L'homelie du dimanche

22 mai 2010

Parler la langue de l’autre

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Parler la langue de l’autre

 

Homélie de la fête de Pentecôte

23/05/2010

 

La fête de Pentecôte ressemble un peu à l’exposition universelle de Shanghai de cette année 2010. Presque tous les peuples y sont représentés, chacun y est honoré à travers son génie : l’architecture originale de son pavillon, son art culinaire avec les restaurants à l’intérieur, ses oeuvres d’art (peintures, jardins)… Et tout cela dans un brouhaha de langues insoupçonnable !

 

À Jérusalem, le vrai miracle de Pentecôte, ce n’est pas la foule, ni l’universalisme de cette foule, c’est bien le fait que « tous, nous entendons proclamer dans nos langues les merveilles de Dieu ».

 

16 ethnies sont mentionnées dans la liste des Actes des Apôtres. 16 langues différentes.

Faut-il y voir un chiffre symbolique ? 8 est le chiffre de la Résurrection, de la nouvelle création ; 2 est le chiffre de l’humanité (à cause du couple homme / femme). Le chiffre 16 évoquerait alors l’impact de la Résurrection se propageant à toute l’humanité grâce au feu de l’Esprit Saint…

Chaque ethnie entend dans sa culture résonner l’annonce de la merveille qu’est la résurrection du Crucifié.

 

Depuis la Pentecôte, l’Esprit Saint ne cesse de pousser l’Église à parler toutes les langues de la terre, de l’arabe au chinois, c’est-à-dire à traduire le coeur de la foi chrétienne dans l’histoire et le génie propre de chaque peuple. Parler la langue de l'autre dans Communauté spirituelle 9782204028219

 

- Déjà l’Esprit était à l’oeuvre dans la traduction de la Torah juive : passer de l’hébreu au grec n’a pas été évident à admettre pour les ultra orthodoxes ! Il a fallu la belle légende des 70 vieillards (d’où le nom de « Septante » pour désigner cette version grecque de la Torah) étudiant chacun de leur côté le texte, et arrivant à la même traduction exactement (vers 270 avant JC), pour faire admettre aux juifs trop attachés à l’hébreu que le grec pouvait également être une inspiration divine.

 

- Puis le passage du grec au latin a été également un sacré combat dans l’Église d’Occident des premiers siècles. Le clergé savant de Rome trouvait le latin trop vulgaire (vulgus = ce qui est commun, en latin) pour s’abaisser à l’utiliser dans la liturgie. Seul le grec, pensait-on, convient à la célébration des merveilles de Dieu ! Heureusement, le besoin de nourrir le peuple dans sa langue a prévalu, et le latin remplaça le grec…

 

- Au moment d’évangéliser les pays slavons, les deux frères Cyrille et Méthode (IX° siècle), envoyés par Rome, sont restés fidèles à l’Esprit de Pentecôte en inventant un alphabet spécial pour rendre compte de la beauté de la langue de ces peuples de l’Est, pour l’écrire, traduire la Bible et célébrer la messe dans leur langue. L’alphabet « cyrillique » n’aurait pas existé sans la fête de Pentecôte !

 

 

 

- À l’inverse, au XVII° siècle, la querelle des rites chinois montre que l’Église résiste souvent à cette inspiration « pentecostale » : le pape Clément XI, mal conseillé par les dominicains adversaires des jésuites, mit fin en 1704 à l’expérience chinoise inspirée par Mattéo Ricci (jésuite) où l’eucharistie était célébrée avec les mots et les rites de la culture chinoise. Hélas, les conséquences s’en font sentir aujourd’hui encore? 

 

Manuscrit de Charles de Foucauld / Détail du dictionnaire: description et dessin d'un instrument de musique touareg - Plus près de nous, Charles de Foucauld en Algérie s’est passionné pour la langue touarègue, et a le premier compilé un dictionnaire et une grammaire français / touarègue.

Les Pères blancs, missionnaires du cardinal Lavigerie, en arrivant en Afrique Noire, avaient comme premier réflexe de transcrire les langues locales en inventant une manière d’écrire leurs accents toniques si particuliers, puis de traduire la Bible, tout en sauvegardant ainsi des trésors de ces cultures orales qui auraient disparu autrement aujourd’hui (recueil de proverbes, contes, généalogies, histoires?).

 

 

Bref : célébrer Pentecôte oblige l’Église à parler la langue de l’autre !

Sans aller en Algérie ou en Russie, quelles sont tout près de nous les « langues » qui attendent d’être « parlées » par l’Église ?

Quels sont les modes de pensée apparemment lointains qui attendent que des chrétiens y expriment leur espérance en des termes familiers et bouleversants ?

 

·      Parler la langue de l’autre, c’est par exemple se passionner pour les musiques, les codes vestimentaires ou alimentaires des jeunes dont on a la charge par ailleurs.

·      Parler la langue de l’autre, c’est pour les cadres d’une entreprise prendre le temps d’écouter, de comprendre, de sentir ce qui fait le quotidien de leurs collaborateurs et des salariés dont ils sont responsables.

·      Parler la langue de l’autre, c’est pour une communauté paroissiale investir dans l’histoire de son quartier, de ses communes, dans le dialogue avec d’autres familles de pensée qui marquent ce territoire etc….

·      Parler la langue de l’autre, pour notre Église, c’est plonger dans les autres manières de voir le monde qui marquent notre époque : les nouvelles technologies, l’hyper-communication, la concentration urbaine… pour y annoncer « les merveilles de Dieu » de manière proche, compréhensible, fraternelle, bouleversante, comme à Pentecôte.

 

Oui vraiment, prions pour que notre Église ? et donc chacun de nous – se laisse bousculer par l’Esprit Saint, jusqu’à « parler la langue de l’autre »…

 

 

1ère lecture : L’Esprit Saint fait  parler  les disciples toutes les langues de la terre (Ac 2, 1-11)

Quand arriva la Pentecôte (le cinquantième jour après Pâques), ils se trouvaient réunis tous ensemble.
Soudain il vint du ciel un bruit pareil à celui d’un violent coup de vent : toute la maison où ils se tenaient en fut remplie.
Ils virent apparaître comme une sorte de feu qui se partageait en langues et qui se posa sur chacun d’eux.
Alors ils furent tous remplis de l’Esprit Saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit.
Or, il y avait, séjournant à Jérusalem, des Juifs fervents, issus de toutes les nations qui sont sous le ciel.
Lorsque les gens entendirent le bruit, ils se rassemblèrent en foule. Ils étaient dans la stupéfaction parce que chacun d’eux les entendait parler sa propre langue.
Déconcertés, émerveillés, ils disaient : « Ces hommes qui parlent ne sont-ils pas tous des Galiléens ?
Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans sa langue maternelle ?
Parthes, Mèdes et Élamites, habitants de la Mésopotamie, de la Judée et de la Cappadoce, des bords de la mer Noire, de la province d’Asie,
de la Phrygie, de la Pamphylie, de l’Égypte et de la Libye proche de Cyrène, Romains résidant ici,
Juifs de naissance et convertis, Crétois et Arabes, tous nous les entendons proclamer dans nos langues les merveilles de Dieu. »
Patrick BRAUD

Mots-clés : , , ,

Les commentaires sont desactivés.

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept