleurer, cligner de l’œil sans arrêt, jusqu’à ce que les larmes ou la paupière parviennent à l’enlever. Mais nul n’a jamais ôté une paille entière de son œil ou d’un autre. Alors pour la poutre, c’est encore plus gros (si j’ose dire !) : impossible d’avoir une poutre digne de ce nom dans l’œil ! L’exagération est la même quand on dit que telle personne m’a tapé dans l’œil, ou que se tromper c’est se mettre le doigt dans l’œil jusqu’au coude…

FAUX-PROHHETES paille

Dans tous les cas, il s’agit de forcer le trait pour comprendre l’effet produit. Paille ou poutre empêchent d’y voir clair, et peuvent rendre borgne sinon aveugle. Jésus pense aux scribes et pharisiens : « Guides aveugles, qui arrêtez au filtre le moucheron et avalez le chameau ! » (Mt 23,24) [2]. Ils accablent le peuple de lourds fardeaux (les obligations rituelles de pureté, pour se vêtir, se nourrir etc.) qu’eux-mêmes ne peuvent pas porter (Mt 23, 14). Avec de tels maîtres, le risque est grand de tomber ensemble dans le trou de l’hypocrisie religieuse !

Nous pouvons penser aujourd’hui à tous ces maîtres improvisés dans les médias, les réseaux sociaux, les entreprises : accorder sa confiance à de tels ‘borgnes’ nous condamnerait à nous noyer avec eux dans l’inconsistance de leur pensée. Pourtant ils ont du succès, ces stars d’un instant ! On se rue à leur suite en s’abonnant à leur compte Twitter, en se précipitant dans leurs stages de développement personnel, en adoptant sans esprit critique leur dernière trouvaille managériale etc.

 

Exigence envers soi d’abord

Le retour de Garry Kasparov aux échecs - Photo © site officiel

À l’inverse, Jésus nous avertit que la tentation d’être le maître de l’autre, voire son sauveur, en lui enlevant sa paille de l’œil, est tout aussi dangereuse que de vouloir suivre un borgne ou un aveugle. N’est pas maître qui veut ! Il y faut des années de pratique et de labeur sur soi. 10% de génie et 90% de travail : c’est le cocktail gagnant des grands champions, que ce soit aux échecs ou au tennis, au judo ou au violon, en mathématiques ou en économie… Celui qui voudrait transformer les autres sans s’être transformé lui-même ne produirait pas de bons fruits. D’ailleurs, au désert en Égypte, les premiers moines ne cherchaient pas de disciples. Ceux qui voulaient devenir disciples les recherchaient eux, car ils étaient reconnus comme de vrais guides.
On raconte qu’un jour, un homme harcelait un abbé du désert pour qu’il l’adopte comme son élève. À chaque fois, le maître l’éconduisait sans rien dire. Une énième fois, n’en pouvant plus, il prit la tête de l’homme et la plongea sous l’eau jusqu’à ce qu’il étouffe. Le relâchant in extremis, il lui dit : « quand tu désireras me rejoindre plus que tu ne désirais respirer à moitié noyé, tu pourras revenir ».

Vouloir enlever la paille de l’œil de quelqu’un, c’est s’imposer comme son sauveur, et on sait tous les dégâts (psychologiques notamment) que cette posture engendre.

 

Conjuguer humilité et correction fraternelle

Notons bien que Jésus ne demande pas de renoncer à ôter la paille. Ôter la poutre en soi d’abord, mais ensuite assumer ses responsabilités de répondre du salut de son frère : « Si ton frère a péché contre toi, va,  reprends-le entre toi et lui seul; s’il t’écoute, tu auras gagné ton frère » (Mt 18,15).

Il faut tenir les deux ensemble : avertir quelqu’un de son péché pour qu’il s’en détourne sans l’avoir fait d’abord pour soi-même relève de l’hypocrisie. Ce n’est d’ailleurs pas crédible, car l’écart est visible aux yeux de tous entre ce qui est dit et ce qui est vécu. Pas de correction fraternelle sans humilité et exigence envers soi d’abord.

Mais réciproquement, pas de chemin personnel qui se désintéresse des impasses de l’autre. La sainteté n’est pas pour soi : elle diffuse d’elle-même, sans le vouloir. Elle rayonne, et éclaire les zones d’ombre de ceux qui s’approchent du saint, sans aucun jugement ni condamnation. « Venez voir, j’ai trouvé un homme qui m’a dit tout ce que j’ai fait ! », s’écrie toute joyeuse la Samaritaine qui enfin peut entendre qu’elle a consommé cinq hommes en vain sans pour autant en être jugée, mais pour en être libérée (Jn 4,29). La délicatesse et le tact avec lesquels Jésus lui enlève cette épine du pied, cette écharde dans sa chair, cette paille dans son œil sont la marque de sa bien-veillance exceptionnelle (au sens étymologique).

Cette bienveillance peut alors se conjuguer avec une très forte exigence : « ne pèche plus » dit Jésus à la femme adultère (Jn 8,10). C’est parce qu’il n’est pas aveugle – au contraire il voit clair en elle – que Jésus croie en la capacité de chacun à aimer. « Moi non plus je ne te condamne pas », car tu vaux plus à mes yeux que ton adultère, et tu ne te réduis pas à ce que tu as fait.

EX2balance poutre

S’il ne comporte ni jugement ni condamnation, mais espérance et amour, le geste d’ôter la paille établit entre les deux une relations d’entraide, de communion fraternelle qui ressemble furieusement à la communion des saints…

Quels maîtres allons-nous choisir ?
Comment allons-nous conjuguer bienveillance et exigence, et d’abord envers soi ?

 


[1]. Curieusement, la poutre et l’aveuglement sont les thèmes du texte de l’AT sur Élisée et les Syriens que nous avons déjà cité à propos de l’amour des ennemis (cf. 2Rois 6, 1-24).

[2]. L’Antiquité connaissait déjà cette comparaison. Ainsi Sénèque : « Vous avez remarqué des boutons chez autrui, vous qui êtes affligés de plusieurs ulcères. Ce qui est le fait de quelqu’un qui se moquerait des verrues des corps les plus beaux, tout en étant défiguré par la gale » (de Vita Beata, 27).

 

Lectures de la messe

Première lecture
« Ne fais pas l’éloge de quelqu’un avant qu’il ait parlé » (Si 27, 4-7)

Lecture du livre de Ben Sirac le Sage

Quand on secoue le tamis, il reste les déchets ; de même, les petits côtés d’un homme apparaissent dans ses propos. Le four éprouve les vases du potier ; on juge l’homme en le faisant parler. C’est le fruit qui manifeste la qualité de l’arbre ; ainsi la parole fait connaître les sentiments. Ne fais pas l’éloge de quelqu’un avant qu’il ait parlé, c’est alors qu’on pourra le juger.

Psaume
(Ps 91 (92), 2-3, 13-14, 15-16)
R/ Il est bon, Seigneur, de te rendre grâce !
(cf. Ps 91, 2)

Qu’il est bon de rendre grâce au Seigneur,
de chanter pour ton nom, Dieu Très-Haut,
d’annoncer dès le matin ton amour,
ta fidélité, au long des nuits !

Le juste grandira comme un palmier,
il poussera comme un cèdre du Liban ;
planté dans les parvis du Seigneur,
il grandira dans la maison de notre Dieu.

Vieillissant, il fructifie encore,
il garde sa sève et sa verdeur
pour annoncer : « Le Seigneur est droit !
Pas de ruse en Dieu, mon rocher ! »

Deuxième lecture
« Dieu nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus Christ » (1 Co 15, 54-58)

Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères, au dernier jour, quand cet être périssable aura revêtu ce qui est impérissable, quand cet être mortel aura revêtu l’immortalité, alors se réalisera la parole de l’Écriture : La mort a été engloutie dans la victoire. Ô Mort, où est ta victoire ? Ô Mort, où est-il, ton aiguillon ? L’aiguillon de la mort, c’est le péché ; ce qui donne force au péché, c’est la Loi. Rendons grâce à Dieu qui nous donne la victoire par notre Seigneur Jésus Christ. Ainsi, mes frères bien-aimés, soyez fermes, soyez inébranlables, prenez une part toujours plus active à l’œuvre du Seigneur, car vous savez que, dans le Seigneur, la peine que vous vous donnez n’est pas perdue.

Évangile

« Ce que dit la bouche, c’est ce qui déborde du cœur » (Lc 6, 39-45)
Alléluia. Alléluia.
Vous brillez comme des astres dans l’univers en tenant ferme la parole de vie. Alléluia. (Ph 2, 15d.16a)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus disait à ses disciples en parabole : « Un aveugle peut-il guider un autre aveugle ? Ne vont-ils pas tomber tous les deux dans un trou ? Le disciple n’est pas au-dessus du maître ; mais une fois bien formé, chacun sera comme son maître.

Qu’as-tu à regarder la paille dans l’œil de ton frère, alors que la poutre qui est dans ton œil à toi, tu ne la remarques pas ? Comment peux-tu dire à ton frère : ‘Frère, laisse-moi enlever la paille qui est dans ton œil’, alors que toi-même ne vois pas la poutre qui est dans le tien ? Hypocrite ! Enlève d’abord la poutre de ton œil ; alors tu verras clair pour enlever la paille qui est dans l’œil de ton frère.

Un bon arbre ne donne pas de fruit pourri ; jamais non plus un arbre qui pourrit ne donne de bon fruit. Chaque arbre, en effet, se reconnaît à son fruit : on ne cueille pas des figues sur des épines ; on ne vendange pas non plus du raisin sur des ronces. L’homme bon tire le bien du trésor de son cœur qui est bon ; et l’homme mauvais tire le mal de son cœur qui est mauvais : car ce que dit la bouche, c’est ce qui déborde du cœur. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,

Les commentaires sont desactivés.

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept