L'homelie du dimanche

26 février 2018

Le Corps-Temple

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Le Corps-Temple


Homélie pour le 3° Dimanche de Carême / Année B
04/03/2018

Cf. également :

De l’iconoclasme aux caricatures
Une Loi, deux tables, 10 paroles
Le principe de gratuité
Le Temple, la veuve, et la colère
La « réserve eschatologique »


L’affaire Harvey Weinstein à Hollywood, suivi de la campagne #MeToo sur les réseaux sociaux américains, relayée en France par le tag #BalanceTonPorc et les multiples scandales éclatant dans la foulée, tout cela n’en finit pas de nourrir les unes des médias occidentaux.

Le Corps-Temple dans Communauté spirituelleSimultanément, sans qu’il y ait de lien apparent, la thématique du bien-être animal devient une question de société de plus en plus prégnante. Les actions spectaculaires de l’association L214 * mettent en évidence les mauvais traitements, barbares parfois, infligés aux animaux dans certains abattoirs ou élevages. Les États généraux de l’alimentation ont soulevé une multitude d’interrogations autour de la qualité, la traçabilité et même l’éthique de la consommation animale. Végane, végétarien, flexitarien, carnivore welfariste ou assumé : les termes fleurissent pour traduire nos hésitations à mettre ou non de la viande dans nos assiettes.

Campagne anti-harcèlement et anti-viande : ces deux puissants courants sociaux auraient-il quelque chose en commun ? Malicieusement, l’évangile d’aujourd’hui (Jn 2, 13-25) peut fournir un trait d’union. Ce qui leur est commun, c’est la perception du corps. Corps humain / corps animal : quel statut ? quelle dignité ? quelle éthique pour l’utiliser, le respecter, le consommer (ne parlait-on pas autrefois de consommation du mariage ?) ?

j%C3%A9sus%2Bchsssant%2Bles%2Bmarchands animaux dans Communauté spirituelleEn effet, l’épisode des vendeurs chassés du Temple nous met sur cette voie. Imaginez un militant écolo issu d’un village obscur dérober un Caterpillar pour écrabouiller les boutiques de souvenirs autour des sanctuaires de Lourdes, et vous aurez une petite idée du choc que Jésus de Nazareth provoque volontairement auprès des pratiquants du Temple de Jérusalem ! Son objectif premier est sans nul doute de purifier la relation à Dieu de toute dimension marchande, de tout calcul donnant-donnant. Notons au passage que les animaux sacrifiés faisaient les frais de ces pratiques religieuses de substitution, où l’homme tue l’animal pour obtenir les grâces de son Dieu…

Le deuxième objectif de cet épisode ne s’est révélé qu’après Pâques aux disciples, lorsqu’ils se rappelèrent cette parole de Jésus : « détruisez ce Temple, et en trois jours je le relèverai ».

Après la résurrection, ils réfléchissent : « le temple dont il parlait, c’était son corps ».

Voilà donc un déplacement fondamental opéré par le Christ : passer du Temple au corps, du sacrifice des animaux à l’offrande de soi. Saint Paul, qui n’a pas vu le fouet de Jésus disperser les marchands, hérite pourtant de cette conception éminemment spirituelle du corps humain : « ne savez-vous pas que votre corps est le temple de l’Esprit ? » (1Co 6,19)

Pour le Nouveau Testament, la dignité du corps humain réside dans sa dimension spirituelle, et le corps animal n’a pas à être sacrifié sous prétexte d’intérêt supérieur comme la communion à Dieu.

Conception assez révolutionnaire du corps !

Héritée du judaïsme pour lequel l’être humain ne fait qu’un en trois composantes : esprit (nefesh en hébreu)  /souffle (ruah) /chair (bassar), cette vision du corps ira jusqu’à nourrir l’espérance folle de la résurrection de la chair, basée sur l’expérience des apôtres de la rencontre du « corps glorieux » du Ressuscité.
Résultat de recherche d'images pour "nefesh ruah bassar"Au cours des siècles, l’Église a certes confondu corps glorieux et anatomie, au point par exemple d’interdire la crémation ou le don d’organes jusqu’à très récemment, croyant que les membres actuels seraient promis à revivre… Mais elle a toujours maintenu la dignité inaliénable du corps humain, tabernacle de l’Esprit Saint. Ensuite, l’influence de la pensée grecque l’a détournée en Occident de cette vision unitaire d’origine, et les auteurs chrétiens ont peu à peu séparé le corps de l’âme (oubliant l’esprit), au point de faire du salut un schéma de sortie de ce corps (l’extase mystique, la mort corporelle) pour la rédemption de l’âme. Le corps était devenu prison, la chair tentation. Le puritanisme a prospéré sur une vision pessimiste du corps humain, lieu du péché, des passions égoïstes qu’il faut réprimer et combattre. Et c’est un curieux renversement de l’histoire qu’on puisse accuser les féministes d’aujourd’hui de retour au puritanisme (sécularisé) ! Pourtant, il n’y a nulle trace de combat contre le péché dans les campagnes de ces féministes. Le point commun avec le puritanisme serait peut-être une conception de la relation homme-femme placée d’emblée sous le signe de la domination (par le mal pour les uns, par le mâle pour les autres !) et donc source de défiance, réclamant règlements juridiques et impératifs moraux pour contenir le flot du désir.

The Risen Christ, detail from the Isenheim Altarpiece, by Matthias Grünewald« Le sanctuaire dont il parlait, c’était son corps » : pour les chrétiens, l’Incarnation du Verbe de Dieu donne au corps humain une noblesse incomparable, celle de porter la divinité, le souffle de l’Esprit devenant notre respiration la plus intime. Le drame de l’humanisme athée, refusant la cohabitation divine en quelque sorte, est de ne plus savoir sur quoi fonder la dignité du corps humain. S’il peut être utile aux avancées de la médecine, pourquoi ne pas l’utiliser, même vivant, pour des expériences de progrès ? pourquoi ne pas le louer pour porter l’enfant d’une autre ? S’il est vieux, malade, promis à la mort proche, pourquoi ne pas en soulager et le patient et la société ? S’il est dans les statistiques de handicap ou de graves malformations prénatales, pourquoi le faire naître ? S’il n’est pas désiré, pourquoi ne pas le supprimer pendant la grossesse ?

La sécularisation de la conception du corps humain arrive à ce paradoxe de le défendre de tout harcèlement (et c’est tant mieux) tout en l’éliminant systématiquement en début ou fin de vie, et bientôt en l’instrumentalisant au service de la santé ou du désir des plus riches…

 

Il est intéressant de souligner à nouveau qu’au Temple de Jérusalem, ce qui arrive au corps de Jésus (détruit par les hommes, reconstruit par Dieu) a des conséquences salutaires pour les animaux des sacrifices rituels ! Il suffit d’observer les rituels sanglants des musulmans égorgeant les moutons pour la fête de l’Aïd (en souvenir du bélier égorgé par Abraham à la place d’Isaac) pour prendre conscience que cette mentalité sacrificielle est toujours très présente dans toutes les cultures. Et que dire du rite d’égorgement des animaux où le sang doit couler pour que la viande soit casher ou halal ?

La libération apportée par le christianisme a fait un bien fou aux animaux ! François d’Assise prêchant aux oiseaux en est la figure la plus emblématique. En même temps, elle a déclaré purs tous les aliments qui sont impurs aujourd’hui encore pour les juifs ou les musulmans (porc, poisson sans écailles etc.).

Logo de l’associationLa question de savoir s’il est bon ou non de manger de la viande était inconnue en Palestine au temps de Jésus. Comme pour beaucoup de peuples, la viande était rare, mets de fête, jamais gaspillée. Alors, faut-il devenir végane, flexitarien, ou rester carnivore ? Là encore, Paul énonce une règle du discernement fort utile : « tout est permis, mais tout n’est pas profitable » (1Co 6,12). À chacun de savoir reconnaître ce qui est bon pour sa santé, ce qui convient à sa conception de l’animalité. À nous collectivement de faire progresser le respect de tout être vivant, l’équilibre alimentaire où nous ne serons pas prédateurs, mais partenaires des règnes animal et végétal (car les végétaux également font partie du vivant).

Les chrétiens quant à eux se souviendront que le corps est plus qu’un enjeu de santé ou d’éthique : c’est le lieu même de l’incarnation du Verbe en chacun.

Le Catéchisme de l’église catholique (1998) nous donne ainsi quelques points de repère sur l’éthique vis-à-vis des animaux, appelés à évoluer encore :

N° 2415 : Le septième commandement demande le respect de l’intégrité de la création. Les animaux, comme les plantes et les êtres inanimés, sont naturellement destinés au bien commun de l’humanité passée, présente et future (cf. Gn 1,28-31). L’usage des ressources minérales, végétales et animales de l’univers, ne peut être détaché du respect des exigences morales. La domination accordée par le Créateur à l’homme sur les êtres inanimés et les autres vivants n’est pas absolue; elle est mesurée par le souci de la qualité de la vie du prochain, y compris des générations à venir; elle exige un respect religieux de l’intégrité de la création (cf. CA 37-38). 

N° 2416 : Les animaux sont des créatures de Dieu. Celui-ci les entoure de sa sollicitude providentielle (cf. Mt 6,26). Par leur simple existence, ils le bénissent et lui rendent gloire (cf. Da 3,57-58). Aussi les hommes leur doivent-ils bienveillance. On se rappellera avec quelle délicatesse les saints, comme S. François d’Assise ou S. Philippe Neri, traitaient les animaux. 

N° 2417 : Dieu a confiés les animaux à la gérance de celui qu’Il a créé à son image (cf. Gn 2,19-20; Gn 9,1-4). Il est donc légitime de se servir des animaux pour la nourriture et la confection des vêtements. On peut les domestiquer pour qu’ils assistent l’homme dans ses travaux et dans ses loisirs. Si elles restent dans des limites raisonnables, les expérimentations médicales et scientifiques sur les animaux sont des pratiques moralement recevables, puisqu’elles contribuent à soigner ou épargner des vies humaines. 

N° 2418 : Il est contraire à la dignité humaine de faire souffrir inutilement les animaux et de gaspiller leurs vies. Il est également indigne de dépenser pour eux des sommes qui devraient en priorité soulager la misère des hommes. On peut aimer les animaux; on ne saurait détourner vers eux l’affection due aux seules personnes.

Continuons à témoigner de la grandeur du corps humain comme du corps animal dans la révélation chrétienne !

__________________________________

[*] . L’association tire son nom de l’article L214-1 du Code rural dans lequel les animaux sont pour la première fois désignés comme « êtres sensibles » dans le droit français : « Tout animal étant un être sensible doit être placé par son propriétaire dans des conditions compatibles avec les impératifs biologiques de son espèce ».

 

 

Lectures de la messe

Première lecture
La Loi fut donnée par Moïse (Ex 20, 1-17)
Lecture du livre de l’Exode

En ces jours-là, sur le Sinaï, Dieu prononça toutes les paroles que voici : « Je suis le Seigneur ton Dieu, qui t’ai fait sortir du pays d’Égypte, de la maison d’esclavage. Tu n’auras pas d’autres dieux en face de moi. Tu ne feras aucune idole, aucune image de ce qui est là-haut dans les cieux, ou en bas sur la terre, ou dans les eaux par-dessous la terre. Tu ne te prosterneras pas devant ces dieux, pour leur rendre un culte. Car moi, le Seigneur ton Dieu, je suis un Dieu jaloux : chez ceux qui me haïssent, je punis la faute des pères sur les fils, jusqu’à la troisième et la quatrième génération ; mais ceux qui m’aiment et observent mes commandements, je leur montre ma fidélité jusqu’à la millième génération. Tu n’invoqueras pas en vain le nom du Seigneur ton Dieu, car le Seigneur ne laissera pas impuni celui qui invoque en vain son nom.
Souviens-toi du jour du sabbat pour le sanctifier. Pendant six jours tu travailleras et tu feras tout ton ouvrage ; mais le septième jour est le jour du repos, sabbat en l’honneur du Seigneur ton Dieu : tu ne feras aucun ouvrage, ni toi, ni ton fils, ni ta fille, ni ton serviteur, ni ta servante, ni tes bêtes, ni l’immigré qui est dans ta ville. Car en six jours le Seigneur a fait le ciel, la terre, la mer et tout ce qu’ils contiennent, mais il s’est reposé le septième jour. C’est pourquoi le Seigneur a béni le jour du sabbat et l’a sanctifié.
Honore ton père et ta mère, afin d’avoir longue vie sur la terre que te donne le Seigneur ton Dieu. Tu ne commettras pas de meurtre. Tu ne commettras pas d’adultère. Tu ne commettras pas de vol. Tu ne porteras pas de faux témoignage contre ton prochain. Tu ne convoiteras pas la maison de ton prochain ; tu ne convoiteras pas la femme de ton prochain, ni son serviteur, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne : rien de ce qui lui appartient. »

Psaume
(18b (19), 8, 9, 10, 11)
R/ Seigneur, tu as les paroles de la vie éternelle. (Jn 6, 68c)

La loi du Seigneur est parfaite,
qui redonne vie ;
la charte du Seigneur est sûre,
qui rend sages les simples.

Les préceptes du Seigneur sont droits,
ils réjouissent le cœur ;
le commandement du Seigneur est limpide,
il clarifie le regard.

La crainte qu’il inspire est pure,
elle est là pour toujours ;
les décisions du Seigneur sont justes
et vraiment équitables :

plus désirables que l’or,
qu’une masse d’or fin,
plus savoureuses que le miel
qui coule des rayons.

Deuxième lecture
« Nous proclamons un Messie crucifié, scandale pour les hommes, mais pour ceux que Dieu appelle, il est sagesse de Dieu » (1 Co 1, 22-25)
Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères, alors que les Juifs réclament des signes miraculeux, et que les Grecs recherchent une sagesse, nous, nous proclamons un Messie crucifié, scandale pour les Juifs, folie pour les nations païennes. Mais pour ceux que Dieu appelle, qu’ils soient juifs ou grecs, ce Messie, ce Christ, est puissance de Dieu et sagesse de Dieu. Car ce qui est folie de Dieu est plus sage que les hommes, et ce qui est faiblesse de Dieu est plus fort que les hommes.

Évangile
« Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai » (Jn 2, 13-25)

Gloire au Christ, Sagesse éternelle du Dieu vivant. Gloire à toi, Seigneur.
Dieu a tellement aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que ceux qui croient en lui aient la vie éternelle.
Gloire au Christ, Sagesse éternelle du Dieu vivant. Gloire à toi, Seigneur.  (Jn 3, 16)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean
Comme la Pâque juive était proche, Jésus monta à Jérusalem. Dans le Temple, il trouva installés les marchands de bœufs, de brebis et de colombes, et les changeurs. Il fit un fouet avec des cordes, et les chassa tous du Temple, ainsi que les brebis et les bœufs ; il jeta par terre la monnaie des changeurs, renversa leurs comptoirs, et dit aux marchands de colombes : « Enlevez cela d’ici. Cessez de faire de la maison de mon Père une maison de commerce. » Ses disciples se rappelèrent qu’il est écrit : L’amour de ta maison fera mon tourment. Des Juifs l’interpellèrent : « Quel signe peux-tu nous donner pour agir ainsi ? » Jésus leur répondit : « Détruisez ce sanctuaire, et en trois jours je le relèverai. » Les Juifs lui répliquèrent : « Il a fallu quarante-six ans pour bâtir ce sanctuaire, et toi, en trois jours tu le relèverais ! » Mais lui parlait du sanctuaire de son corps.
Aussi, quand il se réveilla d’entre les morts, ses disciples se rappelèrent qu’il avait dit cela ; ils crurent à l’Écriture et à la parole que Jésus avait dite. Pendant qu’il était à Jérusalem pour la fête de la Pâque, beaucoup crurent en son nom, à la vue des signes qu’il accomplissait. Jésus, lui, ne se fiait pas à eux, parce qu’il les connaissait tous et n’avait besoin d’aucun témoignage sur l’homme ; lui-même, en effet, connaissait ce qu’il y a dans l’homme.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , , ,

Les commentaires sont desactivés.

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept