L'homelie du dimanche

  • Accueil
  • > Archives pour le Vendredi 4 avril 2014

4 avril 2014

Et Jésus pleura

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Et Jésus pleura

Homélie du 5° dimanche de carême / Année A
06/04/2014

Un texte d’obsèques

Ce passage où Jésus réveille celui qu’il aime du sommeil de la mort est très souvent choisi par les familles pour les obsèques de leurs proches. Beaucoup de non pratiquants le repèrent très vite dans la sélection de textes bibliques qui leur est proposée. Quand on leur demande pourquoi, ils répondent, sans avoir les mots : parce que Jésus a pleuré devant la mort de son ami, parce qu’il est plein d’humanité, parce que lui aussi est touché par le chagrin… D’instinct, ils reconnaissent en Jésus un compagnon de route qui a connu comme eux la peine de la séparation. Le voir pleurer dans cet évangile les rassure sur leurs propres larmes, et laisse pressentir que pleurer peut avoir un sens, puisque Jésus lui-même l’a fait.

Et Jésus pleura dans Communauté spirituelle 586906-jeune-garcon-pleure-cercueil-proches 

Les larmes uniques du Christ

Il n’y a que deux passages dans tout le Nouveau Testament où l’on voit Jésus pleurer : ici devant le tombeau de Lazare, et ailleurs devant et sur la ville de Jérusalem (Lc 19,41).

Mais le verbe utilisé n’est pas le même. Ici c’est un hapax = un terme utilisé une fois et une seule dans toute la Bible. Il s’agit ici d’une phrase des plus courtes de l’Écriture sainte, mais aussi des plus riches en contenu : « Jésus pleura » (Jn 11,35). Lorsqu’il s’agit des pleurs de Marie et des Juifs (Jn 11,31.33), Jean utilise le terme grec « klaio » qui évoque l’expression à haute voix d’une douleur, à la manière des pleureuses qui accompagnaient les cortèges funèbres. Par contre, quand il décrit l’attitude de Jésus face au tombeau de son ami Lazare, il utilise un terme qu’on ne trouve qu’une fois ? ici - dans le Nouveau Testament : le verbe grec « dakruó », qui signifie « verser des larmes » silencieusement. En outre, il utilise une forme verbale qu’on appelle l’aoriste, décrivant le début d’un état qui dure.

Ainsi on pourrait traduire : « Jésus laissa couler ses larmes? », en suggérant que ce moment a duré longtemps, sans retenue.

Juan_de_Flandes_001 Jésus dans Communauté spirituelleCe ne sont donc pas des larmes sentimentales, ni des larmes de pleureuses.

Elles ne sont pas pathologiques, au sens où l’émotion produit parfois des crises de larmes comme un réflexe nerveux.

Elles ne sont pas démonstratives, au sens où il faudrait montrer bruyamment et publiquement son chagrin comme c’était de convenance au XIX° siècle.

Non : ce sont des pleurs qui coulent abondamment, en silence, à la manière d’un barrage qui déborde doucement.

Bien sûr il y avait dans ces larmes tout l’amour que Jésus portait pour Lazare.

Bien sûr, elles portaient le chagrin devant la mort, et la vulnérabilité devant la faille qu’elle représente dans la condition humaine.

Mais si Jésus pleure d’une manière unique, c’est parce que ses larmes conduisent à la vie et non pas à la tristesse, à la résurrection et non pas à la dépression.

Lui seul est capable de faire sortir ce corps hors du tombeau :« Lazare, sors ! »

Lui seul a le pouvoir de conjurer la puanteur de quatre jours pour l’éveiller au parfum de la vie.

Lui seul peut rendre à Lazare sa vraie liberté : « déliez-le et laissez-le aller ».

 

Pleurer à la manière du Christ

Il s’agit alors pour nous d’apprendre à pleurer à la manière du Christ.

Pas seulement en étant touché qu’il pleure comme nous, mais en lui demandant de pleurer comme lui.

Jésus « frémit » devant l’injustice de la mort, il ne s’y résigne pas, il la combat. Ses pleurs signent son engagement pour restaurer la dignité de tout homme. S’il ne retient pas sa révolte intérieure, c’est pour relever le défi pour lequel il a été envoyé : vaincre la mort dans un combat sans merci.

Voilà les larmes du Christ devant Lazare inanimé.

Voilà nos propres larmes si elles refusent le sentimentalisme pour devenir notre engagement à la suite du Christ : combattre toute forme d’injustice en nous appuyant sur la victoire du Christ sur la mort.

 

Pleurer sur Jérusalem

Le second et dernier passage où il est rapporté que Jésus a pleuré se situe devant Jérusalem : « et quand il fut proche, voyant la ville, il pleura sur elle » (Lc 19,41). Ici aussi est utilisé l’aoriste, mais avec le premier verbe (klaio), de sorte que le sens de ce passage est : « Il éclata en pleurs (de façon audible) sur elle ».

Pleurer sur Jérusalem rejoint alors nos détresses humaines.

Jésus se désole du refus que cette ville lui oppose ; il se lamente sur les conséquences que cette exclusion va entraîner pour elle ; il est bouleversé de constater que « l’amour n’est pas aimé » selon le cri de saint François d’Assise parcourant les terres d’Ombrie…

C’est à l’éloge de la vulnérabilité que ces pleurs de Jésus sur Jérusalem nous invitent. Pleurer, c’est être accepter d’être touché, blessé.

Comme également Pierre – saint Pierre ! – a pleuré amèrement sur sa trahison (Lc 22,62).

Ou comme Rachel a pleuré ses enfants massacrés par les ennemis d’Israël (Mt 2, 18 ? Jn 31, 15).

Ou comme Marie Madeleine lavait de ses larmes les pieds de Jésus (Lc 7,36-50) …

maxresdefault larmes 

Celui qui ne pleure jamais est-il vraiment humain ?

On devine que la dureté du coeur peut empêcher de pleurer.

On pressent que la sécheresse des yeux peut venir des boucliers et des cuirasses dont quelqu’un a été obligé de se barder dans son histoire pour ne pas trop souffrir.

Mais Dieu que les larmes font du bien lorsqu’elles coulent par amour !

Comme les vannes d’un barrage qu’on libère et dont les eaux deviennent source d’énergie?
À tel point que le « don des larmes » est devenu un charisme attribué à l’Esprit Saint : laisser enfin couler hors de soi ce que l’on s’épuisait à accumuler et à contenir sans rien dire, sans rien exprimer?


Entre silence et langage coulent nos larmes…

Elles traversent le corps de l’homme en prière, et plusieurs parmi vous pourraient témoigner de ces instants de grâce où la prière nous fait littéralement fondre en larmes. C’est un bouleversement de tout notre être, qui peut devenir une étape de la vie spirituelle. C’est comme un nouveau baptême « baigné de larmes », une « ablution intérieure » (Guigues II le Chartreux, XII° siècle).

Larmes de joie ou de compassion, elles nous revêtent d’une grâce purificatrice.
Pendant des siècles, des chrétiens ont recherché, désiré, imploré ce don de larmes aujourd’hui un peu oublié. De Ste Monique à Ste Catherine de Sienne, des Pères du Désert des premiers siècles aux effusions de l’Esprit aujourd’hui, c’est la même promesse des Béatitudes qui s’accomplit : « heureux ceux qui pleurent, ils seront consolés » (Mt 5,5).

C’est un chemin de sainteté.

Refuser de pleurer, ce serait devenir dur comme la pierre, avoir le c?ur sec comme un désert (et même le désert contient des sources cachées…).

Ce serait finalement se haïr soi-même, puisqu’il serait alors impossible de consentir à sa faiblesse.


Mais l’énergie interne des larmes est également une énergie profondément jubilatoire : « Joie, joie, pleurs de joie » écrivait Pascal à la hâte dans ses ?Pensées’.

« Pascal ne profère pas la foi au début de sa conversion : il la pleure.
Seules les larmes possèdent cette intelligence du c?ur pour témoigner de l’extase mystique. Elles n’expliquent rien parce qu’elles ne savent rien. Nous ne comprenons pas pourquoi nous pleurons, car nous pleurons quand, précisément, nous cessons de comprendre. Le sens de la vraie larme est de nous surprendre au-delà de nos logiques »
Jean-Loup CHARVET,L’éloquence des larmes, DDB, 2000, p. 85.


« Bienheureux ceux qui pleurent ! »

Pour quoi, pour qui, coulent vos larmes ?

Acceptez-vous d’entendre l’appel du Christ à laisser jaillir de vous de vraies larmes de compassion, de pénitence ou de joie ?

Consentez-vous à cette « hémorragie lumineuse de l’âme » (JL Charvet), à cette « rosée de l’être » où nous renaissons à l’amour véritable ?


« Jésus laissa couler ses larmes… »

Qu’il nous apprenne aujourd’hui à pleurer avec cette intensité qui nous engage tout entier?

 

 

1ère lecture : Le peuple mort va revivre (Ez 37, 12-14)
Lecture du livre d’Ézékiel

Ainsi parle le Seigneur Dieu : Je vais ouvrir vos tombeaux et je vous en ferai sortir, ô mon peuple, et je vous ramènerai sur la terre d’Israël.
Vous saurez que je suis le Seigneur, quand j’ouvrirai vos tombeaux et vous en ferai sortir, ô mon peuple !
Je mettrai en vous mon esprit, et vous vivrez ; je vous installerai sur votre terre, et vous saurez que je suis le Seigneur : je l’ai dit, et je le ferai.

Psaume : Ps 129, 1-2, 3-4, 5-6ab, 7bc-8
R/ Auprès du Seigneur est la grâce, la pleine délivrance.

Des profondeurs je crie vers toi, Seigneur,
Seigneur, écoute mon appel !
Que ton oreille se fasse attentive
au cri de ma prière !

Si tu retiens les fautes, Seigneur, 
Seigneur, qui subsistera ? 
Mais près de toi se trouve le pardon 
pour que l’homme te craigne. 

J’espère le Seigneur de toute mon âme ; 
je l’espère, et j’attends sa parole. 
Mon âme attend le Seigneur 
plus qu’un veilleur ne guette l’aurore.  

Oui, près du Seigneur, est l’amour ; 
près de lui, abonde le rachat. 
C’est lui qui rachètera Israël 
de toutes ses fautes.

2ème lecture : Celui qui a ressuscité Jésus vous donnera la vie(Rm 8, 8-11)
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères,
sous l’emprise de la chair, on ne peut pas plaire à Dieu.
Or, vous, vous n’êtes pas sous l’emprise de la chair, mais sous l’emprise de l’Esprit, puisque l’Esprit de Dieu habite en vous. Celui qui n’a pas l’Esprit du Christ ne lui appartient pas.
Mais si le Christ est en vous, votre corps a beau être voué à la mort à cause du péché, l’Esprit est votre vie, parce que vous êtes devenus des justes.
Et si l’Esprit de celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts habite en vous, celui qui a ressuscité Jésus d’entre les morts donnera aussi la vie à vos corps mortels par son Esprit qui habite en vous.

Evangile : Mort et résurrection de Lazare (Lecture brève : 11, 3-7.20-27.34-35) (Jn 11, 1-45)

Acclamation : Gloire à toi, Seigneur, gloire à toi. Tu es la Résurrection, tu es la Vie, Seigneur Jésus ! Celui qui croit en toi ne mourra jamais.Gloire à toi, Seigneur, gloire à toi. (cf. Jn 11, 25-26)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Un homme était tombé malade. C »était Lazare, de Béthanie, le village de Marie et de sa s?ur Marthe.
(Marie est celle qui versa du parfum sur le Seigneur et lui essuya les pieds avec ses cheveux. Lazare, le malade, était son frère.)
Donc, les deux s?urs envoyèrent dire à Jésus : « Seigneur, celui que tu aimes est malade. »
En apprenant cela, Jésus dit : « Cette maladie ne conduit pas à la mort, elle est pour la gloire de Dieu, afin que par elle le Fils de Dieu soit glorifié. »
Jésus aimait Marthe et sa s?ur, ainsi que Lazare.
Quand il apprit que celui-ci était malade, il demeura pourtant deux jours à l’endroit où il se trouvait ; alors seulement il dit aux disciples : « Revenons en Judée. »
Les disciples lui dirent : « Rabbi, tout récemment, les Juifs cherchaient à te lapider, et tu retournes là-bas ? »
Jésus répondit : « Ne fait-il pas jour pendant douze heures ? Celui qui marche pendant le jour ne trébuche pas, parce qu’il voit la lumière de ce monde ; mais celui qui marche pendant la nuit trébuche, parce que la lumière n’est pas en lui. »
Après ces paroles, il ajouta : « Lazare, notre ami, s’est endormi ; mais je m’en vais le tirer de ce sommeil. »
Les disciples lui dirent alors : « Seigneur, s’il s’est endormi, il sera sauvé. »
Car ils pensaient que Jésus voulait parler du sommeil, tandis qu’il parlait de la mort.
Alors il leur dit clairement : « Lazare est mort, et je me réjouis de n’avoir pas été là, à cause de vous, pour que vous croyiez. Mais allons auprès de lui ! »
Thomas (dont le nom signifie : Jumeau) dit aux autres disciples : « Allons-y nous aussi, pour mourir avec lui ! »
Quand Jésus arriva, il trouva Lazare au tombeau depuis quatre jours déjà.
Comme Béthanie était tout près de Jérusalem ? à une demi-heure de marche environ ? beaucoup de Juifs étaient venus manifester leur sympathie à Marthe et à Marie, dans leur deuil.
Lorsque Marthe apprit l’arrivée de Jésus, elle partit à sa rencontre, tandis que Marie restait à la maison.
Marthe dit à Jésus : « Seigneur, si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort. Mais je sais que, maintenant encore, Dieu t’accordera tout ce que tu lui demanderas. »
Jésus lui dit : « Ton frère ressuscitera. »
Marthe reprit : « Je sais qu’il ressuscitera au dernier jour, à la résurrection. »
Jésus lui dit : « Moi, je suis la résurrection et la vie. Celui qui croit en moi, même s’il meurt, vivra ; et tout homme qui vit et qui croit en moi ne mourra jamais. Crois-tu cela ? » Elle répondit : « Oui, Seigneur, tu es le Messie, je le crois ; tu es le Fils de Dieu, celui qui vient dans le monde. » Ayant dit cela, elle s’en alla appeler sa soeur Marie, et lui dit tout bas : « Le Maître est là, il t’appelle. » Marie, dès qu’elle l’entendit, se leva aussitôt et partit rejoindre Jésus. Il n’était pas encore entré dans le village ; il se trouvait toujours à l’endroit où Marthe l’avait rencontré. Les Juifs qui étaient à la maison avec Marie, et lui manifestaient leur sympathie, quand ils la virent se lever et sortir si vite, la suivirent, pensant qu’elle allait au tombeau pour y pleurer. Elle arriva à l’endroit où se trouvait Jésus ; dès qu’elle le vit, elle se jeta à ses pieds et lui dit : « Seigneur, si tu avais été là, mon frère ne serait pas mort. » Quand il vit qu’elle pleurait, et que les Juifs venus avec elle pleuraient aussi, Jésus fut bouleversé d’une émotion profonde. Il demanda : « Où l’avez-vous déposé ? » Ils lui répondirent : « Viens voir, Seigneur. »
Alors Jésus pleura.
Les Juifs se dirent : « Voyez comme il l’aimait ! » Mais certains d’entre eux disaient : « Lui qui a ouvert les yeux de l’aveugle, ne pouvait-il pas empêcher Lazare de mourir ? » Jésus, repris par l’émotion, arriva au tombeau. C’était une grotte fermée par une pierre. Jésus dit : « Enlevez la pierre. » Marthe, la s?ur du mort, lui dit : « Mais, Seigneur, il sent déjà ; voilà quatre jours qu’il est là. » Alors Jésus dit à Marthe : « Ne te l’ai-je pas dit ? Si tu crois, tu verras la gloire de Dieu. » On enleva donc la pierre. Alors Jésus leva les yeux au ciel et dit :  « Père, je te rends grâce parce que tu m’as exaucé. Je savais bien, moi, que tu m’exauces toujours ; mais si j’ai parlé, c’est pour cette foule qui est autour de moi, afin qu’ils croient que tu m’as envoyé. » Après cela, il cria d’une voix forte : « Lazare, viens dehors ! » Et le mort sortit, les pieds et les mains attachés, le visage enveloppé d’un suaire. Jésus leur dit : « Déliez-le, et laissez-le aller. » Les nombreux Juifs, qui étaient venus entourer Marie et avaient donc vu ce que faisait Jésus, crurent en lui.
Patrick BRAUD  

Mots-clés : , ,

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept