L'homelie du dimanche

  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 31 juillet 2010

31 juillet 2010

Gardez-vous bien de toute âpreté au gain !

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

« Gardez-vous bien de toute âpreté au gain ! »

 

Homélie du 18° Dimanche du temps ordinaire / Année C

01/08/2010

 

 

« Gardez-vous bien de toute âpreté au gain ! »

Voilà une phrase qui n’a rien perdu de son actualité !

Gardez-vous bien de toute âpreté au gain ! dans Communauté spirituelle meilleurs-traders-16898Si certains banquiers et leurs traders avaient écouté cette phrase simple du prophète de Nazareth, il n’aurait sûrement pas mis en place des produits financiers si complexes (les subprimes) parce que si « âpres au gain ».

Si les fonds de pension américains avaient entendu l’avertissement de Jésus, ils n’auraient pas exigé des rendements à deux chiffres pour leurs actions…

Si les agents immobiliers avaient pris au sérieux la parabole de Jésus sur l’âpreté au gain, ils n’aurait pas construit autant de ?greniers’, ils n’auraient pas fait rêver les familles pauvres américaines d’avoir chacune leur maison en propre, avec si peu d’argent…

Les gens savants parlent de l’hybris grecque = l’excès, la démesure, qui a poussé les spéculateurs: excès de cupidité, excès de sophistication, excès de dématérialisation etc… Cette hybris a bel et bien été l’une des causes majeures de la crise financière de 2008.

 

Bref, les phrases à consonances nettement économiques sont si rares dans l’Évangile qu’on devrait les en écouter d’autant plus !

 

« Gardez-vous bien de toute âpreté au gain ! ».

Jésus fait écho au fameux : « tu ne convoiteras pas » du Décalogue. Ce n’est pas le gain qui est dangereux, c’est l’âpreté au gain, c’est la convoitise.

Les disciples du Christ devraient pouvoir s’investir dans les rouages de l’économie de leur temps, sans pour autant tomber dans le piège de la course effrénée à l’accumulation des biens matériels ou des profits.

 

41TRD9GCW7L._SL500_AA300_ Aron dans Communauté spirituelleC’est la thèse célèbre de Max Weber, sociologue allemand du début du 20e siècle. Selon lui, il y a une « affinité élective » entre l’éthique protestante et l’esprit du capitalisme. Des puritains protestants, prenant à la lettre cet avertissement de Jésus sur l’âpreté au gain, se sont contentés d’une vie frugale et simple, alors qu’ils travaillaient énormément pour vérifier leur élection par Dieu à travers la réussite de leurs affaires (la richesse et le succès sont des bénédictions divines dans l’Ancien Testament).

Travailler sans compter, vivre frugalement sans tout dépenser dans le bling-bling, mais en le réinvestissant dans l’outil de travail : voilà le secret du capitalisme américain, selon Max Weber.

Raymond Aron commente : « l’éthique protestante enjoint aux croyants de se méfier des biens de ce monde et d’adopter un comportement ascétique. Or travailler rationnellement en vue du profit et ne pas dépenser le profit, est par excellence une conduite nécessaire au développement du capitalisme, car elle est synonyme de continuels réinvestissements du profit non  consommé » (Les étapes de la pensée sociologique, Gallimard, 1967)

 

Même si cette thèse peut être débattue, elle a le mérite de démontrer qu’il y a vraiment un lien entre ce que l’on croit et l’activité économique mise en oeuvre.

Il y a réellement une « affinité élective » entre la foi chrétienne et certains comportements économiques.

De la même manière, l’essor de la finance islamique par exemple montre qu’il y a un lien entre l’islam et un autre rapport aux prêts à intérêts.

Les croyants auraient donc tout intérêt (c’est le cas de le dire !) à explorer les dimensions proprement économiques de leurs choix. Ils apporteraient ainsi au monde  une originalité, une spécificité, une fécondité uniques.

Sinon, la sombre prophétie de Max Weber à la fin de son livre (l’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, 1905) risque fort de se réaliser :

Aujourd’hui, l’esprit de l’ascétisme religieux s’est échappé de la cage – définitivement? qui saurait le dire… Quoi qu’il en soit, le capitalisme vainqueur n’a plus besoin de ce soutien depuis qu’il repose sur une base mécanique. Il n’est pas jusqu’à l’humeur de la philosophie des Lumières, la riante héritière de cet esprit, qui ne semble définitivement s’altérer; et l’idée d’accomplir son « devoir » à travers une besogne hante désormais notre vie, tel le spectre de croyances religieuses disparues. Lorsque l’ « accomplissement » [du devoir] professionnel ne peut être directement rattaché aux valeurs spirituelles et culturelles les plus élevées – ou bien, inversement, lorsqu’il ne peut plus être ressenti comme une simple contrainte économique – l’individu renonce, en général, à le justifier. Aux États-Unis, sur les lieux mêmes de son paroxysme, la poursuite de la richesse, dépouillée de son sens éthico-religieux, a tendance aujourd’hui à s’associer aux passions purement agonistiques, ce qui lui confère le plus souvent le caractère d’un sport.

Nul ne sait encore qui, à l’avenir, habitera la cage, ni si, à la fin de ce processus gigantes­que, apparaîtront des prophètes entièrement nouveaux, ou bien une puissante renaissance des pensers et des idéaux anciens, ou encore – au cas où rien de cela n’arriverait - une pétrifica­tion mécanique, agrémentée d’une sorte de vanité convulsive. En tout cas, pour les « derniers hommes » de ce développement de la civilisation, ces mots pourraient se tourner en vérité – « Spécialistes sans vision et voluptueux sans c?ur – ce néant s’imagine avoir gravi un degré de l’humanité jamais atteint jusque-là. »

S’il n’y a plus de racines spirituelles à l’activité professionnelle, si une vision plus large ne sous-tend pas l’enrichissement économique, tout ceci peut se retourner contre l’humain? 

Prenez Habitat et Humanisme : fondée par un prêtre (Bernard Devert), cette association veut justement éviter l’âpreté au gain dans le domaine immobilier.

Grâce à une épargne solidaire, à l’implication de professionnels de l’immobilier bien loin de ceux des subprimes, grâce à de nombreux bénévoles, Habitat et Humanisme gère maintenant environ 1800 logements en propre, et près de 3000 en location, pour arriver à loger et accompagner 1500 nouvelles familles chaque année, 12000 familles  depuis sa création en 1985.

 

Le refus de « l’âpreté au gain » peut donc devenir une source d’inspiration pour l’action en faveur du logement.

Et dans tant d’autres domaines ! Le micro-crédit (cf. l’initiative du diocèse de Dijon : www.fondation-rita.org , le partenariat pour le développement, l’éducation…

 

 capitalisme

 

La raison profonde de cette sagesse, qui évite la « vanité des vanités » qu’est la course insensée au seul profit, se trouve dans l’acceptation de la mort. « Tu es fou : cette nuit même, on va te redemander ta vie ». Que feras-tu de tes greniers ? « La vie d’un homme, fût-il dans l’abondance, dépend pas de ses richesses ».

 

Un ami a vécu cela, mot pour mot.

Il était riche, par héritage. Une nuit, il s’est couché et ne s’est jamais réveillé. Mort dans son sommeil, il avait pourtant écouté la parabole du Christ : les seuls greniers où il entassait ses richesses étaient sa femme et ses enfants, avec ses nombreux amis. Il vivait simplement, mettant son argent à disposition de causes utiles, sans ostentation. Aucune âpreté au gain : au-delà de la mort, il a sûrement découvert l’étendue de son vrai patrimoine, c’est-à-dire ses liens, ses engagements, ses amours, ses combats?

 

Puissions-nous refuser pour nous-mêmes toute âpreté au gain !

Puissions-nous réfléchir sur les transformations économiques et professionnelles  que cette « résistance » peut susciter et féconder…

 

 

 

1ère lecture : Vanité des richesses (Qo 1, 2; 2, 21-23)

Vanité des vanités, disait l’Ecclésiaste. Vanité des vanités, tout est vanité !
Un homme s’est donné de la peine ; il était avisé, il s’y connaissait, il a réussi. Et voilà qu’il doit laisser son bien à quelqu’un qui ne s’est donné aucune peine. Cela aussi est vanité, c’est un scandale.
En effet, que reste-t-il à l’homme de toute la peine et de tous les calculs pour lesquels il se fatigue sous le soleil ?
Tous les jours sont autant de souffrances, ses occupations sont autant de tourments : même la nuit, son coeur n’a pas de repos. Cela encore est vanité.

Psaume : Ps 89, 3-4, 5-6, 12-13, 14.17abc

R/ D’âge en âge, Seigneur, tu as été notre refuge

 

Tu fais retourner l’homme à la poussière ;
tu as dit : « Retournez, fils d’Adam ! »
A tes yeux, mille ans sont comme hier,
c’est un jour qui s’en va, une heure dans la nuit.

Tu les as balayés : ce n’est qu’un songe ;
dès le matin, c’est une herbe changeante : 
elle fleurit le matin, elle change ;
le soir, elle est fanée, desséchée.

Apprends-nous la vraie mesure de nos jours :
que nos coeurs pénètrent la sagesse. 
Reviens, Seigneur, pourquoi tarder ?
Ravise-toi par égard pour tes serviteurs. 

Rassasie-nous de ton amour au matin,
que nous passions nos jours dans la joie et les chants.
Que vienne sur nous la douceur du Seigneur notre Dieu.
Consolide pour nous l’ouvrage de nos mains.

2ème lecture : Avec le Christ, de l’homme ancien à l’homme nouveau (Col 3, 1-5.9-11)

Frères, vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d’en haut : c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu.
Tendez vers les réalités d’en haut, et non pas vers celles de la terre.
En effet, vous êtes morts avec le Christ, et votre vie reste cachée avec lui en Dieu.
Quand paraîtra le Christ, votre vie, alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui en pleine gloire.
Faites donc mourir en vous ce qui appartient encore à la terre : débauche, impureté, passions, désirs mauvais, et cet appétit de jouissance qui est un culte rendu aux idoles.
Plus de mensonge entre vous ; débarrassez-vous des agissements de l’homme ancien qui est en vous,
et revêtez l’homme nouveau, celui que le Créateur refait toujours neuf à son image pour le conduire à la vraie connaissance.
Alors, il n’y a plus de Grec et de Juif, d’Israélite et de païen, il n’y a pas de barbare, de sauvage, d’esclave, d’homme libre, il n’y a que le Christ : en tous, il est tout.

Evangile : Parabole de l’homme qui amasse pour lui-même (Lc 12, 13-21)

Du milieu de la foule, un homme demanda à Jésus : « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. »
Jésus lui répondit : « Qui m’a établi pour être votre juge ou pour faire vos partages ? »
Puis, s’adressant à la foule : « Gardez-vous bien de toute âpreté au gain ; car la vie d’un homme, fût-il dans l’abondance, ne dépend pas de ses richesses. »
Et il leur dit cette parabole : « Il y avait un homme riche, dont les terres avaient beaucoup rapporté.
Il se demandait : ‘Que vais-je faire ? Je ne sais pas où mettre ma récolte.’
Puis il se dit : ‘Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j’en construirai de plus grands et j’y entasserai tout mon blé et tout ce que je possède.
Alors je me dirai à moi-même : Te voilà avec des réserves en abondance pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l’existence.’
Mais Dieu lui dit : ‘Tu es fou : cette nuit même, on te redemande ta vie. Et ce que tu auras mis de côté, qui l’aura ?’
Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept