L'homelie du dimanche

  • Accueil
  • > Archives pour juillet 2010

31 juillet 2010

Gardez-vous bien de toute âpreté au gain !

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

« Gardez-vous bien de toute âpreté au gain ! »

 

Homélie du 18° Dimanche du temps ordinaire / Année C

01/08/2010

 

 

« Gardez-vous bien de toute âpreté au gain ! »

Voilà une phrase qui n’a rien perdu de son actualité !

Gardez-vous bien de toute âpreté au gain ! dans Communauté spirituelle meilleurs-traders-16898Si certains banquiers et leurs traders avaient écouté cette phrase simple du prophète de Nazareth, il n’aurait sûrement pas mis en place des produits financiers si complexes (les subprimes) parce que si « âpres au gain ».

Si les fonds de pension américains avaient entendu l’avertissement de Jésus, ils n’auraient pas exigé des rendements à deux chiffres pour leurs actions…

Si les agents immobiliers avaient pris au sérieux la parabole de Jésus sur l’âpreté au gain, ils n’aurait pas construit autant de ?greniers’, ils n’auraient pas fait rêver les familles pauvres américaines d’avoir chacune leur maison en propre, avec si peu d’argent…

Les gens savants parlent de l’hybris grecque = l’excès, la démesure, qui a poussé les spéculateurs: excès de cupidité, excès de sophistication, excès de dématérialisation etc… Cette hybris a bel et bien été l’une des causes majeures de la crise financière de 2008.

 

Bref, les phrases à consonances nettement économiques sont si rares dans l’Évangile qu’on devrait les en écouter d’autant plus !

 

« Gardez-vous bien de toute âpreté au gain ! ».

Jésus fait écho au fameux : « tu ne convoiteras pas » du Décalogue. Ce n’est pas le gain qui est dangereux, c’est l’âpreté au gain, c’est la convoitise.

Les disciples du Christ devraient pouvoir s’investir dans les rouages de l’économie de leur temps, sans pour autant tomber dans le piège de la course effrénée à l’accumulation des biens matériels ou des profits.

 

41TRD9GCW7L._SL500_AA300_ Aron dans Communauté spirituelleC’est la thèse célèbre de Max Weber, sociologue allemand du début du 20e siècle. Selon lui, il y a une « affinité élective » entre l’éthique protestante et l’esprit du capitalisme. Des puritains protestants, prenant à la lettre cet avertissement de Jésus sur l’âpreté au gain, se sont contentés d’une vie frugale et simple, alors qu’ils travaillaient énormément pour vérifier leur élection par Dieu à travers la réussite de leurs affaires (la richesse et le succès sont des bénédictions divines dans l’Ancien Testament).

Travailler sans compter, vivre frugalement sans tout dépenser dans le bling-bling, mais en le réinvestissant dans l’outil de travail : voilà le secret du capitalisme américain, selon Max Weber.

Raymond Aron commente : « l’éthique protestante enjoint aux croyants de se méfier des biens de ce monde et d’adopter un comportement ascétique. Or travailler rationnellement en vue du profit et ne pas dépenser le profit, est par excellence une conduite nécessaire au développement du capitalisme, car elle est synonyme de continuels réinvestissements du profit non  consommé » (Les étapes de la pensée sociologique, Gallimard, 1967)

 

Même si cette thèse peut être débattue, elle a le mérite de démontrer qu’il y a vraiment un lien entre ce que l’on croit et l’activité économique mise en oeuvre.

Il y a réellement une « affinité élective » entre la foi chrétienne et certains comportements économiques.

De la même manière, l’essor de la finance islamique par exemple montre qu’il y a un lien entre l’islam et un autre rapport aux prêts à intérêts.

Les croyants auraient donc tout intérêt (c’est le cas de le dire !) à explorer les dimensions proprement économiques de leurs choix. Ils apporteraient ainsi au monde  une originalité, une spécificité, une fécondité uniques.

Sinon, la sombre prophétie de Max Weber à la fin de son livre (l’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, 1905) risque fort de se réaliser :

Aujourd’hui, l’esprit de l’ascétisme religieux s’est échappé de la cage – définitivement? qui saurait le dire… Quoi qu’il en soit, le capitalisme vainqueur n’a plus besoin de ce soutien depuis qu’il repose sur une base mécanique. Il n’est pas jusqu’à l’humeur de la philosophie des Lumières, la riante héritière de cet esprit, qui ne semble définitivement s’altérer; et l’idée d’accomplir son « devoir » à travers une besogne hante désormais notre vie, tel le spectre de croyances religieuses disparues. Lorsque l’ « accomplissement » [du devoir] professionnel ne peut être directement rattaché aux valeurs spirituelles et culturelles les plus élevées – ou bien, inversement, lorsqu’il ne peut plus être ressenti comme une simple contrainte économique – l’individu renonce, en général, à le justifier. Aux États-Unis, sur les lieux mêmes de son paroxysme, la poursuite de la richesse, dépouillée de son sens éthico-religieux, a tendance aujourd’hui à s’associer aux passions purement agonistiques, ce qui lui confère le plus souvent le caractère d’un sport.

Nul ne sait encore qui, à l’avenir, habitera la cage, ni si, à la fin de ce processus gigantes­que, apparaîtront des prophètes entièrement nouveaux, ou bien une puissante renaissance des pensers et des idéaux anciens, ou encore – au cas où rien de cela n’arriverait - une pétrifica­tion mécanique, agrémentée d’une sorte de vanité convulsive. En tout cas, pour les « derniers hommes » de ce développement de la civilisation, ces mots pourraient se tourner en vérité – « Spécialistes sans vision et voluptueux sans c?ur – ce néant s’imagine avoir gravi un degré de l’humanité jamais atteint jusque-là. »

S’il n’y a plus de racines spirituelles à l’activité professionnelle, si une vision plus large ne sous-tend pas l’enrichissement économique, tout ceci peut se retourner contre l’humain? 

Prenez Habitat et Humanisme : fondée par un prêtre (Bernard Devert), cette association veut justement éviter l’âpreté au gain dans le domaine immobilier.

Grâce à une épargne solidaire, à l’implication de professionnels de l’immobilier bien loin de ceux des subprimes, grâce à de nombreux bénévoles, Habitat et Humanisme gère maintenant environ 1800 logements en propre, et près de 3000 en location, pour arriver à loger et accompagner 1500 nouvelles familles chaque année, 12000 familles  depuis sa création en 1985.

 

Le refus de « l’âpreté au gain » peut donc devenir une source d’inspiration pour l’action en faveur du logement.

Et dans tant d’autres domaines ! Le micro-crédit (cf. l’initiative du diocèse de Dijon : www.fondation-rita.org , le partenariat pour le développement, l’éducation…

 

 capitalisme

 

La raison profonde de cette sagesse, qui évite la « vanité des vanités » qu’est la course insensée au seul profit, se trouve dans l’acceptation de la mort. « Tu es fou : cette nuit même, on va te redemander ta vie ». Que feras-tu de tes greniers ? « La vie d’un homme, fût-il dans l’abondance, dépend pas de ses richesses ».

 

Un ami a vécu cela, mot pour mot.

Il était riche, par héritage. Une nuit, il s’est couché et ne s’est jamais réveillé. Mort dans son sommeil, il avait pourtant écouté la parabole du Christ : les seuls greniers où il entassait ses richesses étaient sa femme et ses enfants, avec ses nombreux amis. Il vivait simplement, mettant son argent à disposition de causes utiles, sans ostentation. Aucune âpreté au gain : au-delà de la mort, il a sûrement découvert l’étendue de son vrai patrimoine, c’est-à-dire ses liens, ses engagements, ses amours, ses combats?

 

Puissions-nous refuser pour nous-mêmes toute âpreté au gain !

Puissions-nous réfléchir sur les transformations économiques et professionnelles  que cette « résistance » peut susciter et féconder…

 

 

 

1ère lecture : Vanité des richesses (Qo 1, 2; 2, 21-23)

Vanité des vanités, disait l’Ecclésiaste. Vanité des vanités, tout est vanité !
Un homme s’est donné de la peine ; il était avisé, il s’y connaissait, il a réussi. Et voilà qu’il doit laisser son bien à quelqu’un qui ne s’est donné aucune peine. Cela aussi est vanité, c’est un scandale.
En effet, que reste-t-il à l’homme de toute la peine et de tous les calculs pour lesquels il se fatigue sous le soleil ?
Tous les jours sont autant de souffrances, ses occupations sont autant de tourments : même la nuit, son coeur n’a pas de repos. Cela encore est vanité.

Psaume : Ps 89, 3-4, 5-6, 12-13, 14.17abc

R/ D’âge en âge, Seigneur, tu as été notre refuge

 

Tu fais retourner l’homme à la poussière ;
tu as dit : « Retournez, fils d’Adam ! »
A tes yeux, mille ans sont comme hier,
c’est un jour qui s’en va, une heure dans la nuit.

Tu les as balayés : ce n’est qu’un songe ;
dès le matin, c’est une herbe changeante : 
elle fleurit le matin, elle change ;
le soir, elle est fanée, desséchée.

Apprends-nous la vraie mesure de nos jours :
que nos coeurs pénètrent la sagesse. 
Reviens, Seigneur, pourquoi tarder ?
Ravise-toi par égard pour tes serviteurs. 

Rassasie-nous de ton amour au matin,
que nous passions nos jours dans la joie et les chants.
Que vienne sur nous la douceur du Seigneur notre Dieu.
Consolide pour nous l’ouvrage de nos mains.

2ème lecture : Avec le Christ, de l’homme ancien à l’homme nouveau (Col 3, 1-5.9-11)

Frères, vous êtes ressuscités avec le Christ, recherchez les réalités d’en haut : c’est là qu’est le Christ, assis à la droite de Dieu.
Tendez vers les réalités d’en haut, et non pas vers celles de la terre.
En effet, vous êtes morts avec le Christ, et votre vie reste cachée avec lui en Dieu.
Quand paraîtra le Christ, votre vie, alors vous aussi, vous paraîtrez avec lui en pleine gloire.
Faites donc mourir en vous ce qui appartient encore à la terre : débauche, impureté, passions, désirs mauvais, et cet appétit de jouissance qui est un culte rendu aux idoles.
Plus de mensonge entre vous ; débarrassez-vous des agissements de l’homme ancien qui est en vous,
et revêtez l’homme nouveau, celui que le Créateur refait toujours neuf à son image pour le conduire à la vraie connaissance.
Alors, il n’y a plus de Grec et de Juif, d’Israélite et de païen, il n’y a pas de barbare, de sauvage, d’esclave, d’homme libre, il n’y a que le Christ : en tous, il est tout.

Evangile : Parabole de l’homme qui amasse pour lui-même (Lc 12, 13-21)

Du milieu de la foule, un homme demanda à Jésus : « Maître, dis à mon frère de partager avec moi notre héritage. »
Jésus lui répondit : « Qui m’a établi pour être votre juge ou pour faire vos partages ? »
Puis, s’adressant à la foule : « Gardez-vous bien de toute âpreté au gain ; car la vie d’un homme, fût-il dans l’abondance, ne dépend pas de ses richesses. »
Et il leur dit cette parabole : « Il y avait un homme riche, dont les terres avaient beaucoup rapporté.
Il se demandait : ‘Que vais-je faire ? Je ne sais pas où mettre ma récolte.’
Puis il se dit : ‘Voici ce que je vais faire : je vais démolir mes greniers, j’en construirai de plus grands et j’y entasserai tout mon blé et tout ce que je possède.
Alors je me dirai à moi-même : Te voilà avec des réserves en abondance pour de nombreuses années. Repose-toi, mange, bois, jouis de l’existence.’
Mais Dieu lui dit : ‘Tu es fou : cette nuit même, on te redemande ta vie. Et ce que tu auras mis de côté, qui l’aura ?’
Voilà ce qui arrive à celui qui amasse pour lui-même, au lieu d’être riche en vue de Dieu. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,

24 juillet 2010

Les 10 paroles du Notre Père

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Les 10 paroles du Notre Père

 

Homélie du 17° Dimanche du temps ordinaire / Année C

25/07/2010

 

Le Notre Père fait évidemment partie du trésor de la foi chrétienne. Il est avec le Credo l’une des perles que l’on transmet aux catéchumènes, pour qu’ils l’assimilent, l’apprennent « par le coeur », et le restitue ensuite devant l’assemblée (traditio / redditio).

Arrêtons-nous sur la structure de cette prière journalière, dans sa version liturgique (où Mt et Lc se combinent).

En fait, les mots du Notre Père sont juifs, et son énonciation est chrétienne.

 

Une prière juive

Chaque mot du Notre Père vient de l’Ancien Testament. Jésus ne les a pas inventés. Il les a agencés d’une manière originale et unique. Mais un juif (ou même un musulman) n’aurait aucune difficulté je crois pas à appeler Dieu « père », à prier pour que son règne vienne, pour que le pardon soit accordé…

 

Mieux encore, la structure de cette prière est profondément juive.

On peut en effet distinguer 10 paroles, comme le décalogue transmis par Moïse au peuple hébreu (dans ce sens, on peut dire que la prière devient plus importante que la loi en régime chrétien).

Les 10 paroles du Notre Père dans Communauté spirituelleCes 10 paroles se constituent de :

·      trois louanges : notre / père / qui es aux cieux

·      trois demandes qui concernent Dieu lui-même :

- que ton Nom soit sanctifié

- que ton règne vienne

- que ta volonté soit faite…

Trois est le chiffre divin du Dieu trois fois saint, dès l’Ancien Testament.

·      Viennent ensuite quatre demandes concernant l’homme (quatre est le chiffre symbolique de l’humain : les quatre points cardinaux, les quatre coins de la Terre  dans la représentation de l’époque…) :

- le pain quotidien

- le pardon

- la résistance à la tentation

- la délivrance du mal.

 

Après ces 10 paroles du Notre Père, on conclut volontiers par une doxologie qui est tirée des écrits de Paul : « car c’est à toi qu’appartiennent… », ce qui là encore rejoint la tradition juive, où la prière va de la louange à la louange, en passant par l’intercession.

 

 

 amidah dans Communauté spirituelleSi la structure du Notre Père est juive, ses mots le sont tout autant.

- Père : dès l’Ancien Testament, Dieu se révèle « père des pauvres », du peuple, père du roi, du prophète… Sa paternité est une autre manière de dire l’Alliance qui l’unit à Israël, voire à toute l’humanité.

- notre : la relation à Dieu n’est pas individuelle, mais communautaire. L’Église ne dit pas : « mon père », et c’est très important, parce que cela veut dire que la relation à l’Église fait partie de la relation à Dieu. Appeler Dieu « père », c’est nous reconnaître égaux en tant qu’enfants de ce père qui est nôtre.

- qui es aux cieux : c’est la révélation de la transcendance de Dieu (depuis le buisson ardent et le Tétragramme YHWH). Dieu est Notre Père tout en étant un autre père, un Dieu tout autre.

 

Puis viennent les trois demandes concernant le Nom, la volonté et le règne de Dieu.

Étrange prière, pleine d’humour juif en quelque sorte, puisque l’homme fragile et limité vole au secours du Tout-Autre en priant pour lui ! Comme si Dieu avait bien besoin d’être aidé par ce vermisseau… Mais nous nous décentrons de nos besoins propres en priant d’abord pour Dieu : pour que son Nom soit sanctifié, son règne vienne, sa volonté soit faite.

Les trois louangent indiquaient la gratuité de la prière ; ces trois demandes soulignent le désintéressement de toute demande, qui est d’abord pour Dieu avant d’être pour soi-même.

 

Puis viennent les demandes pour l’homme : le pain / le pardon / la tentation / la délivrance.

Intercession très concrète (on commence par le pain) qui ne cherche pas à accumuler (le pain de chaque jour seulement, comme la manne), mais à se rendre disponible à Dieu.

 

Pour avoir une étude plus détaillée de chacune de ces trois louanges et de ces 7  demandes, relisez le Catéchisme de l’Église Catholique (nos 2759-2865) qui en fait un excellent commentaire (patristique notamment).

 

Une énonciation chrétienne.

Les mots et la structure du Notre Père sont juifs, mais son énonciation est chrétienne.

La distinction entre énoncé / énonciation est classique : vous pouvez bien connaître  les paroles d’une chanson de Michael Jackson, mais vous ne pouvez guère les  chanter comme lui…

Le fait que le Notre Père jaillisse du coeur de la prière du Jésus (« un jour, quelque part, Jésus était en prière… » Lc 11,1) la colore d’une manière unique.

Meister_von_St._Severin_001 DécalogueQuand Jésus dit « Père », Abba, il le fait d’une manière unique, à laquelle il veut nous associer.

Quand il enseigne : « que ta volonté soit faite », c’est parce que lui-même va prier  ainsi à Gethsémani.

Quand il demande « le pain quotidien », c’est parce que lui-même se nourrit jour après jour de toute parole qui sort de la bouche de Dieu, etc…

 

Alors, prier le Notre Père, c’est se glisser dans la relation d’intimité que Jésus entretient avec son Père, en tant que Fils unique, et frère aîné une multitude…

 

D’ailleurs, l’énonciation de ces mots est trinitaire, c’est-à-dire que l’Esprit lui-même vient prier en nos ces mots pour qu’ils deviennent ceux du Christ. « Unis dans un même Esprit, nous pouvons dire avec confiance la prière que nous avons reçue du Sauveur »?

80169 demandeCette énonciation trinitaire du Notre Père est si forte qu’elle a remplacé la prière juive dite « des 18 bénédictions » (la « Amidah ») que tout juif récite aujourd’hui encore, trois fois par jour. Nous prions le Notre Père, debout, trois fois par jour (Laudes, messe, Vêpres).

 

Cette semaine, arrêtons-nous sur une de ces 10 paroles du Notre Père.

Choisissons-en une, une seule, afin qu’elle tourne et retourne en nos coeurs pendant sept jours, et fassent jaillir de notre vie une louange / une demande unie à celle du Christ? 

1ère lecture : Abraham intercède pour la ville condamnée (Gn 18, 20-32)

Les trois visiteurs d’Abraham allaient partir pour Sodome. Le Seigneur lui dit : « Comme elle est grande, la clameur qui monte de Sodome et de Gomorrhe ! Et leur faute, comme elle est lourde !
Je veux descendre pour voir si leur conduite correspond à la clameur venue jusqu’à moi. Si c’est faux, je le reconnaîtrai. »
Les deux hommes se dirigèrent vers Sodome, tandis qu’Abraham demeurait devant le Seigneur.
Il s’avança et dit : « Vas-tu vraiment faire périr le juste avec le pécheur ?
Peut-être y a-t-il cinquante justes dans la ville. Vas-tu vraiment les faire périr ? Est-ce que tu ne pardonneras pas à cause des cinquante justes qui sont dans la ville ?
Quelle horreur, si tu faisais une chose pareille ! Faire mourir le juste avec le pécheur, traiter le juste de la même manière que le pécheur, quelle horreur ! Celui qui juge toute la terre va-t-il rendre une sentence contraire à la justice ?»
Le Seigneur répondit: « Si je trouve cinquante justes dans Sodome, à cause d’eux je pardonnerai à toute la ville. »
Abraham reprit : « Oserai-je parler encore à mon Seigneur, moi qui suis poussière et cendre ?
Peut-être, sur les cinquante justes, en manquera-t-il cinq : pour ces cinq-là, vas-tu détruire toute la ville ? » Il répondit : « Non, je ne la détruirai pas, si j’en trouve quarante-cinq. »
Abraham insista : « Peut-être en trouvera-t-on seulement quarante ? » Le Seigneur répondit : « Pour quarante, je ne le ferai pas.»
Abraham dit : « Que mon Seigneur ne se mette pas en colère, si j’ose parler encore : peut-être y en aura-t-il seulement trente ? » Il répondit : « Si j’en trouve trente, je ne le ferai pas. »
Abraham dit alors : « Oserai-je parler encore à mon Seigneur ? Peut-être en trouvera-t-on seulement vingt ? » Il répondit : « Pour vingt, je ne détruirai pas. »
Il dit : « Que mon Seigneur ne se mette pas en colère : je ne parlerai plus qu’une fois. Peut-être en trouvera-t-on seulement dix ? » Et le Seigneur répondit : « Pour dix, je ne détruirai pas la ville de Sodome. »

 

Psaume : Ps 137, 1-2a, 2bc-3, 6-7ab, 7c-8

R/ Tu écoutes, Seigneur, quand je crie vers toi

De tout mon coeur, Seigneur, je te rends grâce :
tu as entendu les paroles de ma bouche.
Je te chante en présence des anges,
vers ton temple sacré, je me prosterne.

Je rends grâce à ton nom pour ton amour et ta vérité,
car tu élèves, au-dessus de tout, ton nom et ta parole.
Le jour où tu répondis à mon appel,
tu fis grandir en mon âme la force. 

Si haut que soit le Seigneur, il voit le plus humble ;
de loin, il reconnaît l’orgueilleux. 
Si je marche au milieu des angoisses, tu me fais vivre,
ta main s’abat sur mes ennemis en colère.

Ta droite me rend vainqueur. 
Le Seigneur fait tout pour moi !
Seigneur, éternel est ton amour :
n’arrête pas l’oeuvre de tes mains.

2ème lecture : La croix du Christ, source de notre vie (Col 2, 12-14)

Frère,
par le baptême, vous avez été mis au tombeau avec lui, avec lui vous avez été ressuscités, parce que vous avez cru en la force de Dieu qui a ressuscité le Christ d’entre les morts.
Vous étiez des morts, parce que vous aviez péché et que vous n’aviez pas reçu de circoncision. Mais Dieu vous a donné la vie avec le Christ : il nous a pardonné tous nos péchés.
Il a supprimé le billet de la dette qui nous accablait depuis que les commandements pesaient sur nous : il l’a annulé en le clouant à la croix du Christ.

 

Evangile : Enseignements de Jésus sur la prière (Lc 11, 1-13)

Un jour, quelque part, Jésus était en prière. Quand il eut terminé, un de ses disciples lui demanda : « Seigneur, apprends-nous à prier, comme Jean Baptiste l’a appris à ses disciples. »
Il leur répondit : « Quand vous priez, dites : ‘Père,que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne.
Donne-nous le pain dont nous avons besoin pour chaque jour.
Pardonne-nous nos péchés,c ar nous-mêmes nous pardonnonsà tous ceux qui ont des torts envers nous. Et ne nous soumets pas à la tentation.’ »
Jésus leur dit encore : « Supposons que l’un de vous ait un ami et aille le trouver en pleine nuit pour lui demander : ‘Mon ami, prête-moi trois pains :
un de mes amis arrive de voyage, et je n’ai rien à lui offrir.’
Et si, de l’intérieur, l’autre lui répond : ‘Ne viens pas me tourmenter ! Maintenant, la porte est fermée ; mes enfants et moi, nous sommes couchés. Je ne puis pas me lever pour te donner du pain’,
moi, je vous l’affirme : même s’il ne se lève pas pour les donner par amitié, il se lèvera à cause du sans-gêne de cet ami, et il lui donnera tout ce qu’il lui faut.
Eh bien, moi, je vous dis : Demandez, vous obtiendrez ; cherchez, vous trouverez ; frappez, la porte vous sera ouverte.
Celui qui demande reçoit ; celui qui cherche trouve ; et pour celui qui frappe, la porte s’ouvre.
Quel père parmi vous donnerait un serpent à son fils qui lui demande un poisson ?
ou un scorpion, quand il demande un oeuf ?
Si donc vous, qui êtes mauvais, vous savez donner de bonnes choses à vos enfants, combien plus le Père céleste donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! »
Patrick Braud

 

Mots-clés : , , , , ,

17 juillet 2010

Bouge-toi : tu as de la visite !

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Bouge-toi : tu as de la visite !

 

Homélie du 16° Dimanche du temps ordinaire / Année C

18/07/2010.

 

Deux hospitalités devenues légendaires.

Celle d’Abraham sous les chênes de Mambré.

Celle de Marthe à Béthanie.

 

À chaque fois, c’est Dieu lui-même qui est accueilli, grâce à ce simple geste d’ouvrir sa maison à un inconnu, d’offrir un repas à des voyageurs.

 

L’hospitalité d’Abraham est la plus célèbre.

On l’appelle « philoxénie » dans la tradition orthodoxe, c’est-à-dire « amour de l’étranger ». Car c’est en accueillant des étrangers avec amour qu’Abraham a pu accueillir lui-même le don de Dieu, l’enfant de sa vieillesse avec Sarah. « Retiens l’étranger si tu veux reconnaître ton Sauveur » écrira plus tard le génial Augustin…

 

Vous devinez combien ce thème de l’hospitalité, de l’accueil des voyageurs, des étrangers, est un thème socialement explosif ! Pensez aux « aires d’accueil » (si mal nommées) pour les gens du voyage dans nos communes. Pensez aux difficultés que nous avons à recevoir à notre table des gens d’un autre milieu social, d’une autre origine que la nôtre (culturelle, ethnique…).

 

Ni Adam l’exilé, ni Caïn le fratricide, ni Noé le survivant n’avaient pu pratiquer une telle hospitalité auparavant. Seul Abraham, le premier et en plénitude, indiqua au peuple juif (qui l’oublie souvent, comme nous hélas !) : « N‘oubliez pas l’hospitalité, car c’est grâce à elle que quelques-uns, à leur insu, hébergèrent des anges » (He 13,2).

 

·      Une hospitalité en actes

Une des caractéristiques de cette hospitalité est son empressement à agir.

Abraham fait beaucoup plus qu’il ne dit, ici. Il fait tout avec empressement.

Que fait Abraham (un vieillard qui vient de subir une opération, la circoncision) ?  

1. Il investit d’autres personnes pour réaliser au  plus vite la mitsva (commandement) et accueillir convenablement ses invités.  

2. Il fait faire des gâteaux de farine (des petits pains)

3. Il fait préparer un jeune et tendre bovin

4. Il offre (lui-même) aussi de la crème et du lait et le jeune veau.  

5. Il installe les anges sous un arbre, et reste avec eux pendant qu’ils mangent.  

Comme dit le psaume 119, 60 : « Je me suis dépêché et je n’ai pas traîné pour accomplir Tes commandements ».  

Dans Gn. 22, 3: Abraham se lève tôt pour aller au mont Moria. 

Gn. 28, 18: Jacob se lève tôt pour construire l’autel de l’Éternel. 

Ex. 34, 4: Moïse se lève tôt pour monter au Sinaï. 

On peut citer le principe hala’hique : « les zélés se lèvent tôt pour accomplir les mitsvot (commandements) ».  C’est pourquoi par exemple on fait la circoncision le matin après l’office, ou on prie avec le lever du soleil.

Pour le judaïsme, l’amour de Dieu passe par des actes, ce n’est pas un simple sentiment ou une émotion.  Le signe que la mitsva est accomplie dans l’amour de Dieu est la joie.

La hâte pour agir est l’une des qualités les plus importantes de l’hospitalité d’Abraham.

Elle nous fait penser à la hâte de Marie pour aller goûter l’hospitalité d’Élisabeth sa cousine. À celle de Bartimée qui court ? alors qu’il est aveugle — pour aller à la rencontre de Jésus. Ou même à la hâte de Marthe qui s’affaire à la cuisine pour accueillir Jésus chez elle.

L’accueil de l’autre, ce n’est pas des paroles en l’air : c’est un remue-ménage pour que l’autre soit nourri, rafraîchi, lavé, reposé…

Une charité en actes.

C’est d’autant plus impressionnant en ce qui concerne Abraham qu’il est alors un vieillard, convalescent à la suite de cette opération handicapante qu’est la circoncision pour un homme de plus de 80 ans… Or malgré son état, il court à la rencontre des trois visiteurs !

St Jacques en tirera toutes les conséquences :

« Si un frère ou une soeur sont nus, s’ils manquent de leur nourriture quotidienne, et que l’un d’entre vous leur dise: « Allez en paix, chauffez-vous, rassasiez-vous », sans leur donner ce qui est nécessaire à leur corps, à quoi cela sert-il?  Ainsi en est-il de la foi: si elle n’a pas les oeuvres, elle est tout à fait morte » (Jc 2,15-17).

 

·      Pourquoi trois visiteurs, et pas un seul ?

La tradition chrétienne y verra bien sûr la préfiguration de la Trinité, à l’?uvre dès l’Ancien Testament.

La tradition juive y voit 3 missions divines :

Un rabbin espagnol du 13° siècle (Ramban) commente :

Il lui est apparu: Citation de Rachi « pour rendre visite au malade ». 

Rabbi Hama bar Hanina enseigne: le troisième jour de sa circoncision, le Saint, béni soit-Il, vint s’enquérir de lui.  

Et voici trois hommes: les anges qui vinrent avaient une apparence humaine.  

Trois:

- l’un pour annoncer la bonne nouvelle à Sara [Michaël],

- un pour guérir Abraham [Raphaël] et

- un pour détruire Sodome [Gabriel]. 

Et Raphaël qui guérit Abraham, partit sauver Lot, car  ce ne sont pas deux missions, puisqu’il s’agissait d’un lieu différent ou bien les deux missions visaient à sauver (c’est donc une seule).  

 Cette visite divine a donc trois buts : sauver (un malade), annoncer (une naissance), détruire (Sodome).

 

·      La fécondité de l’accueil

Dieu visite l’homme blessé, il lui donne la force de courir à sa rencontre, de se dépenser sans compter pour lui offrir l’hospitalité. Dieu nous donne la force de l’accueillir : nous recevons de lui l’énergie pour le recevoir, pour nous recevoir de lui (à travers la promesse de la naissance d’un fils pour Sarah). Cette hospitalité sera féconde : non seulement à travers la fécondité promise à Sarah malgré sa vieillesse, mais aussi à travers l’histoire du peuple juif.

Les trois attitudes d’Abraham vis-à-vis de ses trois visiteurs procureront trois bénédictions à Israël :

Rabbi Hama fils de Hanina enseigne: par le mérite de ces trois actes, ses descendants méritèrent trois choses:

- par le mérite de « la crème et du lait », ils méritèrent la manne. 

- par le mérite de « il se tint au-dessus d’eux » (pour rester attentif à leurs besoins), ils méritèrent les nuées de gloire. 

- par le mérite de « il sera pris un peu d’eau », ils méritèrent le puits de Myriam.  

 

·      La délicatesse de l’accueilli

Les anges manifestent d?ailleurs une étonnante pudeur, pour respecter les coutumes locales de ceux qui les accueillent.

Rachi commente :

Ils mangèrent: ils montrèrent comme s’ils mangeaient.  De là nous apprenons qu’on ne doit pas changer les coutumes de l’endroit.  

 

Les êtres spirituels ne mangent pas, mais venus sur terre, ils font comme s’ils mangeaient.  De même Moïse en montant au Sinaï se conduisit comme les anges puisqu’ il ne mangea ni ne but durant quarante jours et quarante nuits. 

C’est une règle d’or pour ceux qui bénéficient de l’hospitalité d’autrui (missionnaires, touristes?) : respecter les coutumes locales, et les imiter, tant qu’elles ne contredisent pas formellement l’essentiel de la foi. Matteo RICCI en Chine ou les Pères Blancs en Afrique se souviendront de cette règle de savoir-vivre lorsqu’on est accueilli par un autre peuple?

 

  

·      Le but ultime de l’hospitalité

Même en réprimandant Marthe avec douceur, Jésus ne renie rien de l’hospitalité juive. Il apprécie la hâte avec laquelle Marthe fait tout pour le service ; il sait que sa foi est grande et se manifestera à la mort de son frère Lazare (Jn 11). Simplement, il lui rappelle que l’hospitalité a pour but d’être avec le visiteur, pas de le laisser seul…

Abraham a su, mieux que Marthe, « se tenir debout, très les visiteurs, sous l’arbre, pendant qu’ils mangeaient ».

Voilà l’hospitalité qui est féconde : celle qui agit au lieu de parler, celle qui prend le temps d’être avec au lieu de laisser seul, celle qui écoute la parole de l’autre au lieu de se noyer dans les ordres à donner pour les préparatifs.

 

Une telle hospitalité fait surgir un avenir là où humainement c’était impensable. Sarah aura un fils malgré sa vieillesse, malgré son célèbre rire où elle doutera une telle transformation de son histoire, de son corps, de sa vie.

 

« N‘oubliez pas l’hospitalité, car c’est grâce à elle que quelques-uns, à leur insu, hébergèrent des anges » (He 13,2).

 

Et nous, avec qui allons nous pratiquer l’hospitalité cet été ?

À quels visiteurs allons-nous ouvrir notre porte ? Avec quel accueil ?

 

1ère lecture : Abraham donne l’hospitalité à Dieu, qui lui promet un fils (Gn 18, 1-10a)

Aux chênes de Mambré, le Seigneur apparut à Abraham, qui était assis à l’entrée de la tente. C’était l’heure la plus chaude du jour.
Abraham leva les yeux, et il vit trois hommes qui se tenaient debout près de lui. Aussitôt, il courut à leur rencontre, se prosterna jusqu’à terre et dit:
« Seigneur, si j’ai pu trouver grâce à tes yeux, ne passe pas sans t’arrêter près de ton serviteur.
On va vous apporter un peu d’eau, vous vous laverez les pieds, et vous vous étendrez sous cet arbre.
Je vais chercher du pain, et vous reprendrez des forces avant d’aller plus loin, puisque vous êtes passés près de votre serviteur ! » Ils répondirent : « C’est bien. Fais ce que tu as dit. »
Abraham se hâta d’aller trouver Sara dans sa tente, et il lui dit : « Prends vite trois grandes mesures de farine, pétris la pâte et fais des galettes. »
Puis Abraham courut au troupeau, il prit un veau gras et tendre, et le donna à un serviteur, qui se hâta de le préparer.
Il prit du fromage blanc, du lait, le veau qu’on avait apprêté, et les déposa devant eux ; il se tenait debout près d’eux, sous l’arbre, pendant qu’ils mangeaient.
Ils lui demandèrent : « Où est Sara, ta femme ? » Il répondit : « Elle est à l’intérieur de la tente. »
Le voyageur reprit : « Je reviendrai chez toi dans un an, et à ce moment-là, Sara, ta femme, aura un fils. »

 

Psaume : Ps 14, 1a.2, 3bc-4ab, 5

R/ Tu es proche, Seigneur : fais-nous vivre avec toi

 

Seigneur, qui séjournera sous ta tente ?
Celui qui se conduit parfaitement,
qui agit avec justice
et dit la vérité selon son coeur. 

Il ne fait pas de tort à son frère 
et n’outrage pas son prochain. 
A ses yeux, le réprouvé est méprisable 
mais il honore les fidèles du Seigneur. 

Il prête son argent sans intérêt, 
n’accepte rien qui nuise à l’innocent. 
L’homme qui fait ainsi 
demeure inébranlable.

2ème lecture : Le mystère du Christ s’accomplit dans la vie de l’Apôtre (Col 1, 24-28)

 

Frère,
je trouve la joie dans les souffrances que je supporte pour vous, car ce qu’il reste à souffrir des épreuves du Christ, je l’accomplis dans ma propre chair, pour son corps qui est l’Église.
De cette Église, je suis devenu ministre, et la charge que Dieu m’a confiée, c’est d’accomplir pour vous sa parole,
le mystère qui était caché depuis toujours à toutes les générations, mais qui maintenant a été manifesté aux membres de son peuple saint.
Car Dieu a bien voulu leur faire connaître en quoi consiste, au milieu des nations païennes, la gloire sans prix de ce mystère : le Christ est au milieu de vous, lui, l’espérance de la gloire !
Ce Christ, nous l’annonçons : nous avertissons tout homme, nous instruisons tout homme avec sagesse, afin d’amener tout homme à sa perfection dans le Christ.

 

Evangile : Marthe et Marie accueillent Jésus chez elles (Lc 10, 38-42)

Alors qu’il était en route avec ses disciples, Jésus entra dans un village. Une femme appelée Marthe le reçut dans sa maison.
Elle avait une soeur nommée Marie qui, se tenant assise aux pieds du Seigneur, écoutait sa parole.
Marthe était accaparée par les multiples occupations du service. Elle intervint et dit : « Seigneur, cela ne te fait rien ? Ma soeur me laisse seule à faire le service. Dis-lui donc de m’aider. »
Le Seigneur lui répondit : « Marthe, Marthe, tu t’inquiètes et tu t’agites pour bien des choses.
Une seule est nécessaire. Marie a choisi la meilleure part : elle ne lui sera pas enlevée. »
Patrick BRAUD  

Mots-clés : , , , , , , , ,

10 juillet 2010

Réintroduisons le long-terme dans nos critères de choix

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Réintroduisons le long-terme dans nos critères de choix

 

Homélie du 15° Dimanche du temps ordinaire / Année C

11/07/2010.

 

« Que dois-je faire pour avoir la vie éternelle ? »

 

Drôle de question ! Qui paraît un peu décalée dans notre société.

En effet, la préoccupation sociale qui mobilise en France, c’est bien davantage la vie après le travail que la vie après la mort…

On défile pour garantir nos retraites.

On réfléchit pour les réformer.

Et on a raison.

On se pose la question :  

« que devons-nous faire pour avoir une bonne retraite ? », mais pas : « que devons-nous faire pour avoir la vie éternelle ?… »

 

Ce rétrécissement apparent de l’horizon est assez inquiétant.

Quoi : l’éternité n’intéressait plus personne ? La vie sur terre serait suffisante pour combler toutes nos aspirations ?

« C’est déjà si difficile d’arriver à bien vivre maintenant, dans quelques années, alors ne nous parlez pas du long terme, et encore moins du très long terme qu’est l’au-delà… »

Il y aurait alors comme une absorption de l’espérance chrétienne dans la seule préoccupation de l’aujourd’hui.

Avec le risque de transformer la foi en thérapie immédiate, l’espérance en promesse de bien-être, la charité en consolation sociale (le fameux « care » venu des USA).

 

Benoît XVI a bien vu ce danger d’immanentisme, c’est-à-dire de réduction de l’espérance chrétienne au seul horizon terrestre :

« Que dois-je faire pour avoir en héritage la vie éternelle ? ». Cette question du jeune homme de l’Évangile semble éloignée des préoccupations de nombreux jeunes d’aujourd’hui, car, comme l’observait mon prédécesseur, « ne sommes-nous pas la génération pour laquelle le monde et le progrès temporel occupent totalement l’horizon de l’existence ? » (Lettre aux jeunes, n° 5). Pourtant, la question sur la « vie éternelle » affleure à des moments particulièrement douloureux de l’existence, quand nous subissons la perte d’un proche ou lorsque nous faisons l’expérience de l’échec.

Mais qu’est-ce que la « vie éternelle » à laquelle se réfère le jeune homme riche ? Jésus nous l’illustre quand, s’adressant à ses disciples, il affirme : « Je vous verrai de nouveau et votre c?ur sera dans la joie, et votre joie, nul ne vous l’enlèvera » (Jn 16, 22). Ces paroles indiquent une exaltante proposition de bonheur sans fin, la joie d’être comblés de l’amour divin pour toujours.

S’interroger sur l’avenir définitif qui attend chacun de nous donne un sens plénier à l’existence, car cela oriente le projet de vie vers des horizons ni limités ni passagers, mais immenses et profonds. Ces horizons nous portent à aimer le monde, tant aimé de Dieu, à nous consacrer à son développement, toujours avec la liberté et la joie qui naissent de la foi et de l’espérance. Ce sont des horizons qui aident à ne pas absolutiser les réalités terrestres, en sentant que Dieu nous prépare une perspective plus grande, et à répéter avec saint Augustin : « Désirons ensemble la patrie céleste, soupirons vers la patrie céleste, sentons-nous pèlerins ici-bas » (Commentaire de l’Évangile de saint Jean, Homélie 35, 9). Le regard fixé vers la vie éternelle, le bienheureux Pier Giorgio Frassati, mort en 1925 à l’âge de 24 ans, disait : « Je veux vivre et non pas vivoter ! » et, sur la photo d’une escalade, envoyée à un ami, il écrivait : « Vers le haut », faisant allusion à la perfection chrétienne, mais aussi à la vie éternelle.

Chers jeunes, je vous exhorte à ne pas oublier cette perspective dans votre projet de vie : nous sommes appelés à l’éternité. Dieu nous a créés pour demeurer avec lui, pour toujours. Elle vous aidera à donner un sens plénier à vos choix et à apporter de la qualité à votre existence.

Message pour les JMJ 2010

 

Aurons-nous le courage de nous interroger sur notre avenir définitif en Dieu même ?

« Que dois-je faire pour obtenir la vie éternelle ? »

Il nous faut donc réintroduire ce très long-terme dans nos critères de choix et d’action.

 

C’est déjà très difficile, et à contre-courant, de réintroduire le long-terme dans les choix d’une famille, d’une entreprise ou d’une nation (voire de l’humanité, cf. écologie). Pourtant, cela sera salutaire. Le rétrécissement de l’horizon humain au seul court terme est irrationnel, et devient insupportable… à long terme !

Paradoxalement, le désintérêt pour le long terme finit toujours par appauvrir le présent.

Combien d’entreprises n’ont pas de vision au-delà de 6 mois !?  Combien de jeunes cherchant un emploi s’entendent dire: « on ne sait pas si on sera encore là l’an prochain; alors de là à embaucher !… »

On oublie qu’en cherchant « le royaume de Dieu et sa justice », tout le reste est donné, « par dessus le marché ».

 

Il y eut des époques où la vie éternelle était la clé de voûte pour penser l’organisation sociale, économique, familiale.

- Rappelez-vous l’invention des cimetières dans la ville, et non plus hors la ville comme l’exigeait  la loi romaine dans les premiers siècles : la mort devenait familière, et orientait toute l’activité humaine.

- Regardez ce qu’a produit le culte des martyrs (pour qui la vie éternelle était plus importante que la survie présente), dans le sens de l’offrande de soi pour toujours.

- Mesurez à nouveau la fécondité et l’essor des monastères : tournés vers la vie éternelle, ils relativisaient l’ordre établi, défrichant les terres, assainissant les marais, instruisant les populations, publiant des livres, humanisant les moeurs environnantes?

- Plus près de chez nous, relisez les écrits des dissidents du communisme au XXe siècle : la source de leur courage était dans leur quête de la vie éternelle, qui les amenaient à résister  sans peur.

 

Si le souci de la vie éternelle venait à s’éteindre dans notre culture, ce formidable rétrécissement provoquerait des violences et des irrationalités inhumaines. Sans compter les sectes et autres folles pensées qui proliféreraient sur cet oubli et sur l’exploitation de cette aspiration toujours présente au coeur de l’homme.

 

« Que dois-je faire pour obtenir la vie éternelle ? »

La question est double en fait. Il y a celle du choix de vie : « que dois-je faire ? » Et la question de l’orientation de ce projet de vie : « pour obtenir la vie éternelle ».

 

Poser la question de l’orientation ultime est un énorme service que nous pouvons rendre à la société et aux gens autour de nous. Non pas pour les détourner du présent. Mais pour ordonner l’aujourd’hui à un horizon immensément plus grand.

« La vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu… »

 

Puissions-nous orienter notre intelligence, notre énergie, notre argent même, vers la quête ultime à laquelle toutes les autres quêtes peuvent contribuer et s’ordonner.

Réintroduisons le long-terme dans nos critères de choix.

1ère lecture : La loi de Dieu dans le coeur de l’homme (Dt 30, 10-14)

Moïse disait au peuple d »Israël : « Écoute la voix du Seigneur ton Dieu, en observant ses ordres et ses commandements inscrits dans ce livre de la Loi ; reviens au Seigneur ton Dieu de tout ton c?ur et de toute ton âme.
Car cette loi que je te prescris aujourd’hui n’est pas au-dessus de tes forces ni hors de ton atteinte.
Elle n’est pas dans les cieux, pour que tu dises : « Qui montera aux cieux nous la chercher et nous la faire entendre, afin que nous la mettions en pratique ? »
Elle n’est pas au-delà des mers, pour que tu dises : « Qui se rendra au-delà des mers nous la chercher et nous la faire entendre, afin que nous la mettions en pratique ? »
Elle est tout près de toi, cette Parole, elle est dans ta bouche et dans ton coeur afin que tu la mettes en pratique. »

 

Psaume : Ps 18, 8, 9, 10, 11

R/ Ta parole, Seigneur, est vérité, et ta loi, délivrance !

La loi du Seigneur est parfaite,
qui redonne vie ;
la charte du Seigneur est sûre,
qui rend sages les simples. 

Les préceptes du Seigneur sont droits,
ils réjouissent le coeur ; 
le commandement du Seigneur est limpide,
il clarifie le regard. 

La crainte qu’il inspire est pure,
elle est là pour toujours ; 
les décisions du Seigneur sont justes
et vraiment équitables : 

plus désirables que l’or,
qu’une masse d’or fin, 
plus savoureuses que le miel
qui coule des rayons.

2ème lecture : Primauté du Christ dans la création et dans l’Église (Col 1, 15-20)

Le Christ est l’image du Dieu invisible, le premier-né par rapport à toute créature,
car c’est en lui que tout a été créé dans les cieux et sur la terre, les êtres visibles et les puissances invisibles :tout est créé par lui et pour lui.
Il est avant tous les êtres, et tout subsiste en lui.
Il est aussi la tête du corps, c’est-à-dire de l’Église. Il est le commencement, le premier-né d’entre les morts, puisqu’il devait avoir en tout la primauté.
Car Dieu a voulu que dans le Christ toute chose ait son accomplissement total.
Il a voulu tout réconcilier par lui et pour lui,sur la terre et dans les cieux,en faisant la paix par le sang de sa croix.

Evangile : La loi d’amour : le bon Samaritain (Lc 10, 25-37)

Pour mettre Jésus à l’épreuve, un docteur de la Loi lui posa cette question : « Maître, que dois-je faire pour avoir part à la vie éternelle ? »
Jésus lui demanda : « Dans la Loi, qu’y a-t-il d’écrit ? Que lis-tu ? »
L’autre répondit : « Tu aimeras le Seigneur ton Dieu de tout ton coeur, de toute ton âme, de toute ta force et de tout ton esprit, et ton prochain comme toi-même. »
Jésus lui dit : « Tu as bien répondu. Fais ainsi et tu auras la vie. »
Mais lui, voulant montrer qu’il était un homme juste, dit à Jésus : « Et qui donc est mon prochain ? »
Jésus reprit : « Un homme descendait de Jérusalem à Jéricho, et il tomba sur des bandits ; ceux-ci, après l’avoir dépouillé, roué de coups, s’en allèrent en le laissant à moitié mort.
Par hasard, un prêtre descendait par ce chemin ; il le vit et passa de l’autre côté.
De même un lévite arriva à cet endroit ; il le vit et passa de l’autre côté.
Mais un Samaritain, qui était en voyage, arriva près de lui ; il le vit et fut saisi de pitié.
Il s’approcha, pansa ses plaies en y versant de l’huile et du vin ; puis il le chargea sur sa propre monture, le conduisit dans une auberge et prit soin de lui.
Le lendemain, il sortit deux pièces d’argent, et les donna à l’aubergiste, en lui disant : ‘Prends soin de lui ; tout ce que tu auras dépensé en plus, je te le rendrai quand je repasserai.’
Lequel des trois, à ton avis, a été le prochain de l’homme qui était tombé entre les mains des bandits ? »
Le docteur de la Loi répond : « Celui qui a fait preuve de bonté envers lui. » Jésus lui dit : « Va, et toi aussi fais de même. »
Patrick Braud

Mots-clés : , , ,
12

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept