L'homelie du dimanche

  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 17 juin 2015

17 juin 2015

Qui a piqué mon fromage ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Qui a piqué mon fromage ?

 

Homélie du 13° dimanche du temps ordinaire / Année C
21/06/2015

 

« Qui a piqué mon fromage ? »

Qui a piqué mon fromage ? dans Communauté spirituelleC’est le cri étonné et amer de Polochon, petit personnage d’une fable célèbre. Dans ce best-seller de développement personnel, Spencer Johnson raconte une parabole moderne sur ce que provoque le changement en nous.

Quatre personnages vont chaque jour se régaler d’un tas de fromage délicieux : les deux souris Flair et Flèche, les deux ‘minigus’ (= petits humains de la taille des souris) Polochon et Baluchon, tous bien nommés. Un jour, plus rien à se mettre sous la dent ! D’où les cris de rage de Polochon : qui a piqué mon fromage ?

À partir de là, les différents stratégies de conduite du changement vont s’incarner dans nos quatre amis : Flair ne se perd pas en conjectures, il lève le nez, renifle d’autres odeurs, et indique à son compagnon Flèche la direction vers laquelle celui-ci fonce explorer de nouvelles possibilités de fromage.

Polochon lui se lamente. Il cherche à comprendre pourquoi il n’y a plus de fromage. Il vérifie partout que c’est bien le cas. Il revient sans cesse sur le lieu désormais vide de leur ancienne abondance. Il se recroqueville sur un passé évanoui.

Baluchon voudrait bien ne pas en rester là. Il sent un appel à prendre la route pour chercher ailleurs. Mais il est ami avec Polochon et ne veut pas le laisser seul. Pourtant, au bout d’une longue période de disette, il se rend à l’évidence : il faut partir ailleurs. Il va alors de découverte en découverte, et à chaque étape écrit sur les murs explorés la maxime qui l’a aidé à avancer (en espérant que Polochon les lira plus tard) :

« Plus tu t’attaches au fromage et plus tu cherches à le retenir ».

« Le fromage change sans cesse de place ».

Etc.

Cette fable a déjà aidé des dizaines de milliers de gens à s’adapter au changement : au travail, en famille, en amour… Nous avons tous en nous des éléments de nos quatre héros. Lorsque quelque chose disparaît de nos vies (le fromage peut être le succès, l’argent, l’amour, la santé…), nous réagissons trop souvent comme Polochon se recroquevillant sur lui-même, quelquefois comme Baluchon qui se remet en route et ose s’autoriser de nouveaux possibles, rarement comme Flair et Flèche qui écoutent leur instinct et leur expérience pour croire en leur avenir, devant.

« Qui a piqué mon fromage ? » est presque une version sécularisée de notre évangile ! Regardez Jésus qui oblige ses disciple à changer de ‘fromage’ : « passons sur l’autre rive ». Alors que le succès auprès des foules de Galilée était bien là, ils n’avaient qu’une envie : profiter de cette notoriété, savourer la reconnaissance des gens, s’installer dans le confort que leur procure le statut de confidents du prophète bien-aimé. Eh bien non ! « Passons sur l’autre rive » résonne comme l’annonce d’un changement, désagréable puisqu’il s’agit de quitter la douce béatitude du succès, et même inquiétant puisqu’il s’agit de traverser le lac de Tibériade, un épouvantail pour les piètres marins pêcheurs qu’étaient les Douze.

 changement dans Communauté spirituelle

Toujours partir ailleurs : c’est fatigant à la longue de te suivre Jésus ! Ne pourrait-on pas jeter l’ancre quelque part une bonne fois pour toutes ! ?

Bergson répondait : « le seul élément stable du christianisme est l’ordre de ne s’arrêter jamais »…

Comme dirait Spencer Johnson : le fromage change toujours de place ! Et d’ailleurs, le vieux fromage sent de plus en plus mauvais, avant de disparaître totalement. Dans notre 2° lecture, saint Paul écrivait aux corinthiens, pour les aider à quitter leurs anciennes habitudes : « le monde ancien s’en est allé, un monde nouveau est déjà né ».

 

La peur de changer

Dans sa quête de sa nouvelle nourriture, Baluchon va devoir comme chacun de nous s’affronter à ses peurs. Peur du changement, peur de ce qu’il y a derrière, peur de perdre le peu qui lui reste aujourd’hui.

Pour se libérer de l’inhibition liée à la crainte, il écrit sur les murs :

« Que ferais-tu si tu n’avais pas peur ? »

Et un peu plus loin :

« Quand tu parviens à surmonter la peur, tu te sens libre ».

 

 fromageLà encore, on entend comme un écho de l’évangile : « pourquoi êtes-vous si craintifs ? » Le Christ sait bien que la peur nous fige sur place, et nous empêche de passer sur l’autre rive. Le fameux « n’ayez pas peur ! » de Jean Paul II était cet appel du Christ à laisser le changement nous conduire là où nous n’aurions pas pensé aller. Et un peuple uni qui n’a pas peur (des chars, de la police secrète, de l’emprisonnement…) est quasiment invincible.

 

Apprivoiser ses peurs et les dépasser est évidemment une condition indispensable pour bien vivre le changement de notre existence. Peur de quitter une entreprise pour une autre, peur de se retrouver seul alors que le couple a explosé, peur d’affronter les vagues contraires alors qu’il faut faire des choix courageux, peur du grand âge et de la dégradation physique… L’autorité du Christ sur la mer déchaînée et la tempête violente nous aide à nommer nos peurs, à les identifier, et à nous concentrer grâce au Christ sur l’autre rive vers laquelle naviguer et naviguer encore.

 

Comme dirait Spencer Johnson : bougez avec le Fromage !

 


 

1ère lecture : « Ici s’arrêtera l’orgueil de tes flots ! » (Jb 38, 1.8-11)
Lecture du livre de Job

Le Seigneur s’adressa à Job du milieu de la tempête et dit : « Qui donc a retenu la mer avec des portes, quand elle jaillit du sein primordial ; quand je lui mis pour vêtement la nuée, en guise de langes le nuage sombre ; quand je lui imposai ma limite, et que je disposai verrou et portes ? Et je dis : “Tu viendras jusqu’ici ! tu n’iras pas plus loin, ici s’arrêtera l’orgueil de tes flots !” »

Psaume : 106 (107), 21a.22a.24, 25-26a.27b, 28-29, 30-31

R/ Rendez grâce au Seigneur : Il est bon ! Éternel est son amour !
ou : Alléluia !
(106, 1)

Qu’ils rendent grâce au Seigneur de son amour,
qu’ils offrent des sacrifices d’action de grâce,
ceux qui ont vu les œuvres du Seigneur
et ses merveilles parmi les océans.

Il parle, et provoque la tempête,
un vent qui soulève les vagues :
portés jusqu’au ciel, retombant aux abîmes,
leur sagesse était engloutie.

Dans leur angoisse, ils ont crié vers le Seigneur,
et lui les a tirés de la détresse,
réduisant la tempête au silence,
faisant taire les vagues.

Ils se réjouissent de les voir s’apaiser,
d’être conduits au port qu’ils désiraient.
Qu’ils rendent grâce au Seigneur de son amour,
de ses merveilles pour les hommes.

2ème lecture : « Un monde nouveau est déjà né » (2 Co 5, 14-17)
Lecture de la deuxième lettre de saint Paul apôtre aux Corinthiens

Frères, l’amour du Christ nous saisit quand nous pensons qu’un seul est mort pour tous, et qu’ainsi tous ont passé par la mort. Car le Christ est mort pour tous, afin que les vivants n’aient plus leur vie centrée sur eux-mêmes, mais sur lui, qui est mort et ressuscité pour eux. Désormais nous ne regardons plus personne d’une manière simplement humaine : si nous avons connu le Christ de cette manière, maintenant nous ne le connaissons plus ainsi. Si donc quelqu’un est dans le Christ, il est une créature nouvelle. Le monde ancien s’en est allé, un monde nouveau est déjà né.

Evangile : « Qui est-il donc, celui-ci, pour que même le vent et la mer lui obéissent ? » (Mc 4, 35-41)

Acclamation : Alléluia. Alléluia.
Un grand prophète s’est levé parmi nous, et Dieu a visité son peuple.
Alléluia. (Lc 7, 16)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Toute la journée, Jésus avait parlé à la foule. Le soir venu, Jésus dit à ses disciples : « Passons sur l’autre rive. » Quittant la foule, ils emmenèrent Jésus, comme il était, dans la barque, et d’autres barques l’accompagnaient. Survient une violente tempête. Les vagues se jetaient sur la barque, si bien que déjà elle se remplissait. Lui dormait sur le coussin à l’arrière. Les disciples le réveillent et lui disent : « Maître, nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ? » Réveillé, il menaça le vent et dit à la mer : « Silence, tais-toi ! » Le vent tomba, et il se fit un grand calme. Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ? » Saisis d’une grande crainte, ils se disaient entre eux : « Qui est-il donc, celui-ci, pour que même le vent et la mer lui obéissent ? »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept