L'homelie du dimanche

30 juillet 2011

La 12° ânesse

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

La 12° ânesse

 

Homélie du 18° dimanche ordinaire Année A / 31/07/2011

 

·      Un drôle de commerce

« Achetez du lait et du vin sans argent » : la formule d'Isaïe 55 est paradoxale. Comment La 12° ânesse dans Communauté spirituelle caddiepeut-on « consommer sans rien payer » ? Essayez un peu lorsque vous ferez vos courses au supermarché du coin… Dans le meilleur des cas on vous fera crédit, mais sûrement pas gratuitement.

Si on ne paye pas lorsqu’il s’agit des courses divines, pourquoi faut-il quand même acheter ? Serait-ce la trace que la gratuité en Dieu n’abolit pas l'échange, l’achat ? Le commerce n’est donc pas supprimé par la grâce. L’échange est au coeur de l’identité trinitaire, il est donc logique qu’il soit également au coeur des relations entre Dieu et l’homme. D’ailleurs, ne parle-t-on pas de l’eucharistie – visée en filigrane dans notre évangile de la multiplication des pains – comme d’un « admirable commerce » (admirabile commercium) entre Dieu et les hommes ?

 

Cela rejoint l’éloge du négociant en perles fines de dimanche dernier : le négoce suppose une action (neg-otium = la négation de l’oisiveté, qui est comme chacun le sait est la mère de tous les vices). En cela il est à l’image de Dieu, qui est « toujours à l’oeuvre » (Jean), toujours en action pour l'autre.

Le commerce lui aussi est à l’image de Dieu, toujours en relation d’échange, de réception et de don. Mais le commerce en Dieu est radicalement structuré par la gratuité, ce que nous avons un mal fou à croire ou à imaginer ! Isaïe invite à consommer sans argent, c’est-à-dire à entrer dans un jeu de relations où le don circule sans que jamais personne puisse se dire quitte de sa dette vis-à-vis de l’autre ; mais c’est une dette d’amour. D’ailleurs c'est le vin messianique et le lait de la Terre promise (là où coulent « le lait et le miel ») qui sont ainsi offerts dans l’Alliance éternelle qu'est l'eucharistie annoncée par le prophète.

 

·      Une économie du don

Il y a donc dans toute la Bible l’annonce d’une économie du don, où l’offre gratuite ne 9782130554998 dans Communauté spirituellesupprime pas l’échange, mais au contraire le généralise.

Des économistes se sont saisis de ce thème, à partir notamment de la réflexion d’un anthropologue, Marcel Mauss, dont le livre majeur « Essai sur le don » a marqué un renouveau de la pensée sociale. Des chrétiens essaient de conjuguer ces deux approches ? l'échange et la gratuité – pour développer une autre conception de l’économie. Les Foccolaris par exemple travaillent beaucoup sur l’économie de communion, qui s’inspire d’une vision de l’homme où le don et la gratuité sont structurants.

 

Les textes de ce dimanche sont donc moins utopiques qu’il n’y paraît au premier abord.

Il y a bien des conséquences économiques et sociales à l’annonce d'Isaïe d’un commerce sans argent, ou à la distribution évangélique de nourriture qui se multiplie par le fait de même qu’elle est partagée (les nostalgiques du multiplicateur keynésien reliant ce texte avec étonnement).

 

La 12° ânesse

Un compte rabbinique illustre cette efficacité radicale de la gratuité dans les échanges.

Un vieil homme du pays d'Israël avait un troupeau d'ânesses. Et il avait trois fils. Il décide de léguer la moitié du troupeau à son fils aîné, le quart au second et le sixième au troisième. Et ce qui restera, décida-t-il, ce sera la part de Dieu.

Et il mourut.

 

Les trois frères se réunirent pour faire les comptes.

Le père avait laissé onze ânesses.

Pour le fils aîné, la moitié du troupeau.

Onze ânesses divisées par deux, cela fait 5,5. C'est ennuyeux.

Pour le second, le quart du troupeau, cela faisait onze divisé par quatre, cela fait 2,75 ânesses. C'est regrettable.

Pour le troisième, le sixième du troupeau, cela fait 1,833 ânesses. Un vrai massacre.

Quant à la part à Dieu, cela faisait un peu moins d'une ânesse.

 

Le troupeau des onze ânesses commençait à trembler pour sa survie.

Quant aux trois fils, ils menaçaient de s'entretuer.

Mais le plus sage des trois frères décida d'aller consulter le rabbin local.

Le rabbin lui dit : « Calmez-vous, j'ai une idée. J'ai dans mon cabanon une ânesse qui ne sert pas à grand chose. Je vous la donne, c'est la part de la grâce de Dieu. Si elle ne vous sert à rien, vous pourrez toujours me la rendre. »

Le frère amena cette gracieuse ânesse à la maison. Avec les onze autres, cela faisait un troupeau de douze ânesses. On fit le partage.

Pour l'aîné, la moitié du troupeau, cela fait six ânesses bien entières et bien vivantes.

Pour le second, le quart du troupeau, cela fait trois ânesses complètes.

Pour le troisième, le sixième du troupeau, cela fait deux ânesses, avec huit pattes et deux queues.

Au total, les trois frères s'étaient partagé six plus trois plus deux ânesses, cela fait onze ânesses.

 

Eh oui ! il en restait une, la gracieuse ânesse du rabbin.

Bizarre, bizarre !

L'un des frères la ramena au rabbin en disant :

« pfff ! elle ne sert à rien, votre gracieuse ânesse, je vous la rends. »

 

En nous prêtant son ânesse (figure christique ? !), Dieu rétablit la possibilité d’un partage juste entre les héritiers d’une même famille humaine. Le but est bien la communion : rester unis entre fils et filles, alors que tant de frères et soeurs se déchirent au moment de l’héritage. FIC37898HAB40

 

·      Communion eucharistique et communion économique sont donc inséparables. Comment communier au vin et au lait messianiques de l’eucharistie offerts gratuitement sans transformer en même temps nos relations, nos échanges, notre commerce, pour qu'ils deviennent eux aussi créateurs de richesses humaines, grâce au don et la gratuité ?

 

Utopique ? Pas si sûr. L’économie du don n’a pas fini de nous surprendre.

La finalité de communion entre les êtres est une idée encore très neuve en économie en général, et dans la grande distribution en particulier.

L'efficacité économique de la gratuité est un thème encore révolutionnaire par rapport à l’orthodoxie économique officielle.

Les 5 pains et les 2 poissons commencent à peine à produire leur formidable effet de multiplication de nourriture et de richesses?

 

Patrick Braud

 

 

 

 

1ère lecture : Dieu nourrit son peuple (Is 55, 1-3)

Lecture du livre d’Isaïe

Vous tous qui avez soif, venez, voici de l’eau ! Même si vous n’avez pas d’argent, venez acheter et consommer, venez acheter du vin et du lait sans argent et sans rien payer.
Pourquoi dépenser votre argent pour ce qui ne nourrit pas, vous fatiguer pour ce qui ne rassasie pas ? Écoutez-moi donc : mangez de bonnes choses, régalez-vous de viandes savoureuses !
Prêtez l’oreille ! Venez à moi ! Écoutez, et vous vivrez. Je ferai avec vous une Alliance éternelle, qui confirmera ma bienveillance envers David.

 

Psaume : Ps 144, 8-9, 15-16, 17-18

R/ Tu ouvres la main : nous voici rassasiés

Le Seigneur est tendresse et pitié,
lent à la colère et plein d’amour ;
la bonté du Seigneur est pour tous,
sa tendresse, pour toutes ses oeuvres.

Les yeux sur toi, tous, ils espèrent :
tu leur donnes la nourriture au temps voulu ;
tu ouvres ta main :
tu rassasies avec bonté tout ce qui vit.

Le Seigneur est juste en toutes ses voies,
fidèle en tout ce qu’il fait.
Il est proche de ceux qui l’invoquent,
de tous ceux qui l’invoquent en vérité.

 

2ème lecture : Rien ne peut nous séparer de l’amour du Christ (Rm 8, 35.37-39)

Lecture de la lettre de saint Paul Apôtre aux Romains

Frères,
qui pourra nous séparer de l’amour du Christ ? la détresse ? l’angoisse ? la persécution ? la faim ? le dénuement ? le danger ? le supplice ?
Non, car en tout cela nous sommes les grands vainqueurs grâce à celui qui nous a aimés.
J’en ai la certitude : ni la mort ni la vie, ni les esprits ni les puissances, ni le présent ni l’avenir, ni les astres, ni les cieux, ni les abîmes, ni aucune autre créature, rien ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu qui est en Jésus Christ notre Seigneur.

 

Evangile : Jésus nourrit la foule (Mt 14, 13-21)

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Le Seigneur a nourri son peuple au désert, il l’a rassasié du pain du ciel. Alléluia. (cf. Ps 77, 24)

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Matthieu

Jésus partit en barque pour un endroit désert, à l’écart. Les foules l’apprirent et, quittant leurs villes, elles suivirent à pied.
En débarquant, il vit une grande foule de gens ; il fut saisi de pitié envers eux et guérit les infirmes.
Le soir venu, les disciples s’approchèrent et lui dirent : « L’endroit est désert et il se fait tard. Renvoie donc la foule : qu’ils aillent dans les villages s’acheter à manger ! »
Mais Jésus leur dit : « Ils n’ont pas besoin de s’en aller. Donnez-leur vous-mêmes à manger. »
Alors ils lui disent : « Nous n’avons là que cinq pains et deux poissons. »
Jésus dit : « Apportez-les moi ici. »
Puis, ordonnant à la foule de s’asseoir sur l’herbe, il prit les cinq pains et les deux poissons, et, levant les yeux au ciel, il prononça la bénédiction ; il rompit les pains, il les donna aux disciples, et les disciples les donnèrent à la foule.
Tous mangèrent à leur faim et, des morceaux qui restaient, on ramassa douze paniers pleins.
Ceux qui avaient mangé étaient environ cinq mille, sans compter les femmes et les enfants.

Laisser un commentaire

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept