L'homelie du dimanche

25 septembre 2017

Justice punitive vs justice restaurative

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Justice punitive vs justice restaurative


Homélie du 26° Dimanche ordinaire / Année A
01/10/2017

Cf. également :

Changer de regard sur ceux qui disent non

Les collabos et les putains

Réconciliation verticale pour réconciliation horizontale


« Pendez-les haut et court ! »

Pendez-les haut et court afficheCe n’est pas seulement le titre d’un excellent western de Clint Eastwood en 1968, c’est également le cri de la vindicte populaire à travers les âges. Que ce soit pour crucifier les esclaves romains sur le bord de la route après la révolte de Spartacus, ou la foule criant à mort sur Jésus couronné d’épines, jusqu’au rétablissement de la peine de mort souhaitée par un Français sur deux, la soif de punition et de vengeance n’en finit pas de hanter nos tribunaux, nos prisons, nos traités de paix. Mais Ézéchiel prend courageusement partie dans notre première lecture (Ez 18,25-28). Il dénonce cette avidité du peuple à voir couler le sang des criminels, à punir les méchants. Les foules reprochent à Dieu de ne pas être assez sévère envers les méchants. Elle voudrait un pouvoir fort, extirpant le mal à grand renfort de châtiments exemplaires. Exactement le vœu que réalise la charia (hélas !) en coupant les mains des voleurs et en lapidant les adultères. Ézéchiel est obligé de hausser le ton :

« Vous dites : ‘La conduite du Seigneur n’est pas la bonne’. Écoutez donc, fils d’Israël : est-ce ma conduite qui n’est pas la bonne ? N’est-ce pas plutôt la vôtre ? Si le juste se détourne de sa justice, commet le mal, et meurt dans cet état, c’est à cause de son mal qu’il mourra. Si le méchant se détourne de sa méchanceté pour pratiquer le droit et la justice, il sauvera sa vie. Il a ouvert les yeux et s’est détourné de ses crimes. C’est certain, il vivra, il ne mourra pas. »

Eh oui ! Le « bon Dieu » se caractérise justement par sa bonté envers ceux qui ne la méritent pas. Il fait pleuvoir sur les bons comme sur les méchants. Il laisse pousser ensemble le bon grain et l’ivraie, sachant bien que tous ceux qui ont voulu éradiquer l’ivraie ont pratiqué en fait la politique de la terre brûlée. Jésus ira encore plus loin dans l’évangile de ce dimanche (Mt 21, 28-32). Non seulement il ne punira pas les collabos et les prostituées de son époque, mais il constatera que ce sont eux les premiers à croire : « les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu ». Et de fait, le premier à entrer dans le royaume des cieux sera un criminel crucifié à sa droite.

Deux conceptions de la justice s’affrontent ainsi, encore aujourd’hui : la justice punitive, et la justice restaurative.

 

La justice punitive : sanctionner l’acte

Surveiller et punirDepuis l’ouvrage de référence de Michel Foucault : « Surveiller et punir » (1975), nous savons que notre système judiciaire, pénal, carcéral est tout entier bâti sur la conviction que la société doit châtier ceux qui ont commis des délits ou crimes. Avec un certain sadisme social, nous pensons plus ou moins que plus l’infraction est grave, plus lourde doit être la sanction. Cela nous paraît logique.

Sauf que la victime n’est pas prise en compte dans cette logique punitive (qui autrefois était assez expéditive !). Celui qu’on a volé se portera-t-il mieux de savoir qu’on fait souffrir son voleur ? La société sera-t-elle apaisée lorsque ce voleur sortira, aigri, marginalisé, avec en poche un carnet d’adresses glanées en prison pour récidiver ?

Le seul correctif à cette logique punitive se trouve dans le droit civil, où des compensations et indemnités financières sont prévues pour dédommager les victimes. Lorsqu’elles sont justes, c’est-à-dire proportionnées, ces indemnités permettent au moins d’aider les victimes à ne pas subir les conséquences matérielles du vol, du délit. Mais l’argent ne peut pas faire revenir l’enfant assassiné, ni un souvenir familial volé, ni guérir un traumatisme psychologique.

Les limites de la justice punitive sont donc nombreuses : oubli de la victime, enfermement du délinquant dans ce qu’il a fait, source de récidive, mise en danger du contrat social en alimentant la haine et la vengeance…

Dieu, par la bouche d’Ézéchiel, n’hésite pas à qualifier cette logique sociale de mauvaise : « n’est-ce pas votre conduite qui n’est pas bonne, lorsque vous exigez la mort du méchant ? » La manière de Dieu, c’est de délivrer le méchant de sa méchanceté, de lui ouvrir les yeux, de lui permettre de se détourner de ses crimes.

C’est cette piste d’une justice qu’on appellera plus tard restaurative (ou réparatrice) que des pays (notamment nordiques) explorent depuis un petit siècle (enfin !).

 

La justice restaurative : résoudre le conflit

Le système judiciaire peut être réformé, en lui donnant pour objectif, non plus de surveiller et punir, mais de réintégrer, de réparer, de restaurer la relation criminel / victime, de pacifier la société [1].

Comment ?

- En faisant se rencontrer les condamnés et les victimes concernées, ou d’autres victimes impliquées dans des affaires similaires, afin de provoquer prise de conscience et changement de regard l’un sur l’autre.

- En créant des cercles de soutien et d’accompagnement pour les détenus en fin de peine, afin de les préparer à leur réintégration sociale et de les y accompagner.

- En instaurant une médiation entre délinquants et victimes, avant la sanction, qui permet d’échanger sur les faits commis et leurs répercussions.

- En mettant en place des « cercles restauratifs » avec la famille, ou avec des représentants de la société, pour offrir un espace de parole même lorsque la démarche judiciaire n’est plus possible (prescription…).

Résultat de recherche d'images pour "Justice punitive avantages et inconvénients justice restaurative"La justice réparatrice œuvre pour un changement de perspective, à savoir focaliser la résolution du conflit sur les dommages faisant suite au crime. En partant du principe que le crime est une offense à une personne (la victime) et au tissu social de la communauté et non à la loi pénale, il est possible d’induire d’autres types de sanctions. Quatre dimensions sont atteintes par ces dommages et doivent donc être réparées : la victime, le délinquant, les relations entre la victime et le délinquant, et enfin, la communauté.

En réalité, ces deux conceptions de la justice sont complémentaires. Car il existe des situations où la restauration est impossible (quand l’agresseur ne veut pas ou ne peut pas changer, ou fait semblant ; lorsque la victime n’est pas une personne mais une banque, une assurance, la société etc.). On devrait pouvoir alors, en écoutant Ézéchiel et Jésus, imaginer une justice où tout est fait pour pratiquer d’abord la restauration de la relation, la réparation des dommages matériels et humains, le rétablissement de la confiance mutuelle, la réintégration de ceux qui ont fait le mal. Et puis, seulement lorsque cela s’avère impossible, constater l’échec de cette approche et alors empêcher de nuire en enfermant et neutralisant, sans désespérer des évolutions futures du criminel.

Selon un professeur de criminologie, John Braithwaite, la justice réparatrice doit être comprise dans un cadre qui imposerait d’abord d’opter pour le processus réparateur et qui, en cas d’échec, passerait au processus d’intimidation (par exemple les peines avec sursis) et dans les cas extrêmes, ferait appel au processus de neutralisation (donc, la peine privative de liberté). Braithwaite utilise l’image de la pyramide pour expliciter ce mode crescendo dans la recherche de solution au crime. La base large de la pyramide, représentant la justice réparatrice, est idéalement la solution la plus appliquée. La pointe en revanche, illustrant la neutralisation, se doit d’être appliquée avec parcimonie et après échec de toutes les autres solutions.

 

La justice salvifique

Un homme ailé portant une tunique blanche tient une balance avec un homme miniature dans chaque plateau. Il est entouré de quatre anges portant des tuniques rouges avec des trompettes.Lorsque le Dieu – lui – rend justice, c’est pour racheter l’homme pécheur.

La justice humaine condamne. La justice divine sauve. « Tu es le Dieu qui me sauve » chante le psaume 24 (25) de ce dimanche, comme tant d’autres. Bien sûr, il y a toujours la terrible possibilité – proprement infernale – pour la liberté humaine de refuser ce salut. La condamnation qui s’exerce alors (cf. les pages bibliques terribles sur le jugement dernier avec son lot de damnés) est bien plutôt celle qui vient de l’homme refusant d’être sauvé que de Dieu lui refusant son salut (impossible ! Dieu se renierait lui-même…).

La justice de Dieu est fondamentalement salvifique. Il ne dépend que de nous (hélas !) qu’elle devienne punitive (au sens d’une auto-punition que nous nous infligerions nous-mêmes).

 

Punitive, restaurative, salvifique : et vous, quelle forme de justice pratiquez-vous dans les relations qui sont les vôtres ?

 


[1] . Jusque-là balbutiante, la justice restaurative semble, à l’orée de 2017, en voie de généralisation en France : vingt-cinq services pénitentiaires d’insertion et de probation, soit un quart d’entre eux, seraient engagés dans des programmes de justice restaurative, bien que la majorité n’en soit encore qu’à la phase préparatoire. De son côté, l’Institut français pour la justice restaurative (IFJR), association créée en 2013, affirme avoir formé plus de 580 professionnels de la justice et de l’aide aux victimes un peu partout en France depuis 2014, passant de trois sessions de formation à vingt-six en 2016. Trente-trois programmes de justice restaurative seraient en route sur vingt-deux cours d’appel, essentiellement des rencontres condamnés-victimes.

 
 

Lectures de la messe
Première lecture
« Si le méchant se détourne de sa méchanceté, il sauvera sa vie » (Ez 18, 25-28)
Lecture du livre du prophète Ézékiel
Ainsi parle le Seigneur : « Vous dites :La conduite du Seigneur n’est pas la bonne’. Écoutez donc, fils d’Israël : est-ce ma conduite qui n’est pas la bonne ? N’est-ce pas plutôt la vôtre ? Si le juste se détourne de sa justice, commet le mal, et meurt dans cet état, c’est à cause de son mal qu’il mourra. Si le méchant se détourne de sa méchanceté pour pratiquer le droit et la justice, il sauvera sa vie. Il a ouvert les yeux et s’est détourné de ses crimes. C’est certain, il vivra, il ne mourra pas. »

Psaume
(Ps 24 (25), 4-5ab, 6-7, 8-9)
R/ Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse. (Ps 24, 6a)

Seigneur, enseigne-moi tes voies,
fais-moi connaître ta route.
Dirige-moi par ta vérité, enseigne-moi,
car tu es le Dieu qui me sauve.

Rappelle-toi, Seigneur, ta tendresse,
ton amour qui est de toujours.
Oublie les révoltes, les péchés de ma jeunesse ;
dans ton amour, ne m’oublie pas.

Il est droit, il est bon, le Seigneur,
lui qui montre aux pécheurs le chemin.
Sa justice dirige les humbles,
il enseigne aux humbles son chemin.

Deuxième lecture
« Ayez en vous les dispositions qui sont dans le Christ Jésus » (Ph 2, 1-11)
Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Philippiens
Frères, s’il est vrai que, dans le Christ, on se réconforte les uns les autres, si l’on s’encourage avec amour, si l’on est en communion dans l’Esprit, si l’on a de la tendresse et de la compassion, alors, pour que ma joie soit complète, ayez les mêmes dispositions, le même amour, les mêmes sentiments ; recherchez l’unité. Ne soyez jamais intrigants ni vaniteux, mais ayez assez d’humilité pour estimer les autres supérieurs à vous-mêmes. Que chacun de vous ne soit pas préoccupé de ses propres intérêts ; pensez aussi à ceux des autres.
Ayez en vous les dispositions qui sont dans le Christ Jésus : ayant la condition de Dieu, il ne retint pas jalousement le rang qui l’égalait à Dieu.
Mais il s’est anéanti, prenant la condition de serviteur, devenant semblable aux hommes.
Reconnu homme à son aspect, il s’est abaissé, devenant obéissant jusqu’à la mort, et la mort de la croix.
C’est pourquoi Dieu l’a exalté : il l’a doté du Nom qui est au-dessus de tout nom,
afin qu’au nom de Jésus tout genou fléchisse au ciel, sur terre et aux enfers,
et que toute langue proclame : « Jésus Christ est Seigneur » à la gloire de Dieu le Père.

Évangile
« S’étant repenti, il y alla » (Mt 21, 28-32)
Alléluia. Alléluia.
Mes brebis écoutent ma voix, dit le Seigneur ; moi, je les connais, et elles me suivent.
Alléluia. (Jn 10, 27)
Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu
En ce temps-là, Jésus disait aux grands prêtres et aux anciens du peuple : « Quel est votre avis ? Un homme avait deux fils. Il vint trouver le premier et lui dit :Mon enfant, va travailler aujourd’hui à la vigne.’ Celui-ci répondit : ‘Je ne veux pas.’ Mais ensuite, s’étant repenti, il y alla. Puis le père alla trouver le second et lui parla de la même manière. Celui-ci répondit : ‘Oui, Seigneur !’ et il n’y alla pas. Lequel des deux a fait la volonté du père ? » Ils lui répondent : « Le premier. »
Jésus leur dit : « Amen, je vous le déclare : les publicains et les prostituées vous précèdent dans le royaume de Dieu. Car Jean le Baptiste est venu à vous sur le chemin de la justice, et vous n’avez pas cru à sa parole ; mais les publicains et les prostituées y ont cru. Tandis que vous, après avoir vu cela, vous ne vous êtes même pas repentis plus tard pour croire à sa parole. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , ,

Les commentaires sont desactivés.

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept