L'homelie du dimanche

  • Accueil
  • > Archives pour le Mercredi 15 avril 2015

15 avril 2015

Le premier cri de l’Église

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 1 h 01 min

Le premier cri de l’Église

 

Homélie du 3° Dimanche de Pâques / Année B
19/04/15

 cf. également :  Le cognac de la foi

Bon foin ne suffit pas

Le cri primal

Le premier cri de l'Église dans Communauté spirituelle 18815341Vous souvenez-vous du premier cri d’un bébé juste sorti du ventre de sa mère ?

Lorsque les eaux refluent de ses poumons, et que la dilatation subite de ses alvéoles le fait  crier sous l’effet de la pression de l’air ?

Nous interprétons à juste titre ce premier cri comme un heureux signe, joie et douleur mêlées, car c’est le cri de la vie naissante.

        

Le kérygme

Eh bien, ce matin vous entendez le 1° cri du bébé-Église !

Près du Temple de Jérusalem, au Portique de Salomon – lieu symbolique ! – Pierre laisse sortir du groupe des Douze ce cri qui déchire la foule en attente : « Lui, le serviteur Jésus, le chef des vivants, vous l’avez tué, mais Dieu l’a ressuscité d’entre les morts, nous en sommes témoins » (Ac 3, 13-19).

Cette annonce de la Résurrection, c’est le premiercri de l’Église naissante, c’est le cœur de son message.

Droit au but : Pierre annonce l’essentiel, sans se perdre en fioritures ou détails accessoires. « Ce Jésus, Dieu l’a ressuscité, il est vivant dans la force de l’Esprit. Nous en sommes témoins. C’est notre espérance pour toute l’humanité ».

Et il y a dans les Actes des Apôtres une vingtaine de cris de ce type (qu’on appelle le ‘kérygme’ en termes exégétiques) : comme une maternité où les nouveaux-nés s’entraînent mutuellement à crier pour tester leur souffle vital, le Moyen-Orient bruisse dans les Actes des Apôtres de ces communautés chrétiennes proclamant à pleins poumons l’essentiel de leur foi : « Dieu l’a ressuscité. Nous en sommes témoins. Et c’est pour tous ! ».

Ne faudrait-il pas aujourd’hui en France retrouver le courage de cette première annonce ? L’audace d’un premier cri sur la Résurrection du Christ ? 

 

Pour une pastorale de la première annonce

Prenons acte des changements de la société française : 1 enfant sur 2 seulement sera baptisé, 1 sur 4 à peine sera catéchisé, 1 sur 10 aura un contact réel avec des chrétiens en Église. 

2052318_graphe annonce dans Communauté spirituelle

Les données actualisées sont issues d’un cumul d’enquêtes réalisées par l’institut CSA au premier semestre 2012
auprès d’échantillons représentatifs de la population française âgée de 18 ans et plus.
22.101 personnes ont été interrogées,
dont 12.340 individus se déclarant de religion catholique.

Source © Le Télégramme

http://www.letelegramme.fr/ig/generales/france-monde/france/france-dans-20-ou-30-ans-les-sans-religion-seront-majoritaires-29-03-2013-2052297.php

Au lieu de s’en lamenter, au lieu de pleurer sur les anciennes coutumes qui ne seront plus connues, regardons autrement cette réalité en face : pour beaucoup de nos contemporains – et de plus en plus – la foi chrétienne sera une idée neuve, l’Évangile une nouvelle complètement inconnue, Jésus un homme à découvrir absolument.

Voyez les touristes qui passent dans nos églises tout l’été : plutôt que de se plaindre de leur manque de culture chrétienne, on peut se passionner pour leur livrer avec la beauté de nos édifices l’essentiel de notre espérance telle qu’elle gravée sur la pierre comme dans notre cœur.

Ils ne connaissent pas la signification de la Croix ? Réjouissons de leur faire découvrir pour la première fois !

Ils n’ont jamais entendu parles des 4 évangiles ? Réjouissons-nous de leur en faire découvrir quelques pages, et déchiffrons avec eux nos façades romanes ou gothiques !

Ils ont plein d’idées préconçues ? Raison de plus pour débattre, argumenter, annoncer le cœur de la foi… !

Un adulte n’est pas baptisé ? Mais c’est l’appel à lui proposer une première découverte du Christ, une première expérience de l’amour de Dieu…

Nous autres, « vieux chrétiens », faisons souvent « comme si » les autres devaient déjà savoir qui est le Christ, comment prier, comment interpréter le patrimoine chrétien etc… D’où une certaine amertume lorsque la réalité contraire s’impose à nous. Il vaudrait mieux prendre acte de cette ignorance, et saisir la chance d’une première invitation à découvrir le Christ. Beaucoup de gens chez nous ne sont plus ni hostiles, ni indifférents ; tout simplement, ils ne connaissent pas, ils n’ont jamais vraiment entendu parler de l’Évangile. Ils n’ont au mieux que des images médiatiques, pour le meilleur et pour le pire. Mais du coup ils sont vierges sur le plan spirituel. Et même curieux. Et même intéressés lorsqu’on leur propose de découvrir le cœur de la foi.

Les fiancés qui se plongent dans la lecture de la Bible pour préparer leur mariage en ressortent des perles inconnues (qui nous étonnent, nous les ‘vieux chrétiens’).

Les enfants qui marchent vers le baptême se plongent avec délice dans leurs premières expériences de prière.

Les touristes curieux de beauté et d’histoire sont prêts à entendre un témoignage de foi qui parle de l’art sacré.

Bref, avant la catéchèse qui en sera la prolongation, avant la pratique sacramentelle qui viendra nourrir la suite, il nous faut redécouvrir en France l’importance et l’urgence de la première annonce de l’Évangile, à la manière des Actes des Apôtres.

Il nous faut susciter un intérêt pour l’Évangile : « la première annonce fait naître dans le cœur du non-croyant, de l’indifférent, ou du membre d’une autre religion un intérêt pour l’Évangile, sans qu’il s’agisse encore d’une décision ferme » (Directoire Général pour la Catéchèse n° 56).

RO30078665 criDans la mise en oeuvre de la mission de l’Église selon ses modalités les plus habituelles, notamment dans la vie des paroisses et dans la pastorale des sacrements, une transformation du même ordre est en train de se produire. Des institutions ecclésiales « classiques », qui semblaient ne rien réclamer d’autre que la conformité à des procédures bien rodées, réclament aujourd’hui, sous peine de dépérir, d’être incessamment améliorées, vérifiées, relancées. Ce qu’il suffisait naguère d’entretenir doit être aujourd’hui voulu et soutenu. Toutes sortes de démarches qu’une population majoritairement catholique nous demandait, en se coulant dans des automatismes communément admis, doivent être désormais proposées comme l’objet d’un choix. De sorte que la pastorale dite « ordinaire », souvent vécue comme une pastorale de l’accueil, doit de plus en plus devenir aussi une pastorale de la proposition. Cette évolution a quelque chose d’onéreux. Certains la vivent comme une véritable épreuve. Mais de plus en plus nombreux sont les prêtres et les laïcs qui disent s’en trouver mûris et renouvelés dans leur foi. Un nombre croissant de pasteurs et, plus largement, d’acteurs de la pastorale comprennent qu’il y a là une exigence de la mission. Ils se découvrent du même coup appelés à aller davantage au coeur même de la foi.

Lettre aux catholiques de France (les évêques français, 1996)

 

« Malheur à moi si je n’annonce pas l’Évangile ! »

« Ce Jésus que vous avez tué, Dieu l’a ressuscité. Nous en sommes témoins ».

Que cette première annonce par Pierre suscite et encourage nos premières annonces ici chez nous, car là aussi nous sommes témoins de la Résurrection du Christ.

« Si eux se taisent, les pierres crieront » disait Jésus.

Nous ne pouvons pas nous taire.

Avec respect et amour, nous ne pouvons pas ne pas laisser ce cri nous traverser pour aller toucher le cœur de ceux qui ne connaissent pas le Christ, et ils sont nombreux.

 

Criez fort ! Criez bien, avec délicatesse ! Mais ne vous taisez pas….

 

1ère lecture : « Vous avez tué le Prince de la vie, lui que Dieu a ressuscité d’entre les morts » (Ac 3, 13-15.17-19)

Lecture du livre des Actes des Apôtres

En ces jours-là, devant le peuple, Pierre prit la parole : « Hommes d’Israël, le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob, le Dieu de nos pères, a glorifié son serviteur Jésus, alors que vous, vous l’aviez livré, vous l’aviez renié en présence de Pilate qui était décidé à le relâcher. Vous avez renié le Saint et le Juste, et vous avez demandé qu’on vous accorde la grâce d’un meurtrier. Vous avez tué le Prince de la vie, lui que Dieu a ressuscité d’entre les morts, nous en sommes témoins. D’ailleurs, frères, je sais bien que vous avez agi dans l’ignorance, vous et vos chefs. Mais Dieu a ainsi accompli ce qu’il avait d’avance annoncé par la bouche de tous les prophètes : que le Christ, son Messie, souffrirait. Convertissez-vous donc et tournez-vous vers Dieu pour que vos péchés soient effacés. »

Psaume : 4, 2, 4.7, 9

R/ Sur nous, Seigneur, que s’illumine ton visage ! ou : Alléluia ! (4, 7b)

Quand je crie, réponds-moi,
Dieu, ma justice !
Toi qui me libères dans la détresse,
pitié pour moi, écoute ma prière !

Sachez que le Seigneur a mis à part son fidèle,
le Seigneur entend quand je crie vers lui.
Beaucoup demandent : « Qui nous fera voir le bonheur ? »
Sur nous, Seigneur, que s’illumine ton visage !

Dans la paix moi aussi,
je me couche et je dors,
car tu me donnes d’habiter, Seigneur,
seul, dans la confiance.

2ème lecture : « C’est lui qui obtient le pardon de nos péchés et de ceux du monde entier » (1 Jn 2, 1-5a)

Lecture de la première lettre de saint Jean

Mes petits enfants, je vous écris cela pour que vous évitiez le péché. Mais si l’un de nous vient à pécher, nous avons un défenseur devant le Père : Jésus Christ, le Juste. C’est lui qui, par son sacrifice, obtient le pardon de nos péchés, non seulement des nôtres, mais encore de ceux du monde entier. Voici comment nous savons que nous le connaissons : si nous gardons ses commandements. Celui qui dit : « Je le connais », et qui ne garde pas ses commandements, est un menteur : la vérité n’est pas en lui. Mais en celui qui garde sa parole, l’amour de Dieu atteint vraiment la perfection.

Evangile : « Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour » (Lc 24, 35-48)

Acclamation : Alléluia. Alléluia.
Seigneur Jésus, ouvre-nous les Écritures ! Que notre cœur devienne brûlant tandis que tu nous parles.
Alléluia. (cf. Lc 24, 32)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, les disciples qui rentraient d’Emmaüs racontaient aux onze Apôtres et à leurs compagnons ce qui s’était passé sur la route, et comment le Seigneur s’était fait reconnaître par eux à la fraction du pain. Comme ils en parlaient encore,  lui-même fut présent au milieu d’eux, et leur dit : « La paix soit avec vous ! » Saisis de frayeur et de crainte, ils croyaient voir un esprit. Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous bouleversés ? Et pourquoi ces pensées qui surgissent dans votre cœur ? Voyez mes mains et mes pieds : c’est bien moi ! Touchez-moi, regardez : un esprit n’a pas de chair ni d’os comme vous constatez que j’en ai. » Après cette parole, il leur montra ses mains et ses pieds. Dans leur joie, ils n’osaient pas encore y croire, et restaient saisis d’étonnement. Jésus leur dit : « Avez-vous ici quelque chose à manger ? » Ils lui présentèrent une part de poisson grillé qu’il prit et mangea devant eux. Puis il leur déclara : « Voici les paroles que je vous ai dites quand j’étais encore avec vous : “Il faut que s’accomplisse tout ce qui a été écrit à mon sujet dans la loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes.” » Alors il ouvrit leur intelligence à la compréhension des Écritures. Il leur dit : « Ainsi est-il écrit que le Christ souffrirait, qu’il ressusciterait d’entre les morts le troisième jour, et que la conversion serait proclamée en son nom, pour le pardon des péchés, à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. À vous d’en être les témoins. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , ,

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept