L'homelie du dimanche

21 mars 2016

Le Jeudi saint de Pierre

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Le Jeudi saint de Pierre
Cf. également :

Jeudi Saint / De la bouchée au baiser : la méprise de Judas
Jeudi Saint : la nappe-monde eucharistique
La table du Jeudi saint
Le pain perdu du Jeudi Saint


Homélie pour le Jeudi saint / Année C
24/03/2016

 

La marche de fiducie

Connaissez-vous cet amusant exercice de cohésion, souvent pratiqué dans les séminaires de team building (ou les camps de jeunes !) ? Il s’agit, les yeux bandés, de former une file avec des collègues, chacun tenant l’autre de devant par les épaules. Seul le dernier de la file a les yeux ouverts. Il doit, sans parler, par des gestes sur les épaules de son voisin de devant, guider la file vers un but donné dans la pièce (exemple : aller mettre un ballon dans un panier). C’est bien une question de confiance (fiducie).


Nous sommes ces joueurs aveugles, obligés de compter les uns sur les autres, nous laissant guider par le Christ caché et invisible, hors de nos regards, à travers d’innombrables médiations aussi difficiles à déchiffrer qu’une légère pression sur l’épaule…

 

Dieu par surprise

C’est bien à une marche de fiducie que Jésus invite ses amis pendant cette semaine sainte, à commencer par le geste étrange du lavement des pieds ce Jeudi soir. Pierre a du mal à ce jeu-là : il nous ressemble, ou l’inverse !

Nous avons du mal à comprendre comment Dieu agit à notre égard.

Nous avons des préjugés, des conceptions préétablies de ce qu’il devrait être ou faire. Et voilà qu’il nous déçoit parfois, qu’il nous surprend souvent, en agissant à contre-courant, en nous prenant à contre-pied.

C’est ce qui arrive à Pierre le soir de ce dernier repas. Sa conception de la puissance de Dieu ne cadre pas avec l’attitude du domestique lavant les pieds des invités au repas. Comme nous, il a un geste de recul en voyant le Christ s’abaisser, aux pieds de ses disciples, proche de leur saleté, de leur transpiration, de la poussière accumulée sur les routes.

« C’est toi Seigneur qui me laves les pieds ? » La surprise et l’étonnement de Pierre doivent être les nôtres : si nous voulons discerner les signes de l’action de Dieu dans nos vies, commençons par repérer ce qui nous étonne, ce qui nous scandalise, ce qui nous surprend, ce qui ne cadre pas avec nos conceptions. Car Dieu agit souvent par effraction, comme un voleur : à nous  de chercher ailleurs que là où nous avons commencé à le trouver…

 

Plus tard tu comprendras

Afficher l'image d'origineL’avertissement de Jésus vaut également pour nous. Sur le moment, nous comprenons rarement ce qui nous arrive et où cela nous conduit. Que ce soit un événement heureux (une rencontre, une opportunité, une réussite etc.) ou difficile  (une séparation, une porte qui se ferme etc.), il nous faut du temps, comme à Pierre, pour deviner où cela peut nous conduire. Ce n’est qu’après Pâques que Pierre comprendra. Nous, c’est après bien des cheminements, après bien des discussions, bien des silences en solitude également que nous pourrons dire : « je comprends pour quoi cela m’est arrivé… »

Ne pas tout comprendre est notre condition humaine. Cela n’invalide pas notre quête du pourquoi. Mais cela nous aide à laisser ouverte à l’infini la question du pour  quoi. Et du coup à nous laisser conduire sans savoir où nous allons…

 

Pierre le radical

Quand Pierre comprend qu’il ne fera pas changer d’avis Jésus, il radicalise son geste : « pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! »

Afficher l'image d'origine

Décidément, il n’a guère le sens de la mesure… Confondant le signifié et le signifiant – pourrait-on dire – Pierre croit que c’est la matérialité du bain qui compte et non la disposition intérieure qu’il incarne. Un peu comme des nouveaux convertis croient volontiers que c’est l’accumulation des prières, des jeûnes, des grandes croix sur la poitrine qui leur garantiront l’identité chrétienne. La quantité des actes dits ‘religieux’ est beaucoup moins importante que le désir d’y conformer toute son existence. Nous en ‘rajoutons’ parfois, comme Pierre, sur les pèlerinages, les messes, les chapelets, les retraites en monastère etc. comme si le lavement des pieds devait s’étendre à tout le corps, alors que le bain d’eau du baptême nous a déjà transformé au plus intime.

Méfions-nous donc de tout les radicalismes qui prétendraient imposer des rituels à n’en plus finir sous prétexte de faire comme le Christ.

Pendant les persécutions antichrétiennes des trois premiers siècles, la question était d’importance : que faire des lapsi, ceux qui avait renié leur foi à cause de la peur, la prison, la menace contre leur famille ? Les radicaux voulaient l’exclusion totale, mais d’autres, et les papes avec eux, se sont souvenus de la miséricorde et n’ont pas voulu imposer davantage que le lavement des pieds pratiqué par le Christ, sous la forme de la confession réintégrant dans la communion ecclésiale.

Que le Jeudi saint de Pierre nous révèle notre propre résistance à laisser le Christ  nous servir en toute humilité.

 

 

Messe du soir
1ère lecture : Prescriptions concernant le repas pascal (Ex 12, 1-8.11-14)
Lecture du livre de l’Exode

En ces jours-là, dans le pays d’Égypte, le Seigneur dit à Moïse et à son frère Aaron : « Ce mois-ci sera pour vous le premier des mois, il marquera pour vous le commencement de l’année. Parlez ainsi à toute la communauté d’Israël : le dix de ce mois, que l’on prenne un agneau par famille, un agneau par maison. Si la maisonnée est trop peu nombreuse pour un agneau, elle le prendra avec son voisin le plus proche, selon le nombre des personnes. Vous choisirez l’agneau d’après ce que chacun peut manger. Ce sera une bête sans défaut, un mâle, de l’année. Vous prendrez un agneau ou un chevreau. Vous le garderez jusqu’au quatorzième jour du mois. Dans toute l’assemblée de la communauté d’Israël, on l’immolera au coucher du soleil. On prendra du sang, que l’on mettra sur les deux montants et sur le linteau des maisons où on le mangera. On mangera sa chair cette nuit-là, on la mangera rôtie au feu, avec des pains sans levain et des herbes amères. Vous mangerez ainsi : la ceinture aux reins, les sandales aux pieds, le bâton à la main. Vous mangerez en toute hâte : c’est la Pâque du Seigneur. Je traverserai le pays d’Égypte, cette nuit-là ; je frapperai tout premier-né au pays d’Égypte, depuis les hommes jusqu’au bétail. Contre tous les dieux de l’Égypte j’exercerai mes jugements : Je suis le Seigneur. Le sang sera pour vous un signe, sur les maisons où vous serez. Je verrai le sang, et je passerai : vous ne serez pas atteints par le fléau dont je frapperai le pays d’Égypte.  Ce jour-là sera pour vous un mémorial. Vous en ferez pour le Seigneur une fête de pèlerinage. C’est un décret perpétuel : d’âge en âge vous la fêterez. »

Psaume : 115 (116b), 12-13, 15-16ac, 17-18

R/ La coupe de bénédiction est communion au sang du Christ. (cf. 1 Co 10, 16)

Comment rendrai-je au Seigneur
tout le bien qu’il m’a fait ?
J’élèverai la coupe du salut,
j’invoquerai le nom du Seigneur.

Il en coûte au Seigneur
de voir mourir les siens !
Ne suis-je pas, Seigneur, ton serviteur,
moi, dont tu brisas les chaînes ?

Je t’offrirai le sacrifice d’action de grâce,
j’invoquerai le nom du Seigneur.
Je tiendrai mes promesses au Seigneur,
oui, devant tout son peuple.

2ème lecture : « Chaque fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous proclamez la mort du Seigneur » (1 Co 11, 23-26)
Lecture de la première lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères, moi, Paul, j’ai moi-même reçu ce qui vient du Seigneur, et je vous l’ai transmis : la nuit où il était livré, le Seigneur Jésus prit du pain, puis, ayant rendu grâce, il le rompit, et dit : « Ceci est mon corps, qui est pour vous. Faites cela en mémoire de moi. » Après le repas, il fit de même avec la coupe, en disant : « Cette coupe est la nouvelle Alliance en mon sang. Chaque fois que vous en boirez, faites cela en mémoire de moi. »
 Ainsi donc, chaque fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous proclamez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne.

Evangile : « Il les aima jusqu’au bout » (Jn 13, 1-15)
Acclamation : Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus !
Je vous donne un commandement nouveau, dit le Seigneur :
« Aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés. »
Gloire et louange à toi, Seigneur Jésus ! (cf. Jn 13, 34)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Avant la fête de la Pâque, sachant que l’heure était venue pour lui de passer de ce monde à son Père, Jésus, ayant aimé les siens qui étaient dans le monde, les aima jusqu’au bout.

 Au cours du repas, alors que le diable a déjà mis dans le cœur de Judas, fils de Simon l’Iscariote, l’intention de le livrer, Jésus, sachant que le Père a tout remis entre ses mains, qu’il est sorti de Dieu et qu’il s’en va vers Dieu, se lève de table, dépose son vêtement, et prend un linge qu’il se noue à la ceinture ; puis il verse de l’eau dans un bassin. Alors il se mit à laver les pieds des disciples et à les essuyer avec le linge qu’il avait à la ceinture. Il arrive donc à Simon-Pierre, qui lui dit : « C’est toi, Seigneur, qui me laves les pieds ? » Jésus lui répondit : « Ce que je veux faire, tu ne le sais pas maintenant ; plus tard tu comprendras. » Pierre lui dit : « Tu ne me laveras pas les pieds ; non, jamais ! » Jésus lui répondit : « Si je ne te lave pas, tu n’auras pas de part avec moi. » Simon-Pierre lui dit : « Alors, Seigneur, pas seulement les pieds, mais aussi les mains et la tête ! » Jésus lui dit : « Quand on vient de prendre un bain, on n’a pas besoin de se laver, sinon les pieds : on est pur tout entier. Vous-mêmes, vous êtes purs, mais non pas tous. » Il savait bien qui allait le livrer ; et c’est pourquoi il disait : « Vous n’êtes pas tous purs. »

 Quand il leur eut lavé les pieds, il reprit son vêtement, se remit à table et leur dit : « Comprenez-vous ce que je viens de faire pour vous ? Vous m’appelez “Maître” et “Seigneur”, et vous avez raison, car vraiment je le suis. Si donc moi, le Seigneur et le Maître, je vous ai lavé les pieds, vous aussi, vous devez vous laver les pieds les uns aux autres. C’est un exemple que je vous ai donné afin que vous fassiez, vous aussi, comme j’ai fait pour vous. »
Patrick BRAUD

 

Mots-clés : , , , ,

Les commentaires sont desactivés.

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept