L'homelie du dimanche

28 mai 2011

Soyez toujours prêts à rendre compte de l’espérance qui est en vous

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Soyez toujours prêts à rendre compte de l’espérance qui est en vous

 

Homélie du 6° dimanche de Pâques  29/05/11

 

« Soyez toujours prêts à rendre compte de l’espérance qui est en vous » (1P 3,16).

·      Les trois lectures de ce dimanche insistent sur l’importance de ce témoignage dont Soyez toujours prêts à rendre compte de l'espérance qui est en vous dans Communauté spirituelle croix-camargue-gdeparle Pierre. Jésus promet que « l’Esprit de vérité » assurera lui-même la défense de ses disciples. Philippe, « l’un des sept » (l’un des diacres), proclame le Christ en Samarie. Et  Pierre appelle à «s’expliquer devant tous », « avec douceur et respect».

 

Rendre compte de l’espérance qui est en nous : voilà un beau programme pour ce temps pascal !

Quelle espérance ? Celle de Pâques bien sûr : en Christ, la mort est déjà vaincue, la mort ne peut avoir le dernier mot si nous faisons confiance en la puissance de la résurrection du Christ.

 

·      Rendre compte de cette espérance, cela veut dire quoi dans notre société actuelle ? Sûrement pas chercher à convaincre à tout prix, ni chercher à séduire, ou à utiliser l’argent, l’éducation, la position sociale pour contraindre l’autre.

 

Rendre compte, c'est faire un compte-rendu de la façon dont cette espérance pascale transforme nos vies. C’est donc pouvoir raconter ce qui nous est arrivé à chacun et collectivement pour que nous fassions confiance à cette incroyable annonce !

 

Rendre compte, c’est encore rendre des comptes sur la gestion de cette formidable espérance dont nous sommes dépositaires.

Que faisons-nous de la joie pascale ? Comment laissons-nous la victoire du Ressuscité  transformer nos relations personnelles et communautaires ?

Rendre compte de l’espérance qui est en nous, c'est accepter de répondre à qui posera des questions et cherchera à se renseigner au sujet de ce Jésus de Nazareth.

 

Cela peut arriver au travail. On pense aux drames qui suscitent tant de questions sur la valeur de la vie humaine, ou son insignifiance.

 dans Communauté spirituelleC’est peut-être une discussion sur l’actualité, sur un événement professionnel, sur une recherche personnelle partagée au détour d’un café ou d’un trajet pour l’entreprise… L’occasion peut venir à travers la haie du voisin et la conversation avec lui sur le temps qu’il fait, l’évolution du monde…

On peut nous demander ce témoignage à l’occasion de la béatification de Jean-Paul II, de l’arrestation de DSK ou des grèves pour la revalorisation des bas salaires etc?

Il y a tant de moments propices, sans s’imposer le moins du monde, où nous sommes au contraire invités à nous « expliquer », « avec douceur et respect », sur ce qui nous anime profondément.

 

·      D’ailleurs, c’est un vrai service que nous rendent sans le savoir ceux qui nous convoquent ainsi au témoignage. Car l'espérance grandit lorsqu’elle annoncée. Augustin écrivait à propos de la parole symbolisée par la multiplication des pains : « dum dividetur, augetur ». « Lorsqu'elle est partagée, elle augmente. » À l’image des flammes des cierges de la veillée pascale illuminant progressivement toute l’église obscure à mesure que les fidèles se la communiquent, l’espérance grandit lorsque nous la proposons à d'autres. Car il faut trouver les mots pour la dire. Cela nous oblige à revenir notre propre histoire, à accepter le regard critique des autres sur ce que nous avons cru y discerner, à fonder plus solidement notre expérience.

Espérer pour annoncer, annoncer pour espérer.

De la même manière que le chant magnifie la joie et lui donne des ailes, rendre compte élargit l’espérance et l'enracine.

 

Inévitablement, cette « explication » suscitera moquerie, dérision, voire rejet et exclusion. Mais elle touchera également le coeur de ceux qui attendent quelque chose, une piste, une ouverture pour ne pas en rester à une existence superficielle et vide.

Voilà pourquoi le maître de l’espérance est l'Esprit Saint en personne. Il nous donne le courage de nous risquer en vérité dans ce témoignage. Il nous souffle des mots qui nous étonnent nous-mêmes pour toucher nos interlocuteurs. Il assure notre défense lorsque nous sommes attaqués sur notre espérance, en nous inspirant les arguments, les attitudes, les gestes et les explications auxquelles nous n’aurions jamais pensé tout seul.

 

·      « Soyez toujours prêts à rendre compte de l’espérance qui est en vous ».

En descendant du métro, en prenant le café avec un collègue, en faisant vos courses, dans la salle d’attente d’un médecin ou le salon de coiffure, vous pouvez à tout moment être inopinément convoqués à témoigner : « et vous, qu’en pensez-vous ? »

Recueillons dans le silence et la solitude les mots et gestes que l’Esprit de vérité déposera en nos c?urs, pour nous expliquer « avec douceur et respect » sur l'espérance qui est en nous.

 

 

 

 

1ère lecture : Évangélisation de la Samarie (Ac 8, 5-8.14-17)

 

Lecture du livre des Actes des Apôtres

Philippe, l’un des Sept, arriva dans une ville de Samarie, et là il proclamait le Christ.
Les foules, d’un seul coeur, s’attachaient à ce que disait Philippe, car tous entendaient parler des signes qu’il accomplissait, ou même ils les voyaient.
Beaucoup de possédés étaient délivrés des esprits mauvais, qui les quittaient en poussant de grands cris. Beaucoup de paralysés et d’infirmes furent guéris.
Et il y eut dans cette ville une grande joie.

Les Apôtres, restés à Jérusalem, apprirent que la Samarie avait accueilli la parole de Dieu. Alors ils leur envoyèrent Pierre et Jean.
A leur arrivée, ceux-ci prièrent pour les Samaritains afin qu’ils reçoivent le Saint-Esprit ; en effet, l’Esprit n’était encore venu sur aucun d’entre eux : ils étaient seulement baptisés au nom du Seigneur Jésus.
Alors Pierre et Jean leur imposèrent les mains, et ils recevaient le Saint-Esprit.

 

Psaume : Ps 65, 1-3a, 4-5, 6-7a, 16.20

 

R/ Terre entière, acclame Dieu, chante le Seigneur !

Acclamez Dieu, toute la terre ;
fêtez la gloire de son nom,
glorifiez-le en célébrant sa louange.
Dites à Dieu : « Que tes actions sont redoutables ! »

Toute la terre se prosterne devant toi,
elle chante pour toi, elle chante pour ton nom.
Venez et voyez les hauts faits de Dieu,
ses exploits redoutables pour les fils des hommes. 

Il changea la mer en terre ferme :
ils passèrent le fleuve à pied sec.
De là, cette joie qu’il nous donne. 
Il règne à jamais par sa puissance.

Venez, écoutez, vous tous qui craignez Dieu :
je vous dirai ce qu’il a fait pour mon âme.
Béni soit Dieu qui n’a pas écarté ma prière,
ni détourné de moi son amour !

 

2ème lecture : Soyez les témoins de notre espérance au milieu des hommes (1P 3, 15-18)

 

Lecture de la première lettre de saint Pierre Apôtre

Frère,
c’est le Seigneur, le Christ, que vous devez reconnaître dans vos coeurs comme le seul saint. Vous devez toujours être prêts à vous expliquer devant tous ceux qui vous demandent de rendre compte de l’espérance qui est en vous ; mais faites-le avec douceur et respect.
Ayez une conscience droite, pour faire honte à vos adversaires au moment même où ils calomnient la vie droite que vous menez dans le Christ.
Car il vaudrait mieux souffrir pour avoir fait le bien, si c’était la volonté de Dieu, plutôt que pour avoir fait le mal.
C’est ainsi que le Christ est mort pour les péchés, une fois pour toutes ; lui, le juste, il est mort pour les coupables afin de vous introduire devant Dieu. Dans sa chair, il a été mis à mort ; dans l’esprit, il a été rendu à la vie.

 

Evangile : « Je ne vous laisserai pas orphelins » (Jn 14, 15-21)

 

Acclamation : Alléluia. Alléluia. Dans l’Esprit Saint, rendez témoignage que Jésus est le Fils de Dieu, car l’Esprit est vérité. Alléluia. (cf. 1 Jn 5, 6)

 

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

A l’heure où Jésus passait de ce monde à son Père, il disait à ses disciples : « Si vous m’aimez, vous resterez fidèles à mes commandements.
Moi, je prierai le Père, et il vous donnera un autre Défenseur qui sera pour toujours avec vous : c’est l’Esprit de vérité. Le monde est incapable de le recevoir, parce qu’il ne le voit pas et ne le connaît pas ; mais vous, vous le connaissez, parce qu’il demeure auprès de vous, et qu’il est en vous. Je ne vous laisserai pas orphelins, je reviens vers vous.
D’ici peu de temps, le monde ne me verra plus, mais vous, vous me verrez vivant, et vous vivrez aussi. En ce jour-là, vous reconnaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et moi en vous.
Celui qui a reçu mes commandements et y reste fidèle, c’est celui-là qui m’aime ; et celui qui m’aime sera aimé de mon Père ; moi aussi je l’aimerai, et je me manifesterai à lui. »
Patrick Braud 

Laisser un commentaire

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept