L'homelie du dimanche

4 juillet 2014

C’est dans la fournaise qu’on voit l’humble

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

C'est dans la fournaise qu'on voit l'humble

 

 

Homélie du XIV° dimanche / Année A
06/07/2014

 

 

 

Le mendiant de Tauler

C'est dans la fournaise qu'on voit l'humble dans Communauté spirituelle mendianIl y avait un célèbre théologien qui demandait à Dieu depuis huit ans, par des prières continuelles, qu'il lui montrât un homme capable de lui enseigner la voie de la vérité. Un jour que ce désir était plus vif en lui que de coutume, il entendit une voix du ciel qui lui dit : « Sors, et va à la porte de l'église, tu y trouveras l'homme que tu cherches. » Étant sorti, il rencontra un mendiant dont les pieds étaient tout salis par la boue, et dont les habits ne valaient pas trois oboles. Il le salua en ces termes :

 ? Bonjour, mon ami.
 ? Le mendiant : Je ne me souviens pas d'avoir eu un seul jour mauvais dans ma vie.
 ? Le docteur : Que Dieu te donne la prospérité.
 ? Le mendiant : Je ne sais ce que c'est que l'adversité.
 ? Le docteur : Eh bien ! que Dieu te rende heureux.
 ? Le mendiant : Je n'ai jamais été malheureux.
 ? Le docteur : Eh bien ! que Dieu te sauve : parle plus clairement, je ne comprends pas ce que tu dis.
 ? Le mendiant : Volontiers.
Vous m'avez souhaité le bonjour, et je vous ai répondu que je n'en ai jamais eu de mauvais. En effet, quand j'ai faim, je loue Dieu ; si j'ai froid, s'il fait de la grêle, de la neige ou de la pluie ; que l'air soit pur ou troublé, je loue Dieu ; si je suis malheucreux ou méprisé, je le loue également, et c'est pour cela que n’ai jamais vu de mauvais jours.

Vous m'avez souhaité la prospérité, et je vous ai répondu que je n'avais jamais connu l'adversité ; car je sais vivre avec Dieu, et je suis certain que tout ce qu'il fait ne peut être que très bon. Aussi tout ce qui m'est arrivé d'agréable ou de contraire, de doux ou d'amer, je l'ai reçu de lui comme étant très bon pour moi. Je n'ai donc jamais été dans l'adversité.

Vous m'avez souhaité le bonheur, et je vous ai répondu que je n'avais jamais été malheureux ; car j'ai résolu de ne m'attacher qu'à la volonté divine, de sorte que je veux tout ce que Dieu veut.

 ? Le docteur : Mais que dirais-tu si Dieu voulait te précipiter en enfer ?
? Le mendiant : Me précipiter en enfer ? S'il le faisait, je l'embrasserais de mes deux bras. Avec le bras de l'humilité j'embrasserais son humanité sacrée, et sa divinité avec le bras de la charité, et je le forcerais à descendre avec moi en enfer. Or l'enfer avec lui me serait plus agréable que le ciel sans lui.

Le docteur comprit par là que la résignation, jointe à une humilité profonde, est la voie la plus courte pour aller à Dieu.

Jean Tauler (1300-1361)

 

 

Consentir au réel

Selon Tauler, la véritable humilité est donc de consentir au réel. Non pas sous la forme une quelconque résignation (mektoub !), ni d’une soumission fataliste à la soi-disant volonté de Dieu. Mais bien plutôt sous la forme d’une joyeuse acceptation de l’évènement = ce qui vient d’ailleurs, ce qui advient. Notre mendiant imite saint Paul, qui sait être à l’aise aussi bien dans l’indigence que dans l’abondance.

Au lieu de se plaindre de ce qui est, il accueille la tonalité du jour comme ce qui va lui permettre d’être lui-même. Cette humilité colle au réel, comme les pieds du paysan collent à l’humus (=> humilité), au terreau de son champ.


humus-550 fournaise dans Communauté spirituelle

 

Est humble selon Tauler celui qui ne vit pas ailleurs que dans sa propre existence, et qui accueille ce qui est (la maladie ou la santé, l’argent ou la pauvreté), dans une égalité intérieure qui lui permet d’en tirer profit.

La sagesse des psaumes le sait depuis longtemps : « je ne poursuis ni grand dessein ni merveilles qui me dépasse. Non mais je tiens mon âme égale silencieuse au fond de moi, comme un petit enfant tout contre sa mère ».

 

Cela ressemble à la sainte indifférence ignatienne :

 

« L'homme est créé pour louer, respecter et servir Dieu notre Seigneur et par là sauver son âme, et les autres choses sur la face de la terre sont créées pour l'homme, et pour l'aider dans la poursuite de la fin pour laquelle il est créé.

D'où il suit que l'homme doit user de ces choses dans la mesure où elles l'aident pour sa fin et qu'il doit s'en dégager dans la mesure où elles sont, pour lui, un obstacle à cette fin

 

Pour cela il est nécessaire de nous rendre indifférents à toutes les choses créées, en tout ce qui est laissé à la liberté de notre libre-arbitre et qui ne lui est pas défendu ;

de telle manière que nous ne voulions pas, pour notre part, davantage la santé que la maladie, la richesse que la pauvreté, l'honneur que le déshonneur, une vie longue qu'une vie courte et ainsi de suite pour tout le reste, mais que nous désirions et choisissions uniquement ce qui nous conduit davantage à la fin pour laquelle nous sommes créés. »

Principe et Fondement, Ignace de Loyola, 1491-1156

 

Cela ressemble encore à la sagesse de Salomon : « je ne cherche pas tant la richesse ou la santé ou la réussite ou la victoire, mais la sagesse qui vient de toi », dit en  substance Salomon dans sa prière (cf. 1R 8, 5-15).

 

Consentir au réel, accueillir ce qui vient, savourer ce que chaque moment possède en lui-même, libre de toute comparaison, envie ou jalousie : l’humilité est un chemin de sagesse pour jouir de ce qui est, simplement.

 

 

Moïse, le plus humble

Après Jésus, la Bible nous dit que l’homme le plus humble que la terre ait porté est Moïse (Nb 12,3). Pourquoi ? Justement parce qu’il a su consentir au réel et ainsi le transformer.

d01 humilitéIl a commencé par se révolter de sa propre initiative devant l’esclavage de ses frères hébreux. Cela l’a conduit au meurtre, et à une fuite stérile. Puis il a accepté que Dieu lui-même vienne le chercher au buisson ardent, à sa manière. Et lui n’aurait pas agi ainsi ; lui n’aurait pas fait errer son peuple 40 ans au désert. Mais parce qu’il était humble, Moïse se laissait faire par un plus grand que lui. Il avait une conscience aiguë de qui il était vraiment, c’est pourquoi il ne revendiquait pas d'être un autre.

Un exemple frappant de l’humilité de Moïse est son réalisme face à son handicap. Il est bègue, et ne pas savoir parler en public est un sacré handicap pour un leader politique ! Le film « Le discours d'un roi » montre à quel point le roi d’Angleterre George VI a dû travailler cette faiblesse pour remplir son rôle. Eh bien : Moïse sait qu’il a ce handicap, et il a l’humilité de le reconnaître devant Dieu et devant les autres. Du coup, il demande à Dieu un porte-parole, une voix à ses côtés capable de nourrir le peuple, ce qu’il ne peut pas faire. Ce sera Aaron, fidèle compagnon d’exode, qui par sa seule présence rappellera à Moïse qu’il n’est pas tout-puissant, qu’il a besoin de l’autre (cf. Ex 4, 10-17).

 

 

C’est dans la fournaise qu'on voit l’humble

Quand Jésus déclare qu’il est humble de coeur, nul doute qu’il épouse ce consentement au réel, cet acquiescement au désir de son Père qu'il déchiffre à travers les événements de sa vie. Le sommet de cette humilité est peut-être l’agonie de Gethsémani : la croix se profile, et Jésus ne le voulait pas ainsi. Il se bat contre le désir d’indépendance qui fait partie de la nature humaine, et il sort épuisé de ce combat : « non pas ce que je veux, mais ce que tu veux ». L’humble est celui qui, à l’image du Christ, finit par compter sur Dieu avant soi-même, surtout dans l’épreuve où la tentation de ne compter que sur soi est terrible.

 

3HebreuxF kénoseL’expression humble de coeur n’est employée qu’une seule fois dans le Nouveau Testament, ici en Mt 11, 25-30, et une seule fois également dans l’Ancien Testament, en Dn 3,87. Il s’agit de l’épisode célèbre de trois enfants dans la fournaise. En pleine persécution, Ananias, Azarias et Misaël préfèrent être jetés dans le feu plutôt que de renier leur foi.

Et voilà qu’au milieu de la fournaise, le roi persécuteur Darius voit ces trois enfants avec un homme qui mystérieusement va et vient librement dans cet enfer.

Et voilà que la puissance de la louange de ces trois enfants plongés dans l’épreuve va les libérer de la mort et convertir le tyran, impressionné par leur résilience en quelque sorte.

Le cantique des trois enfants (Dn 3) que nous chantons chaque dimanche matin à l’Office des laudes proclame la fécondité de cette humilité : compter sur Dieu, et non sur ses propres forces, surtout au coeur de la fournaise. « Et vous les humbles de coeur, bénissez le Seigneur ! »

41xIDdc7upL leaderVoilà sans doute pourquoi Jésus emploie cette expression unique (c’est un hapax = usage unique, disent les spécialistes) de l’Ancien Testament : humble de coeur. Jésus s’identifie à Ananias, Azarias et Misaël pour déchiffrer la fournaise de la Passion qui approche. Au plus fort de l’épreuve, la tentation serait de se replier sur soi : « il en a sauvé d’autres, qu’il se sauve lui-même ! » raillent les cyniques par trois fois au pied de la croix, comme en écho aux trois tentations au désert.

Parce qu’il est humble, Jésus refuse d’être indépendant.

Parce qu’il est humble de coeur, il accepte de plonger dans l'horreur du procès et de la croix, en comptant sur son Père.


Plus humble de coeur encore qu’Ananias, Azarias et Misaël, Jésus ne verra pas d’homme libre habiter sa fournaise. Il s’exposera pourtant à l’horrible sentiment de solitude qui va déchirer son coeur : « mon Dieu, mon Dieu, pourquoi m’as-tu abandonné ? » Il ne comprend pas pourquoi Dieu le conduit ici et de cette manière, mais ils crie vers lui, jusqu’à l’extrême, son désir d’être fils, de se recevoir de lui quoi qu’il arrive.

 

De même que l'expression pauvre en esprit évite de réduire la pauvreté à son aspect matériel, humble de coeur permet de dessiner une humilité plus profonde que la seule perception commune. C’est bien au livre de Daniel que Jésus pense lorsqu’il parle de lui comme humble de coeur. C’est ce qui va lui permettre d’être broyé mais pas anéanti par la croix.

 

 

Dieu élève les humbles

Car la promesse faite aux humbles est bien celle que chante Marie dans son Magnificat : « il élève les humbles ! »

En cela, Marie est la fille des psaumes qui ne cessent de cantiller ce salut jour et nuit offert à ceux qui comptent sur Dieu plus que sur eux-mêmes (Ps 10,17 ; 18,28 ; 29,23 ; 37,11 ; 69,33 ; 76,10 ; 138,6 ; 147,6 ; 149,4).

Elle est également la fille des prophètes qui annonçaient que cette résilience des pauvres, des petits, serait plus efficace que la domination des orgueilleux (Job 34,28 ; Judith 9,11 ; 16,11 ; 2Samuel 22,28 Esther 1,10 1Macchabées 14,14 Sophonie 3,12…).


CTO30Lapinbleu553Cb-Lc18_14 Tauler 

 

 

Alors, quel chemin avons-nous à parcourir pour devenir davantage un humble de coeur, uni au Christ ?

Relisez les différentes fournaises qui ont jalonné votre histoire : comment les avez-vous traversées ? Vous ont-elles appris à compter sur un autre que vous-même ? À consentir au réel ? À devenir plus interdépendant (et non indépendant) ?

Relisez l’histoire du mendiant de Tauler : pouvez-vous dire vous aussi que vous voulez tout ce que Dieu veut ?

 


 

 

 1ère lecture : Le Messie qui vient est un roi humble (Za 9, 9-10)

Lecture du livre de Zacharie

Exulte de toutes tes forces, fille de Sion ! Pousse des cris de joie, fille de Jérusalem ! Voici ton roi qui vient vers toi : il est juste et victorieux, humble et monté sur un âne, un âne tout jeune.

Ce roi fera disparaître d’Éphraïm les chars de guerre, et de Jérusalem les chevaux de combat ; il brisera l’arc de guerre, et il proclamera la paix aux nations. Sa domination s’étendra d’une mer à l’autre, et de l’Euphrate à l’autre bout du pays.

 

Psaume : Ps 144, 1-2, 8-9, 10-11, 13cd-14

R/ Béni sois-tu à jamais, Seigneur, Dieu de l’univers !

Je t’exalterai, mon Dieu, mon Roi ; 
je bénirai ton nom toujours et à jamais !
Chaque jour je te bénirai, 
je louerai ton nom toujours et à jamais.

Le Seigneur est tendresse et pitié, 
lent à la colère et plein d’amour,
la bonté du Seigneur est pour tous, 
sa tendresse, pour toutes ses oeuvres. 

Que tes ?uvres, Seigneur, te rendent grâce 
et que tes fidèles te bénissent ! 
Ils diront la gloire de ton règne, 
ils parleront de tes exploits.

Le Seigneur est vrai en tout ce qu’il dit, 
fidèle en tout ce qu’il fait. 
Le Seigneur soutient tous ceux qui tombent, 
il redresse tous les accablés.

 

2ème lecture : L’Esprit du Christ est en nous, et il nous ressuscitera (Rm 8, 9.11-13)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères,
vous n’êtes pas sous l’emprise de la chair, mais sous l’emprise de l’Esprit, puisque l’Esprit de Dieu habite en vous. Celui qui n’a pas l’Esprit du Christ ne lui appartient pas.
Mais si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous.
Ainsi donc, frères, nous avons une dette, mais ce n’est pas envers la chair : nous n’avons pas à vivre sous l’emprise de la chair.
Car si vous vivez sous l’emprise de la chair, vous devez mourir ; mais si, par l’Esprit, vous tuez les désordres de l’homme pécheur, vous vivrez.

 

Evangile : « Je suis doux et humble de c?ur » (Mt 11, 25-30)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Tu es béni, Dieu notre Père, Seigneur de l’univers, toi qui révèles aux petits les mystères du Royaume !Alléluia. (cf. Mt 11, 25)

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

En ce temps-là, Jésus prit la parole : « Père, Seigneur du ciel et de la terre, je proclame ta louange : ce que tu as caché aux sages et aux savants, tu l’as révélé aux tout-petits.
Oui, Père, tu l’as voulu ainsi dans ta bonté.
Tout m’a été confié par mon Père ; personne ne connaît le Fils, sinon le Père, et personne ne connaît le Père, sinon le Fils, et celui à qui le Fils veut le révéler.

Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos.
Prenez sur vous mon joug, devenez mes disciples, car je suis doux et humble de c?ur, et vous trouverez le repos.
Oui, mon joug est facile à porter, et mon fardeau, léger. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , , ,

Les commentaires sont desactivés.

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept