L'homelie du dimanche

18 septembre 2010

Trompez l’Argent trompeur !

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Dimanche 19 septembre 2010

25° Dimanche du temps ordinaire / Année C

 

Trompez l’Argent trompeur !

 

L’argent à toutes les sauces

Trompez l'Argent trompeur ! dans Communauté spirituelle 341254-illustration-de-l-39-argent-sale-dans-un-panier--linge« L’argent sale » : les plus anciens se souviennent de la charge de François Mitterrand contre l’argent à une émission de Bernard Pivot en 1975.

« Les années fric » ont consacré, juste après, l’échec de cette volonté morale. Les années 80 ont vu des anti-héros comme Tapie ou des bombes à retardement comme les « affaires » exalter l’individualisme et le cynisme comme réussites indispensables.

« L’argent roi » semble avoir pris le relais plus récemment, des traders aux primes ahurissantes jusqu’au bling-bling de ceux qui affichent leur fortune.

De l’argent roi à « l’argent fou », il n’y avait qu’un pas, vite franchi avec la crise financière et l’éclatement des bulles spéculatives…

 

Est-ce tout cela (et bien d’autres choses encore !) que Jésus vise en parlant de « Mammon d’iniquité » (traduit par « argent trompeur ») ?

Sans doute, mais pas par moralisme.

Jésus n’a rien de puritain ni d’austère dans sa dénonciation de l’argent inique. Il s’attaque à la racine du mal qui peut causer tant de dégâts : non pas l’argent, mais le culte de l’argent.

 

Le dieu Mammon

Mammon  [1] sonne comme le nom d’une divinité devant laquelle on se prosterne.

 mammon-euro-dollar1 argent dans Communauté spirituelle

Ce terme n’est employé que cinq fois dans la Bible :

Siracide 31,8 : « bienheureux le riche qui se garde sans tache et qui ne court pas après l’or ».

Matthieu 6,24 et Luc 16,13 : « vous ne pouvez servir Dieu et l’argent ».

Courir après la richesse équivaut donc à rendre un culte à l’argent comme à une divinité : Mammon.

 

Cet « argent trompeur » (Luc 16,9. 11) a pour amis les pharisiens (aux dires de Luc 16,14 qui exagère un peu…). Alors que le gérant habile va se faire des amis parmi les débiteurs de son maître.

 

L’argent trompeur glorifie « ce qui est élevé pour les hommes, mais dégoût devant Dieu » (Lc 16,14), ce qui correspond bien au bling-bling… [2] Le gérant « habile » lui est glorifié par Jésus lui-même : « le maître fit son éloge parce qu’il s’était montré avisé » (16,8).

 

Tromper l’Argent trompeur

Par quelle ruse ce gérant a-t-il réussi à diminuer la dette des pauvres, étranglés par son maître ?

Peut-être tout simplement en renonçant à sa commission. Employé au service des contentieux et recouvrements, il avait droit à un pourcentage sur les remboursements des prêts qu’il arrivait à obtenir. En sacrifiant un juteux profit immédiat, il investissait à long terme dans des amis reconnaissants, et donc très sûrs.

Très bon calcul d’efficience économique, où la foi n’intervient pas !

Mais Jésus montre avec sagesse que lorsque sa vie est en jeu, même un « fils de ce monde » est capable de tromper l’argent trompeur. Ordinaire_25_C_94D économie

 

Car c’est bien de cela qu’il s’agit :

- détourner la formidable puissance de l’argent au service de l’amitié avec les pauvres (les débiteurs) plutôt qu’avec les puissants ;

- ruser avec le prêt à intérêt pour qu’il rapproche les hommes au lieu de les soumettre (le micro-crédit est une harmonique moderne de cette habileté évangélique) ;

- rétablir la primauté du long terme (relationnel) sur le court terme (financier) : la crise des subprimes a fait exactement l’inverse) ;

- utiliser les marchés financiers pour que la dette des pauvres soit moins lourde : vaste programme qui va aujourd’hui de la renégociation de la dette des pays en voie de développement jusqu’à l’expansion de l’épargne solidaire, des fonds de placement éthiques, de la finance « solidaire », « islamique » etc?

- considérer le don comme juste redistribution [3] (et non comme une attitude compassionnelle), voire même un investissement à long terme.

 

Les croyants (de toute religion) sont ainsi invités à se montrer plus habiles que les ?adorateurs’ de Mammon : non pas en dénigrant l’argent, ni en y renonçant, mais en rusant avec lui, tel un barrage avec le torrent de montagne, pour qu’il soit un bon serviteur et non un mauvais maître.

 

Une famille aisée peut ainsi redistribuer jusqu’à 10 % de ses richesses (la dîme !) sans en tirer aucune gloriole. Une autre famille saura accepter ces dons (car c’est humiliant d’accepter d’être aidé sinon) sans se décourager.

Au contraire : l’argent habilement détourné de sa tendance idolâtre deviendra un vrai lien de fraternité [4].

 

Comment tromper l’argent trompeur ?

De la gestion de vos économies/vos dettes à votre attitude envers la course au profit/à la gloire, laissez cette question tourner et retourner en vous cette semaine…

« Car là où est ton trésor, là aussi est ton coeur » (Mt 6,21)


[1]Le mot Mammon est d’origine incertaine. Certains le rapprochent de l’hébreu matmon signifiant : trésor, argent. D’autres du phénicien mommon = bénéfice. L’Encyclopaedia Universalis en fait la transcription du mot grec mamônas, probablement dérivé de la racine hébraïque amên = ce qui est fidèle, sûr. On aurait alors un paradoxe de l’argent dans le nom lui-même : destiné à être fidèle, sûr, digne de confiance (penser à la monnaie fiduciaire, c’est-à-dire digne de foi - fides -, de confiance), Mammon est dévoyé de sa vocation lorsqu’on en fait un Dieu.

Tromper l’argent trompeur, c’est finalement rendre Mammon à sa vraie nature : être vecteur de confiance, de fidélité, de foi au Dieu véritable, pas aux idoles…

 

[2] Le mot ?argent’ vient d’ailleurs d’une racine indo européenne ?arg’, signifiant : brillant !

 

[3]Somme Théologique, II-II Qu.32 a. 7 ad 2. : 3. Dans le cas d’extrême nécessité tous les biens sont communs. Il est donc permis à celui qui se trouve dans une telle nécessité de prendre à autrui ce dont il a besoin pour sa subsistance, s’il ne trouve personne qui veuille le lui donner. Pour la même raison, il est permis de détenir quelque chose du bien d’autrui et d’en faire l’aumône, et même de le prendre, s’il n’y a pas d’autre moyen de secourir celui qui est dans le besoin. Cependant, quand on peut le faire sans péril, on doit venir en aide à celui qui est dans une nécessité extrême après avoir recherché le consentement du propriétaire.

 

[4]Le Catéchisme de l’Église catholique de 1998 écrit au n° 2424 : Une théorie qui fait du profit la règle exclusive et la fin ultime de l’activité économique est moralement inacceptable. L’appétit désordonné de l’argent ne manque pas de produire ses effets pervers. Il est une des causes des nombreux conflits qui perturbent l’ordre social (cf. GS 63; LE 7; CA 35).

   Un système qui « sacrifie les droits fondamentaux des personnes et des groupes à l’organisation collective de la production » est contraire à la dignité de l’homme (GS 65). Toute pratique qui réduit les personnes à n’être que de purs moyens en vue du profit, asservit l’homme, conduit à l’idolâtrie de l’argent et contribue à répandre l’athéisme. « Vous ne pouvez servir à la fois Dieu et Mammon » (Mt 6,24; Lc 16,13).

 

 

1ère lecture : Les mauvais riches (Am 8, 4-7)

Écoutez ceci, vous qui écrasez le pauvre pour anéantir les humbles du pays,
car vous dites : « Quand donc la fête de la nouvelle lune sera-t-elle passée, pour que nous puissions vendre notre blé ? Quand donc le sabbat sera-t-il fini, pour que nous puissions écouler notre froment ? Nous allons diminuer les mesures, augmenter les prix, et fausser les balances.
Nous pourrons acheter le malheureux pour un peu d’argent, le pauvre pour une paire de sandales. Nous vendrons jusqu’aux déchets du froment ! »
Le Seigneur le jure par la Fierté d’Israël : Non, jamais je n’oublierai aucun de leurs méfaits. »

 

Psaume : Ps 112, 1-2, 5-6, 7-8

R/ Béni sois-tu Seigneur, toi qui relèves le pauvre

Louez, serviteurs du Seigneur,
louez le nom du Seigneur !
Béni soit le nom du Seigneur,
maintenant et pour les siècles des siècles !

Qui est semblable au Seigneur notre Dieu ?
Lui, il siège là-haut. 
Mais il abaisse son regard
vers le ciel et vers la terre. 

De la poussière il relève le faible,
il retire le pauvre de la cendre 
pour qu’il siège parmi les princes,
parmi les princes de son peuple.

2ème lecture : La prière universelle (1Tm 2, 1-8)

J’insiste avant tout pour qu’on fasse des prières de demande, d’intercession et d’action de grâce pour tous les hommes,
pour les chefs d’État et tous ceux qui ont des responsabilités, afin que nous puissions mener notre vie dans le calme et la sécurité, en hommes religieux et sérieux.
Voilà une vraie prière, que Dieu, notre Sauveur, peut accepter,
car il veut que tous les hommes soient sauvés et arrivent à connaître pleinement la vérité.
En effet, il n’y a qu’un seul Dieu, il n’y a qu’un seul médiateur entre Dieu et les hommes : un homme, le Christ Jésus,
qui s’est donné lui-même en rançon pour tous les hommes. Au temps fixé, il a rendu ce témoignage
pour lequel j’ai reçu la charge de messager et d’Apôtre – je le dis en toute vérité – moi qui enseigne aux nations païennes la foi et la vérité.
Je voudrais donc qu’en tout lieu les hommes prient en levant les mains vers le ciel, saintement, sans colère ni mauvaises intentions.

 

Evangile : Tromper l’argent trompeur  (Lc 16, 1-13)

Jésus disait à ses disciples : « Un homme riche avait un gérant qui lui fut dénoncé parce qu’il gaspillait ses biens.
Il le convoqua et lui dit : ‘Qu’est-ce que j’entends dire de toi ? Rends-moi les comptes de ta gestion, car désormais tu ne pourras plus gérer mes affaires.’
Le gérant pensa : ‘Que vais-je faire, puisque mon maître me retire la gérance ? Travailler la terre ? Je n’ai pas la force. Mendier ? J’aurais honte.
Je sais ce que je vais faire, pour qu’une fois renvoyé de ma gérance, je trouve des gens pour m’accueillir.’
Il fit alors venir, un par un, ceux qui avaient des dettes envers son maître. Il demanda au premier : ‘Combien dois-tu à mon maître ? -
Cent barils d’huile.’ Le gérant lui dit : ‘Voici ton reçu ; vite, assieds-toi et écris cinquante.’
Puis il demanda à un autre : ‘Et toi, combien dois-tu ? – Cent sacs de blé.’ Le gérant lui dit : ‘Voici ton reçu, écris quatre-vingts.’
Ce gérant trompeur, le maître fit son éloge : effectivement, il s’était montré habile, car les fils de ce monde sont plus habiles entre eux que les fils de la lumière.
Eh bien moi, je vous le dis : Faites-vous des amis avec l’Argent trompeur, afin que, le jour où il ne sera plus là, ces amis vous accueillent dans les demeures éternelles.
Celui qui est digne de confiance dans une toute petite affaire est digne de confiance aussi dans une grande. Celui qui est trompeur dans une petite affaire est trompeur aussi dans une grande.
Si vous n’avez pas été dignes de confiance avec l’Argent trompeur, qui vous confiera le bien véritable ?
Et si vous n’avez pas été dignes de confiance pour des biens étrangers, le vôtre, qui vous le donnera ?
Aucun domestique ne peut servir deux maîtres : ou bien il détestera le premier, et aimera le second ; ou bien il s’attachera au premier, et méprisera le second. Vous ne pouvez pas servir à la fois Dieu et l’Argent. » 
Patrick Braud 

Mots-clés : , , ,

Les commentaires sont desactivés.

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept