L'homelie du dimanche

  • Accueil
  • > Archives pour le Samedi 30 janvier 2010

30 janvier 2010

Un nuage d’inconnaissance

Classé sous Communauté spirituelle — lhomeliedudimanche @ 0 h 01 min

Un nuage d'inconnaissance

 

Homélie du  4° Dimanche du temps ordinaire / Année C

31/01/10

 

Dieu que c’est meurtrier de croire qu’on connaît quelqu’un, d’être si habitué à lui qu’on croit en avoir fait le tour, comme si plus rien venant de lui ne pouvait ni surprendre…

 

Un nuage d'inconnaissance dans Communauté spirituelle 1977+Jesus+of+Nazareth+synagogue« N’est-ce pas là le fils de Joseph » ? s’étonnent, indignés, les voisins de Nazareth où Jésus a grandi.

Ils connaissent tellement son père, sa famille, les histoires du village, qu’ils ne peuvent imaginer en Jésus autre chose qu’un apprenti menuisier de chez eux. Pire : devant l’universalité de son message, ils vont l'expulser hors de sa ville natale (comme pour la Passion où il sera conduit hors de la ville de Jérusalem), le mener en haut de la colline (comme au calvaire) pour le précipiter en bas (c’est bien ce qu’il fera lors de sa « descente aux enfers »).

Lui, un fils du village, il est renié par les siens.

Pourquoi ? Parce qu’ils croient connaître cet homme, qu’ils ont vu pleurer étant bébé, jouer enfant, apprendre son métier adolescent, et dont ils croient tout savoir sur la famille.

Comment Dieu, le Tout-Autre, pourrait-il se manifester dans celui qui m'est apparemment si familier ?…

 

De Jésus à Nazareth, la question rebondit pour nous vis-à-vis du collègue au travail, du conjoint à la maison, des paroissiens dans l’assemblée…

Si je crois connaître quelqu’un, si j’en ai « fait le tour », alors c’est que hélas je n’en attends plus grand chose, et en tout cas j’aurai du mal à me laisser surprendre par ce qu'il peut dire ou faire de nouveau.

 

MOINS JE CONNAIS DIEU, PLUS JE LE CONNAIS

C’est d’abord vrai de Dieu lui-même, « l’Au-delà de tout » comme le chante un hymne du bréviaire attribué à Grégoire de Nazyance (IV° siècle) :

 

O toi l’au-delà de tout 
N’est-ce pas là tout ce qu’on peut chanter de toi ? 
Quelle hymne te dira, quel langage ? 
Aucun mot ne t’exprime. 
A quoi s’attachera-t-il ? 
Tu dépasses toute intelligence. 

Seul, tu es indicible, car tout ce qui se dit est sorti de toi. 
Seul, tu es inconnaissable, car tout ce qui se pense est sorti de toi. 
Tous les êtres, ceux qui pensent et ceux qui n’ont point la pensée, 
te rendent hommage. 

Le désir universel, l’universel gémissement tend vers toi. 
Tout ce qui est te prie, et vers toi tout être qui pense ton univers 
fait monter une hymne de silence. 

Tout ce qui demeure, demeure par toi; 
par toi subsiste l’universel mouvement. De tous les êtres tu es la fin; 
tu es tout être, et tu n’en es aucun. tu n’es pas un seul être; 
tu n’es pas leur ensemble ; tu as tous les noms et comment te nommerais-je, 
toi qu’on ne peut nommer? 

Quel esprit céleste pourra pénétrer les nuées qui couvrent le ciel même? 
Prends pitié, O toi l’au-delà de tout n’est-ce pas là tout ce qu’on peut chanter de toi ? 

Les Pères de l’Église, puis plus tard la mystique rhénane n’ont cessé d’explorer cette inconnaissance paradoxale de Dieu : « moins je connais Dieu, plus je le connais » (Denis
l'Aéropagyte, V° siècle).

Ils sont en cela les héritiers du peuple juif, farouchement attaché à la transcendance de Dieu au point de ne pouvoir le nommer, mais seulement écrire son Nom, le tétragramme : YHWH (imprononçable, justement, pour ne jamais croire que je pourrai savoir qui il est).


 

9782226183149FS dans Communauté spirituelleEt saint Augustin (IV°-V° siècle) : « Si vous avez l'intelligence de ce que vous voulez dire, ce n'est pas Dieu ; si vous avez pu comprendre, vous avez compris autre chose que lui. Si vous croyez l'avoir compris, vous êtes le jouet de vos propres pensées. »


Un ouvrage anonyme célèbre du 14° siècle s’intitulera : « le nuage d’inconnaissance, en lequel l’âme est unie à Dieu ».

Et Saint Jean de la Croix (XVI° siècle) prendra la métaphore de la vive flamme d’amour pour affirmer que celui qui est en Dieu ne sait pas qu’il y est, comme celui qui est dans la flamme ne voit pas la lumière avec qui il ne fait qu'un, et qui n’a plus de ténèbres pour apparaître en contraste.

 

La tradition spirituelle est donc unanime : celui qui prétend connaître Dieu ne le connaît pas ; il prétend en fait le maîtriser, l’encercler, et finalement il passe à côté…

Combien plus encore pour notre voisin, nos familles, nos collègues de travail ? Ils sont « images de Dieu », donc eux aussi infiniment à découvrir, sans jamais pouvoir épuiser leur mystère?

 

Et si cette semaine vous les regardiez avec un oeil neuf, comme si c’était la première fois ?

Et si vous choisissiez un visage, justement un de ces visages dont vous n’attendez plus grand chose, et que vous croyez connaître par coeur, pour vous dire : « qu’as-tu à me révéler ? » « Quel message de grâce peut sortir de ta bouche ? » pour reprendre l’étonnement des gens de Nazareth.

 

Comment puis-je me laisser surprendre par toi ?

 

 

1ère lecture : « Je fais de toi un prophète pour les peuples » (Jr 1, 4-5.17-19)

Lecture du livre de Jérémie

Le Seigneur m’adressa la parole et me dit :
« Avant même de te former dans le sein de ta mère,
je te connaissais ;
avant que tu viennes au jour,
je t’ai consacré ;
je fais de toi un prophète pour les peuples. »
Lève-toi,
tu prononceras contre eux tout ce que je t’ordonnerai.
Ne tremble pas devant eux,
sinon, c’est moi qui te ferai trembler devant eux.
Moi, je fais de toi aujourd’hui une ville fortifiée,
une colonne de fer,
un rempart de bronze,
pour faire face à tout le pays,
aux rois de Juda et à ses chefs,
à ses prêtres et à tout le peuple.
Ils te combattront,
mais ils ne pourront rien contre toi,
car je suis avec toi pour te délivrer.
Parole du Seigneur. »

Psaume : Ps 70, 5-6ab, 7-8, 15ab.17, 19.6c

R/ Sans fin, je proclamerai
ta victoire et ton salut


Seigneur mon Dieu, tu es mon espérance,
mon appui dès ma jeunesse.
Toi, mon soutien dès avant ma naissance,
tu m'as choisi dès le ventre de ma mère

Pour beaucoup, je fus comme un prodige ;
tu as été mon secours et ma force.
Je n'avais que ta louange à la bouche,
tout le jour, ta splendeur.

Ma bouche annonce tout le jour
tes actes de justice et de salut.
Mon Dieu, tu m’as instruit dès ma jeunesse,
et jusqu’ici, j’ai proclamé tes merveilles.

Si haute est ta justice, mon Dieu,
toi qui as fait de grandes choses :
Dieu, qui donc est comme toi ?
tu seras ma louange toujours !

2ème lecture : Hymne à la charité (1Co 12, 31; 13, 1-13)

Lecture de la première lettre de saint Paul Apôtre aux Corinthiens

Frères,
Parmi les dons de Dieu, vous cherchez à obtenir ce qu’il y a de meilleur. Eh bien, je vais vous indiquer une voie supérieure à toutes les autres
J’aurais beau parler toutes les langues de la terre et du ciel, si je n’ai pas la charité, s’il me manque l’amour, je ne suis qu’un cuivre qui résonne, une cymbale retentissante.
J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toute la connaissance de Dieu, et toute la foi jusqu’à transporter les montagnes, s’il me manque l’amour, je ne suis rien.
J’aurais beau distribuer toute ma fortune aux affamés, j’aurais beau me faire brûler vif, s’il me manque l’amour, cela ne me sert à rien.
L’amour prend patience ; l’amour rend service ; l’amour ne jalouse pas ; il ne se vante pas, ne se gonfle pas d’orgueil ;
il ne fait rien de malhonnête ; il ne cherche pas son intérêt ; il ne s’emporte pas ; il n’entretient pas de rancune ;
il ne se réjouit pas de ce qui est mal, mais il trouve sa joie dans ce qui est vrai ;
il supporte tout, il fait confiance en tout, il espère tout, il endure tout.
L’amour ne passera jamais. Un jour, les prophéties disparaîtront, le don des langues cessera, la connaissance que nous avons de Dieu disparaîtra.
En effet, notre connaissance est partielle, nos prophéties sont partielles.
Quand viendra l’achèvement, ce qui est partiel disparaîtra.
Quand j’étais un enfant, je parlais comme un enfant, je pensais comme un enfant, je raisonnais comme un enfant. Maintenant que je suis un homme, j’ai fait disparaître ce qui faisait de moi un enfant. Nous voyons actuellement une image obscure dans un miroir ; ce jour-là, nous verrons face à face. Actuellement ma connaissance est partielle ; ce jour-là, je connaîtrai vraiment, comme Dieu m’a connu. Ce qui demeure aujourd’hui, c’est la foi, l’espérance et la charité ; mais la plus grande des trois, c’est la charité.

Evangile : La mission de Jésus est universelle (Lc 4, 21-30)

Evangile de Jésus Christ selon saint Luc

Dans la synagogue de Nazareth, après la lecture du livre d »Isaïe, Jésus déclara : « Cette parole de l »Écriture que vous venez d »entendre, c »est aujourd »hui qu »elle s »accomplit. »
Tous lui rendaient témoignage ; et ils s’étonnaient du message de grâce qui sortait de sa bouche. Ils se demandaient : « N’est-ce pas là le fils de Joseph ? »
Mais il leur dit : « Sûrement vous allez me citer le dicton : ‘Médecin, guéris-toi toi-même. Nous avons appris tout ce qui s’est passé à Capharnaüm : fais donc de même ici dans ton pays !’ »
Puis il ajouta : « Amen, je vous le dis : aucun prophète n’est bien accueilli dans son pays.
En toute vérité, je vous le déclare : Au temps du prophète Élie, lorsque la sécheresse et la famine ont sévi pendant trois ans et demi, il y avait beaucoup de veuves en Israël ;
pourtant Élie n’a été envoyé vers aucune d’entre elles, mais bien à une veuve étrangère, de la ville de Sarepta, dans le pays de Sidon.
Au temps du prophète Élisée, il y avait beaucoup de lépreux en Israël ; pourtant aucun d’eux n’a été purifié, mais bien Naaman, un Syrien. »
A ces mots, dans la synagogue, tous devinrent furieux.
Ils se levèrent, poussèrent Jésus hors de la ville, et le menèrent jusqu’à un escarpement de la colline où la ville est construite, pour le précipiter en bas.
Mais lui, passant au milieu d’eux, allait son chemin.

Patrick BRAUD

Servants d'Autel |
Elder Alexandre Ribera |
Bibliothèque paroissiale de... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Tishrimonaco
| Elder Kenny Mocellin.
| Dixetsept