L'homelie du dimanche

9 mars 2016

Lapider : oui, mais qui ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Lapider : oui, mais qui ?

 

Cf. également :

L’adultère, la Loi et nous

À partir de la fin !

Homélie du 5° dimanche de carême / Année C
13/03/2016

 

D’habitude, on commente l’évangile de la femme adultère de notre cinquième dimanche de carême en le spiritualisant très vite. On en arrive alors à des messages essentiels : la priorité de la miséricorde sur la loi, la distinction entre le péché et le pécheur, Jésus Maître de la Loi etc…

Hélas, les actualités qui nous arrivent régulièrement de certains pays musulmans nous obligent à revenir à la matérialité des faits évoqués. Car bien des codes juridiques sur la planète ont intégré ce châtiment supposé exemplaire dans leur législation, au nom de la charia.

D’où vient donc cette coutume que nous jugeons aujourd’hui barbare (sous l’influence de Jn 8 notamment) ? Pourquoi la lapidation est-elle pratiquée ? Est-elle inscrite dans la Bible ou le Coran [1] ?

 

1. La lapidation dans l’Ancien Testament

a) Une pratique héritée

Les spécialistes de la Grèce antique relèvent de fort nombreux textes mentionnant la lapidation. Il semble que les Hébreux aient commencé à réfléchir à la loi garantissant l’unité et la sainteté du peuple dans un contexte où ce châtiment était commun et ne posait pas de problème en soi. Un peu comme le bagne, l’esclavage ou la guillotine était pratiqués chez nous jusqu’au XVIIIe siècle (voire le XIXe) sans que les consciences ne s’en émeuvent vraiment.

Ainsi les passages de l’Ancien Testament attestant cette pratique sont nombreux (30 occurrences du verbe lapider).
Pour cause d’adultère, comme le mentionne Jn 8 :
Dt 22,22 : « Si l’on prend sur le fait un homme couchant avec une femme mariée, tous deux mourront : l’homme qui a couché avec la femme et la femme elle-même. Tu feras disparaître d’Israël le mal. »

Pour fausse prophétie ou culte astrologique (Dt 13, 1-11), insoumission du fils à ses parents (Dt 19, 18-21), blasphème (Lv 24,16), non respect du sabbat (Nb 15,36, dissimulation et vol d’un butin de guerre (Jos 7,25) … : les motifs ne manquent pas !

Le refrain : « Tu feras disparaître le mal d’au milieu de toi » renvoie à la vocation d’Israël de refléter l’unique sainteté de Dieu. Tout pécheur qui contredit cette sainteté collective est éliminé… Et tout le peuple doit participer, sur la base de deux témoins au minimum.

On notera l’étroitesse des liens entre les lapidations grecques et juives : lapidations qui se font hors de la ville (Lv 24, 14.23; Nb 15,35; Dt 31,19; 22, 21.24); lapidations qui expriment la volonté populaire (Ex 8,23 ; 18,4 ; Lv 20,2 ; 24, 14-16; Nb 14,10.15.35; Ez 23,47; Dt 13,10-11; 17,5 et 21,21; Jos 7,25; 1S 30,6; 1R 12,18); lapidations qui écartent le Mal (Dt 21,21 ; 22,21).

Lapidation pour viol du sabbat

Lapidation pour non respect du sabbat
Guiard des Moulins, Bible historiale, Paris, XIVe siècle
Bibliothèque nationale de France

b) Une pratique peu à peu disqualifiée

Les commentaires rabbiniques évoluèrent au fil des siècles en soulignant que le rôle de ces versets était davantage d’avertir que de punir. Pratiquée encore (notamment contre les chrétiens) aux premiers siècles du christianisme, la lapidation recule cependant et n’est en pratique plus prescrite ni pratiquée par les tribunaux juifs.

Le rabbin orthodoxe Aryeh Kaplan écrit au sujet de la peine de mort dans le judaïsme :

« En pratique ces peines ne sont presque jamais invoquées, et existaient principalement comme un moyen de dissuasion et afin d’indiquer la gravité des péchés pour lesquels elles ont été prescrites. Les règles sévères codifiées dans la Torah afin de protéger l’accusé ont de fait rendu impossible l’application de ces sanctions, le système pénal pouvant devenir brutal et barbare à moins d’être administré dans une atmosphère de la plus haute moralité et piété. Lorsque ces normes ont diminué dans le peuple juif, le Sanhédrin a volontairement aboli ce système de sanctions. »

 

2. La lapidation dans le Nouveau Testament

a) Jésus accomplit la Loi

Qu’allaient donc faire les chrétiens de ces versets lapidaires de la loi de Moïse ? Notre épisode de Jn 8 est crucial : Jésus s’y révèle interprète de la loi, magistralement habile pour à la fois ne pas en contredire le texte (pas le moindre iota n’en est enlevé) et le dépasser en l’intériorisant absolument. Accomplir la loi consiste pour Jésus à se l’appliquer d’abord à soi-même avant de réclamer un châtiment pour autrui : « que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre ». Ainsi, tout libéralisme est déclaré impur. Ainsi tout fondamentalisme qui voudrait condamner au lieu de sauver se trouve en frontale opposition avec l’Esprit du Christ : « je ne te condamne pas ; va et désormais ne pèche plus ».

b) Étienne, ou la lapidation inversée

Au lieu d’être des bourreaux jetant des pierres à leurs opposants, les chrétiens, pendant les trois premiers siècles au moins, sont devenus les victimes de la lapidation que Jésus avait rendu obsolète. Étienne, le premier à mourir pour sa foi au Ressuscité, sera lapidé hors de la ville de Jérusalem. En suivant la logique qui selon René Girard démasque la vérité de la violence, on peut voir dans les martyrs des premiers siècles les témoins innocents qui dénoncent le mal et l’injustice de la lapidation (ainsi que du supplice par les fauves dans les cirques romains etc.).

Afficher l'image d'origine

La lapidation de saint Étienne
Gabriel-Jules Thomas, 1863
Lunette du portail de l’église Saint-Étienne-du-Mont, à Paris

Ensuite, l’Église oubliera hélas le sang des martyrs pour faire elle-même couler le sang de ses opposants, en raffinant les supplices infligés… Elle se plaçait elle-même en totale contradiction avec le message et l’Esprit de son fondateur comme Jn 8 nous les ont transmis. L’Écriture juge l’Église lorsqu’elle y est infidèle, car le Nouveau Testament contient en lui-même les principes d’une critique radicale de toute instrumentalisation de la personne du Christ. Que l’Église se soit éloignée de la miséricorde n’invalide pas au contraire la priorité de la miséricorde sur la loi établie par Jésus. 

3. La lapidation dans l’islam

La grande différence avec l’islam est que pour les juifs ou les chrétiens la Bible n’est pas la parole de Dieu incréée, mais des témoignages humains sur un dieu transcendant, et donc susceptibles d’herméneutique, d’interprétation en resituant le texte dans son contexte.

Qu’en est-il de la lapidation dans le Coran, dans la charia ?

a) Pas dans le Coran, mais dans les hadiths et la charia

Les versets du Coran faisant allusion à la punition des adultères sont clairs : ils mentionnent des coups de fouet mais pas la lapidation.
Sourate 4,15: « Celles de vos femmes qui forniquent, faites témoigner à leur encontre quatre d’entre vous. S’ils témoignent, alors confinez ces femmes dans vos maisons jusqu’à ce que la mort les rappelle ou qu’Allah décrète un autre ordre à leur égard. »

Sourate 24,2: « la fornicatrice et le fornicateur, fouettez-les chacun de cent coups de fouet. Et ne soyez point pris de pitié pour eux dans l’exécution de la loi d’Allah – si vous croyez en Allah et au Jour Dernier. Et qu’un groupe de croyants assiste à la punition. »

Afficher l'image d'origineCependant les hadiths (paroles et actes de Mohamed rapportés par ses disciples) mentionnent un mystérieux verset de la lapidation qui aurait été inscrit dans le Coran, puis retiré ensuite, et l’accord de Mohamed en plusieurs situations où la lapidation a été  pratiquée en sa présence.

Les Imams Bukhari et Muslim ont rapporté que les juifs sont venus demander le jugement du prophète sur un homme et une femme juifs qui ont commis la fornication.

Le Messager d’Allah a dit : « Que trouvez-vous dans la Thora au sujet de la fornication ? » Ils répondirent : « Nous les dénonçons et nous les fouettons. » Mais Abd’Allah Ben Salam a dit : « Vous mentez mais c’est plutôt la lapidation ». Ils ont alors apporté la Thora et l’ont exposé puis un d’entre eux a montré de doigt le Verset sur la lapidation. Ils ont ensuite dit : « Il dit la vérité, ô Muhammad ! C’est la lapidation ». Le Messager d’Allah a alors ordonné de lapider l’homme et la femme. Abd’Allah dit : « J’ai vu l’homme se rapprocher de la femme voulant la protéger contre les pierres. »

Un autre hadith concerne les personnes qui, ayant été mariées, ne sont plus vierges, et ont quitté leur époux ou épouse [le mot arabe est tayyib] :

« L’envoyé de Dieu, lorsque descendait sur lui la révélation, en éprouvait chagrin soucieux, et son visage devenait sombre. Et un jour Dieu lui envoya la révélation, et lorsqu’il fut libéré de son souci il dit : Prenez de moi ! Dieu leur a donné [= aux femmes] une voie : [adultère de] tayyib avec tayyib, et de vierge avec vierge : le/la tayyib flagellation de cent [coups] et lapidation avec des pierres; le/la vierge, flagellation de cent [coups], puis exil d’un an ». [Musnad, V, 317, et passim; comp. Coran, 4, 15-16].

 

b) Mohammed restaurateur de la Loi juive (vs Jésus) 

« L’envoyé de Dieu a lapidé, et nous avons lapidé après lui ! »

La formule, qui figure dans la Sira comme dans tous les ouvrages de hadiths, fait partie du discours du calife ‘Umar, père de ‘Abd- Allâh, qu’il prononça alors qu’il était en butte à l’opposition de ceux qui mettaient en cause la légitimité de son élection.

L’argument est simple : Mohamed se présente comme celui qui restaure la vérité du message de Dieu, message que Moïse et Jésus avait transmis mais qui avait été obscurci par les juifs puis les chrétiens. « Ne me louez pas à l’excès comme on a loué Jésus fils de Marie », aurait dit Mohamed. Face à Jésus qui prétend accomplir la loi en pardonnant, il veut rétablir la pureté de la loi de Moïse en revenant à la Torah. Or la Thora prescrit de lapider les adultères.
« Mais comment te demanderaient-ils d’être leur juge quand ils ont avec eux la Thora dans laquelle se trouve le jugement d’Allah ? Et puis, après cela, ils rejettent ton jugement. Ces gens-là ne sont nullement les croyants. » (Sourate 5:43) 

Un parallèle entre les hadiths et Jn 8 fait apparaître que Mohamed a voulu se présenter comme un nouveau Jésus, au message inversé : la loi, rien que la loi, toute la loi.

Jésus Mohammed Jn8 

Source : http://www.persee.fr/doc/remmm_0997-1327_1990_num_58_1_2376

 

4. Les symboliques de la lapidation.

Pourquoi ce châtiment a-t-il été inventé ? Pourquoi a-t-il fasciné les foules grecques, hébreues ou musulmanes ?

Des anthropologues et historiens ont scruté ses symboliques profondes et inconscientes qui donnent toute sa force à la lapidation.

 

a) Exclure le mal hors de la ville

Israël se perçoit comme reflet de la sainteté de Dieu : il ne peut donc supporter qu’une tache vienne obscurcir cette sainteté, et veut l’éliminer à tout prix.

On n’avait pas, à cette époque, une conception individuelle du péché. La faute d’un individu était vue comme une maladie qui était venue se loger au cœur de la communauté et qui risquait, si elle n’était pas enlevée, de contaminer le corps tout entier. On devait donc s’en débarrasser au plus vite. Il fallait retrancher de son sein le fautif : « Tu ôteras le mal du milieu de toi » (Dt 21,21)!

Poussé aux portes de la ville (1 R 21,10.13; Lc 24,14), l’individu était rejeté non seulement de l’espace où il habitait, mais également de la communauté à laquelle il appartenait. Son corps était parfois exposé après sa mort « suspendu au bois », mais il devait être détaché avant la nuit (Dt 21,22-23).

Jésus a été lui aussi rejeté hors de la ville, personnifiant ainsi le mal, devenant un maudit de Dieu, et suspendu au bois de la croix. Il s’attendait d’ailleurs à être lapidé comme tant de prophètes (cf. Jn 10,31-32; 11,8; 13,34; Mt 21,35; 23,37). Paul a échappé plusieurs fois à la lapidation, après avoir lui-même gardé les vêtements de ceux qui jetaient les pierres sur Etienne…

 

b) Purifier la communauté (catharsis)

Un individu qui transgressait la Loi attirait sur les autres membres de sa communauté le malheur. La communauté avait donc peur que Dieu n’exerce sa colère contre elle. En lapidant le membre fautif, elle signifiait clairement devant Dieu et devant les hommes le rejet du péché dont il était coupable et espérait l’indulgence de Dieu à son égard. La lapidation réparait l’offense et purgeait la communauté toute entière.

Il s’agissait donc de protéger la communauté des conséquences du mal commis, qui sinon retomberait sur le peuple en punition pour sa complicité. On comprend pourquoi toute la foule doit jeter des pierres, et pas seulement un bourreau professionnel ou des magistrats.

 

c) Pétrifier le mal

Afficher l'image d'origine

Le corps de la personne lapidée, entouré des pierres s’amoncelant autour de lui, finit par se pétrifier, incapable de se mouvoir, de ressentir, de se répandre. Au regard de tous, le mal personnifié dans le lapidé est stoppé net dans sa course. Rassurée par ce stop absolu, la foule actrice du supplice revient chez elle apaisée pour un temps d’avoir pu pétrifier le mal à l’oeuvre dans la communauté.

Le corps du supplicié est enseveli sous terre pour enfouir ses péchés de chair, alors que sa tête est découverte, en proie aux jets de pierre, pour que son âme puisse s’absoudre et s’élever.

La pétrification à sa manière témoigne de cette volonté de chasser, d’expulser, d’anéantir. Et ceci sans qu’il y ait de contact avec la victime, donc sans contracter d’impureté rituelle.

Le jet se veut rejet et l’amas de pierres isole définitivement l’individu du groupe sans qu’une responsabilité individuelle ne se dégage.

 

d) Rejeter les tyrans

Les textes de la Grèce antique nous révèlent un autre aspect inédit de la lapidation. Car en démocratie, ce n’était pas toujours sur les adultères qu’on jetait des pierres : les tyrans étaient également soumis à ce traitement ! Jeter des pierres sur le tyran ou inscrire son nom sur une pierre pour le chasser devient le symbole de la résistance contre l’oppression…

L’ostrakon (οστρακον) est un caillou sur lequel est inscrit le nom de l’aspirant à la tyrannie que la cité démocratique choisit d’expulser de son territoire. Il se substitue à la pierre lancée par le peuple ou les magistrats contre le tyran. La procédure perd de sa barbarie, non de son efficacité (le mot ostracisme vient de là).

Afficher l'image d'origine

e) Faire l’apprentissage de la démocratie

La démocratie grecque va plus loin encore. Les tas de pierres « Hermès » jalonnant les routes entre les cités invitaient les citoyens à renouveler leur adhésion à la chose publique (res-publica) :

« Une scholie à l’Odyssée (XVI,471) rapporte un étrange récit remontant à Anticlide : Hermès, sur ordre de Zeus, fut amené à tuer Argus – le monstre aux yeux multiples, gardien de la vache Io aimée de Zeus – et il le fit en lui lançant de loin une pierre (du moins dans certaines versions). Les dieux furent amenés à le juger et rendirent un verdict curieux : ils disposèrent au pied d’Hermès de petites pierres – des ψήφοι – constituant ainsi le premier des « tas d’Hermès », les Έρμαΐοι λόφοι, que l’on rencontrait sur les routes grecques et sur lesquels chaque passant devait jeter sa propre pierre. Le jet du ψήφος est en fait bien autre chose qu’un banal jet de pierres. Il exprime le sentiment de celui qui jette sa participation, sa prise de position, en un mot son vote. »

Ces petits tas de pierres dédiés à Hermès que l’on rencontrait sur les routes sur lesquels chaque passant devait jeter sa propre pierre exprime la participation de celui qui le jette aux pratiques communes. Cette expression préfigure le vote.

Afficher l'image d'origine

La lapidation s’inscrit ainsi dans un moment bien précis de l’évolution des mécanismes institutionnels et juridiques de la cité grecque. Le monde grec (et probablement d’abord le monde grec oriental) transforme une pratique cruelle et barbare, qui vient à coup sûr d’un vieux fonds de coutumes orientales que l’on retrouve – identiques – dans l’Ancien puis le Nouveau Testament, en un instrument décisif dans l’apprentissage de la vie démocratique. 

 

f) Lapider Satan

Le dernier mot pourrait bien appartenir… à l’islam ! En effet, la spiritualisation du châtiment opéré par Jésus trouve son accomplissement dans la lapidation de Satan pratiquée dans les pèlerinages à la Mecque.

Ce lancer de ces pierres évoque l’action faite par Ibrahim et sa famille, où le diable, selon le texte religieux, leur apparut par trois fois en cet endroit. D’abord devant Ibrahim lui-même, puis devant sa femme Agar et ensuite devant leur fils Ismaël.

Le rite de la lapidation de Satan est fondé sur cette histoire: Satan chercha par trois fois à influencer Abraham pour qu’il désobéisse à Dieu; Dieu avait en effet ordonné à Abraham d’égorger son fils Ismaël. Les trois fois, Abraham répondit à Satan en le chassant à coups de pierres et s’apprêta donc à sacrifier son fils.

Sur les conseils de l’archange Gabriel, Ibrahim « lapide » par trois fois l’apparition à l’aide de sept cailloux, pour lui signifier son mépris. Ce geste a été perpétué, Satan étant symbolisé par trois piliers de pierre : un petit, un moyen et un grand, repérés par trois poteaux distants de respectivement 150 mètres. Tous trois furent remplacés par les autorités saoudiennes en 2004 par trois murs de 26 m long chacun, situés sous un pont, le Pont de Jamaraat. La rhétorique iranienne identifiant les USA au « grand Satan » vient de là…

 

Alors : lapider ?

- Oui, dit la Torah et les juifs avec elle, ne lisant cependant plus dans les textes qu’un avertissement salutaire et non un châtiment à appliquer.

- Oui, disent les musulmans suivant les hadiths et la charia, alors que les réformateurs veulent revenir au seul Coran (comportant quand même 100 coups de fouet en punition…).

- Non, plaident les chrétiens, pour qui la miséricorde est plus grande que la loi.

Finalement, lapider : oui, mais qui ?
Qui peut jeter la pierre sinon celui qui n’a jamais péché, c’est-à-dire le saint de Dieu – Jésus – qui ne l’a pas fait ?
Qui lapider ? Non pas la femme adultère, mais tous les Satans, petits ou grands, qui nous éloignent de l’amour du pécheur

Lorsque la tentation s’approche, jetez-lui des pierres pour lui signifier que l’Esprit du Christ est plus fort qu’elle.
Lapidez tous les Satans qui vous détournent de l’amour d’autrui…

 


[1]. Cette homélie doit beaucoup à Michel Gras, Cité grecque et lapidation, article in Publications de l’École française de Rome, 1984, volume 79 n°1, pp. 75-89, et Alfred-Louis de Prémare, Prophétisme et adultère, d’un texte à l’autre, in Revue du monde musulman et de la Méditerranée, 1990, volume 58 n° 1, pp. 101-135, ainsi que J.P. Vernant, Ambiguïté et renversement. Sur la structure énigmatique d’«Œdipe- Roi», dans J.P. Vernant et P. Vidal-Naquet, Mythe et tragédie en Grèce ancienne, Paris, 1973, pp. 101ss. Les citations viennent de ces ouvrages.

 

 

 

1ère lecture : « Voici que je fais une chose nouvelle, je vais désaltérer mon peuple » (Is 43, 16-21)
Lecture du livre du prophète Isaïe

Ainsi parle le Seigneur, lui qui fit un chemin dans la mer, un sentier dans les eaux puissantes, lui qui mit en campagne des chars et des chevaux, des troupes et de puissants guerriers ; les voilà tous couchés pour ne plus se relever, ils se sont éteints, consumés comme une mèche. Le Seigneur dit : « Ne faites plus mémoire des événements passés, ne songez plus aux choses d’autrefois. Voici que je fais une chose nouvelle : elle germe déjà, ne la voyez-vous pas ? Oui, je vais faire passer un chemin dans le désert, des fleuves dans les lieux arides. Les bêtes sauvages me rendront gloire – les chacals et les autruches – parce que j’aurai fait couler de l’eau dans le désert, des fleuves dans les lieux arides, pour désaltérer mon peuple, celui que j’ai choisi. Ce peuple que je me suis façonné redira ma louange. »

Psaume : Ps 125 (126), 1-2ab, 2cd-3, 4-5, 6
R/ Quelles merveilles le Seigneur fit pour nous : nous étions en grande fête ! (Ps 125, 3)

Quand le Seigneur ramena les captifs à Sion,
nous étions comme en rêve !
Alors notre bouche était pleine de rires,
nous poussions des cris de joie.

Alors on disait parmi les nations :
« Quelles merveilles fait pour eux le Seigneur ! »
Quelles merveilles le Seigneur fit pour nous :
nous étions en grande fête !

Ramène, Seigneur, nos captifs,
comme les torrents au désert.
Qui sème dans les larmes
moissonne dans la joie.

Il s’en va, il s’en va en pleurant,
il jette la semence ;
il s’en vient, il s’en vient dans la joie,
il rapporte les gerbes.

2ème lecture : « À cause du Christ, j’ai tout perdu, en devenant semblable à lui dans sa mort » (Ph 3, 8-14)
Lecture de la lettre de saint Paul apôtre aux Philippiens

Frères, tous les avantages que j’avais autrefois, je les considère comme une perte à cause de ce bien qui dépasse tout : la connaissance du Christ Jésus, mon Seigneur. À cause de lui, j’ai tout perdu ; je considère tout comme des ordures, afin de gagner un seul avantage, le Christ, et, en lui, d’être reconnu juste, non pas de la justice venant de la loi de Moïse mais de celle qui vient de la foi au Christ, la justice venant de Dieu, qui est fondée sur la foi. Il s’agit pour moi de connaître le Christ, d’éprouver la puissance de sa résurrection et de communier aux souffrances de sa Passion, en devenant semblable à lui dans sa mort, avec l’espoir de parvenir à la résurrection d’entre les morts. Certes, je n’ai pas encore obtenu cela, je n’ai pas encore atteint la perfection, mais je poursuis ma course pour tâcher de saisir, puisque j’ai moi-même été saisi par le Christ Jésus. Frères, quant à moi, je ne pense pas avoir déjà saisi cela. Une seule chose compte : oubliant ce qui est en arrière, et lancé vers l’avant, je cours vers le but en vue du prix auquel Dieu nous appelle là-haut dans le Christ Jésus.

Evangile : « Celui d’entre-vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à jeter une pierre » (Jn 8, 1-11)

Acclamation : Gloire à toi, Seigneur. Gloire à toi.
Maintenant, dit le Seigneur, revenez à moi de tout votre cœur, car je suis tendre et miséricordieux.
Gloire à toi, Seigneur. Gloire à toi. (cf. Jl 2, 12b.13c)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus s’en alla au mont des Oliviers. Dès l’aurore, il retourna au Temple. Comme tout le peuple venait à lui, il s’assit et se mit à enseigner. Les scribes et les pharisiens lui amènent une femme qu’on avait surprise en situation d’adultère. Ils la mettent au milieu, et disent à Jésus : « Maître, cette femme a été surprise en flagrant délit d’adultère. Or, dans la Loi, Moïse nous a ordonné de lapider ces femmes-là. Et toi, que dis-tu ? » Ils parlaient ainsi pour le mettre à l’épreuve, afin de pouvoir l’accuser. Mais Jésus s’était baissé et, du doigt, il écrivait sur la terre. Comme on persistait à l’interroger, il se redressa et leur dit : « Celui d’entre vous qui est sans péché, qu’il soit le premier à lui jeter une pierre. » Il se baissa de nouveau et il écrivait sur la terre. Eux, après avoir entendu cela, s’en allaient un par un, en commençant par les plus âgés. Jésus resta seul avec la femme toujours là au milieu. Il se redressa et lui demanda : « Femme, où sont-ils donc ? Personne ne t’a condamnée ? » Elle répondit : « Personne, Seigneur. » Et Jésus lui dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. »
Patrick BRAUD

 

Mots-clés : , , , , ,

Les commentaires sont desactivés.

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept