L'homelie du dimanche

  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 17 août 2016

17 août 2016

Qui aime bien châtie bien ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Qui aime bien châtie bien ?

 

Homélie du 21° Dimanche du temps ordinaire / Année C
21/08/2016

Cf. également :

Dieu aime les païens

Jésus et les « happy few » : une autre mondialisation est possible

Êtes-vous plutôt centripètes ou centrifuges ?


Qui aime bien châtie bien ?

La deuxième lecture (He 12,5-13) semble rejoindre ce vieux proverbe latin devenu nôtre : « qui bene amat, bene castigat ». Mais ce n’est qu’en apparence.

« Quand le Seigneur aime quelqu’un, il lui donne de bonnes leçons; il corrige tous ceux qu’il accueille comme ses fils ».

Le terme traduit par « leçon » vient du mot grec : pais, qui signifie enfant. Et il y a six occurrences de cette racine dans le texte. Il s’agit donc de l’éducation des enfants, de pédagogie (le mot vient d’ailleurs de là).

Quelle est donc la pédagogie de Dieu à notre égard ? Comment deviner où Dieu désire nous conduire à travers les événements de notre vie ?

La lettre aux Hébreux nous invite à discerner dans notre histoire des indications pour agir demain. Il ne s’agit pas d’imaginer un Dieu pervers qui prendrait plaisir à corriger ses enfants, mais de relire le passé, même douloureux, pour en tirer des leçons d’avenir. D’ailleurs, le contexte de ce passage est bien celui d’une exhortation pour donner du courage (paraclèse = encouragement dans l’Esprit cf. 12,5). C’est une « parole de réconfort » qui nous est adressée et non pas une menace.

Afficher l'image d'originePar la suite, l’éducation romaine des premiers siècles, ou plus tard l’éducation victorienne et rigoureuse pratiquée en Europe dénaturera ce passage en inversant les priorités : punir pour soi-disant aimer, au lieu de réfléchir sur ce qui a fait mal pour progresser dans l’amour.

Revenons donc au texte. L’auteur de la lettre (Paul ?) nous exhorte à découvrir quelle est la pédagogie de Dieu à notre égard, en réfléchissant à notre passé.

Y a-t-il une pédagogie divine de l’histoire ?

Dire que le passé peut apporter des « leçons » nous oblige à relire, à nous souvenir. Comme l’enfant se souvient de s’être brûlé sur la plaque électrique et en tire la conclusion de ne plus jamais reposer la main dessus !

De même, on voit bien les premiers humains progresser grâce à la transmission de ce qu’ils ont appris dans le passé : l’art du feu, du silex, de l’outil, de la chasse, de la peinture… Apprendre à partir des choses heureuses qui nous sont arrivées ne pose guère de problème. C’est plus difficile de le faire à partir des drames, des échecs, des malheurs qui ont jalonné notre route.

Nous en sommes cependant capables.

Par exemple, allemands et français ont mis trois guerres, dont deux mondiales, à comprendre qu’il ne faut jamais humilier un vaincu, sous peine d’engendrer un cycle infernal de vengeance et de représailles. Permettre à chacun de ressortir la tête haute d’un conflit est une leçon de l’histoire qu’il nous faut absolument transmettre aux jeunes générations. Sinon…

Afficher l'image d'origine

À l’inverse, nous n’avons pas encore réfléchi sur la montée et la chute du communisme en Europe (de l’Est et de l’Ouest). Des milliers d’intellectuels de haut vol ont été fascinés par cette idéologie meurtrière sans qu’on ait tiré un bilan, une explication et un avertissement de cette effarante complicité idéologique (alors qu’on semble l’avoir fait pour le nazisme).

N’avons-nous rien appris de la violence de Lénine, des goulags de Staline, de la folie planificatrice version Gosplan ? Avons-nous réfléchi à la soif d’absolu sans Dieu qui se manifestait sous le rêve communiste international ? N’y aurait-il pas dans la montée de l’islamisme aujourd’hui des résurgences de ce genre de pensée folle et d’utopie messianique ? Il y a 100 ans, les jeunes gens s’embauchaient pour faire la révolution, à Moscou où à Cuba ou en Chine. Maintenant ils s’enrôlent chez Daech, comme si c’était la seule alternative crédible au capitalisme triomphant.

 

Restons au XX° siècle. La pédagogie divine dans l’histoire dont parle la lettre aux Hébreux se manifeste peut-être au travers du pire crime contre l’humanité : la Shoah. Impensable que Dieu ait voulu cette catastrophe ! Il en est sans doute encore plus meurtri que nous… Sa pédagogie n’est pas de provoquer un tel drame, mais d’inspirer des visionnaires pour que, à partir d’une telle catastrophe, quelque chose de bien néanmoins puisse surgir. La création de l’État d’Israël, et la farouche volonté des peuples de ne jamais laisser revenir les vieux démons antisémites sont sans doute l’une de ses « leçons » du passé à ne jamais oublier.

Car c’est après coup (ex post) que nous réfléchissons sur ce genre d’épreuves, pour y déchiffrer l’exhortation que Dieu nous adresse afin de conjurer le retour du mal.

Passer d’une période à l’autre comme s’il n’était rien arrivé est hélas le plus sûr moyen de répéter l’erreur et la douleur. Ainsi de la crise financière de 2008, dont nous n’avons pas tiré toutes les leçons, notamment pour les banques. Ainsi des guerres injustes contre l’Iran, l’Irak etc. qui nous reviennent en boomerang sous la force d’un islamisme devenu fou. Nous n’avons pas tiré les leçons de nos interventions déstabilisatrices. Ainsi de Mai 68 en France, ou de la guerre d’Algérie, dont nous n’avons toujours pas compris toutes les adhérences. Etc.

krach_bousier_MixRemix

« Tirer les leçons du passé » : ce qui est vrai de l’histoire collective l’est également de notre histoire personnelle. Nous connaissons tous des hommes ou des femmes qui passent de divorce en mariage, puis de séparation à de nouvelles unions, comme s’ils n’apprenaient jamais rien de leurs échecs amoureux antérieurs.

Tel recalage à un examen, tel accident de la route, telle impasse professionnelle peuvent finalement se révéler riches en « leçons » pour rebondir. Dieu n’est certes pas à l’origine de l’épreuve, mais il est sur le chemin qui nous permettra d’en faire quelque chose.

Un pédagogue est celui qui prend la main de l’enfant pour le conduire sur le chemin, jusqu’à ce qu’il devienne adulte. La pédagogie divine est de nous apprendre à relire notre histoire, personnelle et collective, pour trouver le chemin qui nous apportera le relèvement.

Alors, consacrons du temps et de l’énergie et de l’intelligence à cette relecture de notre passé. Que nous est-il révélé de nous-mêmes, de Dieu, des lois du monde à travers des événements ?

Prendre cinq minutes par jour, une heure par semaine, un jour par mois, une semaine par an à faire silence, pour prendre du recul, de la distance, et identifier les lignes de force qui se dessine tout au long des événements nous rendra plus libres, plus conscients, plus sages.

Apprenons à tirer les leçons de notre passé !

 

 

 

1ère lecture : « De toutes les nations, ils ramèneront tous vos frères » (Is 66, 18-21)
Lecture du livre du prophète Isaïe

Ainsi parle le Seigneur : connaissant leurs actions et leurs pensées, moi, je viens rassembler toutes les nations, de toute langue. Elles viendront et verront ma gloire : je mettrai chez elles un signe ! Et, du milieu d’elles, j’enverrai des rescapés vers les nations les plus éloignées, vers les îles lointaines qui n’ont rien entendu de ma renommée, qui n’ont pas vu ma gloire ; ma gloire, ces rescapés l’annonceront parmi les nations. Et, de toutes les nations, ils ramèneront tous vos frères, en offrande au Seigneur, sur des chevaux et des chariots, en litière, à dos de mulets et de dromadaires, jusqu’à ma montagne sainte, à Jérusalem, – dit le Seigneur. On les portera comme l’offrande qu’apportent les fils d’Israël, dans des vases purs, à la maison du Seigneur. Je prendrai même des prêtres et des lévites parmi eux, – dit le Seigneur.

Psaume : Ps 116 (117), 1, 2

R/ Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile.
ou : Alléluia ! (Mc 16, 15)

Louez le Seigneur, tous les peuples ;
fêtez-le, tous les pays !

Son amour envers nous s’est montré le plus fort ;
éternelle est la fidélité du Seigneur !

2ème lecture : « Quand Dieu aime quelqu’un, il lui donne de bonnes leçons » (He 12, 5-7.11-13)
Lecture de la lettre aux Hébreux

Frères, vous avez oublié cette parole de réconfort, qui vous est adressée comme à des fils : Mon fils, ne néglige pas les leçons du Seigneur,ne te décourage pas quand il te fait des reproches. Quand le Seigneur aime quelqu’un,il lui donne de bonnes leçons ;il corrige tous ceux qu’il accueille comme ses fils. Ce que vous endurez est une leçon. Dieu se comporte envers vous comme envers des fils ; et quel est le fils auquel son père ne donne pas des leçons ? Quand on vient de recevoir une leçon, on n’éprouve pas de la joie mais plutôt de la tristesse. Mais plus tard, quand on s’est repris grâce à la leçon, celle-ci produit un fruit de paix et de justice. C’est pourquoi, redressez les mains inertes et les genoux qui fléchissent, et rendez droits pour vos pieds les sentiers tortueux. Ainsi, celui qui boite ne se fera pas d’entorse ; bien plus, il sera guéri.

Evangile : « On viendra de l’orient et de l’occident prendre place au festin dans le royaume de Dieu » (Lc 13, 22-30)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. 
Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie, dit le Seigneur ;
personne ne va vers le Père sans passer par moi.
Alléluia. (Jn 14, 6)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, tandis qu’il faisait route vers Jérusalem, Jésus traversait villes et villages en enseignant. Quelqu’un lui demanda : « Seigneur, n’y a-t-il que peu de gens qui soient sauvés ? » Jésus leur dit : « Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite, car, je vous le déclare, beaucoup chercheront à entrer et n’y parviendront pas. Lorsque le maître de maison se sera levé pour fermer la porte, si vous, du dehors, vous vous mettez à frapper à la porte, en disant : ‘Seigneur, ouvre-nous’, il vous répondra : ‘Je ne sais pas d’où vous êtes.’ Alors vous vous mettrez à dire : ‘Nous avons mangé et bu en ta présence, et tu as enseigné sur nos places.’ Il vous répondra : ‘Je ne sais pas d’où vous êtes. Éloignez-vous de moi, vous tous qui commettez l’injustice.’ Là, il y aura des pleurs et des grincements de dents, quand vous verrez Abraham, Isaac et Jacob, et tous les prophètes dans le royaume de Dieu, et que vous-mêmes, vous serez jetés dehors. Alors on viendra de l’orient et de l’occident, du nord et du midi, prendre place au festin dans le royaume de Dieu. Oui, il y a des derniers qui seront premiers, et des premiers qui seront derniers. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept