L'homelie du dimanche

28 janvier 2012

Ce n’est pas le savoir qui sauve

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Ce n’est pas le savoir qui sauve


Homélie du 4 ° Dimanche ordinaire  / Année B

29/01/2012

Imposante, cette scène d’exorcisme en pleine synagogue un jour le shabbat (Mc 1,21-28) ! Il faut dire qu’à l’époque, c’était monnaie courante, et que nombre de maladies psychologiques aux effets spectaculaires et violents étaient mis sur le dos du démon avec facilité. Reste que Jésus fait face à cette violence accusatrice. En quelques mots pleins d’autorité, il a délivré cet homme dont la personnalité était clivée. 

Le savoir ne suffit pas

« Je sais fort bien qui tu es : le saint, le saint de Dieu ». L’esprit mauvais qui habite cet homme possède un savoir remarquable et juste. Jésus est vraiment le saint de Dieu, et au début de l’Évangile de Marc fort peu de gens le savent ; encore moins le proclament. Ce cri pourrait passer pour une belle profession de foi en d’autres circonstances. Son contenu est vrai ; c’est son énonciation qui violente et négative. L’esprit a peur de ce que cette sainteté de Dieu peut faire sur lui. Et déjà, rien qu’en parlant à Jésus, il se démasque. En alternant le je et le nous, il se révèle divisé, incapable d’assumer une identité unifiée face à celui qui est habité à l’inverse par l’unique sainteté de Dieu. « Es-tu venu pour nous perdre ? Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Je sais fort bien qui tu es ».

Nous retrouvons ainsi deux caractéristiques toujours actuelles de l’aliénation, c’est-à-dire que ce qui nous rend étrangers à nous-mêmes : un savoir qui n’est pas orienté vers l’amour, un éclatement de la personnalité qui souffre alors d’être tiraillée dans tous les sens.

 

Quand le savoir aliène

L’Humanité du 21° siècle en sait beaucoup plus sur elle-même et sur le monde qu’au temps de Jésus, c’est évident. Un formidable savoir scientifique et technique a déjà révolutionné la manière de voir le monde, de le penser, d’y évoluer. Et ce n’est sans doute que le début d’une aventure de la pensée qui va s’accélérer encore de manière prodigieuse. Pensez aux neurosciences, à la maîtrise de l’énergie produite par l’infiniment petit comme l’infiniment grand. Souvenez-vous de la découverte de l’inconscient, ce continent inconnu, de la naissance de la sociologie mais aussi de l’informatique, de la génétique, des révolutions médiatiques, de l’essor d’Internet etc. Bref, savoir de plus en plus sur de plus en plus de choses semble être la promesse collective de ce siècle. Or le possédé de Capharnaüm vient nous avertir.

Savoir ne suffit pas. On peut connaître et ne pas aimer, pénétrer les profondeurs de la matière et rester superficiel en humanité ; découvrir les choses cachées depuis la fondation du monde et demeurer divisé, étranger à soi-même.

Le christianisme s’est toujours méfié de la gnose, contre laquelle il s’est battu pendant les premiers siècles de son essor. La gnose, c’est ce courant de pensée qui prêche que le salut vient par la connaissance (gnosis en grec). Un certain scientisme moderne relève de la gnose. Certaines maçonneries ou groupements ésotériques également. L’orgueil universitaire de quelques économistes, savants ou penseurs actuels alimentent ce même courant classique.

Il n’est pas jusqu’à des politiques qui croiraient volontiers que la masse est ignorante, et qu’à cause du savoir qu’ils détiennent tout pouvoir devrait leur être donné… (Le parti « avant-garde des masses » est une idée stalinienne qui ressurgit autrement !).

 

La foi au Christ implique un face-à-face courageux avec cette gnose multiforme.

Non : le savoir ne suffit pas. Il peut même « posséder » et diviser l’humanité, en aliénant à des idoles modernes : l’eugénisme au nom d’un savoir génétique, la domination économique au nom d’une avance scientifique et technique, le  matérialisme desséchant au nom d’une conception réductrice du développement humain etc.

Ce rapport gnostique au progrès est comme dans l’Évangile très contradictoire en pratique. L’humanitaire se mélange à la guerre, l’élimination des plus faibles se fait au nom d’un avenir meilleur, la mondialisation nourrit des replis identitaires, la peur climatique devient une arme contre les pays émergents, chaque peuple, chacun dit je et nous alternativement de façon incohérente.

 

La savoir actuel n’est pas gnostique

Heureusement, il y a d’autres rapports au savoir, avec lesquels le christianisme est en connivence naturelle.

Bon nombre des scientifiques sont aujourd’hui d’une humilité remarquable face au réel. Parce que la réalité du monde est complexe, multiforme, parce que la vérité en matière scientifique est plutôt négative que normative, des astrophysiciens, mathématiciens et autres savants contemporains laissent ouvertes les questions sur le sens et l’origine, et s’intéressent eux-mêmes aux grandes démarches religieuses, avec respect. Le scientisme existe encore, mais il est vraiment disqualifié dans la communauté scientifique. Alors, la figure du possédé de Capharnaüm prend davantage de relief : savoir de plus en  plus de choses sur l’homme, sur l’univers, ne dispense jamais  d’orienter ce savoir  vers l’amour, vers l’unification de l’être humain.

 

Le savoir seul ne sauve pas.

Conjugué au désir de Dieu, il peut participer à la création continue d’un monde plus humain.

 

Que faisons-nous du savoir qui est le nôtre ?

 

1ère lecture : Moïse annonce le prophète des temps à venir (Dt 18, 15-20)

Lecture du livre du Deutéronome

Moïse dit au peuple d’Israël : « Au milieu de vous, parmi vos frères, le Seigneur votre Dieu fera se lever un prophète comme moi, et vous l’écouterez. C’est bien ce que vous avez demandé au Seigneur votre Dieu, au mont Horeb, le jour de l’assemblée, quand vous disiez : ‘Je ne veux plus entendre la voix du Seigneur mon Dieu, je ne veux plus voir cette grande flamme, je ne veux pas mourir !’
Et le Seigneur me dit alors : ’Ils ont raison. Je ferai se lever au milieu de leurs frères un prophète comme toi ; je mettrai dans sa bouche mes paroles, et il leur dira tout ce que je lui prescrirai. Si quelqu’un n’écoute pas les paroles que ce prophète prononcera en mon nom, moi-même je lui en demanderai compte.
Mais un prophète qui oserait dire en mon nom une parole que je ne lui aurais pas prescrite, ou qui parlerait au nom d’autres dieux, ce prophète-là mourra. ‘»

 

Psaume : Ps 94, 1-2, 6-7ab, 7d-8a.9

R/ Aujourd’hui, ne fermons pas notre c?ur, mais écoutons la voix du Seigneur.

Venez, crions de joie pour le Seigneur,
acclamons notre Rocher, notre salut !
Allons jusqu’à lui en rendant grâce,
par nos hymnes de fête acclamons-le !

Entrez, inclinez-vous, prosternez-vous,
adorons le Seigneur qui nous a faits.
Oui, il est notre Dieu ;
nous sommes le peuple qu’il conduit.

Aujourd’hui écouterez-vous sa parole ?
« Ne fermez pas votre coeur comme au désert,
où vos pères m’ont tenté et provoqué,
et pourtant ils avaient vu mon exploit. »

 

2ème lecture : La virginité pour le Seigneur (1Co 7, 32-35)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères,
j’aimerais vous voir libres de tout souci. Celui qui n’est pas marié a le souci des affaires du Seigneur, il cherche comment plaire au Seigneur.
Celui qui est marié a le souci des affaires de cette vie, il cherche comment plaire à sa femme, et il se trouve divisé.
La femme sans mari, ou celle qui reste vierge, a le souci des affaires du Seigneur ; elle veut lui consacrer son corps et son esprit. Celle qui est mariée a le souci des affaires de cette vie, elle cherche comment plaire à son mari.
En disant cela, c’est votre intérêt à vous que je cherche ; je ne veux pas vous prendre au piège, mais vous proposer ce qui est bien, pour que vous soyez attachés au Seigneur sans partage.

 

Evangile : Jésus est le Prophète qui enseigne avec autorité (Mc 1, 21-28)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Béni soit le Seigneur notre Dieu : sur ceux qui habitent les ténèbres, il a fait resplendir sa lumière. Alléluia. (cf. Lc 1, 68.79)

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc

Jésus, accompagné de ses disciples, arrive à Capharnaüm. Aussitôt, le jour du sabbat, il se rendit à la synagogue, et là, il enseignait.
On était frappé par son enseignement, car il enseignait en homme qui a autorité, et non pas comme les scribes.
Or, il y avait dans leur synagogue un homme tourmenté par un esprit mauvais, qui se mit à crier :
« Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? Es-tu venu pour nous perdre ? Je sais fort bien qui tu es : le Saint, le Saint de Dieu. »
Jésus l’interpella vivement : « Silence ! Sors de cet homme. »
L’esprit mauvais le secoua avec violence et sortit de lui en poussant un grand cri.
Saisis de frayeur, tous s’interrogeaient : « Qu’est-ce que cela veut dire ? Voilà un enseignement nouveau, proclamé avec autorité ! Il commande même aux esprits mauvais, et ils lui obéissent. »
Dès lors, sa renommée se répandit dans toute la région de la Galilée.
Patrick Braud

Les commentaires sont desactivés.

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept