L'homelie du dimanche

  • Accueil
  • > Archives pour octobre 2011

31 octobre 2011

J’irai prier sur vos tombes (Toussaint)

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

J’irai prier sur vos tombes

 

Homélie pour la fête de Toussaint / Année A / 1/11/2011

La nostalgie semble liée à de la Toussaint de toujours à toujours. Malgré la belle lumière de l’été indien, et malgré les superbes patchworks pourpre et or dont se revêtent les parcs et les vignes, un je-ne-sais-quoi de tristesse et de mélancolie flotte sur ces deux jours charnière.

 

Autrefois, la visite des cimetières familiaux ritualisait cette angoisse diffuse.

Les grands-parents racontaient devant les tombes quelques anecdotes de la saga familiale à des gamins sages déjà familiers de la mort.

Quand la mort ne fait plus partie de la famille, quand le contact physique avec les morts fait désormais horreur, quand la mémoire familiale s’émiette à l’aune des séparations successives, que faire du rappel à la brièveté de la vie que la Toussaint continue de symboliser en France ?

 

La réponse de la majorité d’entre nous sera dans le divertissement (au sens pascalien du terme). On prend le grand pont de la Toussaint, on essaie d’en oublier le contenu pour en profiter comme d’un congé ordinaire. Mais le coeur n’y est jamais tout à fait.

La minorité chrétienne, attaché au sens religieux de la fête, sait être à contre-courant en voulant regarder la mort en face. Mais nous envisageons la mort à travers le bel Évangile des Béatitudes : le visage du Christ bienheureux dépeint en Mt 5 nous fait voir le visage de nos proches autrement.

Ce texte est un avertissement : ne sont pas heureux ceux qui paraissent l’être ; le résultat d’une existence n’est pas ce qui apparaît aux yeux des hommes. Il y aura bien des surprises lorsqu’il s’agira enfin de découvrir la vraie richesse de chacun.

Bien des pauvres seront mis à l’honneur.

Des larmes accumulées se transformeront en fontaine de joie.

D’obscurs sacrifiés aux logiques des puissants retrouveront leur splendeur native.

Des témoins désarmés feront éclater au grand jour la puissance finale de la douceur.

Des persécutés ordinaires ou extraordinaires seront rétablis dans leur dignité.

Comme le chantait Marie bien avant les Béatitudes : « Dieu renverse les puissants de leurs trônes. Il élève les humbles. Il comble de bien les affamés, renvoie les riches les mains vides » (Lc 1,46-56).

 

La tristesse diffuse des bouquets de chrysanthèmes sera alors canalisée : il y a une telle promesse au coeur de cette fête de Toussaint que l’absence des visages aimés en devient la source de renversements inouïs à venir.

 

Allons donc sur les tombes de nos défunts : nous y avons rendez-vous avec l’au-delà de notre propre existence.

29 octobre 2011

Une autre gouvernance

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Une autre gouvernance

 

Homélie du 31° dimanche ordinaire / Année A / 30/10/2011

 

Ce que dit Jésus de l’attitude des responsables de communauté de ses disciples (Mt 23,1?12) vaut également pour l’entreprise, la famille, la politique.

La recherche des honneurs peut gangrener les meilleurs.

La soif de pouvoir peut dénaturer les plus belles intelligences.

Les rapports de domination s’insinuent partout : dans l’Église avec sa hiérarchie comme dans l’entreprise avec ses petits chefs ou dans la famille avec ses tabous indiscutables.

 

Le retour à l’Évangile est un antidote sûr : le venin de la domination menace toujours la vie ecclésiale. Seule la relecture infatigable de l’attitude de Jésus convertira l’Église à l’Esprit d’humilité qui le caractérisait.

Une autre gouvernance dans Communauté spirituelleLui n’a jamais recherché les places d’honneur public, les premiers rangs à des concerts ou à des manifestations prestigieuses, les décorations faussement discrètes arborées au revers de la veste, les titres qui en imposent etc..

Pourtant, son humilité ne l’a jamais empêché de s’affirmer avec force et courage. « Vous m’appelez maître et seigneur, et vous avez raison car vraiment je le suis ». Chez Jésus, cette affirmation de soi ne se fait jamais contre un autre, mais au service de tous : « si donc moi le maître le serviteur je vous ai lavé les pieds, c’est pour que vous fassiez de même… » (Jn 13,14).

L’humilité du Christ est fondamentalement au service de la fraternité, qui exige l’égalité entre tous.

 

François d’Assise incarne merveilleusement cet état d’esprit d’humilité. Il a refusé d’être ordonné prêtre, il a voulu rester diacre pour ne pas se retrouver dans la position dominante des prêtres à l’époque (12°-13° siècle). Il a aidé l’Église à quitter la logique féodale des relations seigneur-vassal. Il s’est battu pour la fraternité à tous les étages de l’ordre franciscain. Jusqu’à connaître la « joie parfaite » de celui qui est rejeté par sa famille spirituelle et pourtant ne répond pas à l’humiliation par la vengeance où la haine…

 

Est-ce irréaliste d’espérer que nos Églises se convertissent sans cesse à cet esprit d’humilité ?

Est-ce utopique de croire en entreprise que chacun peut adopter ce style de conduite sans rien renier de sa valeur personnelle ?

Est-ce anarchiste d’inviter nos familles à réviser les relations parents-enfants, frères-soeurs, mari-femme, pour se mettre au service les uns des autres ?

 

Les grands leaders en entreprise sont rarement ceux qui s’affichent ostensiblement comme tels, ou qui s’appuient sur leur voiture de fonction, leur Blackberry, leurs stock-options ou leur grade hiérarchique pour imposer le respect.

 

Regardez Bill Gates ou Steve Jobs : patrons nouvelle génération, leur autorité leur venait naturellement, sans artifice, avec une simplicité désarmante.

 « Je ne l’ai pas vu tout de suite, mais il apparaît maintenant clairement qu’être viré d’Apple fut la meilleure chose qui me soit arrivé. Le poids de devoir être un facteur de succès pour l’entreprise a été remplacé par la légèreté d’être un petit nouveau, moins sûr de tout savoir. » 

 « Être l’homme le plus riche du cimetière ne m’intéresse pas… Aller au lit en se disant qu’on a fait quelque chose de magnifique… C’est ce qui m’importe. » (Steve Jobs)

 

Il existe des managements dits concurrentiels où l’on dresse les salariés les uns contre les autres.

D’autres managements d’inspiration ultralibérale prônent la réussite individuelle à tout prix, en récompensant le parcours des meilleurs dans la recherche de la distinction, comme s’ils étaient isolés des autres.

Rares sont les managements de type coopératif, où l’esprit d’humilité donne à chacun sa chance, porté par le collectif.

Pourtant, montrer du respect pour ses troupes ne signifie pas abdiquer son leadership. Au contraire, c’est ce qui différencie le vrai manager du petit chef

 

Un auteur connu dans le monde du management, Jim Collins, a repéré dans un ouvrage célèbre : « De la performance à l’excellence » les points communs de 11 entreprises américaines cotées en Bourse, sélectionnées selon les critères suivants : elles ont toutes connu de bons résultats pendant au minimum une quinzaine d’années avant de connaître un changement radical et des performances excellentes (au moins trois fois le marché, en surpassant nettement les entreprises comparables) et ce pendant au moins 15 ans en continu. Ce livre présente le travail méticuleux de plusieurs années de recherche de Jim Collins et sa quinzaine de chercheurs en management.

Selon eux, la première des raisons principales du passage à l’excellence est le caractère du dirigeant. Outre son talent, son savoir, ses compétences et ses méthodes de travail, il est au service de son entreprise via un savant mélange entre ambition forte pour son entreprise et humilité sur le plan personnel. En cela, ce livre s’oppose à la croyance couramment répandue qu’un patron charismatique est forcément plus performant qu’une personnalité plus effacée.

 

Rien n’empêche donc de conjuguer humilité et performance, fraternité et émulation, égalité et différence.

Le rôle chacun est différent et il sera d’autant mieux accepté qu’il s’exercera sur fond de service et d’humilité.

 

Prions l’Esprit du Christ : qu’il nous donne de vivre intégralement cet évangile où les plus grands aux yeux du monde s’agenouillent devant les plus petits…

 

 

1ère lecture : Dieu reproche aux prêtres de son Temple leur infidélité (Ml 1, 14b; 2, 2b.8-10)

Lecture du livre de Malachie

Je suis le Grand Roi, dit le Seigneur de l’univers, et mon Nom inspire la crainte parmi les nations.
Maintenant, prêtres, à vous cet avertissement :
Si vous n’écoutez pas, si vous ne prenez pas à c?ur de glorifier mon Nom – déclare le Seigneur de l’univers – j’enverrai sur vous la malédiction, je maudirai les bénédiction que vous prononcerez.
Vous vous êtes écartés de la route, vous avez fait de la Loi une occasion de chute pour la multitude, vous avez perverti mon Alliance avec vous, déclare le Seigneur de l’univers.

A mon tour je vous ai déconsidérés, abaissés devant tout le peuple, puisque vous n’avez pas suivi mes chemins, mais agi avec partialité en accommodant la Loi.

Et nous, le peuple de Dieu, n’avons-nous pas tous un seul Père ? N’est-ce pas un seul Dieu qui nous a créés ? Pourquoi nous trahir les uns les autres, profanant ainsi l’Alliance de nos pères ?

 

Psaume : 130, 1, 2, 3

R/ Garde mon âme dans la paix près de toi, Seigneur.

Seigneur, je n’ai pas le coeur fier
ni le regard ambitieux ;
je ne poursuis ni grands desseins,
ni merveilles qui me dépassent. 

Non, mais je tiens mon âme
égale et silencieuse ;
mon âme est en moi comme un enfant,
comme un petit enfant contre sa mère.

Attends le Seigneur, Israël,
maintenant et à jamais.

 

2ème lecture : L’Apôtre et la communauté (1 Th 2, 7b-9.13)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens

Frères,
avec vous nous avons été pleins de douceur, comme une mère qui entoure de soins ses nourrissons.

Ayant pour vous une telle affection, nous voudrions vous donner non seulement l’Évangile de Dieu, mais tout ce que nous sommes, car vous nous êtes devenus très chers.

Vous vous rappelez, frères, nos peines et nos fatigues : c’est en travaillant nuit et jour, pour n’être à la charge d’aucun d’entre vous, que nous vous avons annoncé l’Évangile de Dieu.

Et voici pourquoi nous ne cessons de rendre grâce à Dieu. Quand vous avez reçu de notre bouche la parole de Dieu, vous l’avez accueillie pour ce qu’elle est réellement : non pas une parole d’hommes, mais la parole de Dieu qui est à l’oeuvre en vous, les croyants.

 

Evangile : Reproches de Jésus aux scribes et aux pharisiens (Mt 23, 1-12)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Vous n’avez qu’un seul Père, votre Père au ciel ; vous n’avez qu’un seul maître, c’est le Christ. Alléluia. (cf. Mt 23, 9-10)

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jésus déclara à la foule et à ses disciples :

« Les scribes et les pharisiens enseignent dans la chaire de Moïse.
Pratiquez donc et observez tout ce qu’ils peuvent vous dire. Mais n’agissez pas d’après leurs actes, car ils disent et ne font pas.

Ils lient de pesants fardeaux et en chargent les épaules des gens ; mais eux-mêmes ne veulent pas les remuer du doigt.

Ils agissent toujours pour être remarqués des hommes : ils portent sur eux des phylactères très larges et des franges très longues ;

ils aiment les places d’honneur dans les repas, les premiers rangs dans les synagogues,

les salutations sur les places publiques, ils aiment recevoir des gens le titre de Rabbi.

Pour vous, ne vous faites pas donner le titre de Rabbi, car vous n’avez qu’un seul enseignant, et vous êtes tous frères.

Ne donnez à personne sur terre le nom de père, car vous n’avez qu’un seul Père, celui qui est aux cieux.

Ne vous faites pas non plus appeler maîtres, car vous n’avez qu’un seul maître, le Christ.

Le plus grand parmi vous sera votre serviteur.

Qui s’élèvera sera abaissé, qui s’abaissera sera élevé. »
Patrick Braud

Mots-clés : , , ,

22 octobre 2011

L’amour du prochain et le « care »

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

L’amour du prochain et le « care »


Homélie du 30° dimanche ordinaire / Année A
23/10/2011

 

Une tentation du catholicisme en France pourrait bien être de devenir une religion de la « relation courte ». Devenue minoritaire, la communauté catholique pourrait tomber dans le piège d’un repli sur des relations interpersonnelles chaleureuses entre les happy few de petites communautés très identitaires.

 

L'amour du prochain et le « care » dans Communauté spirituelleDans ce contexte, le deuxième commandement cité par Jésus en Mt 22,34-40 serait interprété selon une logique très individualiste. « Tu aimeras ton prochain comme toi-même » serait traduit par : souris à ton voisin ; prend soin de tes collègues ; fais attention à tes proches. Les théoriciens du « care » aux États-Unis se sont engouffrés dans cette voie. « To take care » en anglais, c’est prendre soin de l’autre, individuellement, être attentif à lui dans les multiples services que je peux lui rendre. C’est déjà énorme. Le deuxième commandement biblique ne nie pas le care, mais ne veut pas l’absolutiser non plus. Aimer son prochain ne se réduit pas à restaurer des petits îlots communautaires où l’on guérit les blessures de la vie de quelques-uns. Si l’Église se laissait réduire à ce rôle d’atelier de réparation pour quelques accidentés de la vie, elle s’éloignerait de sa grande tradition sociale. Même minoritaire, elle s’est toujours considérée comme sel de la terre et levain dans la pâte pour la transformation de la société tout entière.

Et c’est là où l’Ancien Testament demeure irremplaçable. Le Nouveau Testament n’a pas eu le temps ni l’espace pour développer toutes les conséquences sociales de la foi en Jésus-Christ. D’ailleurs pour l’essentiel, il assume tout ce que l’Ancien Testament a déjà établi comme repères sociaux et politiques en la matière. La première lecture de ce dimanche vient ainsi en complément indispensable de notre évangile.

 

 

« Aimer son prochain comme soi-même », ce n’est pas seulement prendre soin de ses  amour dans Communauté spirituelleproches (ce qui déjà est énorme, répétons-le), mais c’est ordonner la vie sociale autour de la protection des plus faibles. Ne pas maltraiter l’immigré, ne pas accabler la veuve et l’orphelin, ne pas prêter à des taux usuraires, ne pas dépouiller les pauvres pour des raisons financières : avouons-le, ces impératifs divins énoncés dans le livre de l’Exode (22,20-26) constituent un programme politique qui est toujours d’actualité. Quand on compile toutes les protestations sociales des prophètes, toutes les prescriptions légales de la Tora, tous les principes de gouvernement énoncés par les sages, on se dit que le commandement de l’amour du prochain est décidément beaucoup plus large que le care anglo-saxon !

 

L’ultralibéralisme ambiant voudrait transformer le christianisme en thérapie individuelle. La recherche du bien-être personnel devient un petit dieu, et fait perdre de vue le bien commun, les réformes structurelles, une vision globale. Bien des chrétiens tombent dans ce piège de la « relation courte » quasi exclusive. D’après eux, les changements collectifs seraient illusoires. Seule compterait la transformation du coeur de chacun.

 careMais pourquoi opposer les deux ? Que devient la grande histoire de la doctrine sociale de l’Église, depuis le ?communisme’ des premières communautés chrétiennes (cf. le livre des Actes des Apôtres) jusqu’à la dénonciation des « structures de péché » par Jean Paul II, en passant par les vigoureuses interpellations des Pères de l’Église (ex : « la terre est à tous » ; « en cas de nécessité tout est commun » etc…).

 

Les trois amours que Jésus unit dans sa célèbre réponse de Mt 22,34-40 ont donc d’immenses conséquences sociales. La philosophie personnaliste qui sous-tend depuis lors l’action des chrétiens ne limite pas l’amour du prochain à la « relation courte » avec ses voisins.

 

À l’approche des présidentielles de 2012, il faut le redire : les chrétiens sont dépositaires d’une vision profondément originale de la société, d’une force de proposition et de transformation.

Tout en jouant le jeu du pluralisme moderne, légitime et nécessaire, les Églises sauront-elles prendre part à ces débats d’avenir ? Les chrétiens sauront-ils élargir l’amour du prochain à la réforme du vivre ensemble ?

 

 

1ère lecture : Dieu exige qu’on aime les pauvres (Ex 22, 20-26)

Lecture du livre de l’Exode

Quand Moïse transmettait au peuple les lois du Seigneur, il disait : « Tu ne maltraiteras point l’immigré qui réside chez toi, tu ne l’opprimeras point, car vous étiez vous-mêmes des immigrés en Égypte. Vous n’accablerez pas la veuve et l’orphelin. Si tu les accables et qu’ils crient vers moi, j’écouterai leur cri. Ma colère s’enflammera et je vous ferai périr par l’épée : vos femmes deviendront veuves, et vos fils, orphelins.

Si tu prêtes de l’argent à quelqu’un de mon peuple, à un pauvre parmi tes frères, tu n’agiras pas envers lui comme un usurier : tu ne lui imposeras pas d’intérêts. Si tu prends en gage le manteau de ton prochain, tu le lui rendras avant le coucher du soleil. C’est tout ce qu’il a pour se couvrir ; c’est le manteau dont il s’enveloppe, la seule couverture qu’il ait pour dormir. S’il crie vers moi, je l’écouterai, car moi, je suis compatissant ! »

Psaume : 17, 2-3, 4.20, 47.51ab

R/ Je t’aime, Seigneur, Dieu qui me rends fort !

Je t’aime, Seigneur, ma force :
Seigneur, mon roc, ma forteresse,
Dieu mon libérateur, le rocher qui m’abrite,
mon bouclier, mon fort, mon arme de victoire !

Louange à Dieu ! Quand je fais appel au Seigneur,
je suis sauvé de tous mes ennemis.
Et lui m’a dégagé, mis au large,
il m’a libéré, car il m’aime.

Vive le Seigneur ! Béni soit mon Rocher !
Qu’il triomphe, le Dieu de ma victoire,
Il donne à son roi de grandes victoires,
il se montre fidèle à son messie pour toujours.

2ème lecture : L’annonce de l’Évangile et la conversion (1Th 1, 5-10)

lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Thessaloniciens

Frères,
vous savez comment nous nous sommes comportés chez vous pour votre bien. Et vous, vous avez commencé à nous imiter, nous et le Seigneur, en accueillant la Parole au milieu de bien des épreuves avec la joie de l’Esprit Saint. Ainsi vous êtes devenus un modèle pour tous les croyants de Macédoine et de toute la Grèce. Et ce n’est pas seulement en Macédoine et dans toute la Grèce qu’à partir de chez vous la parole du Seigneur a retenti, mais la nouvelle de votre foi en Dieu s’est si bien répandue partout que nous n’avons plus rien à en dire. En effet, quand les gens parlent de nous, ils racontent l’accueil que vous nous avez fait ; ils disent comment vous vous êtes convertis à Dieu en vous détournant des idoles, afin de servir le Dieu vivant et véritable, et afin d’attendre des cieux son Fils qu’il a ressuscité d’entre les morts, Jésus, qui nous délivre de la colère qui vient.

 

Evangile : Amour de Dieu et amour du prochain (Mt 22, 34-40)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Dieu est amour. Celui qui aime est né de Dieu : il connait Dieu. Alléluia. (1 Jn, 8.7) 

Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Les pharisiens, apprenant que Jésus avait fermé la bouche aux sadducéens, se réunirent, et l’un d’entre eux, un docteur de la Loi, posa une question à Jésus pour le mettre à l’épreuve : « Maître, dans la Loi, quel est le grand commandement ? » Jésus lui répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme et de tout ton esprit. Voilà le grand, le premier commandement. Et voici le second, qui lui est semblable : Tu aimeras ton prochain comme toi-même. Tout ce qu’il y a dans l’Écriture – dans la Loi et les Prophètes – dépend de ces deux commandements. »
Patrick Braud 

Mots-clés : , ,

15 octobre 2011

« Tous pourris » ?

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

« Tous pourris » ?

 

Homélie du 29° dimanche ordinaire / Année A / 16/10/2011

 

« Tous pourris ! »

« Tous pourris » ? dans Communauté spirituelle medium_politiqueÀ l’heure où des ‘affaires’ éclaboussent chaque jour de hauts responsables, ce slogan populiste reprend hélas de la vigueur.

Or la Bible n’a jamais versé dans ce dénigrement facile du politique.

Les prophètes ne sont certes pas tendres pour les rois : ils dénoncent haut et fort les abus du pouvoir. Mais en même temps l’art du politique est quasi sacramentel dans la Bible.

Le souci du bien commun que manifestent David ou Salomon est une participation directe à la bienveillance divine.

La défense de la veuve, de l’orphelin et de l’immigré est au coeur du gouvernement des Sages et des Juges, parce que au coeur de Dieu.

Les prêtres du Temple de Jérusalem ou les rabbis des synagogues veillent jalousement à ce que les lois religieuses protégeant les petits et les pauvres soient respectées, car il y va de la sainteté d’Israël.

 

 Christ dans Communauté spirituelleLa première lecture de ce dimanche va plus loin encore. Cyrus, le roi païen de Perse, est appelé Christ ! La traduction liturgique comme souvent n’est pas fidèle au texte : « Parole du Seigneur à son oint (Christ), au roi Cyrus » est une traduction plus exacte d’Is 45,1. Le titre de Messie = Oint = Christ (c’est le même mot en hébreu, français, grec) lui est décerné alors que Cyrus ne connaît même pas le Dieu d’Israël ! « A cause de mon serviteur Jacob et d’Israël mon élu, je t’ai appelé par ton nom, je t’ai décerné un titre, alors que tu ne me connaissais pas. » (Is 45,4)

Pourquoi a-t-il ainsi droit à un titre que seuls les rois-messie et Jésus pourront revendiquer ?

Parce qu’il exerce sa responsabilité politique selon le coeur de Dieu, sans le savoir.

On a retrouvé un cylindre de Cyrus qui atteste de sa politique très libérale envers les peuples qu’il avait soumis. « Puissent tous les dieux que j’ai réinstallés dans leurs cités saintes, demander chaque jour pour moi longue vie » (cylindre de Cyrus). Il associe les populations à la grandeur de son empire, et favorise la prospérité économique en allégeant les contraintes des royaumes qu’il conquiert.

Au titre de ce respect des cultures des peuples de son empire, Cyrus va permettre aux juifs exilés à Babylone depuis 587 de rentrer enfin chez eux, 50 ans après. Il décrète la reconstruction du Temple de Jérusalem, la restitution des ustensiles d’or et d’argent enlevés au Temple par Nabuchodonosor.

Un peu ce qu’a fait l’ONU après la guerre pour le retour du peuple juif en Palestine, dans le futur État d’Israël. Mais l’ONU n’a pas été aussi messianique que Cyrus : les conditions du retour n’ont pas été prévues, ni pensées, et se sont avérées catastrophiques…

 

Qualifier un chef d’État païen de Messie (OintChrist) est un événement considérable qui peut nous aider à retrouver la grandeur du pouvoir politique.

Oui, des chefs d’État, même loin apparemment des valeurs évangéliques, peuvent faire dans l’histoire une oeuvre inspirée.

Oui, de hauts responsables, s’ils écoutent leur conscience et la sagesse des peuples, vont servir le dessein de Dieu, même sans le connaître.

Oui, notre devoir de citoyens est de croire à ce travail de l’Esprit au coeur de tous, même et surtout des adversaires.

 

En marche vers 2012, vous devinez que ce type de convictions va placer les chrétiens à contre-courant de bien des clichés sur la politique.

 

Non, ils ne sont pas « tous pourris » : certains sont mêmes des saints authentiques.

Non, il ne faut pas s’en désintéresser. Au contraire, les soutenir, garder le contact avec nos élus, nourrir les débats de société avec eux est à la portée de tous.

Non, les Cyrus d’aujourd’hui ne sont pas tous des opportunistes. Ils peuvent manifester un respect, une intelligence qui rend possible le vivre ensemble, juifs et non juifs, musulmans et chrétiens, croyants et non-croyants. C’est la noblesse de la mission des politiques que d’organiser ce vivre ensemble. Isaïe nous dit même que c’est une des traces de Dieu dans l’histoire.

Pourquoi irions-nous dans le camp des sceptiques et des railleurs ? Les Cyrus modernes ont besoin d’être reconnus et soutenus.

 

Dans l’évangile, Jésus semble se tenir à distance de cette conception messianique du politique. Pour lui, il y a plus sobrement « Dieu et César », et chacun agit dans son ordre.

Cyrus le Christ nous empêche de séparer absolument politique et foi en Dieu.

Jésus le Christ rétablit la légitime autonomie de chacun.

L’enjeu étant, bien sûr, de conjuguer les deux…

 

 

1ère lecture : Les empires sont dans la main de Dieu (Is 45, 1.4-6a)

Lecture du livre d’Isaïe

Parole du Seigneur au roi Cyrus, qu’il a consacré, qu’il a pris par la main, pour lui soumettre les nations et désarmer les rois, pour lui ouvrir les portes à deux battants, car aucune porte ne restera fermée :

« A cause de mon serviteur Jacob et d’Israël mon élu, je t’ai appelé par ton nom, je t’ai décerné un titre, alors que tu ne me connaissais pas.

Je suis le Seigneur, il n’y en a pas d’autre : en dehors de moi, il n’y a pas de Dieu. Je t’ai rendu puissant, alors que tu ne me connaissais pas, pour que l’on sache, de l’orient à l’occident, qu’il n’y a rien en dehors de moi. »

 

Psaume : 95, 1a.3, 4.5b, 7-8a, 9a.10ac

R/ Au Seigneur notre Dieu, tout honneur et toute gloire

Chantez au Seigneur un chant nouveau,
racontez à tous les peuples sa gloire,
à toutes les nations ses merveilles !

Il est grand, le Seigneur, hautement loué,
redoutable au-dessus de tous les dieux :
lui, le Seigneur, a fait les cieux.

Rendez au Seigneur, familles des peuples,
rendez au Seigneur la gloire et la puissance,
rendez au Seigneur la gloire de son nom.

Adorez le Seigneur, éblouissant de sainteté :
Allez dire aux nations : « Le Seigneur est roi ! »
Il gouverne les peuples avec droiture.

 

2ème lecture : La foi, l’espérance et la charité de la communauté (1Th 1, 1-5b)

Commencement de la lettre de saint Paul apôtre aux Thessaloniciens

Nous, Paul, Silvain et Timothée, nous nous adressons à vous, l’Église de Thessalonique qui est en Dieu le Père et en Jésus Christ le Seigneur. Que la grâce et la paix soient avec vous.

A tout instant, nous rendons grâce à Dieu à cause de vous tous, en faisant mention de vous dans nos prières. Sans cesse, nous nous souvenons que votre foi est active, que votre charité se donne de la peine, que votre espérance tient bon en notre Seigneur Jésus Christ, en présence de Dieu notre Père. Nous le savons, frères bien-aimés de Dieu, vous avez été choisis par lui. En effet, notre annonce de l’Évangile chez vous n’a pas été simple parole, mais puissance, action de l’Esprit Saint, certitude absolue.

 

Evangile : A César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu (Mt 22, 15-21)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Rendez au Seigneur, vous les dieux, rendez au Seigneur gloire et puissance, rendez au Seigneur la gloire de son nom. Alléluia. (cf. Ps 28, 1-2)

 

Evangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Les pharisiens se concertèrent pour voir comment prendre en faute Jésus en le faisant parler. Ils lui envoient leurs disciples, accompagnés des partisans d’Hérode : « Maître, lui disent-ils, nous le savons : tu es toujours vrai et tu enseignes le vrai chemin de Dieu ; tu ne te laisses influencer par personne, car tu ne fais pas de différence entre les gens. Donne-nous ton avis : Est-il permis, oui ou non, de payer l’impôt à l’empereur ? »
Mais Jésus, connaissant leur perversité, riposta : « Hypocrites ! pourquoi voulez-vous me mettre à l’épreuve ? Montrez-moi la monnaie de l’impôt. »
Ils lui présentèrent une pièce d’argent. Il leur dit : « Cette effigie et cette légende, de qui sont-elles ? – De l’empereur César », répondirent-ils.
Alors il leur dit : « Rendez donc à César ce qui est à César, et à Dieu ce qui est à Dieu. »
Patrick Braud

Mots-clés : , , ,
12

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept