L'homelie du dimanche

18 août 2012

Manquez, venez, quittez, servez

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Manquez, venez, quittez, suivez

 

Homélie du XX° dimanche ordinaire / Année B
19 Août 2012

 

Le livre des Proverbes (9,1-6) apparaît comme une préfiguration de l’invitation eucharistique de l’évangile de ce dimanche (Jn 6,51- 58). La Sagesse personnifiée peut s’interpréter comme l’annonce du Christ invitant au festin, mais également l’Esprit Saint qui remplit nos coeurs de la sobre ivresse eucharistique (cf. la deuxième lecture : Ep 5,15-20).

Les verbes qu’utilise la Sagesse pour lancer ses invitations au banquet résonnent comme autant d’étapes de notre propre chemin spirituel : manquez, venez, quittez, suivez.

 

Manquez

« Si vous manquez de sagesse… »

La première étape est bien d’accepter de manquer.

Reconnaître qu’il y a dans ma vie un manque impossible à combler par moi-même. Être en Manquez, venez, quittez, servez dans Communauté spirituelle 4503_viderecherche d’une sagesse plus haute que les règles de vie ordinaire (manger, boire, dormir, aimer sa famille, travailler). Cette acceptation du manque demande une vraie lucidité, et un refus obstiné des ersatz de sagesse qui pullulent autour de nous. Les faux gourous vous promettent tous du bonheur immédiat, que ce soit à travers des régimes miracles pour perdre du poids, des cures plus ou moins psy ou bio ou les deux, supposées vous libérer et vous purifier, des promotions commerciales à ne pas rater qui nous font courir après des étiquettes, les soi-disant recettes d’épanouissement personnel ou de coaching supposés vous prendre en main…

Manquer de sagesse c’est refuser de se laisser soi-disant combler par les marchands de besoins immédiats. Manquer de sagesse, c’est s’ouvrir aux interrogations les plus fondamentales et avoir envie de se mettre en recherche. Manquer de sagesse est en ce sens le début de la sagesse.

L’invitation de la Sagesse est proclamée sur les hauteurs de la cité, pour atteindre tous les habitants, à la manière d’un haut-parleur de mosquée, d’une volée de cloches de cathédrale ou de lâcher de tracts d’un avion publicitaire ! Voilà une autre caractéristique de la sagesse biblique : elle est pour tous. Elle n’est pas élitiste, réservée à quelques happy few. Elle n’est pas ésotérique, se dissimulant derrière de fausses connaissances compliquées : elle est explicite, simple, s’adressant aux pauvres comme aux riches, aux banlieues comme aux centres-villes.

Venez

« Si vous manquez de sagesse, venez à moi ! »

L’impératif porte ici sur la mise en mouvement ; l’acceptation du manque crée le désir, et 20061120001006_marcher pain dans Communauté spirituelle

le désir met en mouvement tout l’être pour chercher celui que le désir indique. Venir à la sagesse, c’est là encore refuser l’immobilisme de celui qui est trop installé dans l’existence pour chercher autre chose que ce qu’il possède déjà. Et comme le désir souvent est aveugle, la sagesse prend soin de préciser : « venez à moi ! » Orienter notre marche vers quelqu’un et non pas vers quelque chose, fut-ce le bonheur lui-même, car la Sagesse en personne est plus grande que le bonheur.

Venir vers quelqu’un : c’est l’enfant qui lâche les bras de sa mère pour faire ses premiers pas vers quelqu’un qui lui sourit deux mètres plus loin ; c’est l’amoureux qui court vers le visage aimé en descendant du train ; c’est le vieillard qui prépare sa chambre pour la visite de sa famille ; c’est le renard qui habille son coeur pour le rendez-vous avec le petit prince…

Il s’agit dans le texte des Proverbes de venir vers la Sagesse pour manger son pain et boire son vin : pour se réjouir donc, pour se nourrir de sa parole et de sa présence, pour habiter la louange en goûtant la saveur d’être en communion avec elle. Exactement comme pour le repas eucharistique, dont le but est de jouir de la présence du Christ au plus intime de moi, présence dont le pain et le vin sont les symboles efficaces.

Après le manque, c’est donc le mouvement du chemin à prendre qui est la deuxième étape de la sagesse.

Quittez

« Quittez votre folie et vous vivrez ».

En cours de route, on s’aperçoit vite de ce qu’on a laissé derrière soi. Les hébreux ont 7553877-symbole-du-signe-de-quitter-fire-isole-sur-red-chef-droit sagesse

très vite regretté les marmites de viande savoureuse qui remplissaient leurs ventres d’esclaves en Égypte : sur le chemin de l’Exode, ils ont eu du mal à quitter leur addiction aux idoles ; ils ont mis 40 ans à renoncer à leur folie païenne. Et l’histoire montrera qu’ils vont rechuter encore et encore, même après l’entrée triomphale en Terre promise.

Quitter sa folie est une entreprise de longue haleine. Prendre la route vers plus de sagesse ne suffit pas. Ce serait une illusion de croire que la recherche suffit à être libre de toute folie antérieure. À la manière d’un fumeur invétéré qui se fait aider par des patchs et un suivi médical régulier pour arrêter de consommer du poison, celui qui se met en quête de sagesse aura intérêt à se faire aider pour quitter réellement ses folies antérieures. Un accompagnateur spirituel, le soutien d’une communauté chrétienne, la force des sacrements sont la nourriture ordinaire pour tenir bon sur ce chemin de notre libération intérieure.

Savoir quitter est tout un art : savoir ce qu’il faut quitter, comment le faire et à quel moment.

Quitter sa folie : pour certains ce sera mettre un terme à une relation extraconjugale devenant destructrice ; pour d’autres couper court à une addiction dangereuse (alcool, drogue, argent, réussite, informatique… !) ; pour d’autres encore arrêter de courir de régime en thérapie douteuse, d’achats compulsifs en agitation mondaine etc. Quitter une vie sans but est le début de la renaissance. « Quittez votre folie et vous vivrez » nous promet la Sagesse.

Écoutez ceux qui nous racontent leur métamorphose : lorsqu’ils ont largué leurs amarres de folie, ils ont expérimenté un profond sentiment de renaissance. Vivre, enfin vivre…

Suivez

« Suivez le chemin de l’intelligence ».

Quitter pour aller vers la Sagesse demande de trouver le bon itinéraire. Tel le GPS qui wydcrosssydney

vous propose l’itinéraire le plus rapide d’une destination à une autre, « l’intelligence » sera votre guide. Il faut là encore accepter de suivre un guide, et de ne pas s’autoproclamer indépendant : le disciple n’est pas au-dessus de son maître. Il doit d’abord accepter de suivre, au lieu de s’égarer à se suivre lui-même. Il doit ensuite choisir l’intelligence comme guide. Quelle est cette intelligence ? On pense à « l’intelligence des Écritures » (Luc 24) à laquelle le Christ ressuscité ouvre les disciples d’Emmaüs. On pense à l’intelligence du coeur qui donne de discerner ce qui est important et ce qui l’est moins.

Manquez, venez, quittez, suivez : que ces invitations – impératives ! – résonnent en nous comme autant d’étapes à parcourir vers plus de sagesse dans nos choix et nos priorités.

 

1ère lecture : Le banquet de la Sagesse (Pr 9, 1-6)
Lecture du livre des Proverbes

La Sagesse a bâti sa maison, elle a sculpté sept colonnes.
Elle a tué ses bêtes, apprêté son vin, dressé sa table, et envoyé ses servantes. Elle proclame sur les hauteurs de la cité : « Si vous manquez de sagesse, venez à moi ! »
À l’homme sans intelligence elle dit : « Venez manger mon pain, et boire le vin que j’ai apprêté ! Quittez votre folie et vous vivrez, suivez le chemin de l’intelligence. »

Psaume : 33, 2-3, 10-11, 12-13, 14-15

R/ Goûtez et voyez comme est bon le Seigneur !

Je bénirai le Seigneur en tout temps,
sa louange sans cesse à mes lèvres.
Je me glorifierai dans le Seigneur :
que les pauvres m’entendent et soient en fête !

Saints du Seigneur, adorez-le : 
rien ne manque à ceux qui le craignent.
Des riches ont tout perdu, ils ont faim ; 
qui cherche le Seigneur ne manquera d’aucun bien.

Venez, mes fils, écoutez-moi, 
que je vous enseigne la crainte du Seigneur.
Qui donc aime la vie 
et désire les jours où il verra le bonheur ?

Garde ta langue du mal 
et tes lèvres des paroles perfides.
Évite le mal, fais ce qui est bien, 
poursuis la paix, recherche-la.

2ème lecture : Vivre en chrétiens dans l’action de grâce (Ep 5, 15-20)
Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Éphésiens

Frères, prenez bien garde à votre conduite : ne vivez pas comme des fous, mais comme des sages.
Tirez parti du temps présent, car nous traversons des jours mauvais.
Ne soyez donc pas irréfléchis, mais comprenez bien quelle est la volonté du Seigneur.
Ne vous enivrez pas, car le vin porte à la débauche. Laissez-vous plutôt remplir par l’Esprit Saint.
Dites entre vous des psaumes, des hymnes et de libres louanges, chantez le Seigneur et célébrez-le de tout votre c?ur.
À tout moment et pour toutes choses, rendez grâce à Dieu le Père, au nom de notre Seigneur Jésus Christ.

Evangile : Jésus est la vraie nourriture (Jn 6, 51-58)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Les yeux sur toi, Seigneur, tous espèrent, et tu leur donnes la nourriture au temps voulu : la chair et le sang de l’Agneau immolé. Alléluia. (cf. Ps 144, 15)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Jésus disait à la foule : « Moi, je suis le pain vivant, qui est descendu du ciel : si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement. Le pain que je donnerai, c’est ma chair, donnée pour que le monde ait la vie. »
Les Juifs discutaient entre eux : « Comment cet homme-là peut-il nous donner sa chair à manger ? »
Jésus leur dit alors : « Amen, amen, je vous le dis : si vous ne mangez pas la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez pas son sang, vous n’aurez pas la vie en vous.
Celui qui mange ma chair et boit mon sang a la vie éternelle ; et moi, je le ressusciterai au dernier jour.
En effet, ma chair est la vraie nourriture, et mon sang est la vraie boisson.
Celui qui mange ma chair et boit mon sang demeure en moi, et moi je demeure en lui.
De même que le Père, qui est vivant, m’a envoyé, et que moi je vis par le Père, de même aussi celui qui me mangera vivra par moi.

Tel est le pain qui descend du ciel : il n’est pas comme celui que vos pères ont mangé. Eux, ils sont morts ; celui qui mange ce pain vivra éternellement. »  
Patrick Braud

Mots-clés : ,

Les commentaires sont desactivés.

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept