L'homelie du dimanche

  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 6 février 2010

6 février 2010

Dieu en XXL

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Dieu en XXL

 

Homélie du 5° Dimanche du temps ordinaire / Année C

07/02/10

 

« Avance au large… » ordonne Jésus à Simon, et donc à chacun de nous aujourd’hui.

Mais que veut dire « avancer au large » quand on est parent, ou retraité(e), ou adolescent(e)? ?

Quelle « largeur » s’agit-il d’explorer ?

 

En latin, la phrase est traduite par : « duc in altum ». Large, altum, c’est à la fois ce qui est profond, et ce qui est loin.

Jésus nous invite à gagner en profondeur, et nous déplacer plus loin, au-delà de nos horizons immédiats. Pour les pêcheurs du lac de Galilée, avancer au large, c’est mener leur barque là où ils n’ont plus pied, là où le vent et les vagues peuvent les déstabiliser, là où ils ont peur de rencontrer des monstres marins ou autres obstacles redoutables (Israël n’a jamais été un peuple de marins et tremble devant une flaque d’eau comme le lac de Tibériade !).

Pour nous, c’est donc aussi accepter d’être conduit dans des profondeurs de nous-mêmes, ou de la société, qui nous semblent abyssales et nous font peur. C’est consentir à explorer d’autres mondes, au loin, sans jamais nous replier sur le monde déjà connus et parcourus de notre histoire.

 

En français, les expressions ne manquent pas pour évoquer le large :

 

- « prendre le large », c’est fuir sans se retourner.

Ce n’est pas de cela qu’il s’agit ici. Jésus n’invite pas Simon et ses compagnons à fuir. Au contraire il leur demande de prendre au sérieux ce qu’ils sont : pêcheurs de poissons, pour devenir ce qu’ils sont appelés à être : pêcheurs d’hommes. Ce jeu de mot est bien sûr intentionnel est révélateur (il redouble d’ailleurs en français avec l’autre de jeux de mots entre pêcheur et pécheur, qui en dit long sur l’acceptation de soi qui permet de suivre le Christ) : avancer au large, c’est d’abord consentir à soi-même, à ce que je suis de par mon histoire, mon éducation, mes études, mon métier… Même le caractère doit être assumé d’une manière réaliste nouvelle : en donnant à Jacques et Jean le surnom de « Boanergès » = fils du tonnerre, Jésus les invite à assumer leur caractère sans doute orageux et impétueux pour le mettre au service de l’Évangile.

Avancer au large n’est donc pas prendre le large.

D’autant plus qu’à la fin de la pêche miraculeuse, les pêcheurs ne s’enfuient pas avec le magot pour le vendre : au contraire ils ramènent les bateaux au rivage et ils laissent tout pour suivre Jésus. C’est donc il nous faut nous aussi à la fois revenir aux rivages de nos responsabilités ordinaires et en même temps découvrir ce qu’il nous faut quitter pour suivre Jésus…

 

- Autres expressions de la langue française : « passez au large ».

Le capitaine de navire peut faire le choix de passer au large d’un récif, d’une épave, par prudence. Ce n’est pas tout à fait ce que demande ici Jésus à Simon, même si la prudence fait partie de la navigation au large. Avancer au large pour Simon, ce sera s’exposer aux écueils de la persécution, au récif de l’incrédulité, et finalement au naufrage apparent du martyre. Même s’il « n’en mène pas large », Simon-Pierre n’évitera pas le danger, et l’affrontera avec courage.

Avancer au large pour chacun de nous n’est donc pas nous protéger de ce qui pourrait nous faire souffrir, c’est s’exposer à l’aventure en sachant que les coups et blessures ne pourront nous détourner du cap.

 

 

- Autre expression en français : « avoir les idées larges ».

Voilà qui se rapproche davantage notre texte : celui qui a les idées larges n’est pas accroché à son rivage ; il accepte de voyager en découvrant d’autres opinions, et d’autres façons de penser, d’autres cultures. Côté largeur d’Esprit, Dieu est le premier à s’habiller en XXL !

Être étroit d’esprit est sûrement contradictoire avec avancer au large

Dieu est celui qui « élargit nos pas » (2S 22,37 ; Ps 18,37).

 

- « Donner avec largesse » : cette expression elle aussi va bien avec l’ordre de Jésus. Celui qui avance au large ne mesure pas chichement ce qu’il partage à d’autres. Au contraire, dans son voyage, il a besoin de s’alléger, de jeter par-dessus bord ce qui pourrait le ralentir, l’alourdir. Générosité et largeur d’esprit vont souvent de pair…

 

- « Mettre au large » : c’est libérer quelqu’un, « l’élargir » comme on disait autrefois en parlant d’un prisonnier (qui passe de l’étroit de sa cellule au large de la liberté). La Bible ne cesse de chanter que Dieu notre libérateur, celui qui nous « élargit » : « il m’a dégagé, mis en large, il m’a sauvé car il m’aime » (2S 22,20 ; Ps 4,2 ; 18,20 ; 31,9 ; 118,5 ; 119,32.45).

 

Avancer au large, c’est alors gagner en liberté, intérieure et extérieure, en s’appuyant sur Dieu qui n’est pas à l’aise dans ce qui est étroit… D’ailleurs, il nous invite à « élargir l’espace de notre tente » personnelle et sociale (Is 54,2), c‘est-à-dire à ne pas rester dans des schémas limités aux horizons ordinaires.

 

- Finalement, la largeur du lac de Génésareth renvoie à la largeur et la profondeur de Dieu lui-même ! Selon la parole adressée à Job : « prétends-tu sonder la profondeur de Dieu ? Elle est plus haute que les cieux : que feras-tu ? plus profonde que le shéol : que sauras-tu ? Elle serait plus longue que la terre à mesurer, et plus large que la mer… » (Job 11,7-9).

Et Paul invitera les Éphésiens à avancer au large dans l’exploration de l’amour de Dieu : « Ainsi vous recevrez la force de comprendre, avec tous les saints, ce qu’est la Largeur, la Longueur, la Hauteur et la Profondeur, vous connaîtrez l’amour du Christ qui surpasse toute connaissance? » (Ep 3,18-19)

 

Alors, cette semaine, posez-vous la question : que veut dire « avancer au large » pour moi en ce moment ?
À quelle audace le Christ nous invite-t-il ?
À quelle acceptation de moi-même pour me mettre au service de l’Évangile ?
À quel élargissement de ma tente ?

 

Puisse l’Esprit de Dieu nous pousser à aller vers le large, sans rester frileusement repliés sur nos rivages rassurants…

 

 

1ère lecture : Révélation du Dieu saint et vocation d’Isaïe (Is 6, 1-2a.3-8)

Lecture du livre d’Isaïe

L’année de la mort du roi Ozias, je vis le Seigneur qui siégeait sur un trône très élevé ; les pans de son manteau remplissaient le Temple.
Des séraphins se tenaient au-dessus de lui. Ils avaient chacun six ailes : deux pour se couvrir le visage, deux pour se couvrir les pieds, et deux pour voler.
Ils se criaient l’un à l’autre : « Saint ! Saint ! Saint, le Seigneur, Dieu de l’univers. Toute la terre est remplie de sa gloire. »
Ils se criaient l’un à l’autre : « Saint ! Saint ! Saint, le Seigneur, Dieu de l’univers. Toute la terre est remplie de sa gloire. »
Les pivots des portes se mirent à trembler à la voix de celui qui criait, et le Temple se remplissait de fumée.
Je dis alors : « Malheur à moi ! je suis perdu, car je suis un homme aux lèvres impures, j’habite au milieu d’un peuple aux lèvres impures : et mes yeux ont vu le Roi, le Seigneur de l’univers ! »
L’un des séraphins vola vers moi, tenant un charbon brûlant qu’il avait pris avec des pinces sur l’autel.
Il l’approcha de ma bouche et dit : « Ceci a touché tes lèvres, et maintenant ta faute est enlevée, ton péché est pardonné. »
J’entendis alors la voix du Seigneur qui disait : « Qui enverrai-je ? qui sera notre messager ? » Et j’ai répondu : « Moi, je serai ton messager : envoie-moi. »

Psaume : Ps 137, 1-2a, 2bc-3, 4-5, 7c-8

R/ Saint est le Seigneur notre Dieu !

De tout mon coeur, Seigneur, je te rends grâce :
tu as entendu les paroles de ma bouche.
Je te chante en présence des anges,
vers ton temple sacré, je me prosterne.
Je rends grâce à ton nom pour ton amour et ta vérité,
car tu élèves, au-dessus de tout, ton nom et ta parole.
Le jour où tu répondis à mon appel,
tu fis grandir en mon âme la force.

Tous les rois de la terre te rendent grâce
quand ils entendent les paroles de ta bouche.
Ils chantent les chemins du Seigneur :
« Qu’elle est grande, la gloire du Seigneur ! »

Si je marche au milieu des angoisses, tu me fais vivre,
ta main s’abat sur mes ennemis en colère.
Ta droite me rend vainqueur.
Le Seigneur fait tout pour moi !
Seigneur, éternel est ton amour : n’arrête pas l’oeuvre de tes mains.

2ème lecture : La tradition de la foi au Christ mort et ressuscité (brève : 1…11) (1Co 15, 1-11)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères, je vous rappelle la Bonne Nouvelle que je vous ai annoncée ; cet Évangile, vous l’avez reçu, et vous y restez attachés,
vous serez sauvés par lui si vous le gardez tel que je vous l’ai annoncé ; autrement, c’est pour rien que vous êtes devenus croyants.
Avant tout, je vous ai transmis ceci, que j’ai moi-même reçu :le Christ est mort pour nos péchésconformément aux Écritures,
et il a été mis au tombeau ;il est ressuscité le troisième jourconformément aux Écritures,
et il est apparu à Pierre, puis aux Douze ;
ensuite il est apparu à plus de cinq cents frères à la fois – la plupart sont encore vivants, et quelques-uns sont morts -
ensuite il est apparu à Jacques, puis à tous les Apôtres.
Et en tout dernier lieu, il est même apparu à l’avorton que je suis.
Car moi, je suis le plus petit des Apôtres, je ne suis pas digne d’être appelé Apôtre, puisque j’ai persécuté l’Église de Dieu.
Mais ce que je suis, je le suis par la grâce de Dieu, et la grâce dont il m’a comblé n’a pas été stérile. Je me suis donné de la peine plus que tous les autres ; à vrai dire, ce n’est pas moi, c’est la grâce de Dieu avec moi.
Bref, qu’il s’agisse de moi ou des autres, voilà notre message, et voilà votre foi.

Evangile : Avance au large (Lc 5, 1-11)

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc

Un jour, Jésus se trouvait sur le bord du lac de Génésareth ; la foule se pressait autour de lui pour écouter la parole de Dieu.
Il vit deux barques amarrées au bord du lac ; les pêcheurs en étaient descendus et lavaient leurs filets.
Jésus monta dans une des barques, qui appartenait à Simon, et lui demanda de s’éloigner un peu du rivage. Puis il s’assit et, de la barque, il enseignait la foule.
Quand il eut fini de parler, il dit à Simon : « Avance au large, et jetez les filets pour prendre du poisson. »
Simon lui répondit : « Maître, nous avons peiné toute la nuit sans rien prendre ; mais, sur ton ordre, je vais jeter les filets. »
Ils le firent, et ils prirent une telle quantité de poissons que leurs filets se déchiraient.
Ils firent signe à leurs compagnons de l’autre barque de venir les aider. Ceux-ci vinrent, et ils remplirent les deux barques, à tel point qu’elles enfonçaient.
A cette vue, Simon-Pierre tomba aux pieds de Jésus, en disant : « Seigneur, éloigne-toi de moi, car je suis un homme pécheur. »
L’effroi, en effet, l’avait saisi, lui et ceux qui étaient avec lui, devant la quantité de poissons qu’ils avaient prise ;
et de même Jacques et Jean, fils de Zébédée, ses compagnons. Jésus dit à Simon : « Sois sans crainte, désormais ce sont des hommes que tu prendras. »
Alors ils ramenèrent les barques au rivage et, laissant tout, ils le suivirent.
Patrick BRAUD
Mots-clés : , ,