L'homelie du dimanche

14 août 2012

L’Assomption de Marie : une femme entre en Résistance

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

L’Assomption de Marie:
une femme entre en Résistance

Homélie pour la fête de l’Assomption  Année B
15/07/2012

 

Marie icône de l’Église

On connaît la vieille règle médiévale, toujours en vigueur, qui donne le sens de toute fête mariale : tout ce qui peut être dit de Marie personnellement doit également être dit de l’Église collectivement, et réciproquement.

Marie est la première créature en qui le désir de Dieu de s’associer l’humanité réussit pleinement. Elle anticipe et inaugure notre avenir à chacun et à tous.

Voilà pourquoi les fêtes mariales sont aussi populaires : nous célébrons notre espérance déjà réalisée en Marie !

Le 15 août ne déroge pas à cette règle : l’Assomption de Marie inaugure l’Assomption de l’humanité en Dieu.

Avec Marie, nous sommes promis à être « enlevés » (assumere en latin) en Dieu.

Avec Marie, nous avons l’espérance d’être « assumés » corps et âme par Dieu et en lui.

L’Apocalypse, la radio-Londres de Saint Jean

Mais cela se fait à travers un combat que saint Jean décrit à sa manière dans l’Apocalypse (cf. notre première lecture).

Au moment où Jean écrit (dans les années 90 après Jésus) les persécutions romaines effraient les catéchumènes et les nouveaux baptisés, à juste titre. Les Églises autour de la Méditerranée naissent dans le sang, martyres des pouvoirs politiques et religieux païens qui ne supportent pas la différence chrétienne. Aujourd’hui encore hélas, ces Églises noyées en plein monde musulman continuent à souffrir brimades, humiliations, voire attentats et persécutions.

Saint Jean écrit pour soutenir la foi et le courage de ceux qui sont discriminés à cause de leur baptême. Comme les combattants de l’ombre au moment de l’occupation nazie en 39-45, Jean est obligé de recourir à un langage codé pour ne pas compromettre ses lecteurs, et pour que son message reste hermétique aux persécuteurs.

Souvenez-vous : Radio-Londres relayait des messages codés que les résistants savaient très bien interpréter. « Demain la libellule verra le papillon » pouvait annoncer un largage d’armes pour un maquis ou bien un départ de réfugiés juifs vers Londres. Quand Jean évoque « une femme ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds » il emploie le même procédé de langage codé.

La nature n’est pas Dieu

L'Assomption de Marie : une femme entre en Résistance dans Communauté spirituelle pleine_lune_2006_07_11Il décrit une femme plus grande que les astres du ciel qui lui servent de parure. Message à l’intention des chrétiens toujours tentés par les vieilles religions astrales. Croire que son destin est écrit quelque part, que les astres en seraient les annonciateurs est formellement en contradiction avec la liberté chrétienne. Ni le soleil ni la lune ne gouvernent nos vies. Ce sont des choses créées qui disent la beauté du Créateur ; l’homme ne doit pas les craindre ni les adorer. Il doit comme Marie s’en servir comme « manteau » pour envelopper sa beauté et sa croissance. La désacralisation de la nature est au coeur de la révélation juive et chrétienne : la nature n’est pas Dieu. Elle est une amie de l’homme, et peut lui servir de manteau pour à la fois le protéger et l’embellir. Attitude révolutionnaire autrefois dans la période où – faute de connaissances scientifiques – on attribuait à la nature des pouvoirs divins, obscurs et terrifiants. Attitude de sagesse aujourd’hui où certaines écologies voudraient rediviniser la terre, l’univers ou la matière, où à l’inverse la technique continue à asservir et piller la nature sans discernement.

Le pouvoir politique ne peut se prendre pour Dieu

Après notre rapport à la nature créée, c’est notre rapport au pouvoir politique qu’évoque l’Assomption de Marie dans l’Apocalypse.

La femme porte sur sa tête « une couronne de douze étoiles ». La couronne est bien sûr le symbole du pouvoir royal ou impérial qui ici repose sur une femme, cas assez rare dans l’Antiquité pour ne pas y voir un de ces renversements spectaculaires que Dieu semble prendre plaisir à multiplier (« il renverse les puissants de leur trône, il élève les humbles », selon le Magnificat de Marie). Le chiffre 12 symbolise Israël, pleinement accompli dans l’Église (le « temple qui est dans le ciel »). Le « dragon » qui veut dévorer l’enfant de cette femme a 7 tête et 10 cornes : 7 est le chiffre de la création et 10 le chiffre de la loi. Le dragon symbolise tous les pouvoirs politiques de la création qui tentent de s’arroger le pouvoir de la loi dans leur intérêt. Les 7 diadèmes évoquent ces pouvoirs – royauté ou empires – qui se prennent pour Dieu et veulent concurrencer la couronne de la femme.

Cette femme est donc Israël – l’Église – Marie, exposée aux prétentions meurtrières des pouvoirs politiques qui veulent prendre la place de Dieu en décidant eux-mêmes de ce qui est bien ou de ce qui est mal.

Vouloir « dévorer » l’enfant de la femme enceinte paraît renvoyer aux persécutions romaines  et juives qui voulaient décimer les enfants de l’Église que sont les nouveaux baptisés, ou bien évoquer la jalousie politique contre le Christ qui vient rétablir le royaume de Dieu en chacun.

Cette jalousie politique est terriblement meurtrière, puisqu’elle balaye le tiers des étoiles : beaucoup d’Églises tomberont sous les persécutions. Mais courage ! semble nous crier saint Jean : le mal ne pourra vaincre en totalité ; il blessera et abîmera, mais les deux tiers des étoiles resteront dans le ciel. Beaucoup de baptisés renient leur fois, mais encore davantage tiendront bon, jusqu’à la victoire finale.

La femme est « enceinte, torturée par les douleurs de l’enfantement » : c’est bien chacun de nous, porteur de notre aspiration à rejoindre Dieu, lourd de tout ce que nous engendrons de divin dans nos projets humains. C’est bien l’Église, enceinte de ses catéchumènes, ne cessant pas d’engendrer une humanité nouvelle, libre de servir le seul vrai Dieu.

Entrer en résistance

Les chrétiens qui lisaient l’Apocalypse en cachette – à l’instar de ceux qui font circuler la Bible sous le manteau en Chine, au Maghreb ou ailleurs – savaient lire dans ce texte l’annonce d’une formidable espérance: la domination tyrannique des régimes inhumains n’aura qu’un temps. Même s’ils sont capables de faire encore de terribles dégâts, ils seront vaincus, et les chrétiens n’ont rien à craindre fondamentalement de ces colosses aux pieds d’argile.

Même s’ils finissent sous les dents des bêtes dans le cirque romain autrefois ou dans les geôles de junte militaire ou religieuse aujourd’hui, ces chrétiens persécutés savent que les diadèmes de pacotille s’inclineront un jour devant la couronne étoilée dont Marie est déjà revêtue.

Avec Marie en Assomption, l’Église entre en résistance. En Christ, le mal est déjà vaincu. Le combat qu’il reste à mener pour manifester cette victoire sera long et meurtrier. Mais l’Apocalypse réconforte les résistants de l’ombre en leur promettant d’être associés comme Marie à la plénitude de la gloire divine.

Que ce message d’espérance soutienne tous les combats qui sont les nôtres !

 

 

The Partisan

When they poured across the border
I was cautioned to surrender,
this I could not do;
I took my gun and vanished.
I have changed my name so often,
I’ve lost my wife and children
but I have many friends,
and some of them are with me.

An old woman gave us shelter,
kept us hidden in the garret,
then the soldiers came;
she died without a whisper.

There were three of us this morning
I’m the only one this evening
but I must go on;
the frontiers are my prison.

Oh, the wind, the wind is blowing,
through the graves the wind is blowing,
freedom soon will come;
then we’ll come from the shadows.

Les Allemands e’taient chez moi, (The Germans were at my home)
ils me dirent, « Signe toi, » (They said, « Sign yourself, »)
mais je n’ai pas peur; (But I am not afraid)
j’ai repris mon arme. (I have retaken my weapon.)

J’ai change’ cent fois de nom, (I have changed names a hundred times)
j’ai perdu femme et enfants (I have lost wife and children)
mais j’ai tant d’amis; (But I have so many friends)
j’ai la France entie`re. (I have all of France)

Un vieil homme dans un grenier (An old man, in an attic)
pour la nuit nous a cache’, (Hid us for the night)
les Allemands l’ont pris; (The Germans captured him)
il est mort sans surprise. (He died without surprise.)

Oh, the wind, the wind is blowing,
through the graves the wind is blowing,
freedom soon will come;
then we’ll come from the shadows.

 

1ère lecture : La Femme de l’Apocalypse, image de l’Église comme Marie (Ap 11, 19a ; 12, 1-6a.10ab)

Lecture de l’Apocalypse de saint Jean

Le Temple qui est dans le ciel s’ouvrit, et l’arche de l’Alliance du Seigneur apparut dans son Temple.

Un signe grandiose apparut dans le ciel : une Femme, ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles.
Elle était enceinte et elle criait, torturée par les douleurs de l’enfantement.
Un autre signe apparut dans le ciel : un énorme dragon, rouge feu, avec sept têtes et dix cornes,et sur chaque tête un diadème.
Sa queue balayait le tiers des étoiles du ciel, et les précipita sur la terre. Le Dragon se tenait devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer l’enfant dès sa naissance.
Or, la Femme mit au monde un fils, un enfant mâle, celui qui sera le berger de toutes les nations, les menant avec un sceptre de fer. L’enfant fut enlevé auprès de Dieu et de son Trône, et la Femme s’enfuit au désert, où Dieu lui a préparé une place.

Alors j’entendis dans le ciel une voix puissante, qui proclamait : « Voici maintenant le salut, la puissance et la royauté de notre Dieu, et le pouvoir de son Christ ! »

Psaume : Ps 45, 11-12a, 12b-13, 14-15a, 15b-16

R/ Heureuse es-tu, Vierge Marie, dans la gloire de ton Fils.

Écoute, ma fille, regarde et tends l’oreille ;
oublie ton peuple et la maison de ton père :
le roi sera séduit par ta beauté.

Il est ton Seigneur : prosterne-toi devant lui.
Alors, les plus riches du peuple,
chargés de présents, quêteront ton sourire.

Fille de roi, elle est là, dans sa gloire,
vêtue d’étoffes d’or ;
on la conduit, toute parée, vers le roi.

Des jeunes filles, ses compagnes, lui font cortège ;
on les conduit parmi les chants de fête :
elles entrent au palais du roi.

2ème lecture : Le Christ nous entraîne tous dans la vie éternelle ( 1 Co 15, 20-27a)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, le Christ est ressuscité d’entre les morts, pour être parmi les morts le premier ressuscité. Car, la mort étant venue par un homme, c’est par un homme aussi que vient la résurrection. En effet, c’est en Adam que meurent tous les hommes ; c’est dans le Christ que tous revivront, mais chacun à son rang : en premier, le Christ ; et ensuite, ceux qui seront au Christ lorsqu’il reviendra. Alors, tout sera achevé, quand le Christ remettra son pouvoir royal à Dieu le Père, après avoir détruit toutes les puissances du mal. C’est lui en effet qui doit régner jusqu’au jour où il aura mis sous ses pieds tous ses ennemis. Et le dernier ennemi qu’il détruira, c’est la mort, car il a tout mis sous ses pieds.

Evangile : « Heureuse celle qui a cru ! » (Lc 1, 39-56)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Aujourd’hui s’est ouverte la porte du paradis : Marie est entrée dans la gloire de Dieu ; exultez dans le ciel, tous les anges ! Alléluia.

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ces jours-là, Marie se mit en route rapidement vers une ville de la montagne de Judée.
Elle entra dans la maison de Zacharie et salua Élisabeth.
Or, quand Élisabeth entendit la salutation de Marie, l’enfant tressaillit en elle. Alors, Élisabeth fut remplie de l’Esprit Saint,
et s’écria d’une voix forte : « Tu es bénie entre toutes les femmes, et le fruit de tes entrailles est béni.
Comment ai-je ce bonheur que la mère de mon Seigneur vienne jusqu’à moi ?
Car, lorsque j’ai entendu tes paroles de salutation, l’enfant a tressailli d’allégresse au-dedans de moi.
Heureuse celle qui a cru à l’accomplissement des paroles qui lui furent dites de la part du Seigneur. »
Marie dit alors :
« Mon âme exalte le Seigneur,
mon esprit exulte en Dieu mon Sauveur.
Il s’est penché sur son humble servante ; désormais tous les âges me diront bienheureuse.
Le Puissant fit pour moi des merveilles ; Saint est son nom !
Son amour s’étend d’âge en âge sur ceux qui le craignent.
Déployant la force de son bras, il disperse les superbes.
Il renverse les puissants de leurs trônes, il élève les humbles.
Il comble de bien les affamés, renvoie les riches les mains vides.
Il relève Israël son serviteur, il se souvient de son amour,
de la promesse faite à nos pères, en faveur d’Abraham et de sa race à jamais. »
Marie demeura avec Élisabeth environ trois mois, puis elle s’en retourna chez elle.
Patrick Braud

Mots-clés : , ,

Les commentaires sont desactivés.

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept