L'homelie du dimanche

6 juillet 2016

J’ai trois amours

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

J’ai trois amours

Cf. également :

Briefer et débriefer à la manière du Christ

Réintroduisons le long-terme dans nos critères de choix

Trinité : au commencement est la relation

Homélie du 15° dimanche du temps ordinaire / Année C
10/07/2016

 

La chanteuse noire Joséphine Baker, danseuse vedette du Casino de Paris, d’origine afro-américaine, chantait autrefois : « j’ai deux amours, mon pays et Paris »…

Ce tube des années 30 pourrait dans une première lecture rapide s’appliquer à notre évangile (Lc 10, 25-37) : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu /tu aimeras ton prochain ». Mais à y regarder de plus près, le « comme toi-même » précise qu’il y a bien trois amours et non pas deux dans cette déclaration de Jésus : l’amour de Dieu / du prochain / de soi.

Quelles conséquences pour le croyant d’aujourd’hui ?

 

La théorie des trois corps

Afficher l'image d'origine

En physique, lorsqu’il n’y a que deux corps en présence – que ce soit des planètes ou des atomes – leur évolution est prévisible. Les lois de leurs interactions sont facilement mobilisables (Newton), et on peut à tout instant prédire leur position et leur vitesse. Dès que vous passez un système de trois corps en interaction mutuelle (deux à deux et les trois ensemble, comme le soleil, la terre et la lune), la théorie physique la plus classique montre qu’il y a une indétermination radicale. Les travaux de Henri Poincaré (1854 – 1912) devenus célèbres démontrent que personne ne peut prédire comment la Terre et la Lune graviteront (ou non !) autour du soleil dans quelques millions d’années (la théorie du chaos en tirera toutes les conséquences)… Autrement dit, le passage de deux à trois interactions fait sortir le système du déterminisme pur et dur.

Étrangement, la Bible a repéré depuis longtemps que le face-à-face homme-Dieu pouvait très vite tourner à la domination (cf. le mot islam qui signifie soumission) et qu’il y avait en réalité une dynamique ternaire à l’oeuvre en toute chose. La théorie des trois corps généralisée en somme !

En Dieu lui-même d’abord.

Si Dieu était unique, il ne serait pas amour, car comment pourrait-il s’aimer lui-même sans être un monstre d’égoïsme ?

S’il n’y avait que la relation du Christ à son Père, Jésus n’aurait été que l’exécutant soumis.

Mais avec l’Esprit, la circulation de l’amour entre les trois personnes divines accomplit ce prodige où l’amour de soi n’est entaché d’aucun égoïsme, puisque la communion entre les trois n’est ni l’égoïsme d’un seul, ni un échange marchand entre deux, mais l’inhabitation commune des trois. La liberté divine de l’amour créateur réside dans cette interaction mutuelle du Père et du Fils dans l’Esprit de sainteté.

De même, à l’image du dieu Trinité, l’homme découvre qu’il est structuré par une triple attraction : celle de Dieu, celle de l’autre (dans laquelle on peut inclure la création tout entière), celle de soi.

 

Sans amour de soi, comment aimer son prochain ?

Ainsi dans la vie de couple, si l’un des deux n’est pas en paix avec sa propre histoire, s’il ne s’est pas réconcilié avec ses parents, sa famille, suite aux inévitables blessures qui parsèment l’éducation d’un enfant, il risque fort de le faire payer – inconsciemment – à son conjoint. Car utiliser l’autre pour essayer de résoudre ses propres problèmes ne marche qu’un temps. Après quelques années, soit la souffrance demeure, soit elle est apaisée, mais dans les deux cas l’autre devient inutile… Pour les couples, fuir par exemple une mère possessive fausse le choix du conjoint. Vouloir combler les manques de l’enfance fera jouer au partenaire un rôle qui ne lui permettra pas d’être lui-même. Habiter ensemble par peur de la solitude fragilise la relation, car l’autre n’est pas là pour m’éviter d’affronter, d’habiter ma solitude. De même les enfants ne sont pas là pour m’éviter de mourir, ou pour faire croire que je survivrai à travers eux etc.

Afficher l'image d'origine

Jésus a radicalement critiqué cette instrumentalisation de la famille (jusqu’à choisir d’être célibataire) pour purifier l’amour conjugal de ses tentations de mainmise et d’instrumentalisation de l’autre.

 

… Comme toi-même

Le Christ reprend cet impératif du Lévitique (Lv 19,18). Comment aimer le prochain si je n’aime pas le plus proche qui est moi-même ?

Dans la culture occidentale, l’amour de soi est trop vite devenu synonyme de thérapie psychologique, de développement ou épanouissement personnel, de self-care comme disent les anglophones. Ce souci de soi fait l’impasse sur les deux autres interactions structurantes de notre identité (Dieu / le prochain). Du coup, en entreprise, dans les cabinets de psys en tout genre, on voit se précipiter tous ceux qui ont un vague à l’âme pour essayer d’aller mieux, à la force du poignet, par une ascèse sportive, diététique, psychologique ou spirituelle qui glorifie le salut de soi par soi. Une auto-rédemption impossible, qui engendre un immense ‘malaise dans la civilisation’.

 

Sans amour de Dieu, comment aimer les autres ?

Le Christ rappelle pourtant ce que la loi juive avait formulé depuis longtemps, de manière éparse : il y a trois amours, qui se construisent et se nourrissent de leurs interactions mutuelles.

Difficile d’être soi sans se battre avec la question de Dieu dans le monde.

Difficile d’aimer l’autre, surtout quand il est repoussant, sale, ou moralement haïssable, si je ne vais pas puiser en Dieu ce courage-là.

Difficile de se prétendre croyant sans s’engager pour les plus petits et les pauvres, sans s’inclure soi-même dans cette bienfaisance et cette bienveillance.

Afficher l'image d'origine

Bref, vous pouvez faire la carte de toutes les relations entre Dieu / les autres, le monde / moi, et vous expérimenterez comme Poincaré que l’essentiel est alors le mouvement perpétuel qui me fait passer de l’un à l’autre, demeurer dans l’un et dans l’autre.

 

Est-ce trop abstrait pour changer nos habitudes ?

Peut-être, si je ne prends pas le temps de m’arrêter pour réfléchir, méditer, relire ma relation aux autres/adieu/à moi-même.

Dès qu’il y a cessation d’activité, silence, prière, de véritables questions surgissent. Ce que je fais, est-ce par amour ? Que voudrait dire réorienter mes choix pour devenir davantage qui je suis dans ma relation à Dieu / aux autres, au monde / à moi-même ?

Suite à cet exercice spirituel, beaucoup ont changé leur vie : leur métier, leur couple, leurs engagements, leurs addictions, leur conception de la réussite, leur usage de leur argent…

Remettre les trois amours au coeur de leurs décisions a fait choisir à certains de partir en retraite, à d’autres de créer une entreprise, ou de pratiquer la ‘sobriété heureuse’, ou de partir en humanitaire etc.

 

La clé d’entrée

Afficher l'image d'origineRajoutons au triptyque des trois amours la clé d’entrée souvent oubliée : dans la bouche de Jésus, c’est l’amour de Dieu qui est premier. Au sens de l’origine comme au sens de la préséance. Aimer Dieu en premier, à travers tout être et toute chose, est le fondement qui rend possible les deux autres amours, parce qu’il les purifie de toute instrumentalisation. Or notre culture française veut pour une part éradiquer toute référence à Dieu dans le vivre-ensemble. Ou pour le moins, elle veut privatiser ce pôle d’attraction. Mais aimer Dieu de tout son coeur, de toute son âme, de toutes ses forces (Dt 6,5) a obligatoirement une dimension sociale, professionnelle, et même politique.

Mettre l’amour de Dieu en premier peut certes virer au fanatisme s’il oublie les deux autres amours, mais si les trois avancent ensemble, ils constituent une formidable force de contestation de toute idolâtrie de soi (individualisme, libéralisme, consumérisme…) ou du prochain (collectivisme, communautarisme…).

 

Lequel des trois est le plus facile pour vous ? Le plus difficile ?

Que voudrait dire mettre en premier l’amour de Dieu pour qu’il irrigue les deux autres ?

Prenez quelques moments de silence pour habiter ces questions cette semaine, et relire ce passage d’évangile devant Dieu, en pensant à vos prochains.

 

 

 

1ère lecture : « Elle est tout près de toi, cette Parole, afin que tu la mettes en pratique » (Dt 30, 10-14)
Lecture du livre du Deutéronome

Moïse disait au peuple : « Écoute la voix du Seigneur ton Dieu, en observant ses commandements et ses décrets inscrits dans ce livre de la Loi, et reviens au Seigneur ton Dieu de tout ton cœur et de toute ton âme. Car cette loi que je te prescris aujourd’hui n’est pas au-dessus de tes forces ni hors de ton atteinte. Elle n’est pas dans les cieux, pour que tu dises : ‘Qui montera aux cieux nous la chercher ? Qui nous la fera entendre, afin que nous la mettions en pratique ?’ Elle n’est pas au-delà des mers, pour que tu dises : ‘Qui se rendra au-delà des mers nous la chercher ? Qui nous la fera entendre, afin que nous la mettions en pratique ?’ Elle est tout près de toi, cette Parole, elle est dans ta bouche et dans ton cœur, afin que tu la mettes en pratique. »

Psaume : Ps 68, 14, 17, 30-31, 33-34, 36ab.37

R/ Cherchez Dieu, vous les humbles et votre cœur vivra.

Moi, je te prie, Seigneur :
c’est l’heure de ta grâce ;
dans ton grand amour, Dieu, réponds-moi,
par ta vérité sauve-moi.

Réponds-moi, Seigneur,
car il est bon, ton amour ;
dans ta grande tendresse,
regarde-moi.

Et moi, humilié, meurtri,
que ton salut, Dieu, me redresse.
Et je louerai le nom de Dieu par un cantique,
je vais le magnifier, lui rendre grâce.

Les pauvres l’ont vu, ils sont en fête :
« Vie et joie, à vous qui cherchez Dieu ! »
Car le Seigneur écoute les humbles,
il n’oublie pas les siens emprisonnés.

Car Dieu viendra sauver Sion
et rebâtir les villes de Juda.
patrimoine pour les descendants de ses serviteurs,
demeure pour ceux qui aiment son nom.

2ème lecture : « Tout est créé par lui et pour lui » (Col 1, 15-20)
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Colossiens

Le Christ Jésus est l’image du Dieu invisible, le premier-né, avant toute créature : en lui, tout fut créé, dans le ciel et sur la terre. Les êtres visibles et invisibles, Puissances, Principautés, Souverainetés, Dominations, tout est créé par lui et pour lui. Il est avant toute chose, et tout subsiste en lui.

Il est aussi la tête du corps, la tête de l’Église : c’est lui le commencement, le premier-né d’entre les morts, afin qu’il ait en tout la primauté. Car Dieu a jugé bon qu’habite en lui toute plénitude et que tout, par le Christ, lui soit enfin réconcilié, faisant la paix par le sang de sa Croix, la paix pour tous les êtres sur la terre et dans le ciel.

Evangile : « Qui est mon prochain ? » (Lc 10, 25-37)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. 
Tes paroles, Seigneur, sont esprit et elles sont vie ; tu as les paroles de la vie éternelle.
Alléluia. (cf. Jn 6, 63c.68c)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, un docteur de la Loi se leva et mit Jésus à l’épreuve en disant : « Maître, que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? » Jésus lui demanda : « Dans la Loi, qu’y a-t-il d’écrit ? Et comment lis-tu ? » L’autre répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieude tout ton cœur, de toute ton âme,de toute ta force et de toute ton intelligence,et ton prochain comme toi-même. » Jésus lui dit : « Tu as répondu correctement. Fais ainsi et tu vivras. »

Mais lui, voulant se justifier, dit à Jésus : « Et qui est mon prochain ? » Jésus reprit la parole : « Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba sur des bandits ; ceux-ci, après l’avoir dépouillé et roué de coups, s’en allèrent, le laissant à moitié mort. Par hasard, un prêtre descendait par ce chemin ; il le vit et passa de l’autre côté. De même un lévite arriva à cet endroit ; il le vit et passa de l’autre côté. Mais un Samaritain, qui était en route, arriva près de lui ; il le vit et fut saisi de compassion. Il s’approcha, et pansa ses blessures en y versant de l’huile et du vin ; puis il le chargea sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui. Le lendemain, il sortit deux pièces d’argent, et les donna à l’aubergiste, en lui disant : ‘Prends soin de lui ; tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rendrai quand je repasserai.’ Lequel des trois, à ton avis, a été le prochain de l’homme tombé aux mains des bandits ? » Le docteur de la Loi répondit : « Celui qui a fait preuve de pitié envers lui. » Jésus lui dit : « Va, et toi aussi, fais de même. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , ,

Les commentaires sont desactivés.

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept