L'homelie du dimanche

  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2017

29 octobre 2017

Toussaint : la mort comme un poème

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 22 h 00 min

Toussaint : la mort comme un poème

 

Cf. également :

Toussaint : un avenir urbain et unitaire

Toussaint alluvionnaire

Les cimetières de la Toussaint 

Tous un : la Toussaint, le cimetière, et l’Église… 

Toussaint d’en-haut, Toussaint d’en-bas 

Toussaint : le bonheur illucide 

 

Une fois n’est pas coutume : laissons la parole à un poète pour nous introduire dans la tonalité si particulière de cette belle fête de Toussaint, que Verlaine désigne si justement comme « notre double fête à tous ».

 

Ces vrais vivants qui sont les saints,

Et les vrais morts qui seront nous,

C’est notre double fête à tous,

Comme la fleur de nos desseins,

 

Comme le drapeau symbolique

Que l’ouvrier plante gaîment

Au faite neuf du bâtiment,

Mais, au lieu de pierre et de brique,

 

C’est de notre chair qu’il s’agit,

Et de notre âme en ce nôtre œuvre

Qui, narguant la vieille couleuvre,

À force de travaux surgit.

 

Notre âme et notre chair domptées

Par la truelle et le ciment

Du patient renoncement

Et des heures dûment comptées.

 

4966 Novembre 2012  pour tous Mais il est des âmes encor,

Il est des chairs encore comme

En chantier, qu’à tort on dénomme

Les morts, puisqu’ils vivent, trésor

 

Au repos, mais que nos prières

Seulement peuvent monnayer

Pour, l’architecte, l’employer

Aux grandes dépenses dernières.

 

Prions, entre les morts, pour maints

De la terre et du Purgatoire,

Prions de façon méritoire

Ceux de là-haut qui sont les saints.

 

Paul Verlaine (1844-1896)

Recueil : Liturgies intimes (1892).

 

 

LECTURES DE LA MESSE

 1ère lecture : « Voici une foule immense que nul ne pouvait dénombrer, une foule de toutes nations, tribus, peuples et langues » (Ap 7, 2-4.9-14)
Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

Moi, Jean, j’ai vu un ange qui montait du côté où le soleil se lève, avec le sceau qui imprime la marque du Dieu vivant ; d’une voix forte, il cria aux quatre anges qui avaient reçu le pouvoir de faire du mal à la terre et à la mer : « Ne faites pas de mal à la terre, ni à la mer, ni aux arbres, avant que nous ayons marqué du sceau le front des serviteurs de notre Dieu. » Et j’entendis le nombre de ceux qui étaient marqués du sceau : ils étaient cent quarante-quatre mille, de toutes les tribus des fils d’Israël. Après cela, j’ai vu : et voici une foule immense, que nul ne pouvait dénombrer, une foule de toutes nations, tribus, peuples et langues. Ils se tenaient debout devant le Trône et devant l’Agneau, vêtus de robes blanches, avec des palmes à la main. Et ils s’écriaient d’une voix forte : « Le salut appartient à notre Dieu qui siège sur le Trône et à l’Agneau ! » Tous les anges se tenaient debout autour du Trône, autour des Anciens et des quatre Vivants ; se jetant devant le Trône, face contre terre, ils se prosternèrent devant Dieu. Et ils disaient : « Amen ! Louange, gloire, sagesse et action de grâce, honneur, puissance et force à notre Dieu, pour les siècles des siècles ! Amen ! » L’un des Anciens prit alors la parole et me dit : « Ces gens vêtus de robes blanches, qui sont-ils, et d’où viennent-ils ? » Je lui répondis : « Mon seigneur, toi, tu le sais. » Il me dit : « Ceux-là viennent de la grande épreuve ; ils ont lavé leurs robes, ils les ont blanchies par le sang de l’Agneau. »

Psaume : Ps 23 (24), 1-2, 3-4ab, 5-6
R/ Voici le peuple de ceux qui cherchent ta face, Seigneur. (cf. Ps 23, 6)

Au Seigneur, le monde et sa richesse,
la terre et tous ses habitants !
C’est lui qui l’a fondée sur les mers
et la garde inébranlable sur les flots.

Qui peut gravir la montagne du Seigneur
et se tenir dans le lieu saint ?
L’homme au cœur pur, aux mains innocentes,
qui ne livre pas son âme aux idoles.

Il obtient, du Seigneur, la bénédiction,
et de Dieu son Sauveur, la justice.
Voici le peuple de ceux qui le cherchent,
qui cherchent la face de Dieu de Jacob !

2ème lecture : « Nous verrons Dieu tel qu’il est » (1 Jn 3, 1-3)
Lecture de la première lettre de saint Jean

Bien-aimés, voyez quel grand amour nous a donné le Père pour que nous soyons appelés enfants de Dieu – et nous le sommes. Voici pourquoi le monde ne nous connaît pas : c’est qu’il n’a pas connu Dieu. Bien-aimés, dès maintenant, nous sommes enfants de Dieu, mais ce que nous serons n’a pas encore été manifesté. Nous le savons : quand cela sera manifesté, nous lui serons semblables car nous le verrons tel qu’il est. Et quiconque met en lui une telle espérance se rend pur comme lui-même est pur.

Evangile : « Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! » (Mt 5, 1-12a)

 Acclamation : Alléluia. Alléluia. Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau,
dit le Seigneur, et moi, je vous procurerai le repos. 
Alléluia. (Mt 11, 28)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, voyant les foules, Jésus gravit la montagne. Il s’assit, et ses disciples s’approchèrent de lui. Alors, ouvrant la bouche, il les enseignait. Il disait : « Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux. Heureux ceux qui pleurent, car ils seront consolés. Heureux les doux, car ils recevront la terre en héritage. Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, car ils seront rassasiés. Heureux les miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde. Heureux les cœurs purs, car ils verront Dieu. Heureux les artisans de paix, car ils seront appelés fils de Dieu. Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice, car le royaume des Cieux est à eux. Heureux êtes-vous si l’on vous insulte, si l’on vous persécute et si l’on dit faussement toute sorte de mal contre vous, à cause de moi. Réjouissez-vous, soyez dans l’allégresse, car votre récompense est grande dans les cieux ! »
Patrick Braud

Mots-clés : , ,

23 octobre 2017

La bourse et la vie

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

La bourse et la vie


Homélie du 30° Dimanche ordinaire / Année A

29/10/2017

Cf. également :

Le cognac de la foi

L’amour du prochain et le « care »

Trompez l’Argent trompeur !

La 12° ânesse

 

 La question du prêt à intérêt

La question du prêt à intérêt en Europe est fascinante.

Elle a paradoxalement stigmatisé les juifs en leur réservant les métiers de l’argent jusque dans le haut Moyen Âge. Elle a du coup nourri un antisémitisme profane – distinct de l’antisémitisme religieux – qui perdure encore aujourd’hui (dans les pays musulmans par exemple). Elle est à l’origine de l’invention du purgatoire – mais oui ! – qui marque les esprits depuis des siècles. Elle a contribué à la défiance catholique envers l’argent et les métiers de l’argent, alors que les protestants, par un retour à l’Ancien Testament, y verront plutôt une source de bénédiction divine. Par son évolution au sein de l’Église catholique, la question du prêt à intérêt montre avec force que le sens de la foi des fidèles a finalement raison des raideurs idéologiques et institutionnelles de l’appareil ecclésial.

Tout cela à partir des quelques lignes de l’Exode (Ex 22, 20-26) :
« 
Si tu prêtes de l’argent à quelqu’un de mon peuple, à un pauvre parmi tes frères, tu n’agiras pas envers lui comme un usurier : tu ne lui imposeras pas d’intérêts. » 

Sans trop entrer dans le détail, évoquons à grands traits la postérité économique et sociale de la première lecture de ce dimanche.

 

Les métiers de l’argent réservé aux juifs

Dans le texte de l’Exode comme dans ses parallèles, l’interdiction du prêt à intérêt n’existe que pour « quelqu’un de mon peuple », un « frère ». Il est donc permis un juif de prêter à un non-juif. Alors que les chrétiens, élargissant la notion de peuple élu à toute l’humanité, ne peuvent prêter à personne – du moins tant qu’on se cantonne à une interprétation très littérale du texte – car tous ne sont qu’un seul peuple sauvé en Christ. Voulant respecter à la lettre cet interdit de l’Exode, les chrétiens ont donc demandé aux juifs d’assurer pour eux le prêt à intérêt, et par extension les métiers de la finance et de la banque. Des Lombards de Gênes aux Rothschild aujourd’hui, l’Europe s’est remplie de dynasties familiales juives régnant sur la finance parce que les chrétiens se croyaient interdits de les pratiquer !

La bourse et la vie dans Communauté spirituelle

Un antisémitisme profane

Histoire de l'antisémitisme - couverture livre occasionOn comprend alors qu’un certain sentiment de jalousie (car être banquier rend riche) et de méfiance (ce monopole ne s’exerce-t-il pas à nos dépens ?) ou de soupçon (que font-ils de tout ce pouvoir ?) a peu à peu envahi le corps social. Il y avait dès l’origine – hélas – un antisémitisme chrétien, relayé par certains Pères de l’Église, qui accusaient les juifs d’être un « peuple déicide ». Vint s’ajouter un autre antisémitisme, profane celui-là : on accuse les juifs d’être perfides, exploiteurs de la précarité des pauvres, tribu financière dangereuse répandue dans tous les pays, échappant à tout contrôle. La rencontre de ces haines alimentera les pogroms, les discriminations, et plus tard le terrifiant fantasme hitlérien de la « juiverie internationale ».
Déminer la question du prêt à intérêt, c’est donc combattre l’antisémitisme !

 

Le mépris catholique pour l’argent

Déléguant aux juifs les métiers du prêt et de la finance, les reléguant par la même dans un ghetto professionnel qui engendrera les autres ghettos, les chrétiens se sont radicalisés très vite au sujet de l’argent. Ils voulaient suivre davantage le choix de Jésus pour la pauvreté volontaire et ses invectives contre les riches que les vieux textes bibliques parlant de la richesse comme d’une bénédiction divine. La vie monastique qui a révolutionné l’Europe en se répandant comme une traînée de poudre était basée sur cet idéal évangélique de pauvreté. Interdire le prêt à intérêt aux chrétiens, c’était leur désigner une autre voie que « l’argent sale » de Mitterrand ou le « fumier du diable » du Pape François, et dévaloriser tout ce qui était tourné vers l’accroissement des richesses. Les protestants au XVI° siècle tournèrent le dos à cette interprétation notamment grâce au retour à l’Ancien Testament où le salut se lit dans la prospérité matérielle accordée par Dieu [1].

 

L’invention du Purgatoire

Jacques Le Goff - La Bourse et la vie - Economie et religion au Moyen Age.Au fur et à mesure des siècles, l’Europe a quitté l’économie de subsistance, celle de l’époque de Jésus, pour se lancer dans une économie de croissance, d’abondance, de progrès, de multiplication des activités de production, de commerce et d’échanges. Impossible de développer cette économie sans des banques solides, sans des financiers habiles. Pourquoi laisser cette manne aux seuls juifs ? Très vite, de plus en plus de chrétiens se sont lancés dans des techniques de lettres de change, d’avoirs, de documents en tout genre pour contourner l’interdiction (papale) du prêt à intérêt tout en agrandissant leurs affaires. Ces pratiques se généralisèrent tellement, et de bonne foi, que Rome ne pouvait plus continuer à les ignorer ou à les condamner. Pouvait-on persister à affirmer que les banquiers iraient en enfer, seraient damnés à cause du prêt à intérêt ? Des théologiens ont eu une trouvaille astucieuse pour menacer toujours les banquiers du feu de l’enfer sans les y expédier en fait : le Purgatoire ! En effet, où mettre ces pécheurs publics dans l’au-delà ? En enfer ? Mais l’opinion publique ne comprend plus, et les intéressés n’ont plus conscience de violer la loi de Dieu en faisant leur métier. Au paradis comme les autres ? Mais il faut marquer le coup pour leur lancer un sérieux avertissement. C’est donc en purgatoire, ce lieu intermédiaire imaginé spécialement pour eux, qu’on les mettra [2]. Pas tout à fait sauvés parce qu’en attente du Paradis, ils souffriront à cause de leur amour de l’argent sur cette terre. Pas damnés non plus car dans l’antichambre du ciel, ils seront reconnaissants à l’Église de les avoir finalement inclus dans le nombre des élus… Ainsi, ils pouvaient garder et la bourse et la vie (éternelle) !

La notion de purgatoire a connu un tel succès – et on comprend pourquoi – qu’elle s’est généralisée à d’autres catégories de pécheurs. Mais c’est aux banquiers enfreignant l’interdiction du prêt à intérêt qu’on le doit. Comme quoi la théologie et la spiritualité se nourrissent des évènements de la vie économique…

 

Le sens de la foi des fidèles

Le Sensus fidei dans la vie de l'EgliseOn l’a dit : l’opinion publique dans l’Église s’est peu à peu convertie à un usage raisonné du prêt, de la finance, des banques. Et cela sans y voir de péché. La raideur doctrinale de Rome condamnant tout métier d’argent devenait intenable devant la bonne foi du peuple. Des théologiens – encore eux – opérèrent alors une distinction fondamentale entre le prêt et l’usure. Dans une société statique comme Israël après l’Exode, le prêt et l’usure peuvent être confondus. Dans une économie dynamique comme celle des marchands du capitalisme naissant aux X°-XIII° siècle, les chrétiens ont senti d’instinct que prêter pour anticiper et soutenir la création de richesses étaient fort différents d’exploiter les pauvres en leur prêtant à des taux usuriers (des taux de 30 % et plus n’étaient pas rares à l’époque). Distinguant le prêt de l’usure, l’Église a pu encourager le premier tout en continuant à condamner la deuxième. Les théologiens ajoutèrent à cette distinction cinq bonnes raisons [3] - bibliquement compatibles – de rémunérer un prêt, et le tour était joué !

Il fera cependant attendre le XIX° siècle, et le XX° siècle explicitement, pour que l’interdit soit levé ! Comme quoi le sens de la foi des fidèles défini par le concile Vatican II [4] finit toujours par vaincre les raideurs de l’institution ecclésiale.

Une application de ce même principe pourrait d’ailleurs transformer la position de l’Église sur la contraception ou la PMA. Les couples qui pratiquent en toute bonne foi une contraception chimique ont conscience de ne pas pécher. La position officielle est alors contrainte d’évoluer, sous peine d’un divorce grandissant…

 

Nous sommes loin d’avoir épuisé le sujet avec ces quelques flashes sur l’histoire du prêt à intérêt depuis l’Exode ! Il faudrait y adjoindre les débats sur le temps (prêter, c’est vouloir maîtriser le temps qui n’appartient qu’à Dieu, pensaient les théologiens) ou sur la nature de l’argent (il ne peut ni ne doit faire des petits par lui-même, pensaient les Anciens) etc.

Et dire que notre première lecture abordait également les questions – oh combien actuelles ! - de la place des migrants dans de société, de l’option préférentielle pour les pauvres (défendre la veuve et l’orphelin)…

L’amour dont parle la Bible est autant économique, social et politique qu’affectif et personnel !

Prêt à intérêt

 


[1]. Cf. Max Weber, L’Éthique protestante et l’esprit du capitalisme, 1905.

[2] . cf. J. Le Goff, La Bourse et la Vie, éd. Hachette Littératures, 1986.

[3] . Deux excuses sont liées à la notion d’intérêt : le lucrum cessans (cessation d’un bénéfice) et le damnum emergens (préjudice subi) ; la troisième fait ressortir la notion de rémunération d’un travail bancaire (stipendium labori) ; les deux dernières innovent en parlant du risque encouru : le periculum sortis (risque de perdre le prêt) et le ratio incertitudinis (danger de perdre le capital).

[4] . « La collectivité des fidèles, ayant l’onction qui vient du Saint (cf. 1Jn 2,20; 1Jn 2,27), ne peut se tromper dans la foi ; ce don particulier qu’elle possède, elle le manifeste par le moyen du sens surnaturel de foi qui est celui du peuple tout entier, lorsque, « des évêques jusqu’aux derniers des fidèles laïcs »(8) elle apporte aux vérités concernant la foi et les mœurs un consentement universel. Grâce en effet à ce sens de la foi qui est éveillé et soutenu par l’Esprit de vérité, et sous la conduite du magistère sacré, qui permet, si on obéit fidèlement, de recevoir non plus une parole humaine, mais véritablement la parole de Dieu (cf. 1Th 2,13), le peuple de Dieu s’attache indéfectiblement à la foi transmise aux saints une fois pour toutes (cf. Jud 1,3 ), il y pénètre plus profondément en l’interprétant comme il faut et dans sa vie la met plus parfaitement en œuvre. » Lumen Gentium n°12

 

 

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE
« Si tu accables la veuve et l’orphelin, ma colère s’enflammera » (Ex 22, 20-26)
Lecture du livre de l’Exode

Ainsi parle le Seigneur : « Tu n’exploiteras pas l’immigré, tu ne l’opprimeras pas, car vous étiez vous-mêmes des immigrés au pays d’Égypte. Vous n’accablerez pas la veuve et l’orphelin. Si tu les accables et qu’ils crient vers moi, j’écouterai leur cri. Ma colère s’enflammera et je vous ferai périr par l’épée : vos femmes deviendront veuves, et vos fils, orphelins.Si tu prêtes de l’argent à quelqu’un de mon peuple, à un pauvre parmi tes frères, tu n’agiras pas envers lui comme un usurier : tu ne lui imposeras pas d’intérêts. Si tu prends en gage le manteau de ton prochain, tu le lui rendras avant le coucher du soleil. C’est tout ce qu’il a pour se couvrir ; c’est le manteau dont il s’enveloppe, la seule couverture qu’il ait pour dormir. S’il crie vers moi, je l’écouterai, car moi, je suis compatissant ! »

PSAUME
(Ps 17 (18), 2-3, 4.20, 47.51ab)
R/ Je t’aime, Seigneur, ma force. (Ps 17, 2a)

Je t’aime, Seigneur, ma force :
Seigneur, mon roc, ma forteresse,

Dieu mon libérateur, le rocher qui m’abrite,
mon bouclier, mon fort, mon arme de victoire !

Louange à Dieu ! Quand je fais appel au Seigneur,
je suis sauvé de tous mes ennemis.

Lui m’a dégagé, mis au large,
il m’a libéré, car il m’aime.

Vive le Seigneur ! Béni soit mon Rocher !
Qu’il triomphe, le Dieu de ma victoire !

Il donne à son roi de grandes victoires,
il se montre fidèle à son messie.

 

DEUXIÈME LECTURE
« Vous vous êtes convertis à Dieu en vous détournant des idoles afin de servir Dieu et d’attendre son Fils » (1 Th 1, 5c-10)
Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Thessaloniciens

Frères, vous savez comment nous nous sommes comportés chez vous pour votre bien. Et vous-mêmes, en fait, vous nous avez imités, nous et le Seigneur, en accueillant la Parole au milieu de bien des épreuves, avec la joie de l’Esprit Saint. Ainsi vous êtes devenus un modèle pour tous les croyants de Macédoine et de Grèce. Et ce n’est pas seulement en Macédoine et en Grèce qu’à partir de chez vous la parole du Seigneur a retenti, mais la nouvelle de votre foi en Dieu s’est si bien répandue partout que nous n’avons pas besoin d’en parler. En effet, les gens racontent, à notre sujet, l’accueil que nous avons reçu chez vous ; ils disent comment vous vous êtes convertis à Dieu en vous détournant des idoles, afin de servir le Dieu vivant et véritable, et afin d’attendre des cieux son Fils qu’il a ressuscité d’entre les morts, Jésus, qui nous délivre de la colère qui vient.

 

ÉVANGILE
« Tu aimeras le Seigneur ton Dieu, et ton prochain comme toi-même » (Mt 22, 34-40)
Alléluia. Alléluia. Si quelqu’un m’aime, il gardera ma parole, dit le Seigneur ; mon Père l’aimera, et nous viendrons vers lui.
Alléluia. (Jn 14, 23)
Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, les pharisiens, apprenant que Jésus avait fermé la bouche aux sadducéens, se réunirent, et l’un d’entre eux, un docteur de la Loi, posa une question à Jésus pour le mettre à l’épreuve : « Maître, dans la Loi, quel est le grand commandement ? » Jésus lui répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton cœur,de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement. Et le second lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. De ces deux commandements dépend toute la Loi, ainsi que les Prophètes. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , ,

16 octobre 2017

Résistez à la dictature du format court !

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Résistez à la dictature du format court !


Homélie du 29° Dimanche ordinaire / Année A

22/10/2017

Cf. également :

Refusez la pression fiscale !

« Tous pourris » ?

Le but est déjà dans le chemin

Le chien retourne toujours à son vomi


bird, communication, logo, network, tweet, twitter iconDepuis son élection, Donald Trump affole le monde avec ses tweets à l’emporte-pièce. Des petites phrases du président Macron alimentent elles aussi les controverses en France. En entreprise, on vous dit de ne pas écrire plus d’un A4 pour être lu si vous devez faire une note, ou de synthétiser votre étude en une slide pour le lecteur pressé. Dans une interview politique, le ou la journaliste coupe la parole sans cesse après 15 secondes, et demande régulièrement à son interlocuteur : ‘êtes-vous pour ou contre… ?’ ; ‘il vous reste 30 secondes pour exprimer votre point de vue’ etc. Ajouter à cela les SMS, rendus abscons et cryptés à force d’être raccourcis, et vous comprendrez ce que représente l’impératif caché de notre temps : faire court.

Le piège dans lequel on veut faire tomber Jésus dans l’évangile de ce dimanche (Mt 22, 15-21) est Résistez à la dictature du format court ! dans Communauté spirituelle massa_meriba_2exactement le même : « oui ou non, est-il permis de payer l’impôt à l’empereur ? » Les mâchoires du piège sont faciles à deviner : réponds oui et nous te dénoncerons à la foule comme collaborateur de l’occupant romain ; réponds non et nous te dénoncerons à César comme séditieux et rebelle. Le formalisme du piège mérite d’être clairement exposé, car c’est cela qui lui donne toute sa force. Les opposants veulent ici enfermer Jésus dans la dictature du format court que nous voyons à l’œuvre tout autour de nous. Comme quoi, malgré les réseaux sociaux et l’informatique et Internet, « il n’y a rien de nouveau sous le soleil » (Qo 1,9)… Jésus d’ailleurs a dû se souvenir d’un passage de l’Exode où le peuple tend ce piège à Dieu en le provoquant à faire jaillir de l’eau en plein désert : « Moïse donna à ce lieu le nom de Massa et Meriba (querelle et épreuve), parce que les Israélites cherchèrent querelle et parce qu’ils mirent Yahvé à l’épreuve en disant: ‘Yahvé est-il au milieu de nous, ou non ?’ » (Ex 17,7). Cette défiance du peuple provoquant son Dieu, réclamant une réponse immédiate et tranchée (« oui ou non ») est tellement suicidaire que Dieu les obligera à cheminer pendant 40 ans dans le désert pour apprendre ce que marcher avec Lui signifie…

Bien souvent, lorsque que nous voulons témoigner du Christ, ou lorsqu’on nous demande de « rendre compte de l’espérance qui est en nous » (1P 3,16), on nous enferme plus ou moins volontairement dans cette soi-disant obligation du format court : ‘oui ou non le Christ est-il ressuscité ?’ ‘Es-tu pour ou contre l’avortement ?’ ‘Crois-tu en Dieu oui ou non ?’ Etc.

Oui Non — photo de stock

Avec sagesse et habileté, Jésus refuse d’endosser cette caricature de débat. On lui demande de faire court : montrezmoilamonnaiedelimpt dictature dans Communauté spirituelleil va faire autrement. Au raisonnement binaire, il va substituer un raisonnement symbolique (« va chercher une pièce de monnaie »). À l’alternative oui/non, bien/mal, noir/blanc qui correspond si bien à notre ère digitale faite de 0 et de 1, Jésus va répondre par une logique d’interrogation : « de qui est l’effigie et l’inscription sur la pièce de monnaie ? » Plutôt que d’asséner sa réponse pour l’imposer à l’autre, Jésus amène son contradicteur à réfléchir avec lui, à s’interroger et à trouver par lui-même sa propre solution. Même sa conclusion n’est pas une réponse au sens de la case à cocher d’un QCM (questionnaire à choix multiples) : « rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu ». Cette pirouette finale a pour but de ne pas clore le chemin parcouru. Elle est suffisamment énigmatique pour continuer à faire réfléchir, à interroger. D’ailleurs, tout au long des siècles, cette célébrissime maxime a été interprétée de bien des manières : théorie des deux glaives (spirituel et temporel) en Occident, théorie de la symphonie des pouvoirs en Orient (cf. l’aigle russe bicéphale), ou plus récemment théorie de la laïcité d’inspiration chrétienne, cette non-réponse n’en finit pas de susciter bien des pratiques différentes !

Elle est sans doute destinée à cela. Ne pas figer la vérité, obliger à la repenser à chaque fois, à chaque époque, pour chacun… : la sagesse évangélique n’a rien d’une dictature, elle est beaucoup plus une pédagogie du cheminement.

 

Alors, prions l’Esprit du Christ pour qu’il nous donne d’entrer en résistance contre la dictature du format court !

La madeleine de Proust ne peut se décrire en 140 caractères.
Les SMS ne remplaceront jamais de vraies lettres d’amitié ou d’amour, forcément plus longues.
L’œuvre de Joseph Schumpeter ou de Karl Popper ne peut se résumer en une slide.
Une citation de Baudelaire ne suffit pas pour goûter Baudelaire…
41J87S9Y81L._SX316_BO1,204,203,200_ Jésus
Celui qui n’a pas pendant des heures cultivé le dur labeur d’entrer dans une pensée volumineuse, subtile, complexe, risque fort de réduire sa propre pensée à des mots d’ordre simplistes et dangereux.
Il y a bien quelques formats courts dans la Bible : pensez au livre des Proverbes, à quelques psaumes, à quelques versets lapidaires. Mais ils ne sont jamais à séparer du reste. Mâcher et ruminer l’Écriture dans son entièreté est l’affaire d’une vie de croyant, de chercheur de Dieu.

La prochaine fois que vous sentirez les mâchoires du piège se refermer sur vous : « oui ou non, est-il permis de… ? », pensez à l’impôt dû à César et à l’habile contre-pied du Christ. Par le symbolique (la pièce de monnaie), l’interrogation (de qui sont l’image et le texte ?) et la pédagogie du cheminement, résistez à la dictature du format court que des gens trop pressés voudraient vous imposer.

 

 

LECTURES DE LA MESSE

Première lecture
« J’ai pris Cyrus par la main pour lui soumettre les nations » (Is 45, 1.4-6)
Lecture du livre du prophète Isaïe
Ainsi parle le Seigneur à son messie, à Cyrus, qu’il a pris par la main pour lui soumettre les nations et désarmer les rois, pour lui ouvrir les portes à deux battants, car aucune porte ne restera fermée : « À cause de mon serviteur Jacob, d’Israël mon élu, je t’ai appelé par ton nom, je t’ai donné un titre, alors que tu ne me connaissais pas. Je suis le Seigneur, il n’en est pas d’autre : hors moi, pas de Dieu. Je t’ai rendu puissant, alors que tu ne me connaissais pas, pour que l’on sache, de l’orient à l’occident, qu’il n’y a rien en dehors de moi. Je suis le Seigneur, il n’en est pas d’autre. »

Psaume
(Ps 95 (96), 1.3, 4-5, 7-8, 9-10ac)
R/ Rendez au Seigneur la gloire et la puissance. (Ps 95, 7b)

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
chantez au Seigneur, terre entière,
racontez à tous les peuples sa gloire,
à toutes les nations ses merveilles !

Il est grand, le Seigneur, hautement loué,
redoutable au-dessus de tous les dieux :
néant, tous les dieux des nations !
Lui, le Seigneur, a fait les cieux.

Rendez au Seigneur, familles des peuples,
rendez au Seigneur la gloire et la puissance,
rendez au Seigneur la gloire de son nom.
Apportez votre offrande, entrez dans ses parvis.

Adorez le Seigneur, éblouissant de sainteté :
tremblez devant lui, terre entière.
Allez dire aux nations : « Le Seigneur est roi ! »
Il gouverne les peuples avec droiture.

Deuxième lecture
« Nous nous souvenons de votre foi, de votre charité, de votre espérance » (1 Th 1, 1-5b)
Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Thessaloniciens

Paul, Silvain et Timothée, à l’Église de Thessalonique qui est en Dieu le Père et dans le Seigneur Jésus Christ. À vous, la grâce et la paix. À tout moment, nous rendons grâce à Dieu au sujet de vous tous, en faisant mémoire de vous dans nos prières. Sans cesse, nous nous souvenons que votre foi est active, que votre charité se donne de la peine, que votre espérance tient bon en notre Seigneur Jésus Christ, en présence de Dieu notre Père. Nous le savons, frères bien-aimés de Dieu, vous avez été choisis par lui. En effet, notre annonce de l’Évangile n’a pas été, chez vous, simple parole, mais puissance, action de l’Esprit Saint, pleine certitude.

Évangile
« Rendez à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu » (Mt 22, 15-21)
Alléluia. Alléluia. Vous brillez comme des astres dans l’univers en tenant ferme la parole de vie.
Alléluia. (Ph 2, 15d.16a)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

 En ce temps-là, les pharisiens allèrent tenir conseil pour prendre Jésus au piège en le faisant parler. Ils lui envoient leurs disciples, accompagnés des partisans d’Hérode : « Maître, lui disent-ils, nous le savons : tu es toujours vrai et tu enseignes le chemin de Dieu en vérité ; tu ne te laisses influencer par personne, car ce n’est pas selon l’apparence que tu considères les gens. Alors, donne-nous ton avis : Est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à César, l’empereur ? » Connaissant leur perversité, Jésus dit : « Hypocrites ! pourquoi voulez-vous me mettre à l’épreuve ? Montrez-moi la monnaie de l’impôt. » Ils lui présentèrent une pièce d’un denier. Il leur dit : « Cette effigie et cette inscription, de qui sont-elles ? » Ils répondirent : « De César. » Alors il leur dit : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »
Patrick Braud

 

Mots-clés : , , , , ,

9 octobre 2017

Le festin obligé

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

LE FESTIN OBLIGÉ

Homélie du 28° Dimanche ordinaire / Année A
15/10/2017

Cf. également :

Tenue de soirée exigée…

Le mariage et l’enfant : recevoir de se recevoir

Recevoir sa mission d’une inconnue étrangère

Le Temple, la veuve, et la colère

Jésus évalué à 360°

   

Dans la foi chrétienne, l’essentiel n’est pas de donner, mais de recevoir.

Le festin obligé dans Communauté spirituelle noces

Cette affirmation peut paraître choquante. Comment ? On m’a pourtant appris qu’être chrétien c’est donner aux autres, être généreux, partager ! Elle en scandalisera beaucoup. Comment ? Celui qui n’a jamais rien fait de bien ou si peu dans sa vie, comment pourrait-il prétendre participer aux noces du fils de Dieu ?

Cette affirmation est cependant au cœur de la parabole des invités à la noce (Mt 22, 1-14). Jésus a inventé cette histoire pour nous faire réfléchir sur notre difficulté à accepter de recevoir gratuitement.

Et de fait, les refus qu’il met sur la bouche et dans les poings des invités sont surprenants.

a) Les premiers ne fournissent aucune excuse.
ob_0db26c_banchetto-di-nozze-3 donner dans Communauté spirituellePas même de ces pieux mensonges qui 
permettent diplomatiquement de conserver de bonnes relations tout en déclinant un dérangement qui nous déplaît. Non : ils traitent par le mépris les serviteurs chargés de leur carton d’invitation. Ils répondent par le silence à la parole du roi les conviant chaleureusement au festin.

Ce silence existe bien dans certaines de nos non-réponses, avouons-le. Nous sommes capables hélas de ne même pas prendre la peine de répondre aux invitations que nous recevons. Un peu comme une entreprise est capable de ne pas répondre aux CV que des chercheurs d’emploi lui envoient.

Pourquoi ces silences méprisants ? Parce que nous avons tout ce qu’il nous faut : nourriture, amis, cercle familial, salariés… Et donc aller à la noce n’ajouterait rien à ce que nous avons déjà (du moins le croyons-nous). Parce qu’il n’y a pas de place pour l’imprévu de Dieu dans nos agendas si bien tenus et planifiés. Parce que nous sommes de ceux que Jésus qualifie de « riches », c’est-à-dire de repus, n’attendant plus rien de Dieu, croyant avoir tout ou presque.

 

b) La deuxième catégorie de refus est plus explicite : « ils s’en allèrent l’un à son champ, l’autre à son commerce ».

ob_e4304f_banchetto-di-nozze-2 grâceL’excuse pour se dérober à l’invitation est ici professionnelle (agriculture, commerce). C’est vrai que nos vies professionnelles (ou retraitées, car c’est parfois tout comme !) sont contraignantes. Cédant à une certaine idolâtrie de leur dévouement au travail, certains sont prêts à sacrifier leur vie privée, l’équilibre de leur couple, pour monter plus haut dans une carrière. On peut se priver de voir grandir ses enfants, mettre son couple en péril, on peut passer complètement à côté de sa vie de citoyen, de militant associatif, de tous ces moments de gratuité qui demandent de ne pas être esclave de son métier. Au nom de la réussite, de l’argent à ramener sa famille (quitte du coup à ne plus vraiment la voir !). Les jeunes générations (les Y, les Millenials) semblent plus enclines que leurs aînées à vouloir limiter la toute-puissance d’attraction du travail. Ils se disent tentés par la sobriété heureuse, exprimant par là leur volonté initiale de brider l’emprise professionnelle pour pouvoir vivre avec moins mais mieux. On verra si dans 10, 20 ou 30 ans, ils ont su inventer une autre manière de travailler, d’autres rythmes, d’autres épanouissements personnels. Jésus en tout cas pointe une tentation aussi vieille que la civilisation : trop consacrer à son travail, au point de refuser d’être invité à un festin de noces, et pas n’importe lequel !

La question de l’équilibre vie privée / vie professionnelle se pose à chacun, et évolue avec l’âge. Mon investissement au travail m’empêche-t-il de répondre oui aux appels de Dieu à festoyer avec lui ? La question mérite au moins d’être posée. Une autre parabole, celle des chômeurs embauchés la 11° heure du jour, souligne en contrepoint que l’oisiveté n’est pas meilleure que le surinvestissement : Dieu appelle également au travail ! Le tout est de discerner le temps présent : est-ce le temps pour jouer de la flûte, danser et se réjouir ? Ou pour se retrousser les manches et transpirer sur son ouvrage ?

 

c) La troisième catégorie de refus est extrêmement violente, meurtrière : « les autres empoignèrent les serviteurs, les maltraitèrent et les tuèrent  ».

Le refus d’être invité atteint ici une forme d’être de paroxysme. Ne pas vouloir venir est une chose, massacrer les serviteurs chargés d’offrir ce cadeau en est une autre. Pourquoi tant de haine ? Est-ce déjà le déchaînement de cette fameuse violence mimétique que Jésus dénonce aussi dans la parabole des vignerons homicides ? Est-ce un début de révolution qui veut couper tous les liens avec le souverain, en attendant de lui couper la tête un peu plus tard ? Toujours est-il qu’ils signifient par-là ne plus vouloir avoir affaire au roi, préférant conquérir l’indépendance par la violence plutôt que de rester ses sujets, même invité à sa table.

vigneronshomicides morale

Dieu que c’est difficile d’accepter de recevoir ! Ces trois catégories d’invités décrivent nos propres tentations d’autosuffisance : être si repus qu’un autre désir est impossible, être si idolâtres que toute invitation de Dieu est inaudible ; être si jaloux de notre autonomie que nous mordons la main qui nous approche.

L’enjeu de la parabole est bien là : accepter d’être invités. Accepter de recevoir ce cadeau de Dieu désirant partager la joie des noces de son fils. Faire sienne cette joie qui n’était pas la nôtre ; se nourrir de mets succulents que nous n’avons pas préparés ni même mérités.

 

d) La colère du roi qui se manifeste alors est révélatrice : il est obligé de surmonter notre réticence à nous laisser aimer.

ob_1b12bb_banchetto-di-nozze-6 recevoir

Il oblige tous ceux qui sont rencontrés à remplir la salle des noces. Le terme obliger est fort. Il ne se rencontre d’ailleurs dans le Nouveau Testament que lorsque Jésus oblige ses disciples à remonter dans la barque pour traverser le lac. Notre réticence à nous laisser conduire est telle que Dieu est obligé de nous obliger ! Un peu comme un père oblige son enfant à goûter tel plat, tel sport inconnu pour lui faire découvrir ce qu’il ne découvrirait jamais autrement. Il y a des circonstances dans une vie ou Dieu – heureusement ! – nous oblige à recevoir de Lui. C’est la grâce d’un éblouissement spirituel, une rencontre bouleversante, une révélation décisive… Cette invitation est gratuite. C’est-à-dire qu’elle ne dépend pas de ce que nous avons fait. D’ailleurs le roi prend soin de préciser qu’il souhaite voir les bons comme les mauvais entrer dans la salle des noces. On retrouve le scandale évoqué au début : les mauvais eux aussi vont se régaler et se réjouir aux noces divines !

Décidément, la foi chrétienne n’est pas d’abord mener une vie morale, être bon ou mauvais. Être chrétien c’est accepté d’être invité gracieusement à entrer dans la communion au fils de Dieu qui nous unit à son Père (ce qui fait de l’éthique une réponse, et non un préalable).

 

e) Le dernier éclat de la parabole est d’ailleurs un développement de cette nécessité de recevoir.

ob_ba8acf_banchetto-di-nozze-9À l’entrée de la salle, tous ceux que les serviteurs avaient ramassés sur la route se sont vus donner un vêtement blanc, un vêtement des noces pour être à la hauteur du festin du mariage. Un des invités – on ne sait pas si c’est un bon ou un mauvais – a refusé d’endosser ce vêtement. On peut y voir l’allusion au vêtement du baptême qui conduit jusqu’au festin de nos eucharisties. Plus radicalement c’est le vêtement de la grâce dont Dieu veut habiller tout homme et que pourtant nous sommes capables de refuser. Celui qui refuse de se laisser gracier mais veut participer au festin se heurtera à cette contradiction insurmontable : « Jetez-le, pieds et poings liés, dans les ténèbres du dehors ».

 

L’essentiel de la foi chrétienne, ce n’est pas donner mais recevoir.

Participer à la joie des noces ne dépend pas de notre vie morale. Elle dépend seulement de notre désir d’ouvrir notre cœur et nos mains. Elle dépend seulement de notre capacité à dire oui à une invitation que nous n’avons pas à mériter.

 

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE
« Le Seigneur préparera un festin ; il essuiera les larmes sur tous les visages » (Is 25, 6-10a)
Lecture du livre du prophète Isaïe
Le Seigneur de l’univers préparera pour tous les peuples, sur sa montagne, un festin de viandes grasses et de vins capiteux, un festin de viandes succulentes et de vins décantés. Sur cette montagne, il fera disparaître le voile de deuil qui enveloppe tous les peuples et le linceul qui couvre toutes les nations. Il fera disparaître la mort pour toujours. Le Seigneur Dieu essuiera les larmes sur tous les visages, et par toute la terre il effacera l’humiliation de son peuple. Le Seigneur a parlé.
 Et ce jour-là, on dira : « Voici notre Dieu, en lui nous espérions, et il nous a sauvés ; c’est lui le Seigneur, en lui nous espérions ; exultons, réjouissons-nous : il nous a sauvés ! » Car la main du Seigneur reposera sur cette montagne.

PSAUME (Ps 22 (23), 1-2ab, 2c-3, 4, 5, 6) R/
J’habiterai la maison du Seigneur pour la durée de mes jours.
 (Ps 22, 6cd)

Le Seigneur est mon berger : je ne manque de rien.
Sur des prés d’herbe fraîche, il me fait reposer.

Il me mène vers les eaux tranquilles et me fait revivre ;
il me conduit par le juste chemin pour l’honneur de son nom.

Si je traverse les ravins de la mort, je ne crains aucun mal,
car tu es avec moi, ton bâton me guide et me rassure.

Tu prépares la table pour moi devant mes ennemis ;
tu répands le parfum sur ma tête, ma coupe est débordante.

Grâce et bonheur m’accompagnent tous les jours de ma vie ;
j’habiterai la maison du Seigneur pour la durée de mes jours.

DEUXIÈME LECTURE

« Je peux tout en celui qui me donne la force » (Ph 4, 12-14.19-20) Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Philippiens

Frères, je sais vivre de peu, je sais aussi être dans l’abondance. J’ai été formé à tout et pour tout : à être rassasié et à souffrir la faim, à être dans l’abondance et dans les privations. Je peux tout en celui qui me donne la force. Cependant, vous avez bien fait de vous montrer solidaires quand j’étais dans la gêne. Et mon Dieu comblera tous vos besoins selon sa richesse, magnifiquement, dans le Christ Jésus.  Gloire à Dieu notre Père pour les siècles des siècles. Amen.

ÉVANGILE « Tous ceux que vous trouverez, invitez-les à la noce » (Mt 22, 1-14)
Alléluia. Alléluia. Que le Père de notre Seigneur Jésus Christ ouvre à sa lumière les yeux de notre cœur, pour que nous percevions l’espérance que donne son appel.
Alléluia. (cf. Ep 1, 17-18)
Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
En ce temps-là, Jésus se mit de nouveau à parler aux grands prêtres et aux pharisiens, et il leur dit en paraboles : « Le royaume des Cieux est comparable à un roi qui célébra les noces de son fils. Il envoya ses serviteurs appeler à la noce les invités, mais ceux-ci ne voulaient pas venir. Il envoya encore d’autres serviteurs dire aux invités : ‘Voilà : j’ai préparé mon banquet, mes bœufs et mes bêtes grasses sont égorgés ; tout est prêt : venez à la noce.’ Mais ils n’en tinrent aucun compte et s’en allèrent, l’un à son champ, l’autre à son commerce ; les autres empoignèrent les serviteurs, les maltraitèrent et les tuèrent. Le roi se mit en colère, il envoya ses troupes, fit périr les meurtriers et incendia leur ville. Alors il dit à ses serviteurs : ‘Le repas de noce est prêt, mais les invités n’en étaient pas dignes. Allez donc aux croisées des chemins : tous ceux que vous trouverez, invitez-les à la noce.’ Les serviteurs allèrent sur les chemins, rassemblèrent tous ceux qu’ils trouvèrent, les mauvais comme les bons, et la salle de noce fut remplie de convives. Le roi entra pour examiner les convives, et là il vit un homme qui ne portait pas le vêtement de noce. Il lui dit : ‘Mon ami, comment es-tu entré ici, sans avoir le vêtement de noce ?’ L’autre garda le silence. Alors le roi dit aux serviteurs : ‘Jetez-le, pieds et poings liés, dans les ténèbres du dehors ; là, il y aura des pleurs et des grincements de dents.’  Car beaucoup sont appelés, mais peu sont élus. » Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,
12

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept