L'homelie du dimanche

26 juin 2017

Dieu est le plus court chemin d’un homme à un autre

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Dieu est le plus court chemin d’un homme à un autre

Homélie pour le 13° dimanche du temps ordinaire / Année A 02/07/2017

Cf. également :

Une sainte famille « ruminante »
Fêter la famille, multiforme et changeante
Trinité : ne faire qu’un à plusieurs
Deux prénoms pour une naissance
La Sainte Famille : le mariage homosexuel en débat
Personne dans la famille ne porte ce nom-là
Une famille réfugiée politique
Familles, je vous aime?

La géodésique divine

Quelle trajectoire suit un avion de ligne pour aller de Hong-Kong à Chicago ?

On aurait envie de prendre sa règle et de tracer un trait entre ces deux villes sur la carte. Appliquant en cela le vieux principe euclidien : la droite est le plus court chemin d’un point à un autre. Or cet axiome n’est vrai que pour les espaces euclidiens [1], ce qui n’est pas le cas de la Terre, car elle est sphérique ! Notre avion de ligne suivra en réalité une courbe le long du globe, appelée géodésique. Calculée en fonction du vent et de la rotation de la Terre, cet itinéraire passait autrefois par le détroit de Behring et passe désormais au-dessus du pôle Nord, car plus court et moins coûteux. Il est donc plus court de passer par le Pôle Nord pour relier Hong-Kong à Chicago !

Dieu est le plus court chemin d’un homme à un autre dans Communauté spirituelle

Que retenir de cette excursus mathématique, et quel rapport avec nos lectures bibliques du jour ?

Tout est une question de référentiel. Si on en reste à une vision à plat, sans transcendance, il est clair que c’est l’humanisme qui permet de relier les hommes entre eux. Dans un espace à deux dimensions, la droite est le plus court chemin d’un point à un autre, et symbolise l’humanisme moderne cherchant à relier les hommes entre eux. C’est le projet (prométhéen) du monde occidental : se passer de Dieu pour construire une société humaine fraternelle.

Si l’on passe en trois dimensions, alors le raccourci séculier et laïque n’est plus du tout évident, et pas le plus rapide ! Il se peut que le détour par Dieu soit paradoxalement le plus court chemin pour relier un père à son fils, une fille à sa mère… Ce que Jésus exprime par cette déclaration presque choquante dans l’évangile de ce Dimanche :

« Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi » (Mt 10,37)

Eh oui ! De même qu’il est plus rapide et moins cher de passer par le Pôle Nord pour aller de Hong-Kong à Chicago, de même il est plus performant et plus durable d’aimer nos proches en Christ, à partir de Lui, plutôt qu’en eux-mêmes !

Elever ses enfants au sein d'un couple recomposéExaminez pour vous en convaincre l’ambiguïté de nos situations familiales : on se sépare, on se blesse, on s’éloigne entre conjoints, parents et enfants… Et en même temps, la famille, même recomposée, reste en tête du hit-parade de toutes les valeurs des français dans les sondages. Nous voulons aimer nos proches, tout en faisant l’amère expérience de ne pas y arriver vraiment.

Voilà pourquoi aimer son mari/sa femme plus que le Christ est une impasse : c’est en réalité une idolâtrie qui nous condamne à la déception, car l’être aimé n’est pas Dieu.

Alors que partir du Christ pour aimer l’autre peut faire réussir le désir de communion, d’intimité et de respect qui anime le projet conjugal et familial. Si j’aime le Christ plus que mon père, alors je puiserai en Christ la force de pardonner à mon père, la joie de le servir dans sa vieillesse comme le Christ a lavé les pieds de ses amis, l’espérance que le Christ le ressuscitera aux derniers jours.

Passer par le Christ nous permet de relativiser nos attachements et de ne pas tout/trop attendre de ceux que nous aimons. Ils n’ont pas à être parfaits, ni à prendre toute la place, ou à nous empêcher d’être nous-mêmes. Nous pouvons les servir avec l’humilité du Christ, les accompagner avec la sagesse de l’Esprit du Christ, les estimer pour ce qu’ils sont aux yeux de Dieu et non des hommes.

 

Jésus et la famille

D’ailleurs, relisez dans les quatre évangiles les passages où il est question du lien de Jésus à sa famille. Le moins que l’on puisse dire est que ce lien n’est pas naturel ! Jésus remet en cause les liens du sang pour les subordonner à ceux de l’amour venant de Dieu.

Amour de Jésus mon famille (vecteur)- Jésus réaffirme l’importance de la famille, en rappelant notamment le Décalogue, où le 5° commandement porte sur le respect des parents (Mt 15,1-9)

L’appel de Jésus retentit dans la famille humaine qui est un lieu privilégié pour y répondre.

- On peut s’aider entre frères et sœurs à suivre le Christ !  (Mt  4,18-21, pour Simon et André, Jacques et Jean)

Mais il relativise aussi l’emprise familiale.

- Jésus montre son indépendance dès son plus jeune âge (Lc 2,41-52). Sa « fugue » vers l’âge de 12 ans est restée célèbre ! Il y a des ‘transgressions’ positives…

- La foi en Christ divisera les familles (Mt  10,35-39)

- En temps de persécution, beaucoup seront capables de vendre père et mère pour échapper aux problèmes… (Mt  10,21)

- Il faut quitter son père et sa mère pour aimer. C’est-à-dire faire du neuf à deux, en s’appuyant sur le passé familial de chacun, mais sans le répéter ni le fuir…(Mc  10,7-8)

- Bien plus, alors qu’il est incompris de sa propre famille, Jésus n’a pas peur de les remettre à leur place (Mc 3,20-21).

- Il sait que les familles humaines sont possessives, et ont besoin d’être converties à l’amour gratuit (Mc 3,31-35).

- Il se méfie par exemple de l’attachement maternel trop envahissant (Jn 2,3-5 ; Mt 20,20-23).

- Finalement, c’est toujours un défi que de parvenir à s’aimer en vérité entre membres d’une même famille ! (cf. Caïn et Abel, Ésaü et Jacob, Joseph et ses frères etc…)

Dans la première lecture (2R 4, 8-16), on voit que, grâce au prophète Élisée, la vieille femme stérile de Surinam va pouvoir à sa grande surprise agrandir sa famille par une naissance inespérée. Sans le détour par ce prophète de Dieu, pas de fécondité !

Élisée dit au serviteur : « Que peut-on faire pour cette femme ? » Le serviteur répondit : « Hélas, elle n’a pas de fils, et son mari est âgé. » Élisée lui dit : « Appelle-la. » Le serviteur l’appela et elle se présenta à la porte. Élisée lui dit : « À cette même époque, au temps fixé pour la naissance, tu tiendras un fils dans tes bras. »

Trop aimer sa famille, c’est mal l’aimer, l’idolâtrer. C’est risquer de retomber dans des idéologies racistes, ethnocentriques ou communautaristes. Les mafieux ne sont-ils pas les plus attachés à la valeur famille ? Les liens du sang sont donc à convertir, pour les intégrer dans une réalité plus grande (« sur-naturelle »), qui leur donne tout leur sens et leur épanouissement.

Ainsi Marie est-elle honorée parce qu’elle a toujours été la servante de Dieu, prompte à mettre sa parole en pratique. Elle est bienheureuse parce qu’elle a mis l’amour de Dieu au centre, au point d’intersection de tous ses amours, plus que parce qu’elle a engendré  physiquement le Messie.

Or il advint, comme il parlait ainsi, qu’une femme éleva la voix du milieu de la foule et lui dit: « Heureuses les entrailles qui t’ont porté et les seins que tu as sucés! »  Mais Jésus dit: « Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu et l’observent! » (Lc 11,27-28)

C’est ce point focal, souvent caché, invisible, qui rend le faisceau de nos attachements cohérent ou incohérent.

Passer par Dieu est le plus court chemin d’un père à sa fille, d’un fils à sa mère, de deux amis entre eux, d’un homme à un autre.

Réexaminons les relations qui nous tiennent le plus à cœur. Les faire passer par le Christ, comme l’avion par le Pôle Nord pour relier Hong-Kong à Chicago, qu’est-ce que cela changerait ?

Exerçons-nous à aimer nos proches en Dieu, à partir de Lui, pas sans Lui…

 


[1] . Dans un espace de Riemann, le plus court chemin est un arc de cercle. Dans un espace de Lobatchevski, le plus court chemin est une tractrice. Dans ces 2 espaces, d’un point on peut mener plusieurs parallèles à une « droite ».  

LECTURES DE LA MESSE

PREMIÈRE LECTURE
« Celui qui s’arrête chez nous est un saint homme de Dieu » (2 R 4, 8-11.14-16a)
Lecture du deuxième livre des Rois

Un jour, le prophète Élisée passait à Sunam ; une femme riche de ce pays insista pour qu’il vienne manger chez elle. Depuis, chaque fois qu’il passait par là, il allait manger chez elle. Elle dit à son mari : « Écoute, je sais que celui qui s’arrête toujours chez nous est un saint homme de Dieu. Faisons-lui une petite chambre sur la terrasse ; nous y mettrons un lit, une table, un siège et une lampe, et quand il viendra chez nous, il pourra s’y retirer. » Le jour où il revint, il se retira dans cette chambre pour y coucher. Puis il dit à son serviteur : « Que peut-on faire pour cette femme ? » Le serviteur répondit : « Hélas, elle n’a pas de fils, et son mari est âgé. » Élisée lui dit : « Appelle-la. » Le serviteur l’appela et elle se présenta à la porte. Élisée lui dit : « À cette même époque, au temps fixé pour la naissance, tu tiendras un fils dans tes bras. »

PSAUME
(Ps 88 (89), 2-3, 16-17, 18-19)
R/ L’amour du Seigneur, sans fin je le chante ! (Ps 88, 2a)

L’amour du Seigneur, sans fin je le chante ;
ta fidélité, je l’annonce d’âge en âge.
Je le dis : C’est un amour bâti pour toujours ;
ta fidélité est plus stable que les cieux.

Heureux le peuple qui connaît l’ovation !
Seigneur, il marche à la lumière de ta face ;
tout le jour, à ton nom il danse de joie,
fier de ton juste pouvoir.

Tu es sa force éclatante ;
ta grâce accroît notre vigueur.
Oui, notre roi est au Seigneur ;
notre bouclier, au Dieu saint d’Israël.

DEUXIÈME LECTURE
Unis, par le baptême, à la mort et à la résurrection du Christ (Rm 6, 3-4.8-11)
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères, ne le savez-vous pas ? Nous tous qui par le baptême avons été unis au Christ Jésus, c’est à sa mort que nous avons été unis par le baptême. Si donc, par le baptême qui nous unit à sa mort, nous avons été mis au tombeau avec lui, c’est pour que nous menions une vie nouvelle, nous aussi, comme le Christ qui, par la toute-puissance du Père, est ressuscité d’entre les morts.  Et si nous sommes passés par la mort avec le Christ, nous croyons que nous vivrons aussi avec lui. Nous le savons en effet : ressuscité d’entre les morts, le Christ ne meurt plus ; la mort n’a plus de pouvoir sur lui. Car lui qui est mort, c’est au péché qu’il est mort une fois pour toutes ; lui qui est vivant, c’est pour Dieu qu’il est vivant. De même, vous aussi, pensez que vous êtes morts au péché, mais vivants pour Dieu en Jésus Christ.

ÉVANGILE
« Celui qui ne prend pas sa croix n’est pas digne de moi. Qui vous accueille m’accueille » (Mt 10, 37-42) Alléluia. Alléluia.
Descendance choisie, sacerdoce royal, nation sainte, annoncez les merveilles de Celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière. Alléluia. (cf. 1 P 2, 9)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus disait à ses Apôtres : « Celui qui aime son père ou sa mère plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui aime son fils ou sa fille plus que moi n’est pas digne de moi ; celui qui ne prend pas sa croix et ne me suit pas n’est pas digne de moi. Qui a trouvé sa vie la perdra ; qui a perdu sa vie à cause de moi la gardera. Qui vous accueille m’accueille ; et qui m’accueille accueille Celui qui m’a envoyé. Qui accueille un prophète en sa qualité de prophète recevra une récompense de prophète ; qui accueille un homme juste en sa qualité de juste recevra une récompense de juste. Et celui qui donnera à boire, même un simple verre d’eau fraîche, à l’un de ces petits en sa qualité de disciple, amen, je vous le dis : non, il ne perdra pas sa récompense.
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , ,

Les commentaires sont desactivés.

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept