L'homelie du dimanche

1 février 2014

S’endormir en paix

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

S’endormir en paix

Homélie pour la fête de la Chandeleur / Année A
02/02/2014

Les Français sont les champions du monde – hélas ! – pour la consommation de somnifères, psychotropes et autres antidépresseurs. On dit qu’un Français sur trois souffre de troubles du sommeil. Certains veulent de la musique douce et du noir complet ; d’autres du silence et une petite lumière? Interrogez vos relations et vous serez surpris du nombre de gens qui sont confrontés à ce problème, des rituels et innombrables trucs de grand-mère que beaucoup adoptent pour essayer de s’endormir : de la tisane à l’autohypnose, du bouquin au Stilnox, la venue du sommeil se fait attendre pour tant de gens qui se tournent et se retournent dans leur lit jusqu’au point où la fatigue sera enfin la plus forte…

 

Tout est à complies

Les chrétiens aussi ont un truc à eux le soir tombé. Des centaines de milliers de personnes le mettent en action une fois leur journée terminée. Les prêtres, religieux, religieuses, moines et moniales, et laïcs consacrés le font par choix de vie ; d’autres s’y associent après l’avoir expérimenté avec eux : c’est l’office de complies, le dernier office du jour (du latin completa [hora] = heure qui complète [le jour]).

Très court (cinq minutes environ), il est le dernier souffle remis à Dieu avant que le sommeil ou la mort – car ils sont semblables – n’envahisse tout.

Dans cet office de complies, le cantique de Syméon de notre évangile de la présentation de Jésus au Temple revient invariablement, soir après soir :

« maintenant, ô maître souverain,

tu peux laisser ton serviteur s’en aller en paix selon ta parole,

car mes yeux ont vu le salut que tu prépares la face des peuples,

lumière qui se révèle aux nations

et gloire d’Israël ton peuple ». (Lc 2,29-32)

 

À travers les mots du vieillard de Jérusalem est ainsi répété chaque soir depuis 2000 ans un acte de confiance et d’offrande. Les visages rencontrés ce jour, les actions entreprises – réussies, incertaines ou stériles ? m’ont permis d’entrevoir le salut que Dieu dispense à ceux qui savent le reconnaître.

Ouvrir les yeux sur la grâce reçue permet de les fermer en paix pour accueillir la nuit.

Célébrer la lumière qui guide les nations (le plus souvent sans qu’elles le sachent) permet de se laisser aller dans le sommeil du justifié.

Chanter la gloire d’Israël en terre d’exil, c’est entrer dans le repos de la nuit comme le pèlerin en Terre sainte.

S'endormir en paix dans Communauté spirituelle Aert_de_Gelder_-_Het_loflied_van_SimeonÀ complies, nous lisons, murmurons, chantons ou psalmodions que « tout est accompli » (Jn 19,30) : depuis la résurrection du Christ, la lumière terrasse les ténèbres, si bien que la nuit sert d’écrin à la révélation du jour. Et même si la nuit ne finissait pas, c’est-à-dire si la mort nous emportait ensommeillé, l’émerveillement de Syméon devant l’enfant présenté au Temple serait notre monnaie de passage pour l’autre rive…

 

On retrouve d’ailleurs le laisser-aller évangélique qui fait écho au laisser-faire de Jean-Baptiste. S’endorment en paix ceux qui se laissent aller, parce que la reconnaissance de l’action de Dieu dans leur vie les a libérés de toute volonté de réussir par eux-mêmes. Laisser Dieu agir est la passivité-active caractéristique des croyants. Alors arrive le vrai repos, le repos en Dieu, qui vient du renoncement à l’illusion d’être la source d’un salut quelconque, l’illusion de faire ou d’être par soi-même.

« Dieu comble son bien-aimé quand il dort », dit le psaume (Ps 127,2), après avoir dissipé l’illusion d’être quelque chose par soi-même : « Si le Seigneur ne bâtit la maison, les bâtisseurs travaillent en vain ; si le Seigneur ne garde la ville, c’est en vain que veillent les gardes. En vain tu devances le jour, tu retardes le moment de ton repos, tu manges un pain de douleur ».

  

S’en aller en paix

C’est bien cela s’endormir en paix : accepter d’être comblé par Dieu au lieu de le faire par soi-même.

Jour après jour, le salut de Dieu passe par les rencontres, les visages, les cadeaux reçus des autres, les erreurs et les fautes mêmes, relus le soir comme autant de cailloux semés sur le chemin du retour vers l’union à Dieu.

Fêter la Chandeleur, c’est célébrer cette lumière invaincue qu’aucune obscurité ne pourra faire disparaître.

Alors, s’en aller en paix prend la figure de l’endormissement – ou de la mort peu importe – qui permet au serviteur de ne plus faire qu’un avec celui qu’il sert. L’Esprit assouplit en nous ce qui était trop raide, relâche ce qui était trop tendu, défait ce qui était noué, et nous donne de nous abandonner à celui qui nous aime.

gaston_dodo paix dans Communauté spirituelleDormir du sommeil du juste n’est pas le résultat d’exercices de bien-être personnel, d’huiles essentielles, de décoctions savantes ou de comprimés puissants. C’est tout simplement se laisser justifier par Dieu en lui rendant grâce, en lui rendant sa grâce accomplie chaque jour, en reconnaissant le salut qu’il ne cesse de prodiguer à ceux qui le désirent et acceptent de le recevoir.

 

Reprenez donc ce cantique de Syméon avant de vous coucher : moins d’une minute d’action de grâces pour une nuit de repos.

Laissez faire la puissance de la louange qui apprivoisera l’obscurité pour vous.

Quelles que soient les épreuves du moment – et Dieu connaît vos épreuves – quelles que soient les grandes joies qui vous agitent – et Dieu les connaît également – laissez-vous aller dans la paix promise à ceux qui font confiance.

« Maintenant, ô maître souverain,

tu peux laisser ton serviteur s’en aller

en paix selon ta parole… »

Lecture du livre de Malachie

Ainsi parle le Seigneur Dieu : Voici que j’envoie mon Messager pour qu’il prépare le chemin devant moi ; et soudain viendra dans son Temple le Seigneur que vous cherchez. Le messager de l’Alliance que vous désirez, le voici qui vient, dit le Seigneur de l’univers.

Qui pourra soutenir le jour de sa venue ? Qui pourra rester debout lorsqu’il se montrera ? Car il est pareil au feu du fondeur, pareil à la lessive des blanchisseurs.
Il s’installera pour fondre et purifier. Il purifiera les fils de Lévi, il les affinera comme l’or et l’argent : ainsi pourront-ils, aux yeux du Seigneur, présenter l’offrande en toute justice.
Alors, l’offrande de Juda et de Jérusalem sera bien accueillie du Seigneur, comme il en fut aux jours anciens, dans les années d’autrefois.

Psaume : Ps 24, 7.8.9.10

R/ Gloire au Messie de Dieu, gloire à l’envoyé du Seigneur.

Portes, levez vos frontons,
élevez-vous, portes éternelles :
qu’il entre, le roi de gloire !

Qui est ce roi de gloire ?
C’est le Seigneur, le fort, le vaillant,
le Seigneur, le vaillant des combats.

Portes, levez vos frontons,
levez-les, portes éternelles :
qu’il entre, le roi de gloire !

Qui donc est ce roi de gloire ?
C’est le Seigneur, Dieu de l’univers ;
c’est lui, le roi de gloire.

2ème lecture : Le prêtre en tout semblable à nous (He 2, 14-18)

Lecture de la lettre aux Hébreux

Puisque les hommes ont tous une nature de chair et de sang, Jésus a voulu partager cette condition humaine : ainsi, par sa mort, il a pu réduire à l’impuissance celui qui possédait le pouvoir de la mort, c’est-à-dire le démon,  et il a rendu libres ceux qui, par crainte de la mort, passaient toute leur vie dans une situation d’esclaves.

Car ceux qu’il vient aider, ce ne sont pas les anges, ce sont les fils d’Abraham.

Il lui fallait donc devenir en tout semblable à ses frères, pour être, dans leurs relations avec Dieu, un grand prêtre miséricordieux et digne de confiance, capable d’enlever les péchés du peuple.

Ayant souffert jusqu’au bout l’épreuve de sa Passion, il peut porter secours à ceux qui subissent l’épreuve.

Evangile : La présentation de Jésus Christ au Temple (Lc 2, 22-40 [lecture brève: 2, 22-32])

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Voici la lumière qui éclaire les nations ! Voici la gloire d’Israël ! Alléluia. (cf. Lc 2, 32

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

[Quand arriva le jour fixé par la loi de Moïse pour la purification, les parents de Jésus le portèrent à Jérusalem pour le présenter au Seigneur, selon ce qui est écrit dans la Loi : Tout premier-né de sexe masculin sera consacré au Seigneur.
Ils venaient aussi présenter en offrande le sacrifice prescrit par la loi du Seigneur : un couple de tourterelles ou deux petites colombes.
Or, il y avait à Jérusalem un homme appelé Syméon. C’était un homme juste et religieux, qui attendait la Consolation d’Israël, et l’Esprit Saint était sur lui. L’Esprit lui avait révélé qu’il ne verrait pas la mort avant d’avoir vu le Messie du Seigneur. Poussé par l’Esprit, Syméon vint au Temple. Les parents y entraient avec l’enfant Jésus pour accomplir les rites de la Loi qui le concernaient.
Syméon prit l’enfant dans ses bras, et il bénit Dieu en disant :
« Maintenant, ô Maître, tu peux laisser ton serviteur s’en aller dans la paix, selon ta parole.
Car mes yeux ont vu ton salut,
que tu as préparé à la face de tous les peuples :
lumière pour éclairer les nations païennes, et gloire d’Israël ton peuple. »]
Le père et la mère de l’enfant s’étonnaient de ce qu’on disait de lui.
Syméon les bénit, puis il dit à Marie sa mère : « Vois, ton fils qui est là provoquera la chute et le relèvement de beaucoup en Israël. Il sera un signe de division. ? Et toi-même, ton c?ur sera transpercé par une épée. ? Ainsi seront dévoilées les pensées secrètes d’un grand nombre. » 

Il y avait là une femme qui était prophète, Anne, fille de Phanuel, de la tribu d’Aser.
Demeurée veuve après sept ans de mariage, elle avait atteint l’âge de quatre-vingt-quatre ans. Elle ne s’éloignait pas du Temple, servant Dieu jour et nuit dans le jeûne et la prière. S’approchant d’eux à ce moment, elle proclamait les louanges de Dieu et parlait de l’enfant à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem.

Lorsqu’ils eurent accompli tout ce que prescrivait la loi du Seigneur, ils retournèrent en Galilée, dans leur ville de Nazareth.
L’enfant grandissait et se fortifiait, tout rempli de sagesse, et la grâce de Dieu était sur lui.
Patrick Braud

Mots-clés : ,

Les commentaires sont desactivés.

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept