L'homelie du dimanche

6 octobre 2012

Le mariage et l’enfant : recevoir de se recevoir

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 00 min

Le mariage et l’enfant : recevoir de se recevoir

 

Homélie du 27° Dimanche ordinaire / Année B
07/10/2012

APPRENDRE À RECEVOIR

Un passage très célèbre sur le mariage (« ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas »), et juste après un autre passage, non moins célèbre (« laissez les enfants venir à moi »), mais complètement différent.

Pourquoi Luc l’évangéliste a-t-il mis ces deux passages l’un à côté de l’autre ? Est-ce un pur hasard de rédaction ? Ou y aurait-il un lien entre le mariage et l’enfant (autre que le lien naturel de la procréation) ?

 

Explorons cette deuxième hypothèse.

Le premier passage parle de la réussite du mariage. Comment peut-on réussir à garder le même conjoint toute une vie durant ? Même les pharisiens n’y croient qu’à moitié : devant tout le monde, s’ils posent la question du divorce, c’est qu’ils y sont confrontés de près. Les disciples eux-mêmes interrogeront à nouveau Jésus sur cette question « de retour à la maison ». C’est donc qu’ils n’avaient pas compris sa réponse, ou n’était pas persuadés de son bien-fondé.

 

Le deuxième passage parle de l’accueil.

Un double accueil : l’accueil des enfants, et l’accueil du royaume de Dieu à la manière des enfants qui savent accueillir.

Car, contrairement aux idées reçues, Jésus ne vante pas ici une soi-disant innocence des enfants, mais leur extraordinaire capacité à accueillir. C’est parce qu’ils ouvrent leurs bras et leurs coeurs sans restriction pour recevoir ce que les adultes leur donnent que les enfants peuvent nous apprendre à recevoir d’eux-mêmes le royaume de Dieu. L’injonction de leur ressembler (« le royaume de Dieu est à ce qui leur ressemblent ») n’a rien de romantique, ni de régressif : c’est l’appel à savoir recevoir.

En accueillant des enfants qui savent accueillir, nous serons nous-mêmes à bonne école pour accueillir à notre tour ce qui nous est donné (par la vie, par les autres, par Dieu).

Peut-être cette attitude fondamentale d’accueil est-elle la clé de la réussite du mariage évoquée plus haut ?

Le mariage et l'enfant : recevoir de se recevoir dans Communauté spirituelle prod_photo1_2543_1232532907Car l’indissolubilité du mariage est au-dessus de nos seules forces humaines, semblent dire les pharisiens et les disciples. C’est vrai leur répond Jésus ; c’est pourquoi si vous n’accueillez pas la capacité de durer des mains de Dieu lui-même, vous n’entrerez pas dans la promesse faite au mariage.

Dans le débat actuel sur le mariage civil homosexuel, et dans le contexte où le PACS a déjà supplanté le mariage, sans oublier qu’un mariage sur deux se termine par un divorce, on mesure ce que la parole du Christ a d’exigeant et de libérant tout à la fois.

Si vous vous basez sur la foi chrétienne, si vous avez le désir de recevoir de Dieu la grâce de la durée, alors vous pourrez accueillir la joie d’une vie entière placée sous le signe de la communion de deux êtres. Si vous vous basez sur vos sentiments, votre volontarisme ou vos seules forces humaines, si vous voulez prendre au lieu d’accueillir, alors il y a des chances pour que cela ne dure pas 50 ans…

L’essentiel serait donc de recevoir.

Humblement recevoir comme un enfant. Recevoir de Dieu la force d’accueillir son mari/sa femme pour toute la vie.

Et si grandir, c’était d’abord recevoir ?

On a réduit l’amour à l’acte de donner. On nous chante qu’aimer c’est donner sans retour (F. Pagny, P. Obispo?) ; le Téléthon nous invite à donner notre argent par solidarité (et nous culpabilise si le record n’est pas dépassé !) ; les parents se croient obligés de donner beaucoup de cadeaux à leurs enfants pour montrer leur amour (j’ai entendu à la radio qu’on dépense environ en moyenne 249 euros par enfant lors des fêtes de Noël? ? mais est-ce encore Noël ?)? N’oublie-t-on pas quelque chose de plus fondamental, en amont du don : savoir recevoir ?

Recevoir le vie avant de la donner ; recevoir ce que Dieu veut me donner avant de me prendre pour Dieu ; recevoir ma famille, mon métier comme un cadeau de l’existence ; recevoir mon corps même ? tel qu’il est ? recevoir mon histoire personnelle ? telle qu’elle est ? pour m’aimer en vérité.

L’évangile de Noël nous met sur la piste : « il n’y avait pas de place pour eux dans la salle commune » (Lc 2,7). La crèche, la mangeoire et l’étable ne sont pas des guirlandes roses pour endormir les enfants : ce sont le symboles de l’exclusion des hommes, si durs, si orgueilleux que bien souvent ils refusent de recevoir l’amour qui leur offert. « Il est venu chez les siens, et les siens ne l’ont pas accueilli » (Jn 1,11)? Autrement dit, l’enfant fragile mis à l’écart relève plus ? hélas ? de la logique du « Maillon faible » que celle de « Star Académie » !

Et si le premier appel à lancer était l’invitation à accepter de recevoir ??

SE RECEVOIR

Accepter de recevoir, c’est déjà beaucoup. Mais la croissance humaine de Jésus nous p_2020_110308130853_250 dans Communauté spirituelleentraîne encore plus loin. Il ne reçoit pas seulement la vie. Il se reçoit lui-même, sans cesse. Jésus n’a jamais voulu se suffire à lui-même ; il ne croit pas à la sacro-sainte indépendance d’aujourd’hui, qui tourne si vite à l’individualisme ou à la solitude. Lui sait que pour devenir un homme, une femme, il faut accepter de se recevoir des autres, de ceux que l’on rencontre, qui nous façonnent, qui nous blessent, qui nous font grandir en humanité. Lui sait que recevoir de Dieu son identité la plus intime n’est pas humiliant, bien au contraire : il a l’humilité de recevoir de Dieu sa vocation, sa mission, son existence, le but de sa vie, sa raison de vivre la plus vraie (cf. Jn 4,34 ; 14,10 ; 16,32 …). C’est pour cela qu’il ose appeler Dieu « Abba » = Père, papa ! C’est pour cela que par analogie nous l’appelons « Fils de Dieu » parce qu’il se reçoit continuellement d’un Autre que lui-même, et qu’il puise sa joie à devenir lui-même en se recevant d’un Autre qui l’aime. Tout le contraire du repli sur soi ! Tout le contraire de l’in-dépendance où je voudrais ne rien devoir à personne. L’enfant de la crèche – tout comme le crucifié abandonné – sait qu’il y a des liens d’amour sans lesquels nous ne pourrions pas devenir ce que nous sommes.

La communion d’amour trinitaire à laquelle nous sommes tous appelés n’est-elle pas le dynamisme le plus intime à la vie de Dieu : se recevoir ?

Et si l’appel à la vie divine passait par l’appel à se recevoir ??

RECEVOIR DE SE RECEVOIR?

Recevoir, se recevoir?

Franchissons encore une étape, au risque de nous perdre : et si grandir, c’était recevoir de se recevoir? ?

Car il y a un piège : je pourrais croire que j’y arriverai tout seul (à me recevoir des autres). On essaie d’ailleurs de nous inculquer qu’en serrant les dents, en n’en parlant à personne et à la seule force des poignets, on devrait pouvoir surmonter les difficultés de la vie. Combien c’est illusoire !

La capacité de me recevoir, je la reçois elle aussi ; comme un enfant reçoit la vie et plus tard la capacité de la donner, le langage et la capacité de se laisser éduquer à la parole, l’amour et la capacité de se laisser aimer.

Prenez l’image des bateaux qui naviguent en flottilles : ils sont les symboles de notre traversée de l’existence, de nos voyages intérieurs, des tempêtes essuyées, des longs bords paisibles où nous avons taillé la route vers Dieu? Le Christ n’est pas le vaisseau amiral ni le vaisseau pilote de cette flottille : non, il s’invite à bord de chaque bateau, pour être notre mât, notre gouvernail, pour que l’Église soit notre équipage et l’Esprit le vent dans nos voiles. Si le Christ n’était que le navire de tête, ce serait désespérant, car je n’arriverais jamais à l’imiter et à le suivre par moi-même : il est bien trop fort pour moi ! Si le Christ embarque à mon bord, s’il devient ma boussole, mon gréement, alors tout devient possible?

Il est à bord de nos vies, pour nous ouvrir au don de Dieu, jour après jour. C’est ce que nos chantons au sommet de la prière eucharistique : « par Lui, avec Lui et en Lui, à Toi, Dieu le Père tout-puissant, dans l’unité du Saint-Esprit? ». Par le Christ, avec le Christ et en Christ, nous devenons peu à peu ce que nous sommes réellement : enfants de Dieu, dans le Fils unique.

Fils et filles de Dieu, c’est-à-dire : faits pour se recevoir dans l’amour, comme des enfants devraient pouvoir se recevoir de leur parents. Enfants de Dieu, en faisant Corps avec Celui qui ne cesse de se recevoir, et nous entraîne ainsi dans l’offrande qu’il fait de lui-même à son Père.

Nous sommes davantage le satellite accroché au dos de la fusée Ariane que le pétard mouillé bricolé au fond du jardin, et qui voudrait toucher le ciel en ne comptant que sur lui?

Recevoir, se recevoir, recevoir de se recevoir : en réfléchissant à l’appel qui est constitutif de la personne humaine, n’oublions pas que le plus beau cadeau à faire à quelqu’un, à tout âge, c’est désirer se recevoir de lui?

Éduquer, c’est en ce sens initier l’autre à la joie de cette dépendance d’amour? et non fabriquer des adultes auto-suffisants.

Et si c’était l’enjeu de toute eucharistie : recevoir du Christ la capacité de nous recevoir de Dieu lui-même ??

 

1ère lecture : Origine du mariage (Gn 2, 18-24)

Lecture du livre de la Genèse

Au commencement, lorsque le Seigneur Dieu fit la terre et le ciel, il dit : « Il n’est pas bon que l’homme soit seul. Je vais lui faire une aide qui lui correspondra. »
Avec de la terre, le Seigneur Dieu façonna toutes les bêtes des champs et tous les oiseaux du ciel, et il les amena vers l’homme pour voir quels noms il leur donnerait. C’étaient des êtres vivants, et l’homme donna un nom à chacun.
L’homme donna donc leurs noms à tous les animaux, aux oiseaux du ciel et à toutes les bêtes des champs. Mais il ne trouva aucune aide qui lui corresponde.
Alors le Seigneur Dieu fit tomber sur lui un sommeil mystérieux, et l’homme s’endormit. Le Seigneur Dieu prit de la chair dans son côté, puis il le referma.
Avec ce qu’il avait pris à l’homme, il forma une femme et il l’amena vers l’homme.
L’homme dit alors : « Cette fois-ci, voilà l’os de mes oset la chair de ma chair ! On l’appellera : femme. »
À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un.

Psaume : 127, 1-2, 3, 4.5c.6a

R/ Que le Seigneur nous bénisse tous les jours de notre vie !

Heureux qui craint le Seigneur
et marche selon ses voies !
Tu te nourriras du travail de tes mains :
Heureux es-tu ! À toi, le bonheur !

Ta femme sera dans ta maison
comme une vigne généreuse,
et tes fils, autour de la table,
comme des plants d’olivier.

Voilà comment sera béni
l’homme qui craint le Seigneur.
Que le Seigneur te bénisse tous les jours de ta vie,
et tu verras les fils de tes fils.

2ème lecture : Jésus, notre Sauveur et notre frère (He 2, 9-11)

Lecture de la lettre aux Hébreux

Jésus avait été abaissé un peu au-dessous des anges, et maintenant nous le voyons couronné de gloire et d’honneur à cause de sa Passion et de sa mort. Si donc il a fait l’expérience de la mort, c’est, par grâce de Dieu, pour le salut de tous.
En effet, puisque le créateur et maître de tout voulait avoir une multitude de fils à conduire jusqu’à la gloire, il était normal qu’il mène à sa perfection, par la souffrance, celui qui est à l’origine du salut de tous.
Car Jésus qui sanctifie, et les hommes qui sont sanctifiés, sont de la même race ; et, pour cette raison, il n’a pas honte de les appeler ses frères.

Evangile : L’indissolubilité du mariage ? L’accueil des enfants (brève : 2-12) (Mc 10, 2-16)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Si nous demeurons dans l’amour, nous demeurons en Dieu : Dieu est amour. Alléluia. (cf. 1 Jn 4, 16

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Un jour, des pharisiens abordèrent Jésus et pour le mettre à l’épreuve, ils lui demandaient : « Est-il permis à un mari de renvoyer sa femme ? »
Jésus dit : « Que vous a prescrit Moïse ? »
Ils lui répondirent : « Moïse a permis de renvoyer sa femme à condition d’établir un acte de répudiation. »
Jésus répliqua : « C’est en raison de votre endurcissement qu’il a formulé cette loi.
Mais, au commencement de la création, il les fit homme et femme.
À cause de cela, l’homme quittera son père et sa mère, il s’attachera à sa femme, et tous deux ne feront plus qu’un. Ainsi, ils ne sont plus deux, mais ils ne font qu’un.
Donc, ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! »
De retour à la maison, les disciples l’interrogeaient de nouveau sur cette question.
Il leur répond : « Celui qui renvoie sa femme pour en épouser une autre est coupable d’adultère envers elle.
Si une femme a renvoyé son mari et en épouse un autre, elle est coupable d’adultère. »

On présentait à Jésus des enfants pour les lui faire toucher ; mais les disciples les écartèrent vivement.
Voyant cela, Jésus se fâcha et leur dit : « Laissez les enfants venir à moi. Ne les empêchez pas, car le royaume de Dieu est à ceux qui leur ressemblent.
Amen, je vous le dis : celui qui n’accueille pas le royaume de Dieu à la manière d’un enfant n’y entrera pas. »
Il les embrassait et les bénissait en leur imposant les mains.
Patrick Braud

Laisser un commentaire

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept