L'homelie du dimanche

  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 30 juin 2012

30 juin 2012

Les matriochkas du 12

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Les matriochkas du 12

 

Homélie du 13° Dimanche ordinaire / Année B

01/07/2012

 

Comme très souvent, cette page d’Évangile peut se prêter à différentes interprétations :

- historique : on cherchera à retrouver la puissance de guérison qui visiblement impressionnait les contemporains de Jésus.

- morale : on soulignera le dépassement des catégories du pur et de l’impur qu’opère Jésus en se laissant toucher par cette femme impure, et en touchant le cadavre d’une fillette, contractant ainsi une autre impureté légale.

- religieuse : on insistera sur la divinité de ce prophète manifesté ici par sa victoire sur la mort sociale, familiale et physique.

- sacramentelle : on fera le rapprochement entre le corps du Christ hier qui était source de guérison à son contact, et l’eucharistie aujourd’hui qui joue le même rôle.

- psychologique : on étudiera le rapprochement entre cette femme qui n’arrive pas à être femme à cause de ses saignements où sa féminité s’écoule au-dehors, solitaire et stérile, et cette fillette qui n’arrive pas à devenir femme, sans doute à cause de ses parents qui l’étouffent (« l’enfant n’est pas morte, elle dort »).

 

Chacune de ces interprétations est légitime et mérite des pages de commentaires, tant leurs conséquences actuelles sont importantes.

Faute de place limitons-nous à une autre interprétation, allégorique celle-là, qui était chère aux Pères de l’Église.

 

Les matriochkas du chiffre 12

La clé de cette interprétation allégorique repose sur ce qui est commun aux deux récits dans Mc 5,21-43, récits enchâssés l’un dans l’autre comme des poupées russes :

 

- le 12 : c’est une suture évidente entre les deux guérisons. La femme avait des pertes de sang « depuis 12 ans », et Marc prend bien soin de préciser (détail inutile s’il n’était pas symbolique) que « la jeune fille avait 12 ans ».

Or 12 est dans la Bible le chiffre d’Israël, depuis que les 12 tribus se sont fédérées en un seul peuple de Dieu. Ce n’est pas pour rien que Jésus choisit 12 apôtres, annonçant l’accomplissement d’Israël dans l’Église. Ce n’est pas pour rien que la Jérusalem céleste a 12 portes ouvertes sur le monde lors de l’accomplissement des temps dans l’Apocalypse de Jean.

Les deux personnages de notre récit figurent donc symboliquement Israël, malade ou endormi à force d’attendre le Messie.

Israël s’épuise comme la femme hémorroïsse s’il n’entre pas en contact avec le corps du Christ (ne fut-ce qu’en « touchant son manteau »). Il perd sa vitalité (saignements internes), devient solitaire au milieu des nations (comme cette femme qui ne peut pas se marier à cause de ses saignements qui font d’elle une impure), et stérile (la fécondité est une autre conséquence de ces saignements).

Israël devient « endormi » au milieu des nations, à l’image de cette jeune fille qui refuse de s’alimenter (Jésus est obligé d’intimer cet ordre aux parents : « faites-la manger ») s’il refuse lui aussi de se nourrir de la parole faite chair

 

Les Pères de l’Église ont longtemps insisté sur l’apport des juifs reconnaissant en Jésus le Christ des Écritures, comme sur le drame de « l’Israël ancien » qui ne veut pas entrer en contact avec son Messie si paradoxal.

Aujourd’hui encore, le rôle d’Israël dans le concert des nations continue, unique et irremplaçable (cf. Rm 9-11). On voit bien que – même politiquement – Israël peut s’isoler et devenir stérile lorsqu’il s’entête à confondre élection et privilège : le peuple élu par Dieu est choisi pour être le serviteur des nations (cf. Is 53) pas un dominateur des autres peuples. L’humble messianité de Jésus, serviteur désintéressé, pourrait opérer sur Israël le même redressement spectaculaire que chez la fillette qui se lève et marche, ou chez la femme épuisée qui enfin devient vraiment femme.

 

Devenir femme

En hébreu, le peuple est un nom féminin. Dans la Bible, Israël est toujours personnifiée dans sous les traits d’une femme : la bien-aimée du Cantique des cantiques, la femme adultère d’Osée, et jusqu’à l’absence de femme pour Jérémie célibataire, signe d’un Dieu sans partenaire d’alliance depuis qu’Israël l’a abandonné pour des idoles païennes.

La femme et la fillette de Mc 5 renvoient donc à Israël qui a du mal à assumer sa féminité, c’est-à-dire sa condition de partenaire de Dieu dans l’Alliance.

 

Devenir fille

Ce symbolisme est renforcé par le titre que Jésus donne à la femme guérie : « [ma]  fille, ta foi t’a sauvée ». C’est comme s’il l’adoptait : elle qui est sans protection, seule, impure et stérile, elle découvre en Jésus un père. Dieu est le père d’Israël, le père des pauvres : en l’appelant « ma fille » Jésus fait entrer cette femme dans la famille d’Israël où tous se reconnaissent enfants de Dieu.

La fillette est également appelée « ma fille » par le chef de synagogue : ce parallèle situe bien Jésus comme le vrai chef de la nouvelle synagogue qu’est l’Église.

 

Les anonymes

De façon étonnante, ces deux figures féminines demeurent anonymes. Elles font partie de ces inconnus que le Christ rencontre une fois, et une seule apparemment, qu’il libère et laisse libres d’aller leur chemin sans leur demander de le suivre. Étonnante liberté de Jésus qui se laisse dérouter par elles, justement pour les remettre sur la route de leur vocation personnelle. Les Pères de l’Église voyaient dans ces anonymes de l’Évangile tous les peuples auxquels l’Église est envoyée : sans chercher forcément les convertir ni à posséder leur identité, l’Église corps du Christ est appelée à guérir et relever gratuitement. Même minoritaire au milieu de sociétés musulmanes ou hindoues ou athées aujourd’hui, l’Église inlassablement doit accepter qu’une force sorte d’elle-même, presque à son insu comme pour Jésus, pour soulager ceux qu’elle croise sur sa route et qu’elle ne reverra plus après.

 

Jésus-Jaïre

L’anonymat de ces deux figures féminines est d’autant plus surprenant que le nom de Jaïre est mentionné dès le début du récit, sans doute dans l’intention de nous avertir.

En effet, Jaïr est dans la Bible le nom du père du célèbre Mardochée (Esther 2,3) qui a su guider sa fille Ester pour déjouer un complot visant à exterminer les juifs (déjà !).

Jaïr est encore le nom d’un juge qui a gouverné Israël pendant 22 ans (Jg 10,3), et qui avait 30 fils qui montaient chacun 30 ânes (expression qui indique leur puissance Jg 5,10 ; 13,14).

C’est encore le nom du père ou du prince de Galaad (1Ch 2,21-22) qui en possédait 23 villes (plus 60 villes en Bashân cf. Jo 13,30), ce qui montre là encore sa puissance.

Certains pensent que l’étymologie de Jaïre serait apparentée à celle du latin : jacere = être couché, gésir. Cette étymologie serait une allusion frappante à l’influence mortelle du père sur sa fille lorsqu’il l’étouffe au point de la maintenir couchée, gisante, considérée comme morte.

Jésus accomplit ici ce qu’annoncent tous les usages du nom Jaïr dans la Bible : juge équitable, Père de l’Église qui va libérer les nations (Esther), prince puissant régnant sur des villes nombreuses pour les libérer, force de vie qui libère ceux qui gisent dans l’ombre de la mort.

 

La puissance de la résurrection

But ultime de la catéchèse patristique : l’annonce de la résurrection, celle du Christ qui engendre la nôtre.

Laissons le dernier mot à Cyrille d’Alexandrie (376-444) pour terminer ce voyage dans l’interprétation allégorique des Pères de l’Église. Il fait le lien entre le relèvement de la fillette de l’évangile et la puissance de résurrection qui est à l’oeuvre dans l’eucharistie et l’Église, corps du Christ.

 « Dès lors que le Christ est entré en nous par sa propre chair, nous ressusciterons entièrement ; il est inconcevable, ou plutôt impossible, que la vie ne fasse pas vivre ceux chez qui elle s’introduit.

 Comme on recouvre  un tison ardent d’un tas de paille pour garder intacte le germe du feu, de  même notre Seigneur Jésus Christ cache la vie en nous par sa propre chair et y met comme une semence d’immortalité qui écarte toute la corruption que  nous portons en nous.

Ce n’est donc pas seulement par sa parole qu’il  réalise la résurrection des morts. Pour montrer que son corps donne la vie,  comme nous l’avons dit, il touche les cadavres et par son corps il donne la  vie à ces corps déjà en voie de désintégration. Si le seul contact de sa  chair sacrée rend la vie à ces morts, quel profit ne trouverons-nous pas en  son eucharistie vivifiante quand nous la recevrons !…

Il ne suffirait pas  que notre âme seulement soit régénérée par l’Esprit pour une vie nouvelle. Notre corps épais et terrestre aussi devait être sanctifié par sa  participation à un corps aussi consistant et de même origine que le nôtre et devait être appelé ainsi à l’incorruptibilité. »

1ère lecture : Dieu n’a pas fait la mort (Sg 1, 13-15; 2, 23-24)

Lecture du livre de la Sagesse

Dieu n’a pas fait la mort, il ne se réjouit pas de voir mourir les êtres vivants. Il a créé toutes choses pour qu’elles subsistent ; ce qui naît dans le monde est bienfaisant, et l’on n’y trouve pas le poison qui fait mourir. La puissance de la mort ne règne pas sur la terre, car la justice est immortelle.
Dieu a créé l’homme pour une existence impérissable, il a fait de lui une image de ce qu’il est en lui-même. La mort est entrée dans le monde par la jalousie du démon, et ceux qui se rangent dans son parti en font l’expérience.

 

Psaume : 29, 3-4, 5-6ab, 6cd.12, 13

R/ Je t’exalte, Seigneur, toi qui me relèves;

Quand j’ai crié vers toi, Seigneur,
mon Dieu, tu m’as guéri ;
Seigneur, tu m’as fait remonter de l’abîme
et revivre quand je descendais à la fosse. 

Fêtez le Seigneur, vous, ses fidèles,
rendez grâce en rappelant son nom très saint.
Sa colère ne dure qu’un instant,
sa bonté, toute la vie.

Avec le soir, viennent les larmes,
mais au matin, les cris de joie !
Tu as changé mon deuil en une danse,
mes habits funèbres en parure de joie !

Que mon c?ur ne se taise pas,
qu’il soit en fête pour toi ;
et que sans fin, Seigneur, mon Dieu,
je te rende grâce !

2ème lecture : La générosité du Christ, motif de la nôtre (2Co 8, 7.9.13-15)

Lecture de la seconde lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, puisque vous avez reçu largement tous les dons : la foi, la Parole et la connaissance de Dieu, cette ardeur et cet amour que vous tenez de nous, que votre geste de générosité soit large, lui aussi.
Vous connaissez en effet la générosité de notre Seigneur Jésus Christ : lui qui est riche, il est devenu pauvre à cause de vous, pour que vous deveniez riches par sa pauvreté. Il ne s’agit pas de vous mettre dans la gêne en soulageant les autres, il s’agit d’égalité.
En cette occasion, ce que vous avez en trop compensera ce qu’ils ont en moins, pour qu’un jour ce qu’ils auront en trop compense ce que vous aurez en moins, et cela fera l’égalité, comme dit l’Écriture à propos de la manne : Celui qui en avait ramassé beaucoup n’a rien eu de plus, et celui qui en avait ramassé peu n’a manqué de rien.

Evangile : Résurrection de la fille de Jaïre – Guérison d’une femme (Mc 5, 21-43 (lecture brève 5, 21-24.35b-43)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Jésus Christ, notre Sauveur, a détruit la mort ; il a fait resplendir la vie par son Évangile. Alléluia. (cf. 2 Tm 1, 10)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Jésus regagna en barque l’autre rive, et une grande foule s’assembla autour de lui. Il était au bord du lac.
Arrive un chef de synagogue, nommé Jaïre. Voyant Jésus, il tombe à ses pieds et le supplie instamment : « Ma petite fille est à toute extrémité. Viens lui imposer les mains pour qu’elle soit sauvée et qu’elle vive. »
Jésus partit avec lui, et la foule qui le suivait était si nombreuse qu’elle l’écrasait.
Or, une femme, qui avait des pertes de sang depuis douze ans… ? Elle avait beaucoup souffert du traitement de nombreux médecins, et elle avait dépensé tous ses biens sans aucune amélioration ; au contraire, son état avait plutôt empiré ? … cette femme donc, ayant appris ce qu’on disait de Jésus, vint par derrière dans la foule et toucha son vêtement. Car elle se disait : « Si je parviens à toucher seulement son vêtement, je serai sauvée. » À l’instant, l’hémorragie s’arrêta, et elle ressentit dans son corps qu’elle était guérie de son mal.
Aussitôt Jésus se rendit compte qu’une force était sortie de lui. Il se retourna dans la foule, et il demandait : « Qui a touché mes vêtements ? »
Ses disciples lui répondaient : « Tu vois bien la foule qui t’écrase, et tu demandes : ‘Qui m’a touché ?’ »
Mais lui regardait tout autour pour voir celle qui avait fait ce geste. Alors la femme, craintive et tremblante, sachant ce qui lui était arrivé, vint se jeter à ses pieds et lui dit toute la vérité. Mais Jésus reprit : « Ma fille, ta foi t’a sauvée. Va en paix et sois guérie de ton mal. »
Comme il parlait encore, des gens arrivent de la maison de Jaïre pour annoncer à celui-ci : « Ta fille vient de mourir. À quoi bon déranger encore le Maître ? »
Jésus, surprenant ces mots, dit au chef de la synagogue : « Ne crains pas, crois seulement. »
Il ne laissa personne l’accompagner, sinon Pierre, Jacques, et Jean son frère.
Ils arrivent à la maison du chef de synagogue. Jésus voit l’agitation, et des gens qui pleurent et poussent de grands cris. Il entre et leur dit : « Pourquoi cette agitation et ces pleurs ? L’enfant n’est pas morte : elle dort. »
Mais on se moquait de lui. Alors il met tout le monde dehors, prend avec lui le père et la mère de l’enfant, et ceux qui l’accompagnent. Puis il pénètre là où reposait la jeune fille.
Il saisit la main de l’enfant, et lui dit : « Talitha koum », ce qui signifie : « Jeune fille, je te le dis, lève-toi ! » Aussitôt la jeune fille se leva et se mit à marcher ? elle avait douze ans. Ils en furent complètement bouleversés.
Mais Jésus leur recommanda avec insistance que personne ne le sache ; puis il leur dit de la faire manger.
Patrick Braud

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept