L'homelie du dimanche

  • Accueil
  • > Archives pour le Jeudi 27 février 2014

27 février 2014

Pour quoi m’as-tu abandonné ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Pour quoi m’as-tu abandonné ?

Homélie du 8° dimanche du temps ordinaire / Année A
02/03/2014

Jérusalem disait : « Le Seigneur m’a abandonnée, le Seigneur m’a oubliée. »
Est-ce qu’une femme peut oublier son petit enfant, ne pas chérir le fils de ses entrailles ? Même si elle pouvait l’oublier, moi, je ne t’oublierai pas. Parole du Seigneur tout-puissant. (Is 49,14-15)

Cette déclaration d’amour inconditionnel est bouleversante. Hélas, on a vu des mères (et des pères) abandonner la chair de leur chair… Dieu sait bien que l’amour parental est faillible. Ce n’est pas Dieu qui est à l’image des parents. C’est l’inverse. L’amour d’une mère ou d’un père est appelé à ressembler à l’amour de Dieu pour chacun de nous. Et ce n’est pas en extrapolant le comportement des parents qu’on peut imaginer qui est Dieu pour nous. C’est bien plutôt en partant de Dieu que les parents humains peuvent devenir vraiment père et mère. L’homme n’a pas inventé Dieu : c’est l’inverse !

En tout cas, même si une mère abandonne son enfant, Dieu – lui - ne nous abandonnera jamais.

Pourtant, quiconque vit assez longtemps rencontrera des épreuves qui le feront douter de sa promesse.

Impossible de vivre toute une existence sans être confronté tôt ou tard à un divorce, un deuil, une maladie, un drame professionnel ou personnel. Lorsque que cela arrive, notre prière n’est plus qu’un cri plein de reproches et de doute : « pourquoi m’as-tu abandonné ? »
Existes-tu vraiment, si autant d’injustice et d’absurde vient envahir notre histoire ?

À cette question lancinante, le peuple de la Bible a répondu de multiples manières, en fonction des situations rencontrées et de sa maturité spirituelle.

 

Abandonné à cause de nos fautes

- La première piste, la plus facile à explorer, est celle des conséquences de nos actes. Il nous arriverait malheur sur malheur par ce que nous avons péché, et ce ne serait que justice que d’être ainsi frappés pour nos égarements d’hier.

C’est l’interprétation des prophètes réfléchissant sur l’exil du peuple juif à Babylone. Si les juifs ont été déportés de -587 à -527, c’est parce qu’ils avaient rompu trop souvent l’Alliance avec Dieu, notamment en ne défendant pas les plus faibles (la veuve, l’orphelin, l’immigré), et en se prostituant avec les idoles étrangères (Baal, Mammon, Zoroastre…).

Comme à chaque explication, il y a une part de vrai là-dedans. Des régimes politiques corrompus et inhumains finissent toujours par se détruire eux-mêmes (cf. la chute du mur de Berlin en 1989). Bien des écroulements, personnels ou collectifs, s’enracinent dans ces ruptures d’Alliance qui à terme engendrent des catastrophes pourtant prévisibles.

Pour quoi m'as-tu abandonné ? dans Communauté spirituelle 382328 

Mais cette interprétation ne convient pas pour la Shoah : qu’aurait donc fait le peuple juif pour ‘mériter’ un génocide de 6 millions de morts à la clef ? En rejetant formellement l’accusation de peuple déicide, Vatican II déboute les vieilles explications du mal subi par le mal commis.

Non, cela ne peut pas tenir…

 

Abandonné sans raison

Book_of_Job_Chapter_15-1_(Bible_Illustrations_by_Sweet_Media) abandon dans Communauté spirituelle

- Du coup, les théologiens qui méditent sur la Shoah en viennent plutôt à adopter la position de Job.

Job, l’innocent confronté au mal sans pourquoi.

Job, le juste accablé sans raison.

Il perd tout (biens, famille, amis, santé) mais pourtant refuse de se reconnaître coupable, car il ne l’est pas. Il se bat violemment contre Dieu pour lui demander des comptes de cet immense malheur injuste. Aucune réponse ne lui sera donnée en fait, sinon que Dieu est si grand qu’il excède toutes les réponses possibles. Le malheur est incompréhensible, et même la foi en Dieu ne fournit aucune solution à cette  énigme. Seul le face-à-face avec Dieu au-delà de la mort lèvera le voile sur ce paradoxe incompréhensible : Dieu ne nous abandonne pas, et pourtant nous souffrons sans raison.

 

Abandonné par effet boomerang

- Une interprétation plus subtile s’est glissée entre ces deux premières. Nos déroutes peuvent provenir de notre mauvaise utilisation du nom de Dieu. C’est l’histoire édifiante de la défaite d’Israël devant les Amalécites (1S 4,1-11).

Il advint en ce temps-là que les Philistins se rassemblèrent pour combattre Israël, et les Israélites sortirent à leur rencontre pour le combat. Ils campèrent près d’Eben-ha-Ezèr, tandis que les Philistins étaient campés à Apheq.

Les Philistins s’étant mis en ligne contre Israël, il y eut un rude combat et Israël fut battu devant les Philistins: environ 4.000 hommes furent tués dans les lignes, en rase campagne. L’armée revint au camp et les anciens d’Israël dirent: « Pourquoi Yahvé nous a-t-il fait battre aujourd’hui par les Philistins? Allons chercher à Silo l’arche de notre Dieu, qu’elle vienne au milieu de nous et qu’elle nous sauve de l’emprise de nos ennemis. » L’armée envoya à Silo et on enleva de là l’arche de Yahvé Sabaot, qui siège sur les chérubins, les deux fils d’Eli, Hophni et Pinhas, accompagnaient l’arche. Quand l’arche de Yahvé arriva au camp, tous les Israélites poussèrent une grande acclamation, qui fit résonner la terre.  Les Philistins entendirent le bruit de l’acclamation et dirent: « Que signifie cette grande acclamation au camp des Hébreux », et ils connurent que l’arche de Yahvé était arrivée au camp. Alors les Philistins eurent peur, car ils se disaient: « Dieu est venu au camp! » Ils dirent: « Malheur à nous! Car une chose pareille n’est pas arrivée auparavant. Malheur à nous! Qui nous délivrera de la main de ce Dieu puissant? C’est lui qui a frappé l’Égypte de toutes sortes de plaies au désert. Prenez courage et soyez virils, Philistins, pour n’être pas asservis aux Hébreux comme ils vous ont été asservis; soyez virils et combattez! »

Les Philistins livrèrent bataille, les Israélites furent battus et chacun s’enfuit à ses tentes; ce fut un très grand massacre et 30.000 hommes de pied tombèrent du côté d’Israël. L’arche de Dieu fut prise et les deux fils d’Eli moururent, Hophni et Pinhas. 

Le peuple croit que l’arche d’Alliance va lui assurer la victoire sur ses ennemis, et voilà que la défaite est encore plus spectaculaire que sans l’arche d’Alliance. C’est donc que réquisitionner Dieu pour des combats qui ne sont pas les siens se termine souvent très mal. Crier Gott mit uns, en hébreu, en afrikaner ou en arabe ne peut que se terminer en tragédie.

Ce malheur-là vient de notre folie, pas de l’abandon par Dieu.

 

Abandonné par un petit dieu trop faible

inhoc Carême- Bien avant Israël, la règle était simple. Il y avait plusieurs dieux, et le plus vrai était le plus fort, c’est-à-dire celui qui obtenait la victoire.

Si un dieu est impuissant dans la bataille, s’il ne protège pas du mal et de la souffrance, j’en déduis qu’il est inférieur, et donc je change de Dieu pour adopter celui de mon vainqueur. Logique ! Mais un peu trop court pour expliquer les abandons successifs par des idoles successives…

 

Abandonné par des dieux indifférents

- Les païens d’autrefois ou d’aujourd’hui en tirent d’ailleurs une conclusion séduisante : les dieux ne se soucient pas des hommes.

Ils vivent loin d’eux, et sont indifférents à leur bonheur ou à leur malheur. C’est à nous de capter les forces bénéfiques (ou maléfiques) pour les faire servir à notre cause : par des sacrifices, par des rituels magiques, par des intermédiaires imaginaires…

Là au moins, l’abandon divin est réel, total, voulu.

figL2_084_dieux_grecs1 Christ

 

Le Christ abandonné

 Passion- Le Christ interrompt cette ligne d’explications tâtonnantes en inaugurant une rupture radicale. Il ne propose pas de solution à l’énigme du malheur innocent : il l’endosse lui-même, jusqu’à l’ultime. Aucune théorie prétendant détenir la clef de la souffrance et du malheur dans son Évangile, mais plutôt une absolue solidarité avec ceux qui sont écrasés de douleur, humiliés, rejetés, exclus à cause de l’épreuve qui leur est imposée.

En acceptant la croix – suprême malédiction pour le fils de Dieu qu’il était – le Christ vient faire corps avec les damnés de la terre pour que aucun ne se croit plus désormais abandonné.

Parce qu’il a crié lui-même sa déréliction : « mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné ? »  (Mt 27,46) Jésus est devenu le frère des abandonnés, et leur sauveur : « aujourd’hui, avec moi, tu seras en paradis » (Lc 23,42).

Le Christ a été abandonné par son Père pour ouvrir à tous les abandonnés le chemin de la communion avec Dieu. Il est descendu dans l’humiliation et le malheur de la croix pour que le mal n’ait plus jamais le dernier mot sur la dignité humaine. Il est descendu aux enfers mêmes, pour que la mort – suprême injustice – soit vaincue.

Identifié à l’abandonné de Dieu, Jésus détourne ceux qui se reconnaissent en lui de la volonté mortifère d’explication du passé, pour les ouvrir à l’avenir promis : la communion d’amour en Dieu.

Deux conséquences très importantes pour nous à cette identification de Jésus au Jobs que nous sommes :

 

1) distinguer abandon et sentiment d’abandon.

Nous pouvons éprouver dans notre chair et/ou notre esprit que Dieu nous abandonne. Ce n’est pas pour autant la réalité de ce que Dieu fait. Notre sentiment peut être authentique sans être vrai pour autant. Nous devons apprendre à distinguer l’expérience et l’interprétation que nous en faisons. Souffrir ne veut pas dire que Dieu le veut ou ne le veut pas. Être dans l’épreuve ne signifie pas que Dieu nous a laissé de côté.

Ce n’est pas parce que nous ne voyons pas le soleil qu’il n’existe pas, indépendamment de nous. C’est simplement que notre point de vue, plongé dans les ténèbres, ne nous permet plus de discerner l’astre caché.

 

2) Depuis le cri de déréliction de Jésus sur le bois de la croix, notre propre cri d’abandon en est totalement transformé.

Si la douleur nous fait encore pleurer : « pourquoi m’as-tu abandonné ? », tout  doucement la force de la résurrection nous fait prier : « pour quoi m’as-tu abandonné ? »

En vue de quoi cela nous arrive-t-il ?

Sur quoi cela peut-il déboucher ?

Comment devenir plus humains et plus nous-mêmes à travers cette épreuve ?

Ce ‘pour quoi’ n’accuse pas Dieu d’avoir manigancé tout cela pour nous faire évoluer. Non : il mise sur la déclaration inconditionnelle de Dieu de ne jamais nous abandonner pour lui demander de nous aider à trouver une fécondité possible à ce qui demeure un mal.

De même que la croix du Christ, symbole de l’horreur absolue, est devenue le symbole de l’amour absolu, ainsi nos sentiments d’abandon – malheur injuste – peuvent devenir des chemins de fécondité à travers le mal.

De Job à Martin Gray, de l’esclavage en Égypte à la Shoah, ils sont nombreux ceux qui ont cru en cette parole : « Cherchez d’abord le Royaume de Dieu et sa justice, et tout le reste vous sera donné par-dessus le marché. »

À chacun de nous de travailler sur lui-même pour discerner à quelle fécondité il est appelé à travers les épreuves qui s’imposent à lui.

À nous de transformer nos « pourquoi m’as-tu abandonné ? » en « pour quoi m’as-tu abandonné ? »…

 

1ère lecture : Dieu ne peut pas oublier son peuple (Is 49, 14-15)
Lecture du livre d’Isaïe

Jérusalem disait : « Le Seigneur m’a abandonnée, le Seigneur m’a oubliée. »
Est-ce qu’une femme peut oublier son petit enfant, ne pas chérir le fils de ses entrailles ? Même si elle pouvait l’oublier, moi, je ne t’oublierai pas. ? Parole du Seigneur tout-puissant.

Psaume : 61, 2-3, 8, 9
R/ En Dieu seul, le repos de notre âme.

Je n’ai de repos qu’en Dieu seul,
mon salut vient de lui.
Lui seul est mon rocher, mon salut,
ma citadelle : je suis inébranlable.

Mon salut et ma gloire
se trouvent près de Dieu.
Chez Dieu, mon refuge,
mon rocher imprenable !

Comptez sur lui en tous temps,
vous, le peuple.
Devant lui épanchez votre coeur :
Dieu est pour nous un refuge.

2ème lecture : C’est Dieu qui juge : ne jugez pas (1 Co 4, 1-5)
Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères,
il faut que l’on nous regarde seulement comme les serviteurs du Christ et les intendants des mystères de Dieu. 
Et ce que l’on demande aux intendants, c’est en somme de mériter confiance. Pour ma part, je me soucie fort peu de votre jugement sur moi, ou de celui que prononceraient les hommes ; d’ailleurs, je ne me juge même pas moi-même. Ma conscience ne me reproche rien, mais ce n’est pas pour cela que je suis juste : celui qui me juge, c’est le Seigneur. Alors, ne portez pas de jugement prématuré, mais attendez la venue du Seigneur, car il mettra en lumière ce qui est caché dans les ténèbres, et il fera paraître les intentions secrètes. Alors, la louange qui revient à chacun lui sera donnée par Dieu.

Evangile : Sermon sur la montagne. Confiance en Dieu notre Père (Mt 6, 24-34)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Cherchez d’abord le royaume de Dieu, et tout vous sera donné par surcroît. Alléluia. (Mt 6, 33)

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Comme les disciples s’étaient rassemblés autour de Jésus, sur la montagne, il leur disait :
« Aucun homme ne peut servir deux maîtres : ou bien il détestera l’un et aimera l’autre, ou bien il s’attachera à l’un et méprisera l’autre. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent.
C’est pourquoi je vous dis : Ne vous faites pas tant de souci pour votre vie, au sujet de la nourriture, ni pour votre corps, au sujet des vêtements. La vie ne vaut-elle pas plus que la nourriture, et le corps plus que les vêtements ?
Regardez les oiseaux du ciel : ils ne font ni semailles ni moisson, ils ne font pas de réserves dans des greniers, et votre Père céleste les nourrit. Ne valez-vous pas beaucoup plus qu’eux ? D’ailleurs, qui d’entre vous, à force de souci, peut prolonger tant soit peu son existence ? Et au sujet des vêtements, pourquoi se faire tant de souci ? Observez comment poussent les lis des champs : ils ne travaillent pas, ils ne filent pas. Or je vous dis que Salomon lui-même, dans toute sa gloire, n’était pas habillé comme l’un d’eux. Si Dieu habille ainsi l’herbe des champs, qui est là aujourd’hui, et qui demain sera jetée au feu, ne fera-t-il pas bien davantage pour vous, hommes de peu de foi ? Ne vous faites donc pas tant de souci ; ne dites pas : ‘Qu’allons-nous manger ?’ ou bien : ‘Qu’allons-nous boire ?’ ou encore : ‘Avec quoi nous habiller ?’ Tout cela, les païens le recherchent. Mais votre Père céleste sait que vous en avez besoin. Cherchez d’abord son Royaume et sa justice, et tout cela vous sera donné par-dessus le marché. Ne vous faites pas tant de souci pour demain : demain se souciera de lui-même ; à chaque jour suffit sa peine. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept